l

Fatiha dans une église à Lyon : précision du diocèse

Download PDF

Suite à nos articles sur l’étrange cérémonie isalmo-chrétienne qui s’est déroulée dans une église de Lyon le 4 avril (voir ici puis ), nous avons reçu des précisions du diocèse de Lyon, précisions que nous livrons à votre sagacité :

Dans le cadre des vêpres du Dimanche de la Miséricorde, où étaient très spécialement invités migrants et personnes investies dans les paroisses accueillantes, nous avons proposé que des réfugiés puissent exprimer leurs intentions de prière. Ce choix honorait le travail d’accueil dans les paroisses tel que le pape l’a demandé et comme lui-même en a donné l’exemple.

C’est dans ce cadre qu’une femme musulmane a chanté quelques phrases en arabe, qui s’avèrent être des extraits de la fatiha, ce qui a choqué nos frères chrétiens d’Orient. La Cellule diocésaine Migrants s’en est expliqué avec eux et regrette que cette prière ait pu blesser ceux qui ont tant souffert de la persécution et de l’exil.

Merci de votre attention à la démarche d’accueil qui se fait au sein du diocèse de Lyon

Nous remercions le diocèse de Lyon pour ces précisions et nous relevons que cette musulmane est singulièrement mal élevée d’insulter les gens chez qui elle est reçue.

maximilienbernard@perepiscopus.org

10 comments

  1. Le cardinal de Lyon a pris comme avocat un nommé André Soulier, franc-maçon officiel. Or les maçons professent le naturalisme (selon Léon XIII). Ils sont indifférents aux « dogmes » et renvoient dos à dos toutes les fois et religions qu’ils pensent toutes arbitraires.

    L’avocat aurait-il déteint sur son client ?

  2. Courivaud

    pitoyable, cette réponse du diocèse.
    On comprend la colère de ces chrétiens d’Orient, mais il faut vérifier les faits.

    et là, le commentaire conclusif de M. Bernard est piteux, car il aurait AU MOINS FALLU mener une véritable enquête avant de lancer une information de cette nature, surtout si le père Viot, qui n’est tout de même pas n’importe qui, intervient pour émettre de sérieuses réserves sur les faits relatés.

    Il y a un problème de déontologie journalistique, vous ne croyez pas ?

    Je pense que « La Croix » n’aurait pas réagi ainsi pour relater l’événement, quoiqu’on pense ou quoiqu’on dise de ce journal.

  3. Jacquesjacques

    … ça ose tout , c’est à ça qu’on les reconnait.
    Désolé mais il faut nettoyer l’église en commençant par la tête.
    C’est à ses fruits qu’ on reconnait l’arbre.

  4. Myriam

    Au sujet de la récitation de la fâtiha dans une église de Lyon, ce que je souhaiterais est très simple et sensé: la réciprocité. Peut-on lire un texte de l’évangile ou réciter le « Notre Père » dans une mosquée? Si en Arabie l’on découvre chez quelqu’un u n évangile ou une bible, il est arrêté et passible de prison – ou plus.
    Quant au secours que la communauté chrétienne – et plus particulièrement le Vatican – offre aux migrants musulmans, il serait plus normal pour des chrétiens de secourir les chrétiens d’Orient – qui souffrent encore plus que les musulmans – plutôt que de les abandonner à leur triste sort pour secourir ceux qui les persécutent. Les croisés du XIIe siècles venaient, eux, au secours de leurs confrères chrétiens persécutés à Jérusalem. Nous regrettons qu’il ne soit pas ainsi de nos jours.

  5. Pingback: Dhimitude pathologique |

  6. balanine

    Pauvre clergé français, si vous aviez connaissance de toutes les larmes que verse Notre Dame !

    Seigneur donnez-nous des Prêtres
    Seigneur donnez-nous des Saints Prêtres
    Seigneur donnez-nous beaucoup de Saints Prêtres !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *