CAF91008004

Clôture en catimini du procès en béatification d’Edmond Michelet

Download PDF

MT_BR_20150226_1La cérémonie était presque intime (la presse a quand même eu droit à sa photo) : elle a eu lieu dans l’oratoire de l’évêché de Tulle il y a quelques jours. Discrètement, en catimini même (pour éviter la présence d’importuns ?), étant donné que ce dossier soulève de nombreuses questions non résolues et déchaine les passions, le diocèse de Tulle a clos le procès diocésain commencé en 2004 (officiellement en 2006) concernant la béatification du ministre de la Justice du général de Gaulle : Edmond Michelet (1899-1970).

Mgr Bestion, évêque de Tulle, et son prédécesseur, Mgr Charrier, ont scellé un carton de documents. Mgr Bestion indique :

« Cela marque la fin de l’enquête diocésaine, explique le premier. Nous avons regroupé tous les documents, des milliers de pages qui ont été classifiées, numérotées, mises en caisse. Tout partira à Rome début avril ».

« Le travail au niveau du diocèse est terminé. Ce fut un long travail, mené avec opiniâtreté, minutie et ardeur sous la conduite de Lucienne Sallé avec l’aide de la soeur Marie-Josephe Guillossou et de Marie-Dominique Labrousse. Le dossier va être confié à la Congrégation pour la cause des saints, à Rome. Un postulateur romain doit être nommé. Il aura la redoutable charge de rédiger une synthèse que l’on appelle positio ».

« Cela peut prendre encore des années, d’autant que la cause est relativement récente ».

Et que cette cause soulève de nombreuses questions… Des questions auxquelles Mgr Bestion n’a pas souhaité répondre, se contentant, selon ses mots, de verser les pièces au dossier. Et surtout de répondre à l’auteur des questions, seulement une fois l’enquête close… Ainsi Bernard Zeller, fils de l’un des généraux putschistes, a-t-il reçu cette réponse du 16 février :

Lettre_de_Mgr_Bestion_du_16_février_2015_001

Lucienne Sallé avait vertement critiqué Bernard Zeller à propos de son ouvrage sur Michelet (que Riposte catholique avait évoqué). Ce dernier ne désarme pas et a indiqué à Mgr Bestion qu’il contenait informer Rome des sombres faits qui entachent la réputation d’Edmond Michelet, à savoir :

  • la signature de l’ordonnance du 4 juin 1960 rétablissant la peine de mort en matière politique,
  • sa demande au procureur général Besson, en tant que ministre de la justice, en mai 1961 de requérir, devant une juridiction d’exception, la peine de mort contre les généraux Challe et Zeller et, celle-ci n’ayant pas été requise, a exhalé sa colère contre le procureur général et les juges puis, ultérieurement, en présence de Mgr Meyssignac à Brive, contre les officiers détenus à Tulle,
  • son refus de démissionner du gouvernement quand celui-ci, en juin 1967, a approuvé la proposition de loi déposée par Lucien Neuwirth relative à la « prophylaxie anticonceptionnelle » contraire à l’enseignement constant du Magistère de l’Eglise,
  • son silence totalement passif en 1962 et 1963 lors de l’enlèvement de milliers d’européens d’Algérie et de l’assassinat de dizaines de milliers de harkis, alors même que, en particulier par Hervé Bourges, membre de son cabinet au ministère de la Justice qui s’était mis au service du nouveau maître de l’Algérie, il ne pouvait rien ignorer des massacres en cours.
  • et enfin, Michelet aurait proposé le général Peron, célèbre militaire argentin qui fut excommunié par Pie XII, devenu président de la République argentine, pour le prix Nobel de la Paix.

Certains objectent que Bernard Zeller en vue personnellement, en raison de son père, à Edmond Michelet et donc que ce qu’il dit est dénué d’objectivité. Ce à quoi il faut répondre que les défenseurs de la béatification sont très souvent liés familialement à la personne de Michelet… ce qui ne manque pas d’ironie. Rappelons que Edmond Michelet est le grand-père de Mgr Benoît Rivière, évêque d’Autan. Mais accuser l’autre de manque d’objectivité permet d’éviter de répondre aux questions qui fâchent. Un blogue très intéressant n’hésite pas à les aborder.

A ces faits troublants, il faut ajouter que la procédure diocésaine n’a pas été pleinement respectée. En effet, selon l’article 15 de l’Instruction Sanctorum Mater, le postulateur de la cause est tenu de résider dans le diocèse où a lieu l’instruction. Ceci n’a pas été le cas puisque la postulatrice, Lucienne Sallé, réside en permanence dans les Alpes Maritimes.

L’Instruction précise en son article 118, que la personne objet de l’enquête ne doit pas faire l’objet d’un culte indu, puisque le pape n’a pris aucune décision. Or des images de grande taille d’Edmond Michelet ont été affichées dans de nombreuses églises (voir ici), et même dans des cathédrales, entourées d’images de Sainte Thérèse de Lisieux, de Sainte Bernadette Soubirous, du saint curé d’Ars, entre autres, donnant faussement aux fidèles l’idée qu’Edmond Michelet était déjà saint ou bienheureux.

Tous ces faits troublants sont désormais entre les mains de la Congrégation pour la cause des saints.

22 comments

  1. C

    J’ai du mal à comprendre déjà qu’un dossier de béatification ait pu être établi.
    En comparaison Mgr Romero, le prélat salvadorien, dont la béatification avait soulevé de nombreuses questions (situation de guerre civile avec les marxistes d’un côté et la théologie de la libération), lui, au moins, si l’on peut dire, avait été assassiné alors qu’il était en train de célébré la messe, et n’avait pas eu de fonctions politiques stricto sensu. Mais Edmond Michelet, et surtout en ce moment.
    D’un autre côté c’est peut être un moyen de passer la « patate chaude » à Rome pour ne pas avoir à gérer les anomalies localement (« culte » déjà mis en place avant même la décision, etc.) et éviter d’avoir à faire encore traîner les choses dans le diocèse.
    Rome doit prendre son temps…mais depuis quelques temps, Rome sur le sujet semble avoir perdu de sa sagesse de toujours et cela n’est vraiment pas bon car cela crée encore des divisions entre les catholiques voire discrédite les bienheureux et les saints…Rome et donc même la Religion Catholique qui donnerait en exemple des personnes qui sont considérées comme contestables pour certains catholiques, sans parler de l’effet que cela peut avoir sur d’autres chrétiens notamment protestants qui voient les papistes en idolâtres..
    Sans doute il y a du politique dans les béatifications ou les non béatifications (cf Pie XII et pourtant comme il le mériterait lui), mais à partir d’un certain point, l’on en arrive vraiment à un rejet du système quand le côté politique des béatifications semble vraiment évidemment et particulièrement voyant.
    Si Edmond Michelet a un dossier alors pourquoi pas un dossier pour le Roi Louis XVI, la Reine et le petite Dauphin (comme l’église orthodoxe pour le Tsar Nicolas et la famille impériale) et l’archevêque de Paris pendant la Commune, etc?

    • brandenburg

      Tout-à-fait d’accord sur le famille royale martyre mais qui osera?L’Eglise ne devrait ps se soucier des réactions toujours partiales de qui que ce soit!

  2. théofrède

    cette béatification est scandaleuse quand on connait les détails de l’indépendance de l’Algérie
    si Edmond Michelet était si saint, pourquoi n’a-t-il pas démissionné ?
    il existe encore des milliers de personnes qui ont souffert des décisions injustes du gouvernement dont il faisait partie

      • brandenburg

        En effet!A la Congrégation puis au Pape à en juger!Gageons que l’Evêque malgré cette précipitation en douce,sans doute justifiée et que j’ai mal appréhendée peut-être, par le climat local, et ceux dont il reçu les témoignages ont été loyaux et puis on verra bien!

      • théofrède

        la seule idée de pouvoir le béatifier est scandaleuse : à ma connaissance il n’a jamais exprimé le moindre remord pour ce qu’il avait fait, et ce que le gouvernement dont il n’a pas démissionné avait fait

    • toto

      @théofrède
      vous avez raison, mais c’est pour préparer la béatification de de Gaulle, encore plus scandaleuse. Les démons régnent sur Terre, faut bien qu’ils poussent à la canonisation de leurs sbires.
      Rendez-vous au jugement dernier.

      • pm

        Pour le Général, après sa mort, Marthe Robin aurait dit à Madame que son mari n’était pas au ciel…. elle sortit en pleurs et se retira dans une communauté religieuse jusqu’à sa mort.
        Il a fait beaucoup de mal à la famille Pétain et à la France par ses affinités avec la F.M. et les communistes, les aidant à se réinstaller dans la France d’après-guerre. Beaucoup ne lui pardonnent pas d’avoir abandonné l’Algérie et la mort de Bastien Thierry.
        Cela fait beaucoup de négatif sur la balance !

        • Vincent Delérins

          Toujours très amusant d’entendre les catholiques traditionalistes faire l’apologie du Maréchal Pétain. Cette bienveillance à l’encontre du Général Pétain n’existait pas avant-guerre ! Il était laïc et marié civilement à une divorcée ! Imaginez !

          • toto

            @Delérins
            Les Français ont été le peuple d’Europe qui a le moins souffert de la guerre (en partie sous les bombes alliées) et c’est grâce à Pétain qui a assumé la défaite. Quand tous les politicards va-t-en guerre qui avaient saboté l’armée dans les années 1936-1939 se sont débinés, ils ont laissé les problèmes à Pétain. Mettre dans la même balance la vie privée de Pétain et sa vie publique, comme vous le faites, relève de la malveillance (envers les catholiques traditionnalistes). Et je connais quelques dizaines de communistes et socialistes qui admirent Pétain, pas seulement pour Verdun.
            Il n’y a que les gaullistes et les cathos de gauche pour baver encore de haine contre Pétain.

  3. Philippe VARLET

    J’espère que Edmond Michelet ne sera pas porté sur les autels, cela serait du n’importe quoi.
    Il faut, malgré tout, s’attendre, malheureusement, que l’Église dérape (tout au moins les gens d »Église) comme elle a dérapé pour Jean XXIII !

  4. Cecile

    Il y a des saints qui le sont devenus tardivement. Il faudrait voir si sa réputation de sainteté porterait sur tout sa vie ou sur la fin de sa vie seulement, et dans ce cas, à partir de quand et à quoi se perçoit la conversion et donc le remords vis à vis de certaines erreurs…(les saints ne sont ni parfaits, ni infaillibles)
    A voir … quand le dossier sera accesible et si c’est le cas un jour…

  5. T. Michelet

    Ce n’est pas la fin d’un « procès de béatification » : autrement il serait béatifié !
    C’est juste la fin de la partie diocésaine de la procédure, qui n’appelait donc pas plus de publicité que cela.

    Donc tout commence… parce que désormais le dossier part à Rome, et peut prendre des années, avec un postulateur qui sera chargé de faire avancer la cause. Cela ne préjuge donc en rien de l’issue finale du procès. Ce n’est pas parce que le dossier part à Rome que l’intéressé sera béatifié. C’est juste que la partie diocésaine est achevée.

    Ce qui permet de faire une première mise au point : la partie diocésaine dépendait du diocèse de Tulle, Edmont Michelet étant de Brive. Donc le fait que son petit-fils soit Mgr Rivière évêque d’Autun n’a pas d’influence sur le procès (et d’autant moins si cela part désormais à Rome).

    D’autre part, on n’a même pas écrit la biographie critique (« positio ») : c’est dire ! Les questions historiques devront être en effet examinées à fond. Et donc elles sont loin d’être réglées. Et ça peut prendre des années. Ce fut le cas pour Charles de Foucauld, dont plusieurs parties de sa vie n’étaient pas très claires, ce qui a retardé le procès pour des années jusqu’à ce que la clarification soit faite.

    Il n’est donc pas inutile que M. Bernard Zeller ait écrit deux ouvrages à ce sujet (2010 Edmond Michelet est-il un saint ? Biographie interrogative ; 2012 L’autre visage d’Edmond Michelet) et publié le journal de prison de son père le général André Zeller (2014 Journal d´un prisonnier – Le témoignage d´un des quatre généraux du putsch d´Alger).

  6. gerard 2

    Il semblerait même que Michelet renseignait le GPRA !
    Si l’information est vraie il pourrait s’être rendu coupable d’avoir fait tuer des soldats français … chrétiens !

    • brandenburg

      Vous confondez les époques!Et cet autre Eveque de Paris qui lui aussi essaye de s’interposer en 1848,est assassiné et dont j’ai oublié le nom!L’un n’empêche nullement les autres!Au diocèse de Paris et son Archevêque de faire leur boulot! »Il n’y a pas deux saints qui se ressemblent »-constatation éternelle!

      • Tonio

        Bah je ne confonds rien du tout, je profite d’un article pour demander à des gens qui peuvent être informés s’ils ont une information.

  7. Dacey

    A quand le procès en béatification du roi martyr Louis XVI, mort entre autres pour être resté fidèle à l’Église et avoir refusé de créer un schisme en signant le décret de constitution civile du clergé ?

  8. Du temps d’un précédent évêque de Tulle les courriers relatifs à l’instruction de la cause Michelet n’étaient-ils pas dans une armoire ouverte dans la salle d’attente de l’évêché ? Les procédures des canonisations depuis Vatican II laissent vraiment dubitatif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *