housset

CCFD : la lettre délirante de Mgr Housset

Download PDF

L’auteur du blog Le Terrorisme pastoral, Jean-Pierre Moreau, a écrit le 12 novembre à Mgr Bernard Housset, évêque de La Rochelle et Saintes, au sujet des scandales qui entourent le CCFD. Cette lettre est à lire ici. Jean-Pierre Moreau notait qu’au moins une une association financée par le CCFD en Argentine soutenait des activités pro-avortement ainsi que le « mariage homosexuel ».

Mgr Bernard Housset est le représentant de l’épiscopat, accompagnateur du CCFD. Il suit le CCFD depuis bien longtemps, il le connait donc bien. Trop bien sans doute. La lettre était courtoise. La réponse de l’évêque de La Rochelle ne l’est pas :

h

 

Voilà une fin de non recevoir digne de la bureaucratie épiscopale française. Il faut dire qu’entre une lettre ouverte d’un catholique du bout du banc et 40 millions d’euros, son coeur ne balance pas. Comme l’écrit Jean-Pierre Moreau :

« Par cette lettre Mgr Housset signe son appartenance au noyau dirigeant  de l’épiscopat. Il est un rouage essentiel de l’appareil épiscopalo-médiatique. Il pratique d’une manière exemplaire le totalitarisme pastoral. »

Le CCFD est en adéquation avec ce noyau dirigeant de la CEF. Il ne communique pas avec la bas peuple, auquel il demande chaque année des dons pour ses bonnes oeuvres mortifères.

10 comments

  1. Jacques

    Je pense qu’il convient de ne pas exagérer.
    Je connais assez bien et n’aime pas le CCFD pour différentes raisons dont celles que vous citez.
    Toutefois je suis d’accord avec ce que dis Mgr Housset : le principe de la lettre ouverte est malhonnête et destiné à mettre les deux interlocuteurs sur un pied d’inégalité.
    La réponse de Mgr Housset est courtoise.
    Je pense également, qu’à trop vouloir faire passer ses idées, toutes justes qu’elles soient, par tous les moyens, nous rabaisse au niveau de ceux que nous désirons convaincre et deviens contre-productif.
    En outre, votre phrase « qu’entre une lettre ouverte d’un catholique du bout du banc et 40 millions d’euros » me paraît, au minimum, insultante pour ce prélat que je ne connais pas.

  2. Denis Crouan

    Mgr Housset fait état de son expérience ? Soit. Eh bien qu’il sache que les fidèles aussi ont une expérience : celle qui leur apprend qu’il ne faut surtout pas compter dur les instances dirigeantes de l’Eglise qui est en France car elles sont sourdes en raison d’une faiblesse pastorale et théologique caractéristique de ce qu’André Frossard appelait les « mitres molles ».

  3. Sylvie Houbouyan

    On peut critiquer le CCFD, mais Mgr Housset a pris la peine de répondre une lettre manuscrite et personnelle à celui qui lui envoyait une lettre publique.
    Je trouve que c’est un geste de discrétion et de confiance méritant notre respect.

  4. jejomau

    Mr Jean-Pierre Moreau a reçu la réponse de Bernard Housset. Certes. Mais Jean-Pierre Moreau attendait je crois la réponse d’un successeur des Apôtres. D’un évêque.

    Mais est-ce Bernard sait seulement qu’il est évêque ? Prêt à confirmer le peuple de Dieu dans la Foi catholique jusqu’au martyre ?

    Non ? C’est normal : c’est le résultat des séminaires…

    Oui ? C’est triste. Bernard, tu rendras compte un jour du talent qui t’a été confié. Comme nous tous. Et toi tu te défiles…..

  5. eljojo

    Sans vouloir en faire un casus belli, on pourrait à toutes fins utiles rappeler quelques éléments.
    En effet il faut prendre en compte le fait que dans de nombreux diocèses, il y a très peu de prêtres et bon nombre d’entre eux sont de ces « chrétiens de gauche » qui soutiennent mordicus le CCFD.
    Autrement dit, à moins d’être prêts à subir une fronde d’une large part de leur clergé, les évêques ont les mains liées sur ce sujet.

    Plus encore, il existe en France de nombreux chrétiens pour qui le CCFD est le signe de l’action de l’Eglise pour les plus pauvres, et condamner en chaire le CCFD les éloignerait encore davantage de Rome.

    Enfin, il faudrait prendre en compte la différence fondamentale entre les communautés ecclésiales traditionnelles qui drainent un public ciblé et les paroisses qui elles sont en charge d’un secteur donné. En clair, dans l’immense majorité des cas, le prêtre tradi est là pour des gens qui viennent à lui alors le prêtre diocésain en paroisse est là pour un peuple qu’il doit aller rejoindre au fond de ses erreurs et errements. Il n’y a aucune mesure entre la charge d’âme d’un curé et celle d’un chapelain…

    Prenons cela en compte avant de juger de manière péremptoire un évêque qui veut sans doute éviter de scandaliser des ouailles qui, si elles l’étaient, perdraient tout lien avec l’Eglise. Alors que le tradi, lui, il pestera, mais il ira tout de même à sa messe bien propre entre soi…

  6. c

    Il n’y a que la vérité qui blesse, dit – on. Une lettre ouverte certes peut paraître l’utilisation de la force, mais c’est aussi l’un des derniers arguments (l’argument du haut parleur!) pour faire comprendre à des évêques que les chrétiens peuvent en avoir vraiment assez de ces ONG politisées qui se disent catholiques. Les directives de Benoît XVI sont pourtant bien claires.
    Il est sans doute difficile dans les diocèses où des dits catholiques très connus de la société locale sont très impliqués dans ces collectes CCFD , de montrer que l’on est évêque et que l’on peut décider justement de ce qui ressort de la charité catholique et des ONG politisées surtout après 30 ans de bandeaux sur les yeux…Mais c’est cela être évêque. C’est avec le soutien d’ONG version CCFD que des catholiques ont fui ces paroisses pour en trouver d’autres où il n’y a jamais de quête et conférences de ce type.
    En Amérique latine, des catholiques ont préféré suivre les évangélistes et les églises protestantes, croyant trouver autre chose qu’une église militante. Malheureusement ils ont échangé le communisme contre l’impérialisme US.
    et l’Église dans tout cela…? Des évêques qui n’aiment pas les lettres ouvertes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *