Hollande-et-le-pape-François

France-Vatican : le bras de fer continue

Download PDF

Le secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin, se rend à Paris où il doit arriver mardi 2 juin. Il est attendu mercredi 3 juin au matin au siège de l’Unesco pour intervenir sur l’Église et l’éducation. Le numéro 2 du Saint-Siège s’entretiendra avec François Hollande sur « des sujets d’actualité internationale », indique l’Elysée. La présidence espère parler du climat et de la conférence internationale qui aura lieu à la fin de l’année, mais il est fort probable que le cardinal évoque le sort des chrétiens d’Orient et l’action de la France pour trouver une solution à la crise.

Le cardinal devrait aussi parler de la nomination toujours bloquée d’un nouvel ambassadeur de France près le Saint-Siège. Le gouvernement français a proposé le diplomate Laurent Stefanini depuis le 5 janvier dernier. Cela commence à faire long. L’absence d’agrément du Saint-Siège vaut décision implicite de refus de cette nomination. Paris ne veut pas céder et déclare en public qu’il s’agissait du « choix de la France » et que, si le Vatican rejetait son candidat, à lui de « l’assumer ». « Le dialogue est encore ouvert et nous espérons qu’il puisse se conclure de manière positive », a déclaré le chef de la diplomatie vaticane, le 26 mai. Sur le fond, le pape n’a aucun grief personnel envers le candidat de l’Élysée. Son homosexualité discrètement assumée n’est pas en cause. En le recevant en privé le mois dernier, le pape a signifié que le problème ne concernait pas la personne elle-même mais ce qui est considéré comme une instrumentalisation par l’Élysée de cette nomination. « Il a senti que François Hollande voulait lui forcer la main et il ne cédera pas ». En somme, le pape ne veut pas que son agrément puisse servir de caution au mariage homosexuel.

Un prélat français en fonction à Rome explique :

 « L’attitude de la France a été inqualifiable. Ce n’est pas tant la personne choisie qui est en cause que le procédé, en contradiction totale avec les règles diplomatiques. C’est comme si nous désignions nos évêques avant que le ministre de l’Intérieur ne les accepte. »

Dans ce contexte, la perspective d’un voyage du pape en France s’éloigne. Envisagé en 2015, ce déplacement pourrait ne pas avoir lieu… avant le deuxième semestre de 2017. Le Vatican évite les périodes préélectorales. Le père Lombardi, responsable du bureau de presse du Vatican, indique :

« Pour l’instant, aucune date n’a été arrêtée et aucun travail préparatoire n’est engagé. Un déplacement en Europe est certes moins difficile à organiser que sur un autre continent, mais pour l’instant nous n’avons pas de date. »

François n’a pas de lien avec la France, contrairement à ses prédécesseurs et il ne parle pas la langue de Molière. Le Français, langue diplomatique du Saint-Siège, perd du terrain à la curie. Le poste de « ministre des Affaires étrangères », souvent dévolu à un Français, a été confié à un Britannique, Mgr Paul Gallagher. Le frère Serge-Thomas Bonino, doyen de l’université de l’Angelicum pour la philosophie, précise :

« Depuis cinq ans, nous n’avons plus d’étudiant français à l’école des nonces apostoliques. Pour l’instant, la France compte six nonces en fonction. Qu’en sera-t-il à l’avenir? Les diocèses français, confrontés à la crise des vocations, retiennent leurs prêtres dans les paroisses »

26 comments

  1. Maurice

    Il ne faut pas céder !
    Céder serait prit comme une faiblesse de la part des beaucoup de fidèles qui doute de Rome.
    Ceux qui nous dénigrent auraient beau jeu de nous railler. Il est vrai qu’en ce moment, il y a de quoi avec les réunions en catimini sur l’homosexualité.

    D’après l’AFP du 26/05/2015, – les présidences des trois épiscopats se réunissant chaque année pour faire le point sur des questions d’intérêt commun –.
    Plusieurs des théologiens présents militent pour une évolution de la position de l’Eglise vis-à-vis des divorcés remariés et des personnes homosexuelles.

    La FSSPX a de beaux jours devant elle ! (et c’est tant mieux)

  2. « … C’est comme si nous désignions nos évêques avant que le ministre de l’Intérieur ne les accepte. » Question: Est-ce a dire que les évêques sont nommés APRÈS que le ministre de l’intérieur ne les aient acceptés ? Rsvp…

    • Philibert

      C’est bien exact.
      Ceci dit, cette disposition n’est plus que protocolaire : il paraît que le ministère de l’Intérieur accepte toujours toutes les nominations d’évêque.

  3. Hervé Soulié

    Espérons que le Saint-Siège ne cédera pas.
    Ce serait un pied de nez aux centaines de milliers de manifestants de la « Manif pour Tous » qui se sont mobilisés pour la défense de la famille chrétienne et contre la mariage homosexuel.
    Attention ! Piétiner ses soutiens, trahir ses amis ne serait pas un bon présage pour l’avenir.
    Illusoire d’espérer, dans cette funeste hypothèse, que les catholiques de France se mobilisent à nouveau pour défendre un aspect ou un autre de la pensée sociale de l’Eglise.

  4. Accueillir le pécheur, c’est le devoir primordial de l’Église sans accepter la promotion de ses péchés…
    L’Église est responsable de l’enseignement du Christ envers l’universalité de toutes les populations…
    Il faut pardonner nos erreurs comme pour les autres sans accepter le mal comme bien…

  5. hector

    « François n’a pas de lien avec la France, contrairement à ses prédécesseurs et il ne parle pas la langue de Molière.
    Le Français, langue diplomatique du Saint-Siège, perd du terrain à la curie.
    Le poste de « ministre des Affaires étrangères », souvent dévolu à un Français, a été confié à un Britannique,
    Mgr Paul Gallagher. Le frère Serge-Thomas Bonino, doyen de l’université de l’Angelicum pour la philosophie, précise  »
    (…)
    PS ce n’est pas une blague ?

  6. Thierry

     » Ô Hollande, commediante ! Tragediante ! », tu mérites un coup de pied dans le cul…
    RAPPEL :
    Les camouflets au Vatican sont une vieille tradition française depuis la Révolution et même depuis la gifle célèbre de Guillaume de Nogaret…
    Après Pie VI incarcéré par le Directoire, c’est au tour de son successeur de subir avanies et violences du petit Buonaparte.
    Les paroles célèbres de Pie VII refusant le divorce à Buonaparte,  » Non possiamo. Non dobbiamo. Non vogliamo » (« Nous ne le pouvons pas. Nous ne le devons pas. Nous ne le voulons pas »), lui valurent de rester prisonnier jusqu’en 1812, ce qui est proprement sidérant !
    Eh oui ! c’est aussi ça la France !
    Autres paroles célèbres du même pontife au même histrion qui tente de le manipuler par des menaces et des flatteries : « Commediante, tragediante ! », « comédien, tragédien ! ». Ces deux mots constituent à eux seuls une maxime de profonde sagesse chrétienne. Quelle incontestable supériorité psychologique, morale et spirituelle ! Une âme de fer dans le corps fragile d’un vieillard, impressionnant !
    Tenez bon pape François !

  7. karr

    Signons une pétition au ministre des affaires étrangères afin que le gouvernement propose un autre candidat au poste d’ambassadeur près le Saint-Siège,soyons nombreux à la signer et à la faire connaître.

    • Denis F

      Une pétition pour des illettrés qui ne savent pas lire, et des sourds qui ne veulent entendre que les louanges?
      Peine perdue!
      VOTONS, Citoyens.

      • hermeneias

        Euh votons « citoyen » , c’est à dire ?

        Quand on voit ce que l’on voit et ne voit pas ce que l’on voudrait voir ….On se demande ce que vous voulez dire

        • Denis F

          La majuscule de citoyen englobait aussi celle de chrétien!
          J’entendais donc par là que, n’en déplaise à qui que ce soit, les Citoyens Chrétiens de ce pays osent s’exprimer haut et fort, sans crainte et sans honte!!!
          A NOUVEAU!
          Enfin…
          Et que les prétendus représentants élus sans majorité REELLE ne puissent plus imposer leurs visions dégradantes et décadentes, n’étant plus élus.
          Voilà ce que je voulais dire.
          Sans arrière pensée au départ.
          Autant contre la Gâuchie, que toute fausse droite!!!

          Et j’ajoute, désormais , Saint-Augustin à mes réflexions permanentes :

          « A force de tout voir on finit par tout supporter…
          A force de tout supporter on finit par tout tolérer…
          A force de tout tolérer on finit par tout accepter…
          A force de tout accepter on finit par tout approuver. »

          Notre sanctification personnelle est peu probable (En tous les cas en ce qui me concerne!), mais notre avenir dépend de nous, et les valeurs hautement morales de l’Eglise sont définitivement un rempart contre… ceci, cela, etc.

  8. toto

    On n’a pas besoin de nonce français, on a besoin de bons nonces qui ne plient pas devant la minorité des sodomites de tous les pays que ces sodomites soient dans les gouvernements, dans les groupes de pression ou les sociétés secrètes.

  9. Bernard Pellabeuf

    Quelle comparaison stupide on voit dans ce texte : la nomination des ambassadeurs n’obéit pas aux mêmes règles que la nomination des évêques. L’agrément de l’Etat recevant un ambassadeur est requis, parce qu’il s’agit de relations entre deux Etat, tandis que la nomination d’un évêque est une affaire interne à l’Eglise. C’est une courtoisie faite par l’Eglise à l’Etat français que de demander son avis au gouvernement pour la nomination d’un évêque, mais cette façon de faire peut être changée unilatéralement.

    • Jean-Vincent

      Erreur cher monsieur, ça c’est sur le facial. Les républicains peuvent est se sont souvent opposés à la nomination de tels ou tels Evêques, car trop comme cela, ou pas assez comme ceci etc …. etc ………. Et je n’aborde pas ici les nominations des « fonctionnaires  » du Concordat.

    • Denis F

      Merci d’avoir mieux écrit ce que j’ai mal exprimé!
      Que l’Eglise se détache des basses contraintes politiques et politiciennes!!!
      Et, Seigneur, qu’un Bon Pape n’ait pas peur de venir en visite en France, un jour, même en période électorale… car l’avenir de la France pourrait en dépendre plus vite encore que prévu.
      (Surtout si les circonscriptions et les dates peuvent être « modifiées » à l’avenant!!!).

  10. Pingback: Visite du Cal Parolin : silence de l'Elysée - Riposte-catholiqueRiposte-catholique

  11. Thierry

    Je voudrais revenir sur la proposition de nomination de M. Stefanini au poste d’ambassadeur de France auprès du Vatican.
    On nous dit :
    « Son homosexualité discrètement assumée n’est pas en cause. En le recevant en privé le mois dernier, le pape a signifié que le problème ne concernait pas la personne elle-même mais ce qui est considéré comme une instrumentalisation par l’Élysée de cette nomination. « Il a senti que François Hollande voulait lui forcer la main et il ne cédera pas ». En somme, le pape ne veut pas que son agrément puisse servir de caution au mariage homosexuel. ».
    Cette histoire est complètement hallucinante et démontre une fois de plus combien le pouvoir socialiste et Hollande en particulier méprisent profondément jusqu’à vouloir les ridiculiser publiquement les chrétiens et l’Eglise catholique.
    – D’abord, jamais le gouvernement n’aurait osé forcé la main d’autres confessions et singulièrement des représentants de la communauté juive et encore moins des autorités des communautés musulmanes en France. On sait combien l’islam honnit les relations sexuelles entre personnes du même sexe et parmi les représentants des différentes communautés musulmanes, les intégristes de l’UOIF sont les plus catégoriques.
    Dalil Boubakeur lui-même qui se fait passer pour un « modéré » (on ne sait plus ce que signifie ce terme chez eux…) a déclaré sans ambages (il me semble plus d’une foi) que l’islam condamnait l’homosexualité et qu’il n’était pas « possible de reconnaître » ces pratiques pour ces raisons. L’islam est encore plus ferme et plus brutal que l’Eglise qui reste ouverte et accueillante aux personnes dites homosexuelles. L’islam en appliquant strictement la charia, appliquerait la peine de mort pour les coupables d’homosexualité.
    La volonté à peine dissimulée de François Hollande visant à « forcer » la main du pape est donc encore plus révoltante et plus injuste ! Les attentats contre les homosexuels sont perpétrés en France non par des chrétiens comme chacun sait, mais par des sectateurs de Mohamed. Un uranien à leurs yeux ne vaut rien, il a perdu sa dignité humaine. C’est un point de vue scandaleux toléré par la République laïque pour des raisons électoralistes.
    – En voulant faire avaler des couleuvres au pape Hollande enfreint également très gravement les régles diplomatiques. Un Etat, s’il veut nouer des relations diplomatiques équitables avec un autre Etat, ne peut léser la partie opposée sans violer gravement le droit des gens. Un tel geste est même la négation de toute diplomatie ! La France en laissant laisse entendre que le Vatican doit se soumettre et accepter ses positions sans conditions, considère que le Saint Siège est en quelque sorte un Etat vassal occupant un rang inférieur.
    C’est plus qu’un incident, c’est une humiliation !
    Hollande, toujours aux ordres de Barak Obama, se montre d’une arrogance et d’un mépris souverains avec le pape François en lui signifiant que les régles diplomatiques les plus élémentaires n’ont aucune valeur et peuvent être violées avec le Saint Siège…
    C’est à hurler …! L’Etat fait bien la guerre aux catholiques, ne nous voilons pas la face.

    • Denis F

      Pardonnez-moi une parenthèse, mais quand on voit la position de nos affaires étrangères sur la Syrie, il est évident que bon sens et diplomatie ne font pas partie des habitudes des évadés de l’asile qui osent toujours nous imposer leurs dérives diverses…

  12. Merci au Saint-Père de rester ferme et inflexible devant les provocations bassement idéologiques des ennemis déclarés publiquement de Notre Seigneur et de son Eglise !!!!
    Que le Saint Père sache tout notre soutien, face au mépris d’un si mauvais politicien, mais vrai dictateur. Le Vatican n’est pas à la botte de hollande et consors.

  13. Pingback: Visite du Cal Parolin : silence de l’Elysée » Patrie-Actus

  14. Féru

    Quand je vois le regard du pape sur la photo, je me dis :
    1) fort heureusement, Normal 1er n’est pas de taille, il a en face de lui une volonté de fer,
    2) je n’aimerais pas moi-même affronter ce regard.

  15. Denis F

    Mais il est presque tout sourire, le ravi, en face!
    Regrettant sans doute de ne pas être à l’origine de la nomination du Pape, non?
    De toutes les façons, pour ce qui est du regard, il a perdu le sens des réalités, si tant est qu’il l’ait eu un jour :le regard réprobateur du Peuple ne lui fait ni chaud ni froid, et pour ce qui est du regard noir, il croise souvent celui de la Bête de « Ni maîtres ni dieux »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *