r

« Ces évêques qui flirtent avec l’extrême gauche »

Download PDF

Avec l’extrême gauche… ce sera sans doute un prochain et passionnant article du Monde… Mais hier, le journal de la bien-pensante bobo a consacré un article à Mgr Dominique Rey, « l’évêque qui flirte avec le FN » (sic) :

« En longeant le local au rideau de fer encore baissé en ce début de semaine, Mgr Dominique Rey ne peut s’empêcher de s’amuser de la bonne opération réalisée dans son diocèse du Var. En mai, le Texas Bar a changé de propriétaire. Ce bar gay du centre de Toulon est passé aux mains des Missionnaires de la miséricorde divine, qui l’ont rebaptisé Le Graal. Cette communauté a été fondée il y a dix ans par l’abbé Fabrice Loiseau avec l’appui de l’évêque, qui lui a confié la paroisse voisine de François-de-Paule.

Les missionnaires ont pour particularité d’observer la « forme extraordinaire du rite romain », autrement dit de pratiquer la messe en latin. Vêtus de leur soutane blanche coupée d’une ceinture noire, ils ont pour vocation première d’évangéliser, en particulier les musulmans, nombreux dans le centre-ville de la capitale varoise. Ils sortent en processions, disent des chapelets de rue, font du porte-à-porte et prononcent des prières en arabe lors d’un chemin de croix dans la vieille ville, le vendredi saint. Et, donc, ils tiennent un bar.

Pour n’être pas banale, cette communauté est tout sauf marginale dans le diocèse. Identité chrétienne affirmée, évangélisation, accent mis sur la liturgie : elle reflète plusieurs priorités de Mgr Rey, 63 ans, l’évêque qui a jeté le trouble dans les rangs de l’Eglise catholique, le 29 août, en recevant Marion Maréchal-Le Pen à l’université d’été organisée par son diocèse à la Sainte-Baume, au pied de la grotte de Sainte-Marie-Madeleine. Cette invitation d’une élue du Front national marquait une rupture avec la politique d’évitement observée jusqu’à présent par l’Eglise catholique.

« La position de l’Eglise en France sur le Front national n’a pas varié », a finalement déclaré Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, le porte-parole de l’épiscopat, dans La Croix (du 27 août). Celle de Mgr Rey sur l’invitation de cet été non plus : « L’Eglise a des questions à poser à tous les partis, par exemple sur le respect de la vie. Le FN a peut-être un arrière-fond xénophobe, mais les autres partis ont aussi des arrière-fonds discutables. »

« Une foi exposée »

Cela fait longtemps que cet évêque, qui s’est beaucoup impliqué dans la mobilisation contre le mariage gay et dans les controverses sur le gender – la « théorie du genre » –, s’intéresse à la politique. Il a ainsi créé dans son diocèse, il y a dix ans, l’Observatoire sociopolitique (OSP), un organisme qui forme les catholiques désireux de s’engager dans la vie publique. C’est l’OSP qui a organisé l’université problématique, avec les dominicains de la Sainte- Baume.

Mais si la politique intéresse Mgr Rey, les frontières partisanes l’indiffèrent. « Ce qui m’intéresse, dit-il, c’est de faire se rencontrer des gens qui ne se rencontrent pas. Je crois au dialogue. En étant dégagés d’une logique électorale, nous pouvons organiser ces rencontres. » Il n’a pas attendu le mois d’août pour mettre en pratique cette ambition. Chaque année, il accompagne des élus catholiques de tous bords en pèlerinage à Rome.

Catholique pratiquant, Amaury Navarranne, l’un des piliers du Front national du Var – aujourd’hui tête de liste dans les Hautes-Alpes – y a participé, tout comme Marc-Etienne Lansade, aujourd’hui maire FN de Cogolin. M. Navarranne assiste aussi à des sessions de l’OSP. Antoine Le Garo, un jeune séminariste breton venu suivre sa formation au séminaire de La Castille proche de Toulon, mesure la particularité du terroir : « En Bretagne, il est impossible de dire que l’on vote FN. Ici, les gens le font sans complexe. Pour tout le monde, ça paraît normal. »

Pour certains prêtres du Var aussi, qui constatent la banalité du parti d’extrême droite chez leurs paroissiens et ne comprennent pas du tout l’émoi soulevé par la présence de la députée du Vaucluse. Leur évêque estime rétrospectivement que le débat avec Marion Maréchal-Le Pen « était intéressant » et qu’à « 40 % de voix [le FN a obtenu 38,9 % des voix aux départementales], il est impossible de faire autrement que de débattre avec le FN ».

Depuis qu’il a été nommé à la tête du diocèse de Toulon par Jean Paul II en 2000, Dominique Rey en a fait un des lieux de référence des courants de l’Eglise les plus attachés à un catholicisme militant, d’identité. Cet évêque de combat y a insufflé un dynamisme ecclésial certain, attirant des vocations dans les générations marquées par les injonctions du pape polonais à affirmer leur identité. Pour lui, « l’enjeu du christianisme aujourd’hui, c’est de passer du chrétien aseptisé à quelqu’un qui porte sa foi comme une conviction. Passer d’une foi reçue à une foi exposée. Nous mourons de notre tiédeur, d’être des chrétiens light. Le christianisme du XXIe siècle doit assumer une position minoritaire mais incisive. C’est ce qui s’est passé pour le judaïsme en diaspora : il s’est maintenu parce que c’étaient des minorités ferventes ».

Dominique Rey est issu de la communauté de l’Emmanuel. Ce mouvement, lié au renouveau charismatique né aux Etats-Unis puis implanté en France dans les années 1970, a largement contribué à vivifier l’engagement de croyants. Il avait rejoint cette communauté avant même le séminaire lorsque, jeune inspecteur des impôts au ministère des finances, il était à la recherche d’un groupe de spiritualité. Il en a aimé « la vie communautaire, l’adoration, l’évangélisation ». Il fut le premier prêtre sorti de ses rangs, en 1984, et, seize ans plus tard, le premier évêque (ils sont cinq aujourd’hui).

Pendant près de dix ans, de 1986 à 1995, il s’est occupé des prêtres et des séminaristes au sanctuaire de Paray-le-Monial, le siège de la communauté par lequel transitent chaque année des dizaines de milliers de fidèles en quête de formations et de ressourcement spirituel. Aujourd’hui, à Toulon, sous l’impulsion de Mgr Rey, ce courant fait bon ménage avec la mouvance « tradi », que la communauté des missionnaires de l’abbé Loiseau n’est pas seule à incarner.

« Chrétiens à l’eau de rose »

L’un des creusets de cette alliance est le séminaire de La Castille. Installé dans un château légué au diocèse dans les années 1920, fermé dans les années 1950 en raison de la crise des vocations, il a rouvert en 1983. « C’était alors un acte de foi », relève Jean-Noël Dol, son actuel recteur. Le relancer a été l’une des priorités de Mgr Rey. Il y a fait entrer les communautés nouvelles (charismatiques, missionnaires, traditionalistes…). Une dizaine sont présentes.

Dans la chapelle du séminaire, les tenues civiles voisinent avec les soutanes. Parmi elles, celles des séminaristes des Missionnaires de la miséricorde divine. Pour eux, une messe est régulièrement dite selon le rite tridentin, dont Benoît XVI a étendu l’usage. « Mettre en place cette messe en latin il y a dix ans aurait été un sujet de division. Aujourd’hui, les jeunes y sont beaucoup plus ouverts », relève l’évêque. Il insiste sur l’importance d’« une liturgie de qualité » et déplore que l’Eglise ait parfois oscillé entre « un formalisme coincé et de simples moments conviviaux » lors des célébrations.

Le séminaire recrute bien au-delà du diocèse. « Aujourd’hui, note l’évêque, les jeunes s’orientent par affinité, non plus seulement sur une base géographique. Ils vont vers un projet qui les botte ! » Avec une soixantaine de séminaristes, La Castille ne parvient pas au niveau de recrutement du séminaire de la communauté Saint-­Martin, en Mayenne, l’autre pôle d’attraction du catholicisme « tradi », qui en accueille plus de quatre-vingt-dix. Mais, dans un univers devenu concurrentiel, il figure parmi les plus dynamiques.

La majorité des séminaristes reste dans le diocèse après leur ordination, ce qui permet à l’évêque d’afficher un presbytérium plus nombreux et plus jeune (57 ans de moyenne d’âge, dont 90 prêtres ayant moins de dix ans de sacerdoce) que beaucoup d’autres. Mais le maillage du diocèse ne repose pas que sur les clercs. Depuis des années, Mgr Rey implante de petites communautés missionnaires qu’il fait venir du Brésil dans des paroisses qui, sans cela, n’auraient plus les moyens humains de maintenir leur activité.

Cette – relative – abondance de prêtres permet à Mgr Rey d’en « affecter certains à des missions particulières ». Lorsqu’il était curé de la Trinité, à Paris (1995-2000), il avait pu se frotter à l’expérience du Bistrot du curé, un établissement que la paroisse gérait à Pigalle, entre deux sex-shops. Dans le Var, le père Axel Weil, de la Congrégation des serviteurs de Jésus et de Marie, évangélise le « monde de la nuit » : depuis dix ans, il s’est fait noctambule pour fréquenter cinq nuits par semaine les discothèques de la région. Le père Marc de Saint-Sernin évangélise les rugbymen en jouant lui­-même dans une équipe et en participant aux « troisièmes mi-temps ». Le frère Jean­-Matthieu côtoie les « jeunes de la rue ». Tous portent la soutane.

Lorsqu’ils parlent de leur quotidien, la discussion vient bien vite sur l’islam et les musulmans. Evoquant les convertis à l’islam, l’évêque pointe la responsabilité des « défaillances » des « chrétiens à l’eau de rose », des « timorés » qui n’auraient pas osé se montrer assez fiers de leur identité. A rebours, l’évêché estime que « 10 % de catéchumènes viennent de l’islam »« L’islam, explique l’évêque, c’est une question prégnante, pour certains une menace, pour d’autres une nécessité de dialogue. Il faut un équilibre entre la logique de dialogue et, à un moment donné, la nécessité d’attester de notre foi. Mais tout dialogue est impossible si nous ne savons plus qui nous sommes. »

Pour plus d’efficacité, Mgr Rey va régulièrement pêcher des idées aux Etats-Unis. Il y cherche des techniques nouvelles y compris auprès de paroisses protestantes : « Je vais étudier le phénomène de croissance d’Eglises dans une société postmoderne. Les Eglises évangéliques ont beaucoup étudié des stratégies visant à faire cheminer le visiteur d’un jour. Il ne faut pas se contenter de l’attendre à la messe. On ne copie pas, on s’inspire et on invente. » Il croit beaucoup à la formation au leadership.

Il a aussi rapporté d’outre-Atlantique l’idée de travailler sur la « masculinité »« Notre société privilégie les relations chaudes, courtes, la fusion, analyse-t-il. La paternité, liée à la loi, à la règle, est dévaluée. Il y a un brouillage des identités. La société est émotive. Nous avons besoin de trouver du sens dans la communauté, dans l’appartenance. » Le diocèse est passé à l’action. Il envisage d’acclimater les Chevaliers de Colomb, une « société fraternelle d’hommes catholiques » structurée en grades, née aux Etats-Unis. En octobre 2014, un camp de quatre jours – prières, discussions, exercices physiques – sur « l’identité masculine » a été organisé à la Sainte-Baume. « Vous découvrirez que Dieu ne vous appelle pas, comme vous l’avez toujours redouté, à être seulement un gentil garçon ou même un bon chrétien, mais bien plus à ouvrir en grand les horizons de votre vie et à y déployer toute la plénitude de votre virilité », explique le site du diocèse. L’expérience est rééditée cette année. »

7 comments

  1. soleily

    Bravo à Mgr Rey pour son enthousiasme et ses audaces, pour son ouverture et pour son travail sur la virilité.
    Oui ! « La paternité, liée à la loi, à la règle, est dévaluée » Mais il s’agit bien de la PATERNITE et non pas de la virilité « en soi ». L’homme n’a pas à énoncer la loi, ni dans les rapports de couple, ni dans les structures sociales. La femme a alors autant de poids que lui dans cet énoncé de la loi. Et surtout la loi énoncée ne doit pas être SA propre loi, c’est la loi de Dieu qui doit être transmise avec constance et ardeur…
    Oui, c’est un travail vital à faire. Nous en avons assez de ces gentils messieurs qui imitent le maternant en le défigurant et en l’écrasant. L’apport du père vient au-delà de l’apport de la mère, sans se substituer à lui, mais en l’enrichissant. C’est ainsi que la personnalité pourra s’épanouir dans l’unification du corps, de l’intelligence et du cœur. C’est dans cette unité que l’âme s’enchante et s’ouvre pleinement à son Seigneur.

  2. lapome

    Que Dieu nous le garde longtemps et Qu’il en inspire d’autre comme mgr Rey
    ras la barette de ces « prélats » qui ont honte de montrer ce qu’ils sont,qui n’ont pas osé faire sonner leurs cloches le 15 aout,qui n’ont même pas ordonné une prière à la messe du dimanche pour nos frères d’irak et de syrie

  3. Philon33

    Heureusement que quelques évêques ont une réelle liberté d’expression et de pensée et ne se laissent pas influencer par la pensée dominante et sont encore fiers de leur appartenance à l’Eglise et ne rasent pas les murs en s’excusant d’être catholiques. Hélas, en Occident certains évêques ont fait le choix du monde contre l’église et leurs pensées malsaines tendent à se répandre avec l’aide des médias. Ils sont faciles à reconnaître, ils sont tous pour l’oeucumenisme ( relativisme) ils sont des adeptes des théories gauchistes et marxistes, pour la théologie de la libération, flirtent avec la Franc-Maçonnerie, ils sont pour la communion aux divorcés-remaries, pour la reconnaissance des homosexuels dans l’Eglise, pour l’ordination des femmes diacres et prêtres, pour la suppression du mot « péché « , de l’Enfer, contre les « tradis » qu’ils ont en horreur, ne font jamais d’adoration eucharistique, ne parlent jamais ni des saints ni de Marie…. La liste est loin d’être exhaustive!

    • em

      Il commence aussi à y avoir un gros problème d’argent dans l’Eglise. Les fidèles moins nombreux, le denier du culte est moins conséquent depuis le Concile. Les modernistes s’imaginent que les fidèles qui ne viennent plus à l’église et ceux qui n’y mettent jamais les pieds n’hésiteraient pas à revenir si on accueillait indifféremment toutes les particularités de la société actuelle.
      En Allemagne où les catholiques sont taxés pour l’Eglise (avec l’impôt)… les divorcés remariés ont déclaré ne plus vouloir payés puisque l’église leur refuse la communion.

      Mgr Rey est un bel exemple d’évêque qui agit en libre exercice de sa mission et non en se laissant enfermer dans une collégialité à la française imposant sa pensée dictatoriale (souvent peu conforme à la doctrine de l’Eglise).
      On jugera l’arbre à ses fruits…

  4. Maurice

    Arrêtez donc d’écrire à tour de bras que – Les fidèles moins nombreux – !
    Je ne le constate pas du tout lorsque je vais à l’office dominical, c’est tout le contraire.

    Ceux qui font de telles déclarations le font-ils par rapport à ce qu’ils constatent aux offices dominicaux ? J’en doute beaucoup, car c’est très loin de ce que je vois.

    • em

      Bien sûr que les fidèles sont moins nombreux, sinon le contraire sauterait aux yeux.
      Vous arrivez à voir toutes les églises de France en même temps ? Allez donc vous promener dans les petits villages le dimanche matin.
      Certains prêtres ont la responsabilité de 20 à 30 paroisses, je ne crois pas qu’ils aient le don de bilocation et la sortie de la messe dans certains bourgs permet de constater que les jeunes désertent les offices et l’Eglise par la même occasion.

  5. Vincent Delérins

    Intéressant de savoir qu’en fait Mgr Rey s’inspire du protestantisme… On apprend que le Saint-Esprit a besoin de « formation au leadership »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *