Le diocèse de Clermont avait prêté une chapelle aux musulmans depuis 30 ans

Download PDF

Voici ce que l’on découvre sur le site du diocèse de Clermont :

A l’occasion d’une cérémonie à la grande Mosquée de Clermont-Ferrand, la communauté musulmane a restitué les clés de la chapelle située rue Sainte Claire, face à l’église St Eutrope, qui avait été mise à leur disposition pour leur culte depuis 1977 par Mgr Dardel et la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph. Ce vendredi 13 mai, les participants ont salué « quarante ans de dialogue fraternel et d’estime mutuelle ». Les musulmans ont exprimé leur gratitude pour leur avoir permis d’avoir un lieu de culte en ville, n’ayant pas à l’époque les moyens d’en financer un. Depuis, la grande mosquée de Clermont a été construite rue du Docteur Nivet et a été ouverte aux fidèles début 2010. L’imam Hocine Mahdjoub et Karim Djermani ont souligné « l’apport précieux et généreux de la communauté chrétienne au dialogue interreligieux, suite au concile Vatican II. Cet acte fraternel a permis la reconnaissance officielle du culte musulman en Auvergne ». Un hommage a aussi été rendu par la voix de l’imam au père René Mazenod, délégué au dialogue interreligieux, disparu brutalement il y a quelques années, « qui a su, sa vie durant, s’assurer l’estime et l’amitié des musulmans ». La cérémonie s’est déroulée en présence de Mgr Hippolyte Simon, du père François Fonlupt, nouvel évêque de Rodez, qui avait pris la suite du père René Mazenod, du pasteur Alain Massini, du rabbin Emmanuel Valency et des autorités civiles, Brice Hortefeux, député européen, Louis Giscard d’Estaing, député-maire, la représentante du préfet, et Annie Geoffroy, présidente de l’association propriétaire de l’ancienne chapelle.

La chapelle va-t-elle être réouverte au culte catholique ? Va-t-elle être re-consacrée au seul vrai Dieu ? Y a-t-il d’autres chapelles qui sont actuellement utilisées par les musulmans en France ? En voyant cela, les chrétiens d’Orient, qui ne peuvent pas construire d’église nous prennent pour des fous.