Capture d’écran 2016-01-22 à 19.30.37

Catéchèses de Mgr Aillet sur la miséricorde

Download PDF

A l’occasion de l’Année de la Miséricorde, Mgr Marc Aillet propose une catéchèse sous la forme de courtes vidéos, publiées chaque mercredi de ce Jubilé extraordinaire voulu par le pape François. Voici la première vidéo (8mn) de cette série, sous le signe de la Miséricorde.


Année de la Miséricorde : les catéchèses de Mgr… par Diocese64

16 comments

  1. Cassianus

    La miséricorde, c’est la compassion, la pitié. « Je fais grâce à qui je fais grâce, et miséricorde à qui je fais miséricorde », dit Dieu dans Exode 33,19. Ce qui suppose que Dieu ne fait pas miséricorde à tous. Il n’est donc pas vrai que Dieu soit miséricorde. Quand, par exemple, un chrétien refuse son pardon à un frère, il s’expose à n’être pas pardonné par Dieu. C’est le b-a ba de la morale chrétienne, qui nous est rappelé explicitement dans la prière du Notre Père. Pour qu’il y ait un risque de n’être pas pardonné par Dieu, il faut que Dieu soit capable de ne pas être miséricordieux.

    Quant à la connaissance, elle n’a rien à voir étymologiquement avec la naissance. Elle vient du verbe latin cognoscere, qui est est apparenté à la « gnose » du grec, c’est-à-dire le savoir. C’est un héritage du sanscrit ज्ञा, jñā = intelligent. La naissance vient en revanche d’une autre racine sanscrite : जनति qui veut dire engendrer.

    Ce n’est pas parce que l’on parle à des ignorants qu’il faut leur raconter n’importe quoi.

    • Eve

      Pourquoi écrire
      « Il n’est donc pas vrai que Dieu soit miséricorde.  » ?

      Dieu accorde sa miséricorde si l’on regrette ses fautes !
      Mais s’il n’y a aucune repentance, aucune ferme résolution
      d’éviter le péché, Dieu ne peux pas accorder sa miséricorde.

      Si Dieu accordait miséricorde sans qu’il y ait demande et regret, alors où serait l’amour ?

      • et où serait la liberté ?
        Dieu ne peut supprimer la liberté qu’il a donnée à l’homme qui donne toute sa valeur à l’amour que le Seigneur attend de l’humanité.
        donc la miséricorde qui vient des entrailles quasiment maternelles de Dieu ne peut être accordée qu’à celui qui se reconnait coupable.

    • Castel

      « (Le pécheur) use aussi de cruauté envers le corps par cupidité. Non seulement il ne vient pas au secours de son prochain, mais il le dépouille, il vole le bien des pauvres, tantôt par voie d’autorité, tantôt par ruse et par fraude, en faisant acheter le bien du prochain, et souvent sa propre vie. O cruauté misérable, pour laquelle je serai sans miséricorde, si elle-même ne se convertit en compassion et bienveillance pour le prochain ! »
      (Ste Catherine de Sienne – Le Livre de la Miséricorde)

  2. Sami

    Peu importe que con-naître ne soit pas  » naître avec » selon l’étymologie.
    Mgr Aillet nous a donné là une image bien connue d’ailleurs, mais pratique et utile comme l’est son enseignement.
    Par la miséricorde de Dieu et dans le sacrement de réconciliation d’abord, il nous invite discrètement mais fermement à faire l’expérience de cette connaissance qui n’est pas intellectuelle mais existentielle ou spirituelle, comme on veut.

  3. Crespin-Jaugeart

    Quelle bouillerie ! Parfois, Mgr Aillet m’effraie… A croire qu’il ait renié la Communauté Saint-Martin en accédant à l’épiscopat ! Ou qu’il se soit rangé à l’opinion majoritaire de la CEF… Une grande déception !

    • Il n’a rien renié du tout. Il nous fait une synthèse sur les œuvres de miséricorde tirée du catéchisme de saint Pie X.

      943. Quelles sont les œuvres de miséricorde corporelle?
      Les œuvres de miséricorde corporelle sont:
      • donner à manger à ceux qui ont faim,
      • donner à boire à ceux qui ont soif,
      • vêtir ceux qui sont nus,
      • abriter les étrangers,
      • visiter les infirmes,
      • visiter les prisonniers,
      • ensevelir les morts.

      944. Quelles sont les œuvres de miséricorde spirituelle?
      Les œuvres de miséricorde spirituelle sont:
      • conseiller ceux qui en ont besoin,
      • instruire les ignorants,
      • exhorter les pécheurs,
      • consoler les affligés,
      • pardonner les offenses,
      • supporter patiemment les personnes ennuyeuses,
      • prier Dieu pour les vivants et pour les morts.

      http://grand-catechisme-saint-pie-x.blogspot.fr/2009/04/v-4.html

      Dieu nous demandera compte de notre attitude envers les personnes ennuyeuses.

      Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus avait du mal à supporter une religieuse. Tout en elle lui déplaisait. La sainte surmonta son aversion en la fréquentant particulièrement. Cette dernière étonnée de tant d’égard lui demanda un jour qu’est-ce qui l’attirait tant en elle… Un peu d’humour miséricordieux… en quelque sorte.

      Merci Monseigneur de votre enseignement.

  4. rutabaga

    La teneur de ses propos et la netteté de sa présentation sont à comparer avec celles (ou l’absence de celles) du père évêque de Besançon…

  5. Clause

    Donc, à tous les baptisés, et pour aider Dieu notre Père à nous communiquer sa Miséricorde, retrouvons-nous, chaque dimanche, et plus, pour célébrer l’Eucharistie ! Retrouvons-nous aussi sur les bancs du confessionnal. Ainsi, nous ferons monter nos voix vers Lui, le louant et le bénissant en nombre ! Les églises ne seront plus vides et délaissées. La vie rejaillira de toutes parts parce que la foi, l’espérance et la charité seront de nouveau premières dans nos vies. Alléluia !!
    (J’ai fait un rêve !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *