o

Laïcité : les inquiétudes de Mgr Pontier

Download PDF

Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité, et Nicolas Cadène, rapporteur général, ont remis ce matin au Palais de l’Élysée le troisième rapport annuel de l’Observatoire de la laïcité au Président de la République.

On y trouve l’audition de Mgr Georges Pontier, Président de la Conférence des évêques de France, appelé sobrement « Monsieur », laïcisme oblige (à partir de la page 209) :

« Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Je vous remercie pour votre invitation et viens à nouveau devant vous pour un temps d’échange au sujet de la vie dans notre pays et spécialement de l’exercice du principe de la laïcité de l’État qui nous est chère. L’année dernière, nous avions échangé sur les approches diverses qui existent dans notre pays en ce domaine et qui oscillent entre deux, celle de l’origine, qui veille à l’exercice de la laïcité de l’État qui permet et organise l’expression de la liberté de conscience des citoyens et la liberté d’exercice du culte, étant sauf le respect de l’ordre public. Et puis celle de la laïcisation de la société qui élargit sans cesse le domaine public au point de réduire l’expression des convictions personnelles, religieuses particulièrement, dans le seul espace de la vie privée. Vous m’aviez ensuite demandé de m’exprimer sur l’analyse que l’Église faisait de la situation suite aux attentats de Paris qui venaient de se passer et d’exprimer éventuellement nos propositions.

Je souhaite cette année attirer votre attention sur les deux points suivants : le regard porté sur le fait religieux et la nécessaire formation des agents de l’État et de la société civile au fait religieux.

J’aimerais inviter à un changement de regard qui consisterait à passer d’un regard inspiré par la peur des dérives possibles imputables aux religions à celui de mieux prendre en compte la richesse que les diverses fois ou les diverses religions apportent à la vie de notre pays. Il ne s’agit pas d’ignorer les risques de dérives fondamentalistes qui peuvent conduire à la radicalisation de certains individus et à l’usage de la violence. On comprend que l’État y porte une attention particulière. C’est de sa responsabilité. Aucune famille de pensée n’y échappe : religieuse, athée, philosophique, politique, associative. L’histoire est là pour nous le rappeler. Mais réduire ces diverses familles aux dérives réelles de certains de leurs membres serait une erreur très dommageable pour la société. Je m’arrête plus particulièrement sur ce que les familles religieuses apportent à la vie de leurs fidèles et à la vie du pays. Le premier apport touche ce que les religions apportent au pays par le fait de fournir un lieu de vie à leurs fidèles, lieu de soutien, de socialisation, de proximité, d’amitié. Cela se traduit souvent par des initiatives dans le domaine de l’enseignement, de la santé, de la vie de loisir, de l’éducation, du caritatif. Il y a là un vrai rôle au service de la paix sociale et du bien-être. On sait par exemple que les catholiques font partie du nombre des personnes engagées dans la société, dans le tissu associatif confessionnel ou non et de celles qui font preuve de générosité en soutenant nombre d’associations.

Le deuxième apport touche plus profondément aux valeurs, au sens de la vie, à l’ouverture à la vie intérieure, à la rencontre de Dieu, au développement des ressources spirituelles qui font partie de toute vie humaine. Certains appellent cela l’apprentissage de la grammaire de la vie qui permet de répondre aux questions fondamentales : Qui suis-je ? Pourquoi la vie ? Pourquoi vivre ? Pourquoi donner la vie ? Pourquoi la souffrance, la mort ? Comment regarder l’autre, le différent, le pauvre, l’étranger, le malade, le handicapé, l’enfant, le vieillard, les diverses cultures, le respect, l’engagement ? Quel rapport à l’argent, au profit, à la réussite, au pouvoir, au bien commun, au service des plus pauvres ? Les religions portent et transmettent un certain réservoir de sens indispensable à la vie humaine. On peut penser qu’aujourd’hui un certain nombre de jeunes ou de moins jeunes n’ont rien sur quoi s’appuyer et sont très malléables à des influences nocives, destructrices et pourtant valorisantes à leurs yeux. Je pense que si la République peut et doit transmettre les valeurs contenues dans la devise de notre pays : Liberté, égalité, fraternité, il n’en demeure pas moins que beaucoup de Français sont croyants et trouvent dans leur foi religieuse un élan pour leur vie personnelle, leur vie familiale, leur vie sociale, leur vision de la vie en société et que cela est une richesse pour la vie de notre pays. Le dialogue entre la société et les diverses familles de pensées, religieuses particulièrement, ne peut pas se dérouler principalement sous le mode de la méfiance ou du soupçon. C’est ainsi que nous ressentons parfois le concept de « neutralité » employé dans certains discours ou projets. Que signifie la « neutralité » quand d’autres messages sont tolérés : je pense à tout ce qui donne à voir la violence, un certain type de rapport au corps et à la sexualité, l’exclusion de certaines populations. La « neutralité » n’existe pas. On ne peut pas compartimenter l’être humain ni la vie sociale. Ne serait-il pas plus positif de partir de tout ce que les organisations humaines apportent de positif dans la vie des personnes et donc en faveur de la vie en société ? Je ne suis pas en train de dire que cela n’existe pas dans notre pays, mais qu’il y a des courants de pensée qui ne regardent les religions que sous l’angle du risque. Vouloir ignorer en particulier ce que la religion chrétienne a apporté à notre histoire, à la vie des pays européens et ce qu’elle y apporte encore, est une grave erreur qui ampute nos efforts conjoints pour donner un idéal de vie aux jeunes générations.

J’aborde un second point, celui de la nécessaire formation des agents de l’État, des administrations, du monde de la société civile à la diversité du fait religieux et à la prise en compte de la dimension religieuse des personnes et des groupes humains. Former à la laïcité le nécessite. L’ignorance ne peut permettre le vivre ensemble et le respect. Sur le terrain, nous voyons des demandes qui naissent de la société civile, de l’entreprise, de la vie associative et parfois aussi des services de l’État. Il faut bien sûr vaincre la pensée que les croyants ne pourraient parler de leur religion que de façon prosélyte et ne pourraient avoir un discours ouvert, osons le mot, scientifique ou universitaire. Nos sociétés plurielles et diverses demandent un minimum d’empathie et de connaissance, surtout de la part de ceux qui en leur sein servent l’État ou travaillent avec des personnels divers, ou encore reçoivent des citoyens aux convictions diverses (hôpitaux, mairies, tourisme,…). L’ignorance est le plus grand obstacle au vivre ensemble, à la juste appréciation des questions qui se posent, au développement de la peur de l’autre. L’État s’en soucie, particulièrement par rapport aux aumôneries des hôpitaux, des prisons, de l’armée, de l’éducation, mais trop souvent encore pour vérifier que la pratique souhaitée de la laïcité sera respectée plus que pour vérifier que les citoyens le seront sans que l’ordre public n’en soit perturbé. Dans plusieurs lieux de France, nous avons proposé des formations dans ce domaine autour du thème « société, religion, laïcité ». Selon les lieux, ces formations sont accueillies ou non.

Le monde de l’entreprise ou le monde associatif sont moins frileux et en sont satisfaits. Chrétiens, nous ne sommes pas les plus mal placés pour rendre compte de l’expérience de la laïcité dans notre pays que nous vivons de manière concrète et désormais heureuse depuis plus d’un siècle. J’ose me permettre un mot sur la formation des imams qui demeure un des points les plus importants du vivre ensemble dans notre pays. Nous nous y engageons à notre niveau. Il y a une grosse responsabilité des fidèles musulmans, de leurs propres organisations et aussi de l’État, responsable de l’ordre public et des liens avec les divers pays d’origine de ces fidèles. C’est un des principaux défis des années à venir.

J’en viens à la mention de quelques inquiétudes

Récemment, nous avons eu connaissance des modifications que les ministères de l’Intérieur et de l’Éducation nationale veulent introduire dans les procédures régulant l’ouverture d’établissements scolaires privés d’enseignement hors Contrat. On voit bien l’intention : celle de mieux réduire le risque de voir naître des établissements scolaires incontrôlés et qui favoriseraient la radicalisation des esprits et des comportements ou un communautarisme inadapté. Là encore, on impose à tous ce qui ne vise que quelques-uns. Quoi qu’il en soit, le passage du régime de déclaration d’ouverture à celui d’autorisation d’ouverture nous semble ne pas respecter le principe de laïcité qui favorise l’exercice des libertés, celle de l’enseignement en particulier. On ne perçoit pas encore pleinement les contours de cette demande d’autorisation d’ouverture et il n’est pas évident d’en voir la nécessité, vu que les procédures actuelles permettent au ministère concerné de s’opposer à la déclaration d’ouverture et de contrôler le fonctionnement de ces établissements. On peut se demander les motivations profondes d’un tel projet qui semble relever de l’effet d’annonce ou de celui de la symbolique plutôt que d’une nécessité pour le bien des libertés dans notre pays. Nous sommes inquiets devant ce qui peut apparaître comme un frein à l’exercice de la liberté d’enseignement, sujet sensible s’il en est. Fortifier les moyens de contrôle sans empêcher l’exercice des libertés légitimes devrait être la juste attitude. Nous espérons être entendus et contribuer à trouver un juste équilibre entre exercice des libertés et prudence nécessaire.

D’une manière générale, le travail des membres d’aumôneries dans les divers établissements est reconnu, accueilli et donne satisfaction. Une longue expérience a su trouver les bons équilibres. La confiance règne le plus souvent. Une première question concerne les lieux de prière ou d’exercice des cultes. Beaucoup d’établissements possédaient une chapelle, rappel de leur origine confessionnelle. Les nécessités de développement ont souvent permis de trouver des solutions acceptables pour les remplacer par des lieux de culte mieux adaptés aux besoins actuels. La présence plus nombreuse de citoyens de confession musulmane dans notre pays, la demande d’aumôneries à leur service a posé la question des lieux de prière ou d’exercice du culte. Un certain nombre d’établissements ont résolu le problème en offrant un lieu de culte à chaque religion. D’autres laissent les responsables locaux trouver les bonnes solutions. D’autres enfin veulent favoriser des lieux de recueillement, d’intériorité, de silence, ouverts à tous. Cette perspective ne semble pas adéquate. Les religions ont des spécificités propres pour vivre leur prière ou leur culte, les symboles propres à chacune ne sont pas compatibles dans un même lieu. D’ailleurs on peut observer que lorsque cette initiative est imposée elle n’entraîne pas l’adhésion concrète des malades ni de leurs familles. Nous souhaitons que soit respectée la spécificité propre de chaque religion et que les choses se décident dans des concertations locales mieux adaptées pour trouver les bonnes solutions. Une deuxième question concerne l’exigence d’obtenir un diplôme universitaire pour pouvoir être aumônier ou membre d’une équipe d’aumônerie. Cela pose plusieurs problèmes : D’abord celui de l’intrusion de l’État dans l’organisation de la vie des cultes divers. La laïcité de l’État respecte le fonctionnement propre à chaque culte et ne s’immisce pas dans son organisation. Ce n’est pas à lui à désigner les membres des aumôneries. Une deuxième difficulté vient du fait d’une non prise en compte des formations mises en place par notre Église à destination des aumôniers et membres des équipes d’aumôneries. Nous exerçons une vigilance réelle en ce domaine. Nous nous sentons responsables de ceux ou celles auxquels nous confions des missions. Nous les formons à la juste attitude dans un établissement public et à la spécificité de l’accompagnement des personnes malades et de leurs familles. Nous n’avons pas constaté de problèmes particuliers dans l’exercice actuel de ces fonctions. Pourquoi exiger l’obtention d’un diplôme universitaire qui peut décourager les nombreux bénévoles intervenant dans ces lieux et ne pas faire confiance en les prenant en compte à nos formations qui donnent satisfaction depuis des années ? Je pense qu’en ce domaine on ne tient pas compte de la spécificité de chaque religion dans son accompagnement des personnes ni de l’histoire de notre pays. On a une conception étroite de l’égalité. Or en ce domaine, les approches et les besoins des religions sont divers et l’histoire de chacune dans notre pays l’est tout autant. Il serait nécessaire de se parler avec confiance, de mieux connaître les diverses religions dans leur approche de l’accompagnement des malades, de préciser les exigences du respect d’un lieu public et de s’appuyer sur toute l’expérience vécue.

Depuis les attentats que notre pays a connus, je veux en conclusion vous dire notre étonnement d’avoir été à plusieurs reprises l’objet d’initiatives qui consistaient à nous demander de nous prononcer officiellement sur notre condamnation des violences, de ceux qui les commettent, sur notre pratique de la laïcité, finalement sur notre amour de notre pays ! Qui peut en douter en nous écoutant et en nous voyant vivre ! Nous y avons reconnu une de ces manifestations de ceux qui n’ont que des doutes face aux religions et qui n’ont que des soupçons à leur égard. Vous comprendrez pourquoi j’ai voulu partager ces thèmes-là avec vous et vous redire notre loyauté à l’égard de notre société française. Regardons-nous avec confiance ; ne distillons pas des pensées de peur ni de stigmatisations. Additionnons nos richesses. Vivons dans un dialogue confiant.

7 comments

  1. Mgr Pontier pourrait, je le suggère, utiliser les instruments juridiques mis à la disposition de tous: la Déclaration universelle des droits de l’homme qui énonce la liberté d’éducation (article 26.3) et son article 30 qui proclame la solidarité de tous les droits de l’homme.

    Il aurait pu invoquer la Convention sur les droits de l’enfant qui proclame la responsabilité des parents eu égard à l’éducation des enfants. Et qui dit responsabilité, dit liberté (sinon la responsabilité n’a plus de sens).

    Le quinquennat de Hollande pourrait être analysé en une grande démolition de ce qui restait des droits de l’homme et des valeurs française, et, cela dit sans exclure personne, des valeurs de la République française. Récemment il viole les engagements internationaux de la France en faveur des enfants, du droit des enfants à être élevés par leurs parents, leurs libres parents.

    C’est la violation décomplexée des droits de l’homme et de la laïcité par le gouvernement.

    • DUFIT THIERRY

      Monsieur Merlin
      La déclaration des droits de l’homme -condamnée par le pape Pie VI- est une déclaration athée et révolutionnaire. Il est inacceptable de voir les papes « post concile » ‘invoquer constamment cette déclaration des droits de l’homme et oublier Dieu et Ses Commandements. On en arrive à la religion des droits de l’homme. L’homme prend la place de Dieu.
      C’est au nom des droits de l’homme que les révolutionnaires ont persécuté l’Eglise, massacré les prêtres et religieux que ce soit en France ,durant la guerre civile d’Espagne ou au Mexique. C’est au nom des droits de l’homme que Lénine, Staline, Mao et tous les bouchers du communisme ont réduit les hommes en esclavage et commis les pires atrocités.
      Un évêque digne de ce nom ne doit qu’avoir en vue que la gloire de Dieu.
      Dieu premier servi.

      • Cher monsieur Dufit, les droits de l’homme sont une donnée de la raison. L’homme animal raisonnable capable de vérité est pourvu en raison de son caractère raisonnable, de droits fondamentaux égaux et inamissibles. Il est doté de ces droits par Dieu Lui-même. Donc loin de nier l’existence de Dieu les droits de l’homme affirment l’existence de Dieu et affirment ses conséquences dans nos vies sociales. Les droits de l’homme affirment un ordre divin immuable dans un monde qui change tout le temps.

        Ce ne sont pas les papes post-conciliaires, mais saint Pie X qui parle des droits de l’homme dans Vehementer nos :

        « Enfin, cette thèse inflige de graves dommages à la société civile elle-même, car elle ne peut pas prospérer ni durer longtemps lorsqu’on n’y fait point sa place à la religion, règle suprême et souveraine maîtresse quand il s’agit des droits de l’homme et de ses devoirs. Aussi, les pontifes romains n’ont-ils pas cessé, suivant les circonstances et selon les temps, de réfuter et de condamner la doctrine de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. »

        Les droits et les devoirs étant évidemment réversibles (j’ai des droits parce que vous avez des devoirs envers moi, j’ai des devoirs envers vous parce que vous avez des droits qui me sont opposables). J’ai le droit d’honorer, aimer et servir Dieu selon mes convictions conformes à l’ordre public et vous n’avez pas le droit de m’en empêcher. C’est réversible (vous avez le droit d’honorer et servir Dieu selon vos convictions conformes à l’ordre public et je n’ai aucun droit de vous en empêcher).

        Loin de nier l’existence de Dieu, les droits de l’homme sont fondés en Dieu. C’est effectivement la religion bien comprise qui nous enseigne l’ordre immuable des droits et des devoirs de l’homme.

        Quant au texte de Pie VI que je ne connais pas, s’il condamne les droits de l’homme il ne peut que condamner une conception erronée des droits de l’homme. Car des conceptions erronées des droits de l’homme peuvent exister. La conception marxiste par exemple. Mais si l’on va à fond de l’idéologie marxiste, il ne peut y avoir de conception marxiste des droits de l’homme, droits immuables et non évolutifs. Or le marxisme affirme que tout, absolument tout, change… Une conscience libre à l’égard de toute donnée universelle de la raison ne peut respecter les droits de l’homme. De fait, les marxistes et autres relativistes militent pour l’avortement… qui est négation des droits de l’homme. Ils militent aussi contre la propriété privée… droit fondamental de l’homme.

        C’est d’ailleurs ce qu’enseigne Pie XI dans Divini redemptoris:

        « 14. Vénérables Frères, voilà le nouvel Evangile que le communisme bolchevique et athée prétend
        annoncer au monde, comme un message de salut et de rédemption ! Système rempli d’erreurs et de
        sophismes, opposé à la raison comme à la révélation divine: doctrine subversive de l’ordre social
        puisqu’elle en détruit les fondements mêmes, système qui méconnaît la véritable origine, la nature et
        la fin de l’Etat, ainsi que les droits de la personne humaine, sa dignité et sa liberté. »

        http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/46/19/78/Magistre-de-l-Eglise/Divini-Redemptoris—Pie-XI.pdf

        Saint Jean XXIII enseigne dans Pacem in terris que, certes, la Déclaration universelle des droits de l’homme pouvait soulever des réserves justifiés (il ne précise malheureusement pas lesquelles, mais je crois les deviner), mais que telle qu’elle était on pouvait l’invoquer dans ce qu’elle avait de bon (voir n° 144).

        http://w2.vatican.va/content/john-xxiii/fr/encyclicals/documents/hf_j-xxiii_enc_11041963_pacem.html

        Ayant été de vos opinions sous l’influence de l’école traditionaliste, j’ai soumis ma pensée à celles de papes et en m’y soumettant, j’ai mieux compris la question. « Crois afin de comprendre. » enseigne, je crois, saint Augustin.

        • DUFIT THIERRY

          L’encyclique qui condamne les droits de l’homme est Adeo Nostra.
          En bon catholique libéral que vous êtes vous mélangez tout. Jamais ni St Pie X ni Pie XI -qui fut le pape de Quas Parimas sur la royauté sociale du Seigneur- n’ont invoqué les droits de l’homme de la révolution. Ces deux papes parlent de droits de la personne humaine ce qui n’est pas la même chose. St Pie X rappelle d’ailleurs les devoirs de l’homme envers Dieu.
          Enfin cette déclaration révolutionnaire est à l’origine de tous les génocides et meurtres de masse de l’histoire contemporaine : le génocide vendéen, les atrocités des révolutionnaires mexicains et espagnols, les 200 millions de morts du communisme. Actuellement nous subissons un déferlement islamique sur l’Europe au nom des « droits de l’homme ».
          Les libéraux ont voulu christianiser les droits de l’homme.
          Tous les papes jusqu’à Pie XII inclus ont condamné le libéralisme.
          .

    • Merci monsieur de vos encouragements. Il y a peu de choses personnelles dans mes interventions, je m’inspire du Compendium de doctrine sociale et de quelques autres textes, notamment des papes. Merci encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *