3-singes

L’angélisme de l’Eglise de France face à l’islam

Download PDF

Sur Nouvelles de France, Olivier Bault compare la timidité des évêques de France à leurs confrères polonais :

« Le grand silence, c’est le titre d’une interview avec l’historien, politologue et soviétologue français Alain Besançon publiée dans le plus gros hebdomadaire d’actualité polonais, la revue catholique Gość Niedzielny. Car contrairement à leurs homologues français, les membres du clergé et les grands médias catholiques polonais ne font pas dans le politiquement correct et ils s’étonnent ouvertement de la veulerie et du manque apparent de foi des évêques et des prêtres exerçant sous l’égide du primat des Gaules. On l’a vu avec la réaction de ce dernier, le cardinal Barbarin, à la publication par un prêtre sur Riposte Catholique d’une tribune sur le caractère sataniste du concert au Bataclan. Mais comment s’étonner de cette réaction alors que depuis plusieurs décennies, une majorité d’évêques appellent ouvertement à voter contre le Front National en incitant les fidèles à voter pour les partis les plus pro-avortement, pro-euthanasie et pro-LGBT ?

Dans les colonnes de Gość Niedzielny Alain Besançon le dit ouvertement à propos des attentats du 13 novembre : « nous avons ce que nous avons voulu ». Ce qui nous arrive est la conséquence de l’attitude de soumission de la France face à l’islam, à cause des sentiments de culpabilité mal placée liée à la colonisation. Ceci nous a incités à accorder beaucoup plus aux musulmans que ce dont avaient bénéficié d’autres immigrants avant eux : Portugais, Espagnols, Italiens, Polonais… Alors qu’à la différence de ces derniers les musulmans ne s’assimilent absolument pas, car leur religion est une religion d’expansion qui pousse ses fidèles à dominer, y compris par la violence, sur tout territoire où ils se trouvent.

Pour Besançon, on aurait dû expliquer aux Français ce qu’est l’islam, et l’Église aurait dû être en première ligne pour parler de l’islam à ses fidèles. Mais l’Église de France a préféré se taire,  comme elle s’était tue dans le passé face au nazisme et au communisme. Ancien communiste converti au catholicisme, l’historien reproche à l’Église son angélisme face à l’islam, et fait remarquer que si l’on parle souvent des Français qui deviennent musulmans, on tait les musulmans qui se convertissent au christianisme au risque d’être tués par leurs anciens frères de religion. Des musulmans qui se plaignent souvent, même si Besançon n’en parle pas dans cet entretien, du manque de soutien de la part de l’Église. Alain Besançon rappelle que depuis le XIVe siècle, il n’y a eu aucun cas de cohabitation pacifique durable sur un même territoire de musulmans et de représentants d’autres religions.

L’historien, dans cet entretien à l’adresse des catholiques polonais, se demande si l’Église de France a encore la foi. Il lui reproche d’avoir perdu son identité en s’imprégnant des principes républicains de la laïcité, ce qui la laisse désarmée face à l’expansion de l’islam. Et ce n’est sans doute pas une exagération de Besançon. Il suffit pour s’en convaincre de se demander si l’Église a le courage d’annoncer le Christ ressuscité aux musulmans. Le cardinal Barbarin, lui, préfère paraît-il réciter la profession de foi musulmane quand il est avec des disciples de Mahomet.

[Lire la suite]

41 comments

  1. Mgr Barbarin…. quelle déception !
    Heureusement Mgr Aillet, Mgr Rey et quelques autres, encore trop peu nombreux, relèvent le niveau de l’Eglise en France, mais c’est une minorité mise à l’écart par les autres…. qui agissent envers eux sans aucune charité chrétienne, charité qu’ils réservent aux vrais ennemis de leur Eglise !

  2. Plutôt que la critique de l’islam, il me semble préférable de mettre l’accent sur l’ordre juridique ferme valable pour tous prôné par st Jean XXIII.

    « 97 – On observera pourtant que ces minorités (…) sont assez souvent portées à exagérer l’importance de leurs particularités, au point même de les faire passer avant les valeurs humaines universelles, comme si le bien de toute la famille humaine devait être subordonné aux intérêts de leur propre nation. »

    Pacem in terris http://w2.vatican.va/content/john-xxiii/fr/encyclicals/documents/hf_j-xxiii_enc_11041963_pacem.html

    Les valeurs humaines universelles ne sont jamais facultatives.

    Aller faire réciter la shahada à un mourant viole les droits de ce mourant à la vérité de la raison et à la liberté de croyance (la shahada contient une négation de la liberté religieuse: négation de la divinité de Jésus-Christ. Alors que la croyance en la divinité de Jésus est une liberté positive. Il en serait de même si dans ma profession de foi je disais: « il est interdit de croire à Mahomet ». La liberté de l’homme ne peut être niée. Il n’est pas moral de la nier dans une profession de foi. La croyance est libre, il est injuste de nier sa liberté).

    Donc, plutôt que la critique et la condamnation de croyances, il vaut mieux l’édification. Il vaut mieux promouvoir le bien commun universel, l’ordre public universel qui fonde l’ordre public français. Cet ordre public est vérité, justice qui est mère de la paix. Il est fondé sur la raison universelle de l’homme.

  3. M.Y.

    Les élèves m. refusent de s’asseoir à côté d’élèves non m., ils refusent de lire, de toucher, de coller dans leurs cahiers des extraits de la Bible ou de textes où il serait question de rites catholiques, les élèves m. surveillent et harcèlent leurs camarades à la cantine pendant la période du r., en leur interdisant de manger, les parents m. interdisent à leurs enfants d’assister aux cours obligatoires de « pastorale » (pourtant tellement niais la plupart du temps qu’il n’y a pas grand risque qu’ils y entendent la moindre bribe de doctrine catholique) mais sont intouchables, les élèves m., surreprésentés dans la catégorie des mauvais élèves, ont tous les droits : insulter sournoisement un professeur, refuser de respecter la minute de silence pour les victimes de M. Merah, chahuter etc. mais ne sont JAMAIS sanctionnés etc. etc. ad nauseam…. Je suis professeur dans l’enseignement dit catholique depuis trente ans, je suis écœurée des MENSONGES de la plupart des évêques,
    quant à l’islam. Merci à Monsieur l’Abbé Pagès pour son courageux travail !!!

    • Philomène

      Entièrement d’accord avec vous; j’ai enseigné 36 ans dans « l’éducation nationale » sous la dictature des syndicats de gauche; je pensais que c’était mieux dans l’enseignement catholique. Vous parlez de « nausée », j’ajouterai que vivre dans de telles conditions est destructeur pour les élèves et les professeurs, et c’est comme cela dans toute la société.

    • Vous décrivez une situation de négation de la liberté universelle, de viol permanent de l’égalité des êtres humains, de mépris de la fraternité humaine universelle. Si vous critiquez « l’islam » vous donnez à penser qu’en représailles à ces injustices et ces manques d’amour, vous fragmentez vous aussi l’humanité.

      Alors que si vous revendiquez l’égalité et les droits de l’homme ainsi que la fraternité vous éduquez non seulement les élèves, non seulement les parents, mais encore l’autorité et vous élevez l’humanité. « Une seule pensée de l’homme vaut mieux que tout l’univers » (saint Jean de La Croix). Si vous éduquez à penser et à aimer vous multipliez les pensées des hommes dont une seule vaut mieux que tout l’univers (minéral, végétal et animal). Que c’est beau !

      • Cassianus

        Ce n’est pas fragmenter l’humanité que refuser une religion qui est, dans son essence, contraire au christianisme. Diriez-vous que les Juifs fragmentaient l’humanité quand, dans les années 30, ils s’opposaient au nazisme ? Ce que vous semblez proposer, c’est une éducation qui ferait comprendre aux jeunes Musulmans la valeur des principes d’égalité et de fraternité entre les hommes. Mais comment voulez-vous qu’ils acceptent de telles idées sans renoncer à leur religion ? C’est comme si vous vouliez les persuader de manger de la viande de porc.

        • Le loi naturelle est inscrite dans tous et chacun des cœurs.

          Tous les hommes sont dotés de la raison virtuellement ou effectivement. Ils savent tous qu’il ne faut pas faire aux autres ce que ils ne voudraient pas qu’ils nous fassent.

          « 1958 La loi naturelle est immuable (cf. GS 10) et permanente à travers les variations de l’histoire; elle subsiste sous le flux des idées et des mœurs et en soutient le progrès. Les règles qui l’expriment demeurent substantiellement valables. Même si on renie jusqu’à ses principes, on ne peut pas la détruire ni l’enlever du cœur de l’homme. Toujours elle ressurgit dans la vie des individus et des sociétés: « Le vol est assurément puni par ta loi, Seigneur, et par la loi qui est écrite dans le cœur de l’homme et que l’iniquité elle-même n’efface pas ». (Saint Augustin, conf. 2,4,9).

          http://questions.aleteia.org/themes/94/loi-naturelle/documents-de-reference/

          Nous allons critiquer ceux qui tuent au nom de Dieu (se prenant pour Dieu), mais nous, nous tuons au nom du confort, au nom de nos aises, de la « honte » que pourrait causer une naissance, voire pour des mobiles politiques (voir Les tueurs de la République) etc. Il serait injuste de condamner les premiers et d’absoudre les seconds.

          Nous autres aussi sommes pécheurs parce que la loi est inscrite dans nos cœurs et nous ne l’observons pas toujours. Dès lors, au lieu de partir en guerre contre l’islam proposons plutôt un ordre public impartial valable et obligatoire pour tous.

          Cet ordre public impartial enseignera à tous (y compris aux chrétiens) que nous sommes tous égaux dans nos droits fondamentaux quelles que soient nos croyances ou incroyances dès lors que ces croyances sont conformes à l’ordre public.

          Entre un abortiste chrétien du genre de Mgr Eychennes et un imam djihadiste déchaîné quelle différence au regard de l’ordre public laïc et universel ? La loi naturelle les juge tous les deux sans faire de différences et cette loi est inscrite dans leurs cœurs. La société a donc un titre à les condamner tous les deux également. Ils ne peuvent dire: « je ne savais pas… qu’il ne fallait pas faire à autrui ce je n’aurais pas voulu que l’on me fasse. »

          • « Même si on renie jusqu’à ses principes, on ne peut pas la détruire ni l’enlever du cœur de l’homme. » écrit saint Augustin. Dès lors que l’on soit chrétiens, évêque ou imam ou pasteur ou rabbin on peut renier les principes de la loi naturelle, mais on ne peut l’arracher du cœur de l’homme…

            Peu importe, en ce sens, le discours qui peut renier la loi naturelle. Ce qui compte, c’est qui est dans le cœur.

          • Cassianus

            La loi naturelle que vous décrivez n’était pas celle des auteurs de l’Ancien Testament, qui commande clairement la mise à mort des blasphémateurs. Il n’y est pas question de faire vivre en paix des hommes de religions différentes, mais d’imposer à tous les citoyens du Peuple de Dieu la seule et unique loi religieuse véritablement révélée, celle qui comporte, entre autres, de ne faire aucune image de la divinité, de chômer le jour du Sabbat, de circoncire les enfants mâles, de s’abstenir de certains aliments, de jeûner certains jours de l’année, de ne pas donner sa fille en mariage à un étranger et une foule d’autres choses qui ne pouvaient pas venir naturellement à l’esprit des peuples voisins.

            Traiter tout homme comme un égal n’a jamais été non plus le principe qui avait inspiré les réglementations bibliques sur le statut de la femme par rapport à son mari, du fils par rapport à son père, du roi par rapport à ses sujets, et, d’une manière plus générale, de tout inférieur avec ses supérieurs, selon un ordre hiérarchique déterminé par Dieu. C’est ce modèle théocratique incompatible avec l’égalitarisme des « Droits de l’Homme » qui est la référence théologique des Islamistes. Il était également la référence théologique des législations de la Chrétienté, jusqu’à ce que le Concile de Vatican II reçoive du Ciel la révélation d’un nouvel ordre mondial, fondé sur la laïcité et la fraternité universelle sans distinction de religions.

          • Réponse à Cassianus. Les hommes sont égaux dans leurs droits fondamentaux et inégaux dans leurs droits contingents.

            Quant à la peine de mort, elle doit être infligée par des tribunaux réguliers.

            Vous continuez à honnir les islamistes etc.

            Quant à équiparer l’islamisme avec la chrétienté, c’est signé. Vous aurez à répondre de ce que vous écrivez si injustement. Cela juge aussi vos lectures.

            Bref, je crains que votre culture ne soit un peu légère pour venir ainsi juger le concile Vatican II.

          • @ Cassianus: ce n’est pas tant à leur religion que je pense qu’à la nôtre ou plutôt à notre foi: croyons-nous vraiment que les dix commandements sont inscrits dans le cœur de tout homme, comme l’établit la raison et le confirme notre foi ?

            Que donc le droit naturel est opposable à tout homme quelle que soit ses croyances par ailleurs.

  4. Je suis africain. Je suis l’actualité politique de la France avec beaucoup d’intérêt. Je suis surtout reconnaissant de l’héritage spirituel de la France en Afrique. Je suis donc triste de voir la France, fille ainée de l’Église diluer sa foi au nom du politiquement correct sous indifférence ou avec la complicité de son épiscopat. Hormis la voix de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne qui cri parfois dans le désert, rien à se mettre sous la dent . Autrefois, je n’aimais pas beaucoup le front national. Mais si j’avais été français, je voterai front national, que l’Église de France combat avec véhémence grâce à Marion Maréchal Le Pen qui contrairement à sa tante, affirme haut et assume les racines chrétiennes de son pays avec courage et panache. Elle repropose l’identité française qui est chrétienne en épousant ses valeurs. Pour cette raison, Je prie Dieu pour qu’elle lui donne encore plus de courage afin qu’elle « ne fuient pas devant les loups » (Benoit XVI) et qu’elle puisse régénérer la nation française dans ses fondements par la force de ses convictions qui sont de plus en plus partagées. J’ai trouvé cette article du même auteur qui démontre pourquoi on peu voter le front national que les autres partis.
    http://www.ndf.fr/les-religions/26-08-2015/un-catholique-peut-il-voter-front-national#.VmliSr-xYZw

    • Eve

      Vous avez raison, prions pour que nous ayons de bons dirigeants qui relèvent la France, la société et la Famille, et préservent notre foi chrétienne.
      Prions pour Benoît 16, dans sa retraite que « les loups » lui ont fait prendre parce qu’il a fait une déclaration,
      de trop, mais elle est passée inaperçue… silence…

  5. France

    La plupart des évêques ont renoncé à vivre une foi catholique. L’Eglise se meurt de leurs discours creux et de leur angélisme face à l’antichrist; ils attendent que le temps passe en refusant de répondre aux questions que leur pose la vie. Une Eglise invisible veille. Sans eux !

  6. Mais, allez au bout de votre pensée, osez, c’est le pape, en premier lieu, qui ne rate pas une occasion de prêcher une sorte de religion universelle, dont il serait, sans doute, le grand-prêtre et où les musulmans sont les petits copains gentils; il ne faut pas leur en vouloir s’ils portent la barbe ……………….

  7. Françoise

    Des musulmans convertis au christianisme = rejetés, voire menacés de mort par leur communauté d’origine et leur famille, qui se plaignent de l’indifférence des chrétiens à leur égard est un scandale intolérable ! L’Eglise devrait organiser des sessions d’accueil chaleureux et les encourager dans leur choix héroïque.

    • Eve

      Ils sont menacés de mort, par leur propre texte ! il est difficile de leur demander un choix héroïque
      mais en même temps c’est une façon de garder « le pouvoir » que leur confère leur texte.

      où sont ces nouveaux Chrétiens ?

    • toto

      @ Eve
      Je renchéris, faux et archi-faux, Alain Besançon, ancien communiste, garde de sérieuses séquelles!
      Qu’il fasse le décompte des évêques et prêtres catholiques dans les prisons et camps nazis et cela dès 1933, qu’il lise Pie XII, Mgr Van Galen et tant d’autres et il arrêtera de nous prendre pour des demeurés. Je ne lui demande pas de faire repentance sur les crimes communistes qu’il a cautionné, cela l’amènerait jusqu’en 2533. Les historiens peuvent raconter n’importe quoi sur l’Eglise, plus c’est faux, plus c’est cru (par les imbéciles et malveillants)

  8. Jean-Paul Bachand

    C’est un peu beaucoup de qui se passe au Québec. Ce soir c’est le premier arrivage des réfugiés syriens : 90% de Musulmans ? Cela nous fait plaisir et nous fait chaud au cœur.

    Mais de nos Évêques, de l’Église : pas un mot. Nous sommes dans un état laïque où la Foi est reléguée aux oubliettes, où notre passé est mis au musée de notre identité, née de la fille aînée de l’Église, insérée dans notre hymne national « Ô Canada… Car ton bras sait porter l’épée, Il sait porter la croix ! » Quant à nos curés, sans plus aucun pouvoir et vieillissants, ils sont en voie de disparition.

    Et dire qu’à partir d’aujourd’hui, les Québécois admissibles à l’euthanasie pourront enfin voir leur vœu exaucé et seront heureux de ne pas passer Noël avec nous.

    • quelle tristesse!
      quand Il reviendra le Seigneur trouvera-t-il encore la Foi sur le terre ?
      Seigneur par Marie votre Mère, notre Mère, ayez pitié de nous ! que l’Eucharistie soit toujours célébrée chaque jour, que votre sainte présence reste près de nous !

  9. angel

    QUE DU BONHEUR de lire cela enfin qq qui dit tout haut(si j puis m’exprimer ainsi) ce q la plupart des francais cathos pensent
    Marine Le Pen est Chrétienne et défend nos valeurs ,
    ce q nos cardinaux évêques curés etc ont oublié depuis longtemps d faire !

  10. Le réquisitoire que dresse Alain Besançon est parfaitement fondé, et démontre l’absence de vigueur et de réalisme pastoral de cette hiérarchie catholique française, qui affiche un esprit de démission morale coupable envers l’islam

    Derniérement j’ai eu à rédiger une lettre de reproche à ma paroisse du pays basque, car le bulletin paroissial présentait le coran comme étant un …Livre de paix . Encore récemment nous avons vu un evêque Barbarin prononcer les paroles sidérantes de la ….Shahadha ! Autrement dit les bien méritants catholiques pratiquants doivent en permanence supporter le trés pénible spectacle de désorientation spirituelle de pasteurs , dont les responsabilités sont pourtant prépondérantes !

    Mais les silences et les élucubrations de nos clercs , ne peuvent effacer des vérités historiques incontournables concernant l’islam . C’est à dire que Mahomet fut avant tout un aventurier dangereux , assoiffé de richesses et de conquétes militaires violentes, ou des milliers d’innocents furent horriblement sacrifiés ! Donc la personnalité réelle du fondateur de cette idéologie, est profondément abjecte! et éluder ses crimes revient à rendre un hommage à un monstre aussi répugnant qu’un Joseph Staline !

  11. Hervé Soulié

    Je me demande si l’islamophilie d’une grande partie de la hiérarchie ecclésiale en France n’est pas la marque d’un rejet de cette dernière par Jésus-Christ lui-même.
    C’est un des aspects de la puissance de Dieu de permettre que ses ennemis se détruisent eux-mêmes.
    Quant à Barbarin dans l’affaire du Père Hervé Benoît, il s’est quelque peu déshonoré, c’est vrai.

  12. Yous

    La photo des singes le dit tout !
    L’article est plus qu’éloquent. Il met les points sur les iii avec une clarté et une évidence exemplaires.
    Cependant le politiquement correct nous a rendus comme ces singes sur la photo.
    Un petit commentaire :
    « nous avons ce que nous avons voulu ». Nous sommes nombreux à le répéter.
     » Alors qu’à la différence de ces derniers, les musulmans ne s’assimilent absolument pas, ….  »
    Cela me rappelle une déclaration de François Mitterrand, alors président, une déclaration à la TV qui m’avait fait sursauter au plafond : « Qui d’entre nous n’a pas un père italien ou une mère polonaise », voulant justifier déjà l’invasion de la France par les Maghrébins et faire taire les voix qui avaient commencé à sentir le danger.

  13. ym

    Belle explication… que nos évêques devraient lire et méditer.
    Il faudrait qu’ils cessent de penser que respecter l’islam c’est respecter les musulmans…
    l’islam n’est pas respectable mais nos frères musulmans le sont et on les laisse dans leur erreur. Ils sont sous la dictature de mahomet depuis tant de siècles et de tous ceux qui ont continué le combat après lui à des fins diverses mais toujours pour conquérir et soumettre les peuples, tel un rouleau compresseur.
    Nos évêques sont ils aussi peu intelligents qu’ils ne peuvent le comprendre et étudier cette religion avant d’en parler. Rencontrer des spécialistes, des convertis etc…
    L’islam n’est pas une religion construite comme la religion catholique, inutile de vouloir comparer.
    Cette religion est satanique… enfin il ne faut pas sortir de polytechnique pour le voir. Satan est le singe de Dieu et il s’est construit une « église » avec de nombreux fidèles qui ressemble à celle de Notre Seigneur mais ce n’est pas sur la VRAIE REVELATION. Dieu qui est immuable peut-il 600 ans après la venue du Christ, Sauveur des hommes, envoyer un messager (l’ange Gabriel en plus) dire exactement le contraire ? CE N’EST PAS POSSIBLE !
    Comment est-ce possible que l’intelligence de nos « guides » soit si enténébrée surtout après les déclarations de St Paul (de mémoire : Si un autre que moi vient vous apporter un autre Evangile que celui que je vous ai donné qu’il soit anathème). Tout est résumé là et si un simple fidèle le comprend, pourquoi nos évêques ne le voient pas.

  14. Gilberte

    On se demande si les évêques ont encore la foi? ils n’ont certainement pas la foi dans le coran, car le coran est catégorique: il faut tuer les chrétiens, d’où vient que les évêques soient rassurés malgré ce qui se passe au Moyen-Orient? ils se bouchent les yeux, les oreilles la bouche comme les personnages de l’illustration assis sur la théorie de Darwin

    • Je crois qu’une minorité (croissante) d’évêques et surtout de cardinaux ont fait le choix de suivre l’adversaire. Les autres se laissent persuader par les premiers de laisser faire et voir ce qui en résultera. Ils sont perdus et tentent l’expérience qu’on leur propose, en désespoir de cause.
      Les grands prêtres de la synagogue interpellaient Jésus sur la croix en lui disant que s’il descendait de sa croix ils croiraient en lui.
      Les grands prêtres actuels apostrophent Jésus dans son ciel en lui disant : Descend de ton ciel et nous croirons en toi tel que la tradition nous te montrait. Cela ne peut plus durer. Si tu ne viens pas maintenant, nous ne répondons plus de rien.
      Ils provoquent Jésus et veulent le contraindre à venir, là et maintenant.

  15. philmarsouin

    témoignage :
    Repas d’entreprise menu Paëlla une avec « choriso » poulet et fruits de mer, l’autre avec poulets et fruits de mer 6 Musulman que je connais 3 n’ont pas mangés la Paëlla, 3 ont pris la paëlla sans « choriso » un a tout mangé, deux autres n’ont pas mangé le poulet, deux ont bu du vin. Ma conclusion : la soirée s’est bien passée, mais les organisateurs croyaient, comme moi qu’un plat sans porc suffirait pour satisfaire les impératifs religieux, c’est ce qui se pratiquait dans l’armée il y a quelques années. Actuellement, il y l’offre Hallal et les Musulmans sont plus exigeants, mais chacun à leur façon, les 6 dont je parle sont d’autre part d’excellents collègues de travail. Ne jugeons pas, Dieu le fera. Pour moi le dialogue est possible, même si il faut être vigilant

    • Cassianus

      Mais non le dialogue n’est pas possible. Vous avez d’un côté une religion dont le dogme fondateur est la divinité de Jésus-Christ ; et de l’autre, une religion dont le dogme fondateur est que Jésus-Christ n’est pas Dieu. Sans aller plus loin dans l’étude de ces deux religions, vous devez bien comprendre que l’évangélisation du monde voulue par Jésus-Christ est forcément perçue par les Musulmans comme une entreprise de corruption morale de l’humanité. Le christianisme est simplement abominable aux yeux des Musulmans s’ils veulent croire ce que leur enseigne leur Coran. Ils nous supportent tant qu’ils y sont obligés. Mais ils souhaitent avoir le pouvoir pour faire obstacle autant qu’ils le pourront à la religion chrétienne. C’est entièrement logique et cohérent avec leur foi. Ils n’ont pas besoin de nous haïr pour vouloir notre disparition. Il leur suffit pour cela de vouloir être fidèles à la religion qu’ils ont appris à regarder comme la seule religion véritable et celle que tout homme juste est dans l’obligation morale d’adopter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *