13 comments

  1. Certes, voilà qui est une parole d’homme libre. L’islam n’existe que s’il est adossé au trésor public. Dès 1920 en France… Or l’humanité est divisée de croyance. Nul ne peut donc puiser dans le trésor public pour utiliser l’argent en faveur d’une croyance particulière. C’est contraire à la liberté religieuse, droit universel et inamissible de l’homme.

  2. Eugene

    Braveau. C’est ce qu’on voit et vit dans le quotidien de chez moi ( en Albanie). J’ai beaucoup d’ amis musulmans, quelques-uns même entre les meilleurs, mais vis à vis de l’islam qui nous est venu du désert D’Arabie à travers Turquie je n’ai pas la même considération. Plutôt qu’une religion je la trouve une idéologie à soumettre les différents et très dangereuse même pour L’Europe et sa civilisation qu’on le veut ou non de forte impression chrétienne.

  3. Marie

    quand « une personne musulmane » me crache au visage et me bouscule, quand « une personne musulmane » égorge les agneaux sans respect pour les lois de notre République, quand les chrétiens d’Irak sont décapités par « une personne musulmane » je vois mal la différence entre l’islam et son support humain. Ce sont des hordes de barbares violant et tuant qui sont descendues de leurs montagnes pour semer terreur et zizanie.
    « La personne chrétienne » que je suis en a assez des compromissions de ses évêques. Bien plus , si un membre de ma famille est tué par ces barbares dans un attentat, je crèverai les yeux de la première personne musulmane venue, fût-elle un enfant. Oeil pour oeil…

  4. Marie

    OK, K. Il est difficile d’être chrétien. Pour me faire pardonner mon accès de mauvaise humeur, ce petit texte extrait de la correspondance de Dostoievski :… » si quelqu’un me prouvait que le Christ est hors de la vérité, et que la vérité fût réellement hors du Christ,, je voudrais plutôt rester avec le Christ qu’avec la vérité ».( A Natalia Dmitrievna Fonzivina, 20 février 1854, 0msk)

  5. Philippe Lemaire

    Certains catholiques ont ceci de commun avec les militants d’extrême-gauche qu’ils ont un amour aussi irraisonné qu’incompréhensible pour l’islam.
    Distinguer l’islam et les musulmans, c’est comme distinguer le péché et le pécheur et c’est ce que nous devons faire mais cela est très difficile.
    Prions pour que le Seigneur nous rende tous lucides par rapport à l’islam, religion du diable, qu’Il nous apprenne en même temps l’amour des ennemis et surtout qu’Il convertisse les musulmans.

  6. Elda

    Je suis d’accord avec Marie sur sa première phrase, ce qui me fait dire qu’en tant que chrétien chargé d’annoncer le Christ, le fait de redoubler d’amitié/affection/respect/considération pour les « personnes musulmanes » comme recommandé par nos évêques ne fait que renforcer l’implantation/expansion de cette secte en France. Est-ce cela l’évangélisation ? Non, pas pour moi. Je ne veux pas promouvoir l’islam en France, islam dont les exigences sont totalement incompatibles avec nos mœurs, notre culture, notre foi. Ce qui n’est pas vrai pour les Juifs, Bouddhistes, protestants, évangélistes et toutes autres religions. Il y a donc bien un problème avec l’islam. Refuser de le voir est une folie.

  7. Christian

    Il faudrait déjà cesser d’employer l’expression « le prophète » ! Quel prophète ? SI vous parlez de Mahomet, dites Mahomet. Il n’est pas mon prophète. C’est une expression que l’on trouve de plus en plus et qui cherche à s’imposer même chez les Chrétiens, ce continue à me faire sursauter, pour combien de temps hélas ? N’employez pas les mots de l’ennemi ! Mahomet n’est pas « le prophète », pour moi il n’est même pas « un prophète ». Qu’on dise à la rigueur « le prophète des musulmans » ou « le prophète de l’Islam », mais jamais, au grand jamais, « le prophète ». Je m’étonne que Mgr Rolland lui-même utilise cette expression choquante pour un chrétien.

  8. Pradayrol

    Brvo Monseigneur! C’est en disant les choses clairement que nous sortirons de l’ornière de la dissimulation et du mensonges ou souvent vos confrères nous plongent pour plaire politiquement!

  9. sygiranus

    Bien sûr, il faut distinguer entre l’islam et sa nocivité absolue, et les malheureux qui en sont victimes. Mais si nous voulons protéger ceux envers qui nous avons des responsabilités, il nous faut nous méfier de tout musulman de façon systématique car la taqqyia fait partie du coran qu’il a reçu sans discernement dès le plus bas âge. Corriger le mensonge est la tâche la plus difficile pour un éducateur, surtout s’il s’appuie sur l’orgueil. La douceur et la mansuétude peuvent faire beaucoup sur certains, mais un cadre très ferme de pensée si ce n’est d’action, est de toutes façons nécessaire !

  10. Pingback: Le Grand Imam de al-Azhar invité au Vatican - Riposte-catholiqueRiposte-catholique

  11. Daniel chaudron

    « Oser analyser le coran comme on a analysé la Bible ».
    Mais ne pas embrasser le coran comme on embrasserait la Bible!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *