eveques de france.JPG

La France cherche 10 évêques

Download PDF

Le nonce Mgr Luigi Ventura a du pain sur la planche. Il y a 10 sièges épiscopaux à pourvoir :

  • Angoulême : Mgr Claude Dagens aura 75 ans le 20 mai 2015.
  • Belfort-Montbéliard : Mgr Claude Schockert a eu 75 ans le 26 janvier 2015.
  • Cahors : le siège est vacant depuis le 18 octobre 2014, depuis que Mgr Norbert Turini a été nommé à Perpignan
  • Chalons en Champagne : Mgr Gilbert Louis aura 75 ans le 31 mai 2015
  • La Rochelle et Saintes : Mgr Bernard Housset aura 75 ans le 1er juin.
  • Quimper et Léon : siège vacant depuis la démission de Mgr Le Vert le 22 janvier 2015.
  • Rouen : Mgr Jean-Charles Descubes a eu 75 ans le 7 février
  • Saint Dié : Mgr Jean-Paul Mathieu aura 75 ans le 23 août
  • Soissons : siège vacant, Mgr Hervé Giraud venant tout juste d’être nommé à Sens-Auxerre
  • Viviers : Mgr François Blondel aura 75 ans le 24 mars

28 comments

  1. rocheteau

    que le saint Esprit soit le seul guide dans le choix des successeurs de ces évêques pour que chrétiens de France retrouvent de vrais chefs fermes et sans compromission, capables de redonner aux Français le sens de la prière et la foi des anciens jours

  2. David

    Sans parler des évêques auxiliares. Ex. Mgr Coliche, évêque auxiliare de Lille, aura 75 ans le 16 novembre 2015. Aura-t-il de nouveaux évêques issus de la Communauté Saint-Martin? Je l’espère.

  3. Courivaud

    ah ! qui cherche trouve, c’est cela ?
    Je trouve que le nonce ne devrait pas perdre son temps : il vaut mieux regrouper ces évêchés avec d’autres plus « fortunés ».
    On sait déjà que ces évêchés appelés à être vacants manquent :
    – d’argent liquide (par denier du culte interposé)
    – de vocations sacerdotales et religieuses
    – de matière grise
    – de jeunes qui sont prêts à faire « la réforme de la réforme »
    – de notoriété, avec des évêques qui n’ont pas particulièrement brillé en rappel des fondamentaux du magistère pour commenter et agir sur le cours des événements politiques économiques et sociaux récents

    Non, vraiment, pas la peine de perdre son temps !

  4. Hyacinthe Chabert

    Que vienne une génération d’évêques totalement dénuée de l’esprit soixante-huitard qui a fait tant de dégâts en France!
    Vive les évêques de Blois, Dax etc.
    Que notre Pays redevienne la fille aînée de l’Eglise!
    Que Dieu m’entende et m’exauce!
    Amen

  5. santiago64

    On va enfin être débarrassé de Mgr Dagens …Peut-il y avoir pire ? Enfin on sait toujours ce qu’on perd …mais jamais ce qui arrive. Quant à Mgr Housset il a toujours ‘couvert’ le CCFD… de son aile d’autruche.

    • toubib16

      Je vois que je ne suis pas le seul pico-charentais à me réjouir d’être bientôt débarrassé de ces pseudo-évêques mondains qui ont démissionné de leur charge et préféré être « du monde » que « dans le monde ».
      Souhaitons à Angoulême un vrai évêque génération Benoît XVI.

  6. allegrovivace

    le Nonce a sans doute des critères de recrutement variés et sélectifs, et pourtant ce ne doit pas être aussi compliqué de vous semblez le croire de recruter des évêques.

    La nomination du dernier évêque de Coutances m’a paru emblématique : Llaurent le Boulch nouvel évêque de Coutances, avec son allure de « déménageur de piano » quand il était vicaire épiscopal et curé au diocèse de Saint-Brieuc, a bien fait l’affaire.
    Je me demande encore quelles qualités d « épiscope » ont pu lui être prêtées ?

    allegrovivace

      • DELANNOY

        Surveillez vos propos fallacieux ! Mgr Le Vert a été véritablement victime d’une cabale montée par une poignée de prêtres marxistes. Il a tenu jusqu’à l’épuisement eta rempli ses missions jusqu’au bout avec honneur contrairement à ceux qui l’ont sali. Je connais peu d’évêques qui auraient tenu aussi longtemps sous la calomnie. On saura mieux l’apprécier à sa vraie valeur dans un autre diocèse que celui de Quimper et Léon où flotte un esprit révolutionnaire qui a fait parlé de lui jusqu’au Vatican. Mgr Gueneley n’a d’ailleurs pas réussi a apaiser les esprit échauffés au sein même de son clergé. Il est fatigué et attend avec grande impatience d’être relayé. Sa charge d’administrateur diocésain lui pèse sérieusement et il réalise qu’il a bien du mal à assoir son autorité… Ses relations avec le clergé finistérien ne sont faites de compromis. Il cède sur bien des sujets sur lesquels il ne voulait pas transiger. Mgr Le Vert a fait preuve de beaucoup de courage pour tenir le coup et maintenir le cap qu’il s’était fixé !

  7. Va-t-on enfin saisir l’occasion de proclamer ouvertement que la France (et particulièrement des diocèses comme celui des Vosges) est une terre de mission où il pourrait être bon de former un clergé local par un épiscopat missionnaire étranger ? Pourquoi pas nommer évêques en France des prêtres africains et polonais à l’âme de feu et à la doctrine irréprochable qui ont déjà exercé une partie de leur ministère chez nous ? Pourquoi ne pas puiser chez les grands missionnaires catholiques étatsuniens décomplexés ? Pourquoi ne pas nous envoyer Mgr Burke ?
    Je comprends cependant l’argument selon lequel il ne faut pas priver les autres continents de leurs prêtres.
    Mais rien que dans le clergé français, je pense que nous avons à nouveau un très bon réservoir : la Communauté St-Martin, qui représente le tiers des vocations aujourd’hui. Plus les autres communautés nouvelles. Mais aussi les Instituts Ecclesia Dei. Pourquoi n’avons-nous pas d’évêque issu de la Fraternité St-Pierre par exemple ?

  8. zézé

    Oui, mais… dès qu’un évêque digne de ce nom essaie de faire passer ne serait-ce qu’un peu de vraie FOI, les ouailles qui l’entourent, lui font tellement d’ennuis qu’ils sont obligés de démissionner…. car peu de vrais évêques, ceux qui le montrent extérieurement, qu’ils n’ont pas peur de porter leur soutane par exemple, qui suivent le Motu Proprio autre exemple, sont systématiquement en but à une telle intolérance qu’ils en sont malades !!!!!
    Comme le dit un commentaire, les vrais prêtres, les saints prêtres où sont-ils ?

  9. Cordouan17

    Il y a de saints prêtres mais ils sont jeunes, c’est la génération Jean-Paul II. Il faut espérer et remercier le Seigneur que l’occasion nous soit donnée de ne plus avoir d’évêques soixante-huitards tels que Mgr Housset et Dagens. Ils ont fait beaucoup de mal et n’ont pas suscité de vocations. Prions pour que le nonce soit éclairé dans ses choix.

    Je suis très tentée de suggérer quelques noms de jeunes prêtres de Versailles ou Yvelines, suivez : « padreblog »

    • Il y a heureusement de saints prêtres de tout âge et pas qu’à Versailles !
      Le St Esprit agit partout et cela se concrétise effectivement mieux quand les responsables y mettent des moyens humains adaptés.
      Notons cependant que ce n’est pas un évêque qui a ramené Charles de Foucauld dans une démarche de conversion ; c’est d’abord la foi de son ami musulman, qui lui a rappelé qu’il était baptisé. C’est donc cette première conversion qui l’a mis sur le chemin de l’abbé Huvelin.

      C’est vrai que nous sommes de plus en plus gâtés en prêtres fervents et de qualité à Versailles et que St Jean-Paul II a bien affermi notre foi en jésus-Christ. Je le mesure d’autant que j’ai la grâce d’avoir deux filles religieuses (à Jouarre et ND de Vie) sur 6 enfants (de 34 à 22 ans, donc de la génération JP II).

      Cependant n’oublions pas que dans les années 1970-80, il n’avait pratiquement rien comme formation sérieuse dans les paroisses Versaillaises. Des prêtres isolés essayaient de recréer des groupes de prière et plusieurs vocations s’y sont même affermies (sur St Symphorien par exemple), le St Esprit agissant via les pauvres serviteurs que nous sommes.

      En partant de « zéro » (ouverture de la maison St jean Baptiste en 2002) le diocèse de Versailles a ordonné 39 prêtres diocésains ces 10 dernières années (comme à Strasbourg), soit près de la moitié des 88 ordinations sur Paris et 94 sur Toulon.
      Et sur l’année dernière (2014) il y a eu 7 ordinations à Versailles, comme à Paris et comme à la FSSPX. La communauté St Martin n’a eu que 4 ordinations et 3 à la FSSP. Le total 2014 des prêtres diocésains est de 84 et le total des ordinations de prêtres français de 157.

      En complément de M. Le Guen, j’ajouterai que la pratique de la confession individuelle retrouve en Bretagne la place qu’elle n’aurait jamais dû quitter (et conformément au PGMR). Je connais bien Lamballe (22) et Crozon (29) pour y passer depuis longtemps des vacances familiales. Et pour les grandes fêtes (Noël, Pâques, 15 août, etc.) nous avons toujours pu y trouver des confessions individuelles.

    • rocheteau

      plus académicien qu’évêque…. pourquoi a-t-il fallu qu’il soit évêque ? Avec Mgr Housset nos Charentes étaient bien dirigées….

      • Cordouan17

        J’ai écrit à Mgr Housset car Mr le curé de Royan a supprimé beaucoup trop de messes. Il m’a répondu que ce dernier était un bon gestionnaire. Je me suis demandé si le Saint Curé d’Ars aurait aimé et apprécié que son évêque ne trouve que ce compliment à lui faire. Je n’ai plus écrit……

        • Je demande en vain depuis 5 ans un rendez-vous avec Mgr Housset par lettre téléphone ou messagerie internet afin de résoudre les graves problèmes issus de décisions malveillantes des autorités de l’enseignement catholique et de l’officialité qui ont détruit les fondements de ma vie.
          Je n’ai toujours pas de réponse contrainte à subir un véritable martyr de ma vie professionnelle et familiale depuis 21 ans.
          Nous sommes tous consternés par la perversité de l’Eglise de Charente-Maritime qui sacrifie sans motif la vie de chrétiens confirmés au profit d’escrocs athées et malveillants.
          Merci pour vos témoignages qui permettent de conserver la FOI malgré les graves trahisons de nos pasteurs.

  10. Allegrovivace mdr, j’ai bien connu Mgr Le Boulch, lorsqu’il était prêtre à Lannion 22. Oui comme vous dites, même s’il ne faut pas se fier aux apparences, « son allure de déménageur de piano », bon c’est pas tout, mais il faisait des homélies sur la charité chrétienne et l’engagement dans des causes paroissiales, mais rien de transcendant au niveau du magistère, ni du salut des âmes, contrairement à la plupart de nos prêtres africains, qui osent clamer les choses en chaires et qui voient leurs confessionnaux désespérément vides, et sont ravis de voir les 2 ou 3 pékins comme moi qui viennent à confesse. Ah un jour j’avais vu « cérémonie pénitentielle » « dans le bulletin paroissial de Lannion-Pleumeur-Trébeurden, c’était pas préciser si on pouvait avoir une absolution individuelle ou collective comme c’est la grande mode. Et ben c’est triste à dire, quand j’ai posé la question au Père Le Boulch, alors curé de ces 3 paroisses, il était incapable de me fournir une réponse. C’est vraiment triste, c’est le black-out total sur les confessions individuelles, les gens et malheureusement les prêtres pensent s’en tirer avec une absolution collective, et « tout le monde il est content ». Bon c’est vrai que j’arrive pas à me confesser tous les mois, mais plutôt tous les 2 mois avec mon planning à coucher dehors avec un billet de logement, mais j’essaie de me débrouiller pour trouver un prêtre dispo, sur une permanence. C’est de notre faute à nous laïcs, si nous réclamions de nos prêtres des confessions individuelles, ça les ferait bouger et nos prêtres s’ils nous incitaient à le faire, ça nous bougerait aussi. Donc moi je dis nous sommes tous responsable de cet état là de ce pauvre sacrement laissé à l’abandon. 1 partout la balle au centre. Je pense que le prêtre (c’est pas tjs le même) est touché lorsque je demande à me confesser. Je dois passer un peu genre pour un ovni. Triste état que la France, mais on est tous responsables. On devrait réclamer des soirées, des heures d’adoration, on devrait bouger notre clergé et surtout notre clergé nous bouger. Pour Mgr le Boulch, au moment de la manif pour tous, c’est silence radio, comme bcp. Il est gentil, sympa, très dévoué, comme tous ces courageux prêtres, parce que pour assumer tant de clochers, il faut être courageux, mais des fois, ce serait bien que nos sermons ressemblent à des mers déchaînées, où on se fait secouer les puces, plutôt qu’à des rengaines sur l’amour du prochain et l’engagement en paroisse. On a tous besoin de piqûres de rappel. Sinon c’est un bon prêtre. Ils sont peu nombreux nos prêtres et évêques qui osent arranguer la foule en chaire, enfin foule clairsemée et qui osent dire en face aux gouvernants ce que l’Eglise pense pour de vrai. Bon je me dis à leur place aurais-je ce courage, mystère. Moi quand j’ai le courage d’être ce que je suis et qui je suis, je me prends du harcèlement moral au travail, sans même dire un mot, rien que par mon attitude et/ou les pensées que l’on devine et je suis victimes d’affreuses calomnies touchant ma personne mon travail, ce qui fait qu’on m’a foutu dehors plusieurs fois.

  11. professeur Tournesol

    Il serait bon que les nominations épiscopales fussent anticipées, pour éviter la trop longue vacance de certains sièges.

    • toto

      Si , si on anticipe même avant la naissance des candidats, dès leur conception. Hélas beaucoup de futurs évêques ont été avortés avant

  12. Françoise

    Il faudrait envisager de reculer l’âge de la retraite de 75 à 85 ans, et personne ne descendra dans la rue pour manifester contre ce projet.

  13. toto

    Pour les évêques Catholiques, pas de retraite, en poste jusqu’à leur mort.
    Pour les autres évêques, retraite un an après leur nomination, avant qu’ils aient eu le temps de tout casser.

  14. allegrovivace

    réponse à LE GUEN et TM

    Lorsque le pressenti à l’épiscopat n’a jamais démontré des qualités naturelles et surnaturelles suffisantes pour devenir évêque, il suffirait que le Nonce en prenne acte en le rayant de la liste des pressentis.

    Si l’évêque n’est pas devant ses ouailles pour les guider, à quoi sert-il ? , sinon finalement à les égarer

    Si la devise épiscopale est :  » je suis leur évêque, je les suis, je m’efforce de les rattraper  » : il vaut mieux, le temps nécessaire de nommer le bon pasteur, laisser le siège vacant.

    Si un prêtre ou un évêque n’est pas capable de faire grandir ses ouailles dans la foi et leur rappeler les dix commandements, la nécessaire fréquentation du sacrement de pénitence, etc… il n’aurait jamais dû être appelé au sacerdoce, tout simplement.

    En prime, la réalité ecclésiale est donc à peu près catastrophique si on considère qu’il reste moins de 1% des catholiques de France qui connaissent les 3 premiers commandements et qui s’efforcent d’en vivre… tandis que leurs prêtres et leurs évêques les taisent ou ne les enseignent plus.

    Bon, il reste le principal : l’Eglise a les promesses de la vie éternelle.

    allegrovivace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *