cef4

La CEF refuse de signer le texte de RSF

Download PDF

Reporters sans frontières veut, au nom de la liberté d’expression, en imposer sa conception à tous. Le secrétaire général de RSF entend faire signer à tous les responsables religieux une proclamation, intitulée « la liberté d’expression n’a pas de religion », qu’il présente ainsi :

« Si on ne veut plus que des fous furieux débarquent dans une rédaction, il faut absolument faire en sorte que dans tous les lieux de culte, sans exception, les religieux disent aux fidèlesque le blasphème, c’est un droit. Ils doivent dire que s’ils considèrent leur croyance comme sacrée, autrui n’y est pas tenu et que le blasphème n’est pas condamnable. »

Le président de la Fédération protestante de France a « signé des deux mains » et Dalil Boubakeur a ratifié le texte en tant que recteur de la Grande mosquée de Paris. Le grand rabbin de France s’est interrogé sur le fait qu’il n’ait pu discuter du texte, mais aurait exprimé son accord de principe. Reste la Conférence des évêques de France. Le porte-parole de la CEF, Mgr Olivier Ribadeau Dumas, déclare :

« Nous respectons le travail immense que fait RSF pour la liberté de la presse dans le monde, mais quelle légitimité a-t-elle pour lancer un appel aux responsables des cultes ? Toute association va-t-elle demain sommer l’Eglise catholique de dire quelque chose sur tel ou tel sujet ? Jusqu’où ira-t-on ?. Je trouve que ce texte fait peser un soupçon sur les religieux, qui seraient comme responsables du climat du moment et d’un manque de liberté d’expression »

Mgr Pontier, président de la CEF, rappelle que le conseil permanent de la Conférence des évêques de France s’était déjà exprimé sur la question de la liberté d’expression au lendemain des manifestations du 11 janvier.

« Il n’est pas en outre dans l’habitude de la Conférence des évêques de France de signer un texte dont elle n’est pas au moins corédactrice ». « Plus profondément, cette proclamation semble soupçonner les religions d’être sinon opposées à la liberté d’expression, du moins peu militantes de cette cause ».

Le président de la CEF juge « discutable » la légitimité de l’organisation « pour inviter tous les curés, rabbins et imams à signer ce texte ».

« On ne peut enfin entrer dans une pratique qui consisterait à être mis en demeure de signer par des associations les plus diverses tel ou tel de leurs documents ».

24 comments

  1. Cassianus

    Cette nouvelle manie de se solidariser avec LES religions ! Les religions, c’est n’importe quoi et il n’y a rien à dire en bien ou en mal sur un ensemble indéfinissable de croyances hétéroclites ou le meilleur se mêle avec le pire.

    Pour ce qui est du catholicisme, il n’y a pas à envelopper la chose : NON, nous ne sommes pas favorables à la liberté d’expression, entendue comme le droit de parler sans respect de NOTRE religion. Quant aux faux dieux et aux faux prophètes, il est juste qu’ils soient publiquement dénoncés comme des causes de perdition pour ceux qui les vénèrent. Il est même juste de les tourner publiquement en dérision, car c’est cela que faisaient les prophètes de l’Ancien Testament avec les idoles des Païens. C’est ce qu’ont fait aussi, à leur exemple, de nombreux martyrs chrétiens.

    Qu’une nation comme la France veuille faire vivre ensemble, comme des égales, la seule vraie religion avec plusieurs fausses religions (toutes les religions ne sont pas tolérées en France, puisque celles qui déplaisent à l’Etat sont qualifiées de « sectes » et interdites par la loi), nous pouvons le comprendre, mais non pas l’approuver. Et nous n’avons pas à y collaborer en feignant de tenir pour respectables des mensonges qui, au contraires, doivent être démasqués.

  2. chui Zemmour

    les fous furieux , ce ne serait pas eux par hasard, quand on s’attaque au religions sans aucun respect comme l’a fait le torchon qui a « brulé », il ne faut pas être étonné du retour de manivelle, même si ce qui s’est passé est intolérable, on devrait leur rappeler que leur liberté se termine là où commence celle des autres!. Quand on parle d’excès d’immigration ,ils sont les premiers à jeter aux gémonies ceux qui osent dire cela, or s’il y avait 100 fois moins de musulmans dans ce pays ne serions-nous pas mieux? il y aurait en tout cas moins de djihadistes et moins de territoires abandonnés par la ripoublik
    Que les journalistes fassent leur travail de journalistes: informer. et objectivement, c’est tout ce qu’on leur demande, mais comme ils ont laissé faire et dire n’importe quoi jouant plus aux toutous des politiques que de faire leur bouleau d’informateur ( il suffit de voir comment sont traités la guerre en ukraine et d’autres faits) il voudrait venir donner des leçons aux religieux. et de quel droit. Les juifs peuvent signer, on ne se moque jamais d’eux et Hollande protège les musulmans puisque grâce à sa très grande myopie, pour lui ce sont les musulmans qui sont les plus persécutés dans le monde!

  3. Le but final sera de faire signer à tout le monde une charte nous donnant soi-disant tous les droits sauf l’essentiel. C’est à dire interdiction d’affirmer clairement que l’avortement est un meurtre et le mariage gay une infamie « contre Dieu et nature ». Autrement dit la charte sera le début du signe de la bête.

  4. toto

    Reporters sans frontières, médecins sans frontières, associations de gauchistes sans frontières. Il ont essayé leur manipulation, ça a raté. Pour une fois que la CEF doit être félicitée….

  5. joëlle

    je suis d’accord on nous ( les catholiques ) traine trop dans la boue ,
    on à pas le droit de ce moquer de la religion ( s ) la société est trop conduite par le mauvais le Satan , le monde le suis et n’en est pas conscients du tout sous prétexte d’être libre non on est libre avec Dieu seulement .

  6. Devgir

    RSF voudra bien commencer par faire signer à tous un texte qui proclame le respect absolu des lieux de culte.
    Que ce texte soit lu et relu par tous les journalistes et média.
    Quant au droit de blasphème, il est tellement exempt de charité que l’Église bien heureusement, n’y consentir jamais.

  7. Bayard

    Donc, pour les protestants et pour Boubakeur, le blasphème est conforme à l’amour que l’on doit à Dieu. Pour Boubakeur passe, car nous n’avons pas le même Dieu, et il veut se démarquer des intégristes du Coran, mais pour les protestants!… Les évêques se défendent comme ils peuvent, en invoquant finalement que « leurs droits ». Il y a longtemps que ceux de Dieu n’ont plus été évoqués dans tout ce que on veut imposer aux Chrétiens aujourd’hui comme renoncements et apostasie, et souvent dans le cadre de cet « œcuménisme », dont nous voyons un peu aujourd’hui toute la perversité.

  8. Levi

    « la liberté d’expression n’a pas de religion » elle est une religion, la seule respectable, avec ses dogmes, ses prêtres, ses rites et ses temples.
    Il s’agit bien d’une Xème tentative de réduction des « faits religieux » pour les soumettre à une nouvelle religion. La CEF a raison de refuser cette dhimmitude laïciste aux « valeur de la répouxblique » prétendument auto-proclamés et prétendument universels.
    Il était certain que la loge allait instrumentaliser « le martyr de Charlie » pour mettre au pas les religions traditionnelles occupant « son espace laïque ».

  9. remy

    Seuls le blasphème à l’égard des religions est abordé dans ce texte.
    Et le blasphème à l’égard de la politique, la république, de la nouvelle religion laïque, etc … ?
    Réciproquement , il faut demander à RSF de signer une déclaration pour que les blasphèmes, critiques, ou autres, à l’égard de la laïcité, de la République, voire de la Shoah, …, puissent être faits, sans être inquiétés par les pouvoirs politiques, judiciaires, médiatiques, …

    Pourquoi Charlie et les autres auraient-ils l’autorisation de blasphémer les chrétiens et les musulmans (les juifs ont été plutôt épargnés), et pourquoi Dieudonné (qu’on l’aime ou pas) ne peut-il blasphémer ?

  10. Nostradmus

    Sale temps pour la véritable liberté. Les sectaires violents sont de retour. « Il est interdit d’interdire ». S’érigeant en tribunal ils proclament « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ». Comme en 1789 ils se font à la fois procureur, juge et exécuteur d’une justice expéditive autoproclamée. L’idéologie soixante-huitarde à l’agonie est plus enragée que jamais. « Si je dois mourir, faisons le plus de morts possibles. »

  11. Catherine JEULIN

     » Autrui n’est pas tenu de considérer telle croyance comme sacrée » . CONTRESENS! car le blasphème justement par rapport au caractère sacré de la croyance .Pour qu’il y ait blasphème (bien conscient, voulu et communiqué en images ou en paroles) il faut que la croyance soit, et qu’elle porte une valeur que l’on veut justement attaquer . Ce qui suppose de l’avoir reconnue comme telle .
    Le blasphémateur s’attaque lui-même en blasphémant .
    .
    et nous sommes heureux , nous qui n »‘entrons pas au conseil des méchants et ne siègent pas avec ceux qui ricanent »., mais « se plaisent dans la loi du Seigneur et la murmure jour et nuit « 

  12. Shlomo

    Si d’autres se sont sentis coupables et se sont précipités pour se déculpabiliser c’est leur choix, peut-être justifié. Mais la seule religion dont l’amour soit la loi est celle dont le Dieu « est amour » parce que trinitaire et fondamentalement relation.
    SEUL le Dieu des chrétiens a suffisamment aimé les hommes que pour prendre leur condition et leur dire « je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres… » et « aimez vos ennemis… ».
    Mais précisément parce que l’amour authentique fait peur, le christianisme doit être éliminé au nom de l’individualisme auto-centré et au profit du jouir et de l’obligation de consommer.

  13. Sigismond

    C’est une ignominie de se servir de Charlie pour stigmatiser le monothéisme chrétien qui défend toute vie ; qui ne considère pas, lui, que certaines « valent » et que d’autres « ne valent pas ».
    Mais précisément parce que par son commandement « tu ne tuera pas », qui ne souffre pas d’exception, il gène les tueurs, il faut l’éliminer. Mieux, il faut qu’il s’élimine lui-même en se sentant coupable.
    C’est une ignominie de convoquer les croisades, qui étaient une réaction d’auto-défense (inadaptée) à une agression meurtrière, pour faire une confusion voulue et délibérée entre agresseur et agressé.

  14. Levi

    Dans la situation en France actuelle les principale attaques frontales du catholicisme ne viennent ni du judaïsme, ni de l’islam (pourtant intrinsèquement hostile aux « associationnistes » blasphémateurs) mais de la république laïciste et maçonnique.
    C’est bien cette république maçonnique, hostile à « la religion » depuis ses racines révolutionnaires athéistes rationalistes, qui prétend imposer une nouvelle religion (pleine de contradictions, d’incohérences et d’absurdités).
    La CEF a mille fois raison de refuser cette tentative de prise de pouvoir, mais il est capital qu’elle explique clairement ses raisons.

  15. gerard 2

    La CEF a raison !
    Pour qui se prennent ces Maîtres à penser ?
    Cependant … il ne faudrait pas non plus que nos dirigeants nous pondent une Loi sur le délit de blasphème !

  16. Daniel

    Pour une fois que l’Eglise de passe pas par les fourches caudines des athées cela mérite les félicitations des catholiques. On peut faire sonner le glas pour un massacre terroriste et refuser de prendre partie pour les dérives de ceux qui ont attiré sur eux la violence alors qu’il y a d’autres façons de faire valoir sa position intellectuelle. C’est l’accord du Recteur de la mosquée de Paris qui m’étonne … il va devoir demander une protection policière.

  17. Gilberte

    Les évêques ont raison de ne pas signer « s’ils considèrent leur croyance comme sacrée autrui n’y est pas tenu »
    mais nul ne doit être insulté ou ridiculisé à cause de ses croyance car les insultes ou les moqueries ne sont pas des opinions exprimées mais des sentiments négatifs qui doivent rester personnels par respect pour le prochain

  18. Maurice

    Signer ça ?
    Après les dessins qui paraissaient en une de Charlie hebdo ?
    Nous prendraient-ils pour des neuneus ?

    Qu’ils n’oublient pas, au besoin le rabâche tous les soirs avant de ce coucher : la liberté de chacun s’arrête ou commence celle des autres ; s’il n’y a pas de respect des autres, pourquoi les autres respecteraient-ils les irrespectueux ? Tout se paie !

  19. Goupille

    Je ne vois pas le Grand Maitre de la rue Cadet parmi les signataires…
    Puisque, selon la loi, toute chose serait critiquable, qui serait croyance religieuse ou philosophique, il aurait dû apparaître en tant que responsable d’un lieu de culte de sa secte. Non ?

  20. kanjo

    « il faut absolument faire en sorte que dans tous les lieux de culte, sans exception, les religieux disent aux fidèles que  »
    et la liberté d’expression des religieux, là, elle est où ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *