OSSROM92603_Articolo

Evêques : le pape dénonce le risque de Judas

Download PDF

L’Évangile du jour (Mc 3, 13-19) selon la forme ordinaire raconte le choix des 12 Apôtres de la part de Jésus. Il les choisit «pour qu’ils soient avec Lui et pour les envoyer à prêcher avec le pouvoir de chasser les démons». Les Douze, a affirmé le Pape François«sont les premiers évêques». Après la mort de Judas est élu Matthieu : c’est «la première ordination épiscopale de l’Église»«Les évêques sont les colonnes de l’Église», appelés à être témoins de la Résurrection de Jésus :

«Nous les évêques nous avons cette responsabilité d’être témoins : témoins que le Seigneur Jésus est vivant, que le Seigneur Jésus est ressuscité, que le Seigneur Jésus chemine avec nous, que le Seigneur Jésus nous sauve, que le Seigneur Jésus a donné sa vie pour nous, que le Seigneur Jésus est notre espérance, que le Seigneur Jésus nous accueille toujours et nous pardonne. Le témoignage. Notre vie doit être cela : un témoignage. Un vrai témoignage de la Résurrection du Christ».

Les évêques ont deux objectifs :

«le premier objectif de l’évêque est d’être avec Jésus dans la prière. Le premier objectif de l’évêque n’est pas de faire des plans pastoraux… non, non ! Prier : ceci est le premier objectif. Le second objectif est d’être témoin, c’est-à-dire de prêcher. Prêcher le salut que le Seigneur Jésus nous a apporté. Deux objectifs pas faciles, mais ce sont justement ces deux objectifs qui rendent fortes les colonnes de l’Église. Si ces colonnes s’affaiblissent parce que l’évêque ne prie pas ou prie peu, s’il oublie de prier ; ou parce que l’évêque n’annonce pas l’Évangile, qu’il s’occupe d’autre chose, l’Église aussi s’affaiblit, elle souffre. Le peuple de Dieu souffre. Parce que les colonnes sont faibles.»

«L’Église sans l’évêque ne peut pas avancer», «la prière de nous tous pour nos évêques est une obligation, mais une obligation d’amour, une obligation des enfants face au Père, une obligation de frères, pour que la famille reste unie dans la confession de Jésus-Christ, vivant et ressuscité».

«Pour cela, je voudrais aujourd’hui vous inviter à prier pour nous les évêques. Parce que nous aussi, nous sommes pécheurs, nous aussi nous avons des faiblesses, nous aussi nous courons le risque de Judas : parce que lui aussi avait été choisi comme colonne. Nous aussi nous courons le risque de ne pas prier, de faire quelque chose qui ne soit pas annoncer l’Évangile et chasser les démons… Prier, pour que les évêques soient ce que Jésus voulait, pour que nous tous nous donnions témoignage de la Résurrection de Jésus. Le peuple de Dieu prie pour les évêques. Dans chaque messe on prie pour les évêques. On prie pour Pierre, le chef du collège épiscopal, et on prie pour l’évêque du lieu. Mais c’est peu : on dit le nom, et tant de fois on le dit par habitude, et on avance. Prier pour l’évêque avec le cœur, demander au Seigneur : Seigneur, prends soin de mon évêque, prends soin de tous les évêques, et envoie-nous les évêques pour qu’ils soient de vrais témoins, des évêques qui prient, et des évêques qui nous aident, avec leur prédication, à comprendre l’Évangile, à être sûrs que Toi, Seigneur, tu es vivant, tu es parmi nous.»

36 comments

    • YA

      Je suis comme vous… ce n’est pas Matthieu puisque c’est le Christ qui l’a appelé, il s’appelait Lévi et était percepteur je crois.
      Celui qui a remplacé judas, c’est Mathias…

  1. Patrick Gourand

    Après la mort de Judas, il est dit par le psaume 109, 8 « episcopatum eius accipiat alter » Et nous savons comment se fit l’élection ( Acta App I 16-26 ) Deux candidats Joseph Barsabas, dit Justus, et puis Mathias.
    Le sort tomba sur Mathias, et c’est ainsi qu’il fut mis au nombre des douze.
    Je suis un fidèle lecteur et ami de Riposte catholique. Pourtant bien souvent je remarque des erreurs matérielles, orthographe, style, approximations ( c’est ici le cas, je pense : Matthieu pour Mathias, par une certaine superficialité ou manque de rigueur dans la rédaction. ) Il faudrait que le site fasse un effort singulier dans l’écriture des articles. Relecture, un correcteur peut être…

  2. Il semble que le drame de Judas ait résidé dans un qui pro quo. Judas voyait un Messie triomphant, habitant dans des palais. Il se voyait en ministre influent et couvert d’or. En attendant il piquait dans la caisse pour lui et sans doute pour des usages pas avouables.

    Il « disjoncte » lorsqu’il comprend que Jésus ne prendra pas le pouvoir. Perdu pour perdu, il décide de monnayer le peu de pouvoir qu’il avait…

    Après sa trahison, il se rend compte, entre autres, qu’il a rompu avec ses compagnons. Il imagine qu’ils ne lui pardonneront jamais sa trahison. Il expérimente la solitude absolue.

    Le drame de Judas, c’est aussi son suicide lorsqu’il s’aperçoit des conséquences de ses actes… et qu’il a trahi la confiance que lui faisait Le Juste.

    Il a tout perdu pour… une poignée de pièces de monnaie…

    Claudel fait dire à un de ses personnages, qu’il se croit « plus vil que Judas, plus lâche que Ponce-Pilate ». C’est aussi le sentiment que tout chrétien, tout en gardant l’estime de lui-même, doit avoir en considérant son âme. « Ne croyez pas avoir fait un pas dans l’humilité, si vous ne vous croyez [moralement] le dernier de tous » dit un auteur spirituel.

    • Zèbre Zélé

      Un autre tentative d’explication du comportement de Judas est que, convaincu que Jésus est le Messie, Judas aurait voulu obliger Jésus à manifester son pouvoir lors de son arrestation. Donc excès de zèle et contresens majeur, mais pas trahison ni manque de foi.

      • En matière théologique, je n’ai aucun moyen de vous obliger à partager mon point de vue.

        Mais l’évangile mentionne expressément, qu’étant trésorier du groupe, il piquait dans la caisse:

        « Jn 12,5. Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers, qu’on aurait donnés aux pauvres?
        Jn 12,6. Il disait cela, non parce qu’il se souciait des pauvres, mais parce qu’il était voleur, et qu’ayant la bourse, il prenait ce qu’on y mettait. »

        Donc, en plus d’être indélicat, il se permettait de critiquer insolemment le Seigneur se prétendant meilleur que Lui. Il était profondément tordu.

        Mais je suis d’accord pour nous taire devant le mystère de Judas. D’ailleurs les évangélistes ne s’étendent pas sur le cas mystérieux de ce malheureux.

        L’amour de l’argent est à la racine de tous les maux, dit-on.

        • YA

          Lisez Maria Valtorta pour mieux connaître judas et tout ce que Jésus a fait pour le sauver.
          Il existe un site intéressant et bien conçu pour mieux comprendre l’Evangile :
          http://www.maria-valtorta.org/
          Beaucoup restent sur la mise à l’index, c’est très dommage. Certaines personnalités d’église (Papes, Professeurs, Prêtres, Padre Pio etc…) qui encouragent la lecture des écrits de Maria.
          Actuellement des recherches historiques sont effectuées et viennent corroborer beaucoup de ses descriptions.
          Bien sûr il ne s’agit pas de substituer ces écrits à l’Evangile mais lire Maria Valtorta (et la connaître) est une grâce que Dieu donne pour l’époque que nous vivons où toute vérité est remise en cause même par des responsables de l’Eglise !!!

          • comme Denis … je ne lirai plus Maria Valtorta qui avec tous les détails soi-disant inspirés mais plutôt issus de son imagination (allez donc faire la différence), nous embrouillent et défigurent les 4 Evangiles, si dépouillés,simples et concis. Merci au Cardinal Ratzinger de l’avoir déconseillé, mais il n’en est sans doute pas moins vrai que certains puissent en tirer du Bien et du Bon puisqu’on le dit

    • Raphaël

      Le Pape qui cite Judas le traître, devrait nettoyer devant sa porte, et commencer par dénoncer le concile vatican2 que tous ces Mgrs ne font qu’appliquer.

    • Myriam

      À Cyril
      Un point indiscutable 20%
      Sont des bergers
      Le reste des moutons!

      Oó sont-ils pour défendre la vie?
      Que font-ils???
      Et nos pauvres prêtres dans tout ça ???

      • Le pape sème la division à l’intérieur de l’église, à répétition, et fait de son mieux pour plaire à ceux qui sous des airs amicaux la détestent, qui n’en font pas partie et qui n’en feront jamais partie.

  3. Bon discours je trouve car les évêques passent plus de temps en réunion et en obligeant leurs prêtres à y aller qu’à évangéliser et à prier, malheureusement. Heureusement certains évêques tiennent la route, mais il y en a vraiment très très peu. Discours humble en plus. D’après l’Evangile rapporté par Maria Valtorta, Judas n’a jamais été choisi par Jésus, il s’est imposé, Jésus l’a accepté, mais contrairement aux autres qui ont tous été appelé par son nom, Judas est arrivé la poche plein de diplômes et de fric, Jésus l’a accepté, car il ne rejette personne, mais dans la suite des évangiles selon Maria Valtorta, Judas passait son temps à critiquer les apôtres, les discours et les choix de Jésus. Et même quand Jésus lui expliquait, il avait le coeur dur et ne voulait rien entendre. Marie faisait tout ce qu’elle pouvait, elle l’aimait, elle faisait tout pour qu’il abandonne son orgueil au profit de l’amour, mais rien n’y faisait. C’était une désolation pour la Vierge Marie à qui Jésus a présenté en premier ses apôtres une fois choisi de voir la noirceur de l’âme de Judas. Marie était devenue la mère spirituelle des apôtres et elle les aimait beaucoup. Elle les chérissait même.

  4. karr

    Avant tout un évêque ne doit pas se comporter comme un tyran ce n’est pas moi qui l’affirme mais Saint-Augustin Docteur de l’Eglise.
    L’Eglise a connu bien des crises,à certaines époques des évêques cumulaient les diocèses sans jamais y mettre les pieds,(cela n’était peut-être pas plus mal) ,aujourd’hui on nous parle de miséricorde mais les évêques ne sont pas les meilleurs bergers,bien entendu il y a quelques exceptions.
    Le clergé est divisé,l’évêque se contente d’administrer,souvent mal,ou de déléguer,il ne se soucie pas de ses clercs ni de ses fidèles en général,inversement le clergé critique l’évêque,il arrive souvent que sur le terrain les prêtres agissent également comme des tyrans ou bien se contentent de déléguer à leur tour si bien que des laïcs prennent le « pouvoir »,chacun se tire dans les pattes ,comment une telle Eglise peut-elle fonctionner?
    Le Pape François,les évêques ,les prêtres et les laïcs que nous sommes n’avons plus le souci du salut des âmes,il est TRES rare d’entendre le successeur de Saint-Pierre,les pasteurs en général et nous les laïcs parler du salut des âmes,c’est pourtant là que se trouve l’essentiel,notre salut et celui de tout nos frères.
    L’Eglise ne remplit plus sa mission car elle n’a plus le souci du salut éternel,aimer son prochain c’est l’aimer ici bas mais aussi pour l’éternité.
    Il n’y a plus rien de transcendant dans notre Eglise,dans la bouche de nos pasteurs,le Pape et ses amis en sont arrivés à contredire d’une manière extrêmement grave les paroles du Seigneur:(nous aurions tous le même Dieu) ,n’est-ce pas cela le péché contre l’Esprit dont parle le Seigneur?
    Est-ce pour cela que Dieu s’est fait homme et a souffert sa douloureuse passion,en disant cela le pape François insulte le sang de Jésus et de centaine de milliers de martyrs,les douleurs de la Vierge-Marie.

    • pas du tout !
      St Paul, colonne de l’Eglise avec St Pierre, ne se substitue ni à Judas ni à Mathias, ce dernier correctement élu pour faire partie du collège des Apôtres avant la conversion de St Paul.
      Chacun des Apôtres est pierre de l’édifice, avec ses compétences et son rôle propres, mais Dieu est Maître et Seigneur. à qui le passé le présent et le futur appartiennent.
      Pauvre Judas….qui nous ressemble tant !!! le pape a bien raison de rappeler ses évêques à l’ordre er de mettre le doigt sur leurs faiblesses

  5. gege

    Mathias et Mathieu ne sont -t-ils pas deux variantes d’un même mot? De même qu’il y avait deux Judas parmi les apôtres : Judas Iscariote, fils de Simon et Jude Thaddée fils d’Alphée appelé aussi Judas fils d’Alphée.

    • C’est ce qui me semble. Judas était un (pré)nom répandu. Il était le nom du patriarche père de la tribun du même nom. Principale tribu subsistant il y a deux mille ans environ. Un apôtre se nommait Jude, mais c’est, me semble-t-il uniquement pour le distinguer de Judas. C’est en réalité et jusqu’à plus ample informé, le même prénom.

  6. ya

    A Denis Merlin,
    à propos de Maria Valtorta.

    Je donnais l’information à ceux qui veulent la découvrir. Quant à citer un pape sans référence ??? c’est petit !
    Son dossier avance, elle sera un jour sur les autels et sa grande souffrance n’est pas à mépriser.
    La Vierge Marie et Jésus lui ont dicté directement les écrits, sans intermédiaire, ses cahiers sont connus maintenant dans le monde entier. Le site donne toutes les références des personnalités d’église qui conseillent de lire ces écrits et si cela vient vraiment du ciel comme semblent le constater ceux n’ont rien trouvé contre la foi, vous en entendrez encore parler.
    Maria est une âme spirituelle de grande sainteté comme l’assure ses directeurs spirituels.
    Pie XII a été le premier pape à lire ses écrits et à conseiller de les publier sans rien ajouter.
    A chacun de faire son discernement personnel mais si le Ciel nous donne des « éclairages » profitons en, non ?

  7. ya

    Merci de signaler ceci aux lecteurs après la critique de Mr Denis Merlin.

    Copié sur le site de Maria Valtorta
    SS. le Pape Benoît XVI
    Pontificat 19.04.2005 – 28.02.2013

    On ne connaît officiellement que ses positions sur Maria Valtorta en tant que Préfet de la Congrégation pour la foi. Cette position est rapportée dans la notice ci-dessus, consacrée à Jean-Paul II. Il y montre son souci de bien séparer l’unique Révélation publique des révélations privées, surtout sur un sujet tel que l’Évangile.
    Cependant les cérémonies du cinquantième anniversaire de la mort de Maria Valtorta (15 octobre 2011) se sont déroulées sous la présidence de Mgr Pier Giacomo De Nicolò, archevêque titulaire de Martana et ancien nonce apostolique. La commémoration a eu lieu à la Santissima Annunziata de Florence où Maria Valtorta est enterrée.
    D’autre part, dans la dernière année de son pontificat, Benoît XVI a béatifié coup sur coup, deux défenseurs affichés de Maria Valtorta : Le 21 avril 2012, au Mexique, Mère Maria Arias Espinosa (Inès Thérèse), (1904 –1981), fondatrice des Missionnaires clarisses du Très saint Sacrement. Elle avait demandé qu’un exemplaire de l’Évangile tel qu’il m’a été révélé figure dans chacune des maisons qu’elle avait fondé, puis le 29 septembre 2012, le Père Gabriele Allegra, bibliste traducteur de la Bible en chinois, ouvertement favorable

  8. gege

    Je suis en train de lire l’évangile de Maria Valtorta … J’en suis au 4 ème tome . Je n’ai trouvé que des bonnes choses. Beaucoup de précisions et de détails qui éclairent les canoniques et qui sont d’une grande cohérence. Il est absolument impossible que Maria ait inventé cette somme considérable d’information. Cela dit, cha

  9. Je crois que pour mieux se rendre compte de tout ce que Maria Valtorta peut nous apporter, ses autres écrits sont plus significatifs. Ses cahiers de 1943, 1944 et 1945 à 1950 en particulier sont la restitution de la catéchèse donnée par Jésus à Maria, au jour le jour, pour sa sanctification personnelle, mais aussi pour la notre.
    On y trouve vraiment le souffle de Dieu qui a les paroles de la vie éternelle.
    S’en priver volontairement serait une grande erreur, sans doute; car Jésus n’y donne pas son enseignement pour des prunes.
    Lisez, vous comprendrez; c’est ce qu’a dit le Pape Pie XII en personne.
    Padre Pio conseillait fortement de lire Maria Valtorta.

    Pour ce qui est de Judas, personnellement, je crois qu’il ne s’attendait pas au salut par la croix de Jésus; il a voulu forcer jésus à révéler sa divinité pour régner avec lui, maintenant. Il n’imaginait pas que le salut puisse provenir du sacrifice volontaire de son maître abandonné à la haine, par amour. Il a méconnu la puissance de Dieu, malgré son contact quasi permanent avec lui; il était réfractaire à l’amour. Il n’a jamais su renoncer à ses défauts, même à l’école de Marie.
    Quand il a réalisé l’étendue de son erreur, il n’a pas eu l’humilité d’en appeler à la Miséricorde du Sauveur, comme Pierre a su le faire. Il a alors péché contre l’Esprit et plongé dans la désespérance infernale.

  10. XAVIER

    C’est drôle comme on n’a plus envie de l’entendre. Sur aucun sujet. Qu’il souffle le froid. Qu’il souffle le chaud.
    On ne souhaite qu’une chose : qu’il ne brouille plus le merveilleux ordre du silence.
    C’est « hard », je sais, mais qu’il nous laisse. Avec la prière et le conseil de bons pasteurs de proximité, de bons moines et de vraies religieuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *