c

La crise aura-t-elle raison des projets architecturaux douteux ?

Download PDF

Si les catholiques n’arrivent pas à faire savoir à la hiérarchie que les projets architecturaux et liturgiques les choquent, ils savent faire passer le message en pointant le porte-monnaie. Plusieurs dizaines de prêtres lyonnais, apprenant que l’aménagement de la primatiale de Lyon allait coûter la bagatelle de 500 000 €, financement approuvé par le conseil du presbyterium en octobre, ont donné de la voix. Un prêtre déclare en effet :

Beaucoup de catholiques sont mécontents et disent qu’ils ne donneront plus d’argent s’ils ne savent pas ce qui en est fait.

Le cardinal Philippe Barbarin a décidé de reporter l’installation d’un nouvel autel dans la primatiale de Lyon. Seuls l’ambon ainsi que les sièges liturgiques seront changés.

Dans le Cantal, le réaménagement du chœur de la cathédrale de Saint-Flour par l’artiste Goudji avait, en son temps, provoqué l’agacement des catholiques. 

À Créteil, un catholique engagé dans le diocèse promet qu’il   « ne donnera pas un sou »   pour la restauration de la cathédrale de la ville, que Mgr Santier veut transformer en ogive (photo) pour 9 millions d’euros.