Nouvelle présidence de la CEF

CEF : Quelle société voulons-nous construire ensemble ?

Download PDF

Quelques jours après les événements tragiques qui ont secoué notre pays, au lendemain des manifestations citoyennes, les évêques du conseil permanent de la Conférence des évêques de France se sont retrouvés ce lundi 12 janvier 2015. À l’issue de leur rencontre, ils ont publié une déclaration intitulée « Quelle société voulons-nous construire ensemble ? ». Une société de l’autruche… La voici :

« La semaine dernière, le terrorisme a frappé et la mort a fait irruption au cœur de notre société. L’attentat contre Charlie hebdo, les prises d’otages et les assassinats qui l’ont suivi sont des drames qui marquent l’ensemble des Français et bien au-delà de notre pays, tous ceux qui sont attachés aux valeurs qui fondent la possibilité de vivre ensemble. Perpétrées sur notre territoire, au cœur de notre nation, ces horreurs ont également suscité un puissant élan de cohésion de nos concitoyens et l’expression d’un soutien de la part de tant de pays, si éclatants ce dimanche, autour des principes fondamentaux qui façonnent notre société. Nous avons pris part à cet élan ; nous le soutiendrons encore.

Nous invitons les catholiques de nos diocèses à prier pour les victimes et à confier à Dieu les âmes aveuglées des terroristes.

Nous saluons les policiers et les gendarmes qui ont payé un lourd tribut dans ces attaques et qui exercent cette mission essentielle de « garder la paix », cette paix quotidienne qui nous semble si naturelle.

Nous assurons de notre fraternel soutien la communauté juive encore une fois endeuillée.

Nous voulons redire que les amalgames sont trop faciles et que la tentation peut toujours exister de confondre une religion avec les extrémismes qui se réclament d’elle en la défigurant.

Nous exhortons les uns et les autres à ne pas entrer dans la spirale mortifère de la peur et du mépris de l’autre.

Toutes les libertés sont intrinsèquement liées les unes aux autres. La liberté de la presse, quelle que soit cette presse, reste un des signes d’une société solide, ouverte au débat démocratique, capable de ménager une place digne à chaque personne dans le respect de ses origines, de sa religion, de ses différences. C’est cette France respectueuse de tous, symbole au-delà même de ses frontières, qui a été meurtrie ; c’est vers cette France qu’ont afflué du monde entier les très nombreux témoignages de sympathie et de compassion ; c’est cette France-là qui dimanche a redit son adhésion profonde aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Le temps viendra où nous devrons avoir le courage de nous interroger pour savoir comment la France a pu voir croître en son sein de tels foyers de haine.

Enracinés dans l’Évangile, portés par l’Espérance, nous devons nous interroger sur notre projet de société. Quelle société voulons-nous bâtir ensemble ? Quelle place réservons nous aux plus faibles, aux exclus et aux différences culturelles ? Quelle culture voulons-nous transmettre aux générations qui nous suivent ? Quel idéal de notre communauté humaine proposons-nous à la jeunesse ?

Nous appelons les catholiques à poursuivre leur engagement dans la vie familiale, la vie associative et plus généralement dans la vie publique pour faire progresser notre société dans la justice et la paix.

Nous invitons à amplifier les efforts faits dans le domaine de l’éducation, conscients que cet enjeu est majeur pour aujourd’hui et pour demain.

C’est ensemble que nous construirons la société de demain. Non les uns contre les autres mais les uns avec les autres. »

Mgr Georges PONTIER Archevêque de Marseille Président de la CEF

et le conseil permanent de la CEF :

Mgr Pierre-Marie CARRÉ, Archevêque de Montpellier, vice-président Mgr Pascal DELANNOY, Évêque de Saint Denis, vice-président Cardinal André VINGT-TROIS, Archevêque de Paris Mgr Jean-Claude BOULANGER, Évêque de Bayeux et Lisieux Mgr François FONLUPT, Évêque de Rodez Mgr Hubert HERBRETEAU, Évêque d’Agen Mgr Jean-Paul JAMES, Évêque de Nantes Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise Mgr Benoit RIVIÈRE, Évêque d’Autun, Chalon et Mâcon

16 comments

  1. Jean-Pierre Delmau

    « Le temps viendra où nous devrons avoir le courage de nous interroger pour savoir comment la France a pu voir croître en son sein de tels foyers de haine. » Donc tout espoir n’est pas perdu, mais, manifestement, ce n’est pas demain la veille.
    Bon exemple de cette fameuse « langue de buis », qui, après cinquante ans de dialogue interreligieux, atteste qu’il n’est pas encore clair pour l’Eglise que l’Islam n’est pas une religion, mais une idéologie de conquête terrestre, au nom de Dieu, mais au profit de ses adeptes. Nos Eminences et Excellences n’ont donc lu ni les témoignages de musulmans convertis, ni les nombreux ouvrages de religieux et théologiens ayant vécu des décennies en pays musulman, ni entendu les témoignages des pasteurs de l’Eglise d’Orient ?
    De telles déclarations doivent faire mal à ceux qui, se souvenant que le pasteur prend soin de ses brebis, sont confrontés chaque jour à l’inquiétude de leur milieu de vie. Le courage, eux l’ont déjà chaque matin.

  2. brandenburg

    Bavardages insignifiants et reprenant un vocabulaire qui n’a rien de catholique.Si ces Eveques s’interrogent encore sur la société qu’ils veulent ou sont incapables de la définir que par des lieux-communs,qu’ils relisent Saint Thomas d’Aquin et sa définition de la société parfaite!

  3. Otto

    Je n’ai pas la force de lire ça. De toute façon, le texte s’adresse à la presse, pour qu’elle confirme que nos évêques sont gentils.
    Tous ensemble : contre les méchants, pour les gentils !

  4. Cassianus

    « Le temps viendra où nous devrons avoir le courage de nous interroger pour savoir comment la France a pu voir croître en son sein de tels foyers de haine » dites-vous… Mais le résultat de cette enquête, nous la savons déjà : c’est que nous avons eu peur de l’étranger, que nous n’avons pas accueilli dans nous cœurs ces frères que Dieu nous amenait de tous les pays du monde pour nous enrichir de leurs diverses cultures. D’ailleurs, c’est ce que vous dites un peu plus loin sous forme de question : »Quelle place réservons nous aux plus faibles, aux exclus et aux différences culturelles ? »

    « Quelle culture voulons-nous transmettre aux générations qui nous suivent ? » demandez-vous encore. La réponse est facile, là aussi. C’est, bien évidemment, la culture du pluralisme culturel, c’est-à-dire une culture contraire à aucune culture = une culture indéterminée. Voilà en effet la ligne que nous a tracée la Parole de Dieu en se faisant chair, voilà la leçon que nous devons tirer de la crucifixion du Fils de Dieu : le refus de refuser, l’acceptation joyeuse et enthousiaste de n’importe quoi.

    • brandenburg

      Ah bon?N’importe quoi en se marrant?Votre conception de la « culture » est vide de tous sens ce qui est d’ailleurs normal,une culture sans principes fondateurs ancrés dans la réalité et non dans des idéologies étant en effet un vide béant dont on peut rire si l’on est de très bonne humeur mais très inquiet si l’on voit les choses en face,car la culture comme tout le reste a horreur du vide.Vous approuvez ainsi « la révolution du nihilisme » dénoncée en son temps dans les années trente par Herman Rauschning avec les conséquences que l’on sait en Allemagne et sa culture de mort comme celle de l’état islamique dont les couleurs du drapeau au rebours des traditions musulmanes-rouge et vert-sont le noir et le blanc ,symboles de la mort, de meme que celles de « je suis charlie » noir et blanc toujours!

    • Marguerite

      Peur de l’étranger ? pas vraiment car la France a accueilli en son sein nombre de migrants mais venant pratiquement tous d’Europe, donc avec une base commune et, souvent tous catholiques.
      Avec les musulmans, c’est tout à fait différent : tout nous oppose. Quand ceux-ci étaient peu nombreux, ils s’intégraient assez bien dans l’ensemble mais ils sont devenus trop nombreux et leur nombre augmente sans cesse et là, c’est source de frictions de plus en plus vives, d’attaques, d’agressions, de meurtres … car notre société laxiste et désordonnée heurte leurs convictions … mais à ce moment-là, qu’ils rentrent chez eux ! Nos dirigeants mous ne le comprennent pas, ne veulent pas voir que c’est un plan concerté d’islamisation mondiale … Ils sont archi-protégés, ils ne craignent rien …

  5. Henri de Bronac

    Le paragraphe sur la liberté de la presse est un monument de sottise et de lâcheté.
    On devrait accepter n’importe quel excès au nom d’une liberté illimitée de dire n’importe quoi et applaudir quand les mêmes demandent l’exclusion d’un Zeymour de tout organe de presse ! Tartuffes !
    L’excessif est insignifiant et lorsque les libertaires décérébrés par leur individualisme forcené sont incapbles de distinguer humour voire dérision et attaques ignobles contre certains, une censure mesurée permettant de garantir un minimum de paix sociale est un bien précieux pour le bien commun, Mais qui se soucie du bien commun ?

  6. Courivaud

    Comme d’habitude, c’est bien lénifiant, ambigü, incomplet, sauf – et ceci est à l’honneur des signataires – un hommage rendu à la police, gardienne des libertés publiques (dommage que cela n’ait pas été dit très explicitement)

    Pour le reste, préférez cet extrait de sermon prononcé par un autre évêque (lire « le Forum catholique ») :

    http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=768187

    (Mgr Rey : « Je suis chrétien » par Abbé Claude Barthe 2015-01-13 09:53:28)

  7. philippe 01

    Oui, chers pères évêques, « le temps est venu, comme vous l’écrivez, de nous interroger pour savoir comment la France a pu voir croître en son sein de tels foyers de haine »…
    Comment beaucoup de Français et de chrétiens, face aux ratés évidents de l’intégration, n’ont voulu y voir que des problèmes économiques, comment nous avons tous plus ou moins consenti à cette simplification imbécile de l’excuse socio-culturelle et de la victimisation des immigrés qui a trop longtemps obscurci notre compréhension des choses. Oubliant l’histoire de la confrontation millénaire avec l’islam et toute la charge affective liée à l’humiliation et au ressentiment des musulmans du fait de l’écrasante domination de L’Occident depuis deux siècles, beaucoup de chrétiens et d’hommes ou de femmes politiques se sont complus dans une vision irénique de la religion coranique et ont cru qu’il suffirait d’un dialogue ouvert et généreux, compassionnel, voire complaisant, pour conquérir les esprits et les coeurs des nouveaux arrivants. C’était gravement oublier les principes fondamentalement, inégalitaires, discriminatoires pour ne pas dire ségrégationnistes de la religion de Mahomet, dogmes intangibles enseignés aux enfants depuis leur plus tendre enfance et qui sont aussi, il faut le dire, des facteurs de haine et que seuls des esprits ouverts et déjà à moitié occidentalisés pouvaient adhérer totalement et sans réserve à nos idéaux et principes républicains. On commence enfin à ouvrir les yeux, mais il en aura fallu du temps, des erreurs, des compromissions graves avec l’islamisme abusivement qualifié de modéré (il n’y a pas d’islam modéré, il n’y a que des musulmans modérés, qui sont heureusement très majoritaires, mais certains et notamment les jeunes en déshérence sont perméables au discours radical des salafistes) pour réaliser l »ampleur et la difficulté de la réflexion idéologique et de la tâche éducative qui ont fait défaut, parce que c’était soi-disant « raciste » ou politiquement incorrect.

  8. alex

    Moi je ne veux pas construire de société avec vous messeigneurs, je veux que  » vienne le Règne de Dieu », comme dans le Pater Noster, que vienne le Règne social du Christ que vous avez détruit totalement avec votre concile V2 et sa suite catastrophique.

    Je me demande combien de temps encore Dieu va accepter d’etre outragé dans sa gloire et sa volonté de régner aussi sur terre, détendre le Royaume des Cieux ici-bas.
    Apparement ces évêques pourris par le monde et surtout par eux-m^mes n’ont plus cette obéissance à la doctrine de Jésus-Christ-Roy commandée dans le Pater Noster et par le Saint Evangile.

    La Sainte Société établie par Dieu ne leur convient donc plus, ou ne l’a jamais été, allez savoir, alors pourquoi se réclament t-ils chrétiens, et surtout catholique.
    Ces gens là idolatrent le Monde et veulent que le Monde, qui est sans-Dieu, créent une société inédite:
    sauf que la Révélation invite aux Noces de l’Agneau, à Son Royaume, dont l’Eglise Catholique était l’image ici-bas et sa préparation.

    Qui peut m’expliquer comment rester Catholique donc Fils de Dieu (les artisans de paix sont « appelés »=invités à devenir fils2Dieu, mais seul le Baptème Catholqiue l’accomplit) ici-bas sans s’encrouter-pourrir&apostasier dans la « nouvelle » secte conciliaire-boudho-luthérienne ni la fausse tradition-conciliaire protestante quand-meme, ni encore s’abimer dans le sédévacantisme auto-déterminé ??

    Tout le monde se moque de Dieu et de Son Eglise Divine évanouie pour un temps ici-bas, meme et d’abord les prélats qui se prennent pour dieu en posant cette question-tentation: « quel monde nouveau(rebelle à Dieu forcement) voulez vous construire, croyants comme incroyant(e)s qu’ils sont visiblement, fidèles comme infidèles disgrâcié(e)s, pieux comme impies et blasphématoires, reconnaissants comme ingrats.

    Non vraiment, quel mépris de Dieu et de son Règne&Royaume, pour le moins, de la part de ces évêques et autres moutons de panurge ultra-mondains.

    « Qui saura nous dire » ? pour de vrai …

    • ALPHA ... OMEGA .

      Vidéo postée ce 14 janvier ( voir lien ci-haut ) montrant de nouvelles menaces musulmans envers nous .
      Cela n’a pas traîné .
      Assaut de la police belge sur des djihadistes , dans le centre ville de Verviers ce 15 janvier vers 17h45 . Ces djihadistes se préparaient à attaquer avec des armes de guerre plusieurs commissariats de police dans le pays .
      Autres arrestations aussi à Bruxelles et Anvers .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *