eveque

Elections et respect de la dignité de la personne humaine

Download PDF

Réflexion de Monseigneur Olivier Leborgne, évêque d’Amiens, à l’occasion des élections régionales :

A la veille des élections régionales, espérer en politique. Les élections régionales 2015 vont avoir lieu dans un contexte particulièrement tendu. Les attentats récents se surajoutent à une situation économique et sociale, nationale et internationale déjà difficile et anxiogène.

La peur peut être paralysante. Elle peut être aussi constructive et pousser à se surpasser, à entreprendre des actions nouvelles et déterminées.

Sur cette toile de fond, la restructuration administrative des régions peut être vécue comme une perte d’identité et de proximité, et provoquer un malaise diffus. Elle peut aussi être source de nouvelles coopérations, d’ouverture et d’un nouveau départ.

Les élections régionales interpellent les chrétiens comme tous les citoyens. Alors que certains médias risquent parfois de favoriser la dictature de l’émotion et des petites phrases, la tradition chrétienne propose un certain nombre de repères nécessaires à la vie en société :

  • Le respect de la dignité de la personne humaine à tous les moments de sa vie et quelle que soit sa situation. L’homme, quel qu’il soit et où qu’il soit, ne peut être mesuré à son utilité apparente. Ce respect s’exprime déjà dans le renoncement au simplisme, au cynisme ou à la dérision dans le débat politique.
  • La recherche du bien commun, de ce qui est bon pour tous. Tout ne valorise pas la vie humaine, ni la vie ensemble. Le repli sur soi dans un individualisme consommateur ou sécuritaire est toujours mensonger – il n’atteint jamais le but qu’il s’était fixé – et destructeur.
  • Le principe de solidarité. Ce principe ne relève pas d’abord de la générosité mais de la justice. La protection du plus petit et du plus faible ne peut être sacrifiée sur l’autel de l’utilité, de la rentabilité ou du confort. Le Pape François est le porte-parole inlassable des plus pauvres et des plus démunis.
  • L’encouragement et le respect des initiatives personnelles, associatives, locales, dans un esprit de subsidiarité.
  • La recherche de la paix dans la justice et la vérité. L’émotion seule est souvent source de confusion, ce qui génère toujours de la violence. Seules la recherche de la vérité et la promotion de la justice pour tous permettent de construire l’avenir.

Le choix de la vie ensemble se refait à chaque élection. L’espérance en politique est possible, elle dépend d’abord de chacun de nous. Les « professions de foi » des listes électorales vont arriver dans nos boîtes aux lettres ; il en va du devoir de tous et de toutes de réfléchir en raison et discerner en conscience ce que nous voulons promouvoir, pour donner mandat à ceux qui le serviront le mieux.

9 comments

  1. gege

    Cher Mgr. Leborgne,

    Je fais parti de votre région et Je viens de recevoir les « professions de foi » des listes électorales dans ma boite aux lettres, j’ai aussitôt suivi vos conseils, j’ai beaucoup réfléchi en essayant d’y trouver les repères que vous nous indiquez. Je n’ai rien trouvé qui colle avec la tradition chrétienne sur aucune d’entre elles…. Alors je fais quoi? Vous êtes gentil…Mais gentil n’a qu’un œil, comme le borgne!

    • hermeneias

      gege

      Vous faites quoi ?
      On fait quoi ?
      « Aime et fais ce que tu veux »….. On fait ce que VEUX c’est à dire ce qui est BIEN pour nous .
      Les évêques , les « pasteurs » de l’Eglise , ne sont pas censés nous dire pour qui voter si ils peuvent éclairer le choix ….Théoriquement …..
      En pratique on se débrouille avec son bon sens , son intelligence , l’observation du réel et la foi

  2. Georges

    Moi aussi j’ai reçu tous les papelards. Je voterai volontiers s’il y en avait un ou une pour annuler la loi du « mariage » des homos et le « gender » dès la maternelle. C’est sûr que s’il y avait moins de sodomites il y aurait moins de sida par eux véhiculé, 10 pour cent de plus chez les jeunes en 15 ans… En 2015 la pub pour de futures « tatas » comme dirait Georges Clémenceau l’anticlérical a bien fonctionné.

  3. Arthur

    Gégé, vous butez avec raison sur le fait que votre évêque ajoute des critères qu’il n’est pas correct d’ajouter aux vrais principes non négociables, pour en réalité fermer la porte au FN et ouvrir le vote au Parti socialiste. Or c’est ce dernier qui est le pire pour les vrais et seuls principes non négociables, les trois définis par Benoît XVI. Donc ce discours soi-disant objectif des autorités ecclésiales est malhonnête. C’est un coup de poignard dans le dos de la doctrine sociale de l’Eglise.

  4. Hervé Soulié

    Mouais…Cela tient à peu près la route comme discours.
    C’est en tout cas mieux que le poison de Brunin, « évêque » (!) du Nord.
    Mais franchement, a-t-on vraiment besoin de cette littérature épiscopale avant chaque élection ?

  5. Gilberte

    le respect de la dignité humaine est très important, mais n’étant pas enseigné dans les écoles, les Français ne mettent pas la même chose derrière ce mot: respect de l’embryon ou non, droit à l’euthanasie ou non, égalité homme-femme chez les musulmans ou asservissement, par exemples, sans compter le droit au djihad assassin

  6. François

    On nous refait le coup, à propos des élections régionales, de ce que Mgr Vingt-trois avait déjà fait à propos des dernières élections présidentielles, à savoir enlever toute portée pratique aux principes non négociables, les vrais, ceux qu’ avait énonces Benoit XVI – centrés sue la vie, sur le mariage, et l’éducation des enfants par les parents – en y ajoutant d’autre critères, au demeurant flous du genre accueil de l’autre et écologie

    Moyennant quoi il a pris une responsabilité objective dans l’élection de François Hollande qui a fait prendre toutes les mesures mortifères que l’on connait, notamment le fait de pousser l’Ivg, et l’adoption d’enfants par des couples sans homme ou sans femme, et bientôt à coup sûr la PMA etc…Et la France, fille ainée de l’Eglise, modèle pour le monde, est tombée dans ces folies, invitant les autres à la suivre puisque même la France l’aura fait!!. La responsabilité des évêques de France est immense. Et voilà donc que nos évêques remettent ça!. Et la CEF a déjà annoncé qu’ils comptent recommencer pour 2017!

    Et ce sont encore les plus faibles, les enfants, qui triquent.

  7. Hugues

    Ce qui est stupéfiant, c’est que nos autorités ecclésiales ne paraissent pas connaitre l’histoire, cela les refroidirait dans leurs tentations de collaboration de fait avec le pouvoir en place, qui a pris et continue de prendre des mesures radicalement contraires aux lois naturelles et à l’ Evangile, et à la protection des faibles (IVG promue, enfants privés de père ou de mère par le mariage entre deux hommes ou deux femmes, euthanasie, manipulation génétique, formatage de la jeunesse par la destruction de l’instruction publique, propagande éhontée dans les medias etc…etc…etc…, .

    Qu’on se rappelle les périodes de collaboration, parfois tragiques, dans l’histoire de l’Eglise…

    Plutôt que d’apprendre au séminaire la sociologie et autres fausses sciences, on ferait mieux d’y apprendre l’histoire, cela mettrait un peu de plomb dans les cervelles et d’esprit de responsabilité chez les futurs pasteurs de l’Eglise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *