Reporters-sans-frontières-RSF-1728x800_c

La liberté d’expression c’est aussi le droit de ne pas signer le texte de RSF

Download PDF

Message du Vicaire Général du diocèse de Dignes, aux Prêtres et aux Diacres :

« Chers confrères, chers amis,

« Reporters sans frontières » lance une campagne, « La liberté d’expression n’a pas de religion ». Dans le cadre de cette initiative, cette organisation demande aux responsables de cultes en France, curés, pasteurs, imams, de signer une pétition sur la liberté d’expression. L’enjeu y est notamment, de faire valoir « que chacun est libre d’exprimer des critiques, même irrévérencieuses, envers tout système de pensée politique, philosophique ou religieux ».

Monseigneur Nault rejoint la position de Monseigneur Pontier, Président de la Conférence des Evêques de France, sur le choix de ne pas signer cette pétition. L’Eglise de France s’est clairement prononcée sur la liberté d’expression. De plus, « plus profondément, cette proclamation semble soupçonner les religions d’être sinon opposées à la liberté d’expression, du moins peu militantes de cette cause » (Mgr Pontier). Le Pape François, avec sa façon concrète et imagée de dire les choses, dans l’avion qui le ramenait de Manille, a bien exprimé les choses : « Chacun a non seulement la liberté, le droit, mais aussi l’obligation de dire ce qu’il pense pour aider au bien commun. Il est légitime d’user de cette liberté mais sans offenser…Si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing, et c’est normal. On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision! »

Merci de votre vigilance et de votre communion ecclésiale. Gardons notre liberté de penser autrement que l’opinion courante la liberté d’expression au service de la paix et de l’entente avec tout système de pensée politique, philosophique ou religieux.

Avec l’assurance de mes sentiments fraternels.

P. Christophe Disdier-Chave »

6 comments

  1. Philippe Mangé

    Depuis le départ de Robert Ménard, RSF n’a pas fait ses preuves. Se livreraient-ils au racolage ? Pourquoi n’informent-ils pas plus sur les ravages de l’islam en Orient, en Afrique, en France ?

  2. Hilda

    « Tu ne commettras pas de meurtre » c’est déjà dépassé (avortements, euthanasie, guerre…)
    « Tu ne commettras pas d’adultère » c’est déjà dépassé (divorce à la carte, procédure de nullité en question…)
    « Tu ne commettras pas de rapt » c’est déjà dépassé (jeunes filles par paquets…)

    Maintenant il s’agit de dépasser « tu ne prononceras pas à tort le nom du Seigneur ».

    Merci beaucoup à cet évêque de 15 jours de faire comprendre si rapidement que pour nous tout cela n’est pas dépassé.

  3. gaudet

    Non je m’inscris en faux vis à vis de la position de monsieur Nault et de Monseigneur Pontier , affirmant que la liberté d’expression s’accompagne nécessairement du soucis de ne pas offenser la foi d’autrui . Au cours de sa prédication, Notre Seigneur Jesus christ n’a jamais craint de s’opposer aux convictions religieuses erronées de son temps et en particulier celles des pharisiens , envers lesquels il n’a pas hésité à prononcer des paroles très sévères ! en les qualifiant d’engeance de vipères !

    Ainsi donc je considère que la recherche absolue de la charité envers autrui, conduit inévitablement au sacrifice de la vérité objective, que pourtant nous sommes obligés d’exprimer , sous peine d’être coupable de dissimulation morale et philosophique .

    La pastorale de vatican 2 , trouvant dans le pape actuel , un de ses meilleurs défenseurs, s’avère être l’exemple type de démarche exagérément généreuse ou finalement le soucis d’analyse pertinente et sans concession disparaît presque totalement , a tel point que notre pontife , se trouve incapable de formuler le moindre reproche , pourtant bien indispensable envers la doctrine fondamentale musulmane , alors même que les martyrs chrétiens , victimes innocentes de l’islam radical, se comptent par milliers et milliers , de par le monde !

    Le degré d’aveuglement de la curie romaine a atteint de tels niveaux que l’on peut prévoir la situation ou des milliers de chrétiens seraient massacrés en masse sur la place St Pierre par des radicaux islamistes , sous les yeux même du pape, que ce dernier serait encore capable , d’invoquer un « incident regrettable , sans même songer à se pencher de manière critique et attentive sur les textes de la charia, inspirant justement l’accomplissement de telles horreurs !

    Remarquons donc que ce refus de la hiérarchie catholique de prononcer toute formule désagréable envers les convictions d’autrui, et le soin de ne surtout pas offenser les sensibilités des autres croyants par des analyses trop précises et pertinentes, dissimule fort mal , leur crainte fondamentale devant la progression d’un islam de plus en plus agressif !

    Soucis abusif de recherche de la relation charitable, modération exagérée dans l’élaboration d’analyses théologiques incisives mais indispensables à la manifestation de la vérité, nous conduisent à dévoiler , au sein de la curie officielle, l’existence de bien des personnalités , tentant à tout prix de dissimuler leur  » TROUILLE FONDAMENTALE » sous les couverts d’une fausse sagesse extrêmement fallacieuse!

    Face aux conditions du drame épouvantables s’abattant sur la chrétienté , les papes St Pie V et St Pie X, n’en auraient pas fini de prononcer des discours d’une violence et d’une vigueur extraordinaire , et rédigé des textes constituant tous de très puissants réquisitoires contre les lois infâmes de la charia coranique , et ceci sans s’encombrer du soucis de déplaire à la clique des sanglants assassins du califat, plongeant la Syrie et l’Irak dans des torrents de sang!

  4. Je suis d’accord avec eux mais ils auraient dû rajouter « ni d’idéologie politique  » et demander aux politiciens de signer et donc d’abroger les soi-disant lois Pleven, Gayssot, Perben, Lellouche et Taubira 1 et 2. Il n’y a que 2 solutions: ou bien on est pour la liberté individuelle ou bien on est contre. Les dogmatiques qu’ils soient ou non démocrates veulent mettre en place leurs projets par un vote majoritaire des élus, les libéraux estiment qu’il y a des limites précises au domaine des questions à résoudre ainsi. Le démocrate pense que toute majorité courante (i.e. momentanée et temporaire ) doit avoir le droit de décider de quels pouvoirs elle dispose et comment les employer,tandis que le libéral considère au contraire qu’une majorité courante ne doit avoir que des pouvoirs limités par des principes à long terme. Exemple la loi Taubira sur le mariage des homosexuels, population marginale. Si je suis contre cette loi c’est parce qu’étant libéral je considère qu’elle nous est imposée par une majorité momentanée et un gouvernement coercitif qui ne respectent pas l’Etat de Droit. Ils n’ont pas le droit de déterminer ce que sera la loi et pour rester dans un Etat de Droit respecter les critères de la loi correspondant à cet Etat à savoir que la loi doit être égale, générale, abstraite, certaine et connue. Avec la loi Taubira, Les homosexuels qui avaient auparavant le droit de se marier ( homosexuel homme avec une femme, homosexuelle femme avec un homme, homme avec femme homosexuels )vont bénéficier d’un privilège. Donc cette soi-disant loi est inégale et particulière.
    A la limite un référendum aurait dû être initié sur le principe de déterminer si un couple homosexuel peut avoir les mêmes droits qu’un couple normal ( je ne dis pas hétérosexuel ) et naturel.
    Rien ne s’oppose actuellement à l’abrogation de cette loi et des autres lois liberticides qui favorisent un groupe ethnique ou religieux. Mais il vaut mieux l’abroger par référendum ce qui permettra de définir les principes limitatifs .

  5. Il y a eu un nombre incalculable de lois qui ont été abrogées dans les Républiques même sans que le vote des parlementaires n’ait été requis que le politique qui vous dit le contraire n’est qu’un vil politicien menteur.

  6. Comment un concept abstrait pourrait-il avoir une religion ? Seul un être humain en chair et en os peut avoir une religion. Donc, le slogan n’a pas de signification compréhensible. Absurde et destiné à brouiller la logique des concepts, il est à rejeter.

    Dignitatis humanæ explique comment la liberté de religion, droit pivot des droits de l’homme, s’insère dans l’ordre public universel. Il n’y a pas de droits de l’homme contre les droits de l’homme, de même qu’il n’y a pas de liberté de religion contre les droits de l’homme en général, ni contre la liberté de religion en particulier. Il n’y a pas de liberté d’expression contre la liberté d’expression (article 30 de la Déclaration universelle des droits de l’homme). Il n’est pas licite d’insulter un homme arbitrairement, c’est-à-dire de l’agresser, parce qu’il fait usage de sa liberté de religion ou d’expression. C’est ce qu’a redit substantiellement le pape dans son langage imagé, populaire et abrupt. L’exemple que donne la pape permet de remonter à des vérités plus abstraites, à des vérités universelles en en purifiant le message (je doute qu’il soit licite d’envoyer un coup de poing, qui peut tuer, à un homme sous prétexte qu’il a violé vos droits. D’autant plus que les femmes et certains handicapés ne peuvent pas donner de coups de poing ; mais enfin, l’imagination excitée par le récit imaginaire permettra peut-être à l’esprit de saisir une vérité plus abstraite).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *