2224224314.2

La Fraternité des Saints Apôtres dissoute

Download PDF

Communiqué de l’archidiocèse :

La Fraternité des Saints apôtres a été érigée en 2013 en « association publique de fidèles cléricale » de droit diocésain. Elle relève de la responsabilité de l’Archevêque de Malines-Bruxelles.

La Fraternité compte jusqu’à présent 27 membres, dont 6 prêtres et 21 séminaristes parmi lesquels un diacre. De ces 27 membres, 21 résident en Belgique et 6 en France, plus précisément dans le diocèse de Bayonne. La majorité des membres est actuellement originaire de France.

L’objectif de cette Fraternité est en particulier de sensibiliser des jeunes gens à la beauté de la vocation et du ministère de prêtre diocésain. Répondre à la vocation à devenir prêtre diocésain ne signifie pas nécessairement de se retrouver seul : le prêtre peut compter sur le soutien et la solidarité de frères, avec lesquels il forme une fraternité. Il faut souligner combien cette option fondamentale est précieuse pour la vie du prêtre aujourd’hui.

L’initiative pose cependant problème, lorsqu’on constate que la plupart des séminaristes de la Fraternité des Saints Apôtres viennent pour l’instant de France où de nombreuses régions connaissent un manque cruel de prêtres. Il se pourrait que le nombre de séminaristes belges, tant néerlandophones que francophones, augmente au fil du temps. Mais dans ce cas de figure, ils pourraient provenir également d’autres diocèses belges alors même qu’ils relèveraient tous de l’ Archidiocèse.

Cette perspective n’est pas à promouvoir dans les circonstances actuelles car elle manifeste un grave manquement à la solidarité entre évêques, tant avec ceux de notre pays qu’avec nos voisins français. Pour cette raison, l’Archevêque de Malines-Bruxelles a décidé de ne plus accueillir la Fraternité des Saints Apôtres dans son diocèse, à partir de fin juin 2016.

Les prêtres et diacre ordonnés pour servir dans l’Archidiocèse de Malines-Bruxelles le resteront, conformément aux prescriptions du droit de l’Eglise. Lorsque l’ Archevêque les nommera à différentes fonctions, il s’efforcera de respecter ce qui leur était cher lorsqu’ils ont adhéré à la Fraternité. A ce propos et contrairement à ce que des rumeurs ont pu faire croire, c’est le souhait de l’Archevêque que l’expérience à Ste Catherine puisse se poursuive

En ce qui concerne les séminaristes, ils peuvent, s’ils le souhaitent et s’ils répondent aux conditions fixées pour la formation des prêtres dans l’archidiocèse, continuer celle-ci au Séminaire diocésain.

Cette décision de l’Archevêque est le fruit d’un long discernement avec ses évêques auxiliaires et son Conseil épiscopal. Une commission spéciale avait rencontré au préalable tous les membres de la Fraternité résidant en Belgique. Les évêques de Belgique, consultés par l’Archevêque sur cette décision, la soutiennent, de même que les instances responsables du Saint-Siège.

21 comments

  1. Oh!

    Curieuse nouvelle. Si les vocations se font rares à qui la faute ? Et en plus lorsque vous croyez pouvoir échapper à la nullité abyssale de la doctrine ou de la « pastorale », et bien ce n’est pas possible, puisqu’il vous faut supporter « l’équipe diocésaine » qui aura sévit pendant toute votre enfance !

    un vieux jésuite disait il y a quelques années, « les bâtiments sont diocésains, les trottoirs sont municipaux ! », On ne peut pas faire comme si l’instruction au sacerdoce était une chose préservée, alors que le sacerdoce est phagocyté par un laïcat cléricalisé assez soviétoïde.

    Un jeune voulant devenir prêtre et ayant les qualités requises, n’est pas la propriété d’un diocèse ou plutôt d’une conférence épiscopale ! il faut arrêter avec les couplets visées par le politburo sur une relation substantielle entre le « jeune » et « la communauté », il y a des concepts qui n’ont de sens qu’en théologie, ad intra et avec une analogie à la clef ! il ne sert de rien d’entrer dans un séminaire, si c’est pour devenir la copie conforme du curé fumigène qui aura étouffer avec l’équipe « pastorale » de « secteur », le sens du surnaturel et de la vie morale qu’elle exige.

    Ils les auront toutes faites ! s’ils le pouvaient ils privatiseraient le macadam et ses ornières !

  2. toto

    Quels pharisiens ces évêques! La solidarité entre gangsters ou dictateurs. Je croyais qu’en France on avait les pires. Les Belges nous battent haut la main!
    De Kesel le dauphin de Danneels, pauvres séminaristes, obligés de fuir ailleurs. Mais qu’ils aillent dans un véritable séminaire, que diable! Cela existe! Le Père Zanotti n’en connaît pas quelques-uns par hasard où envoyer ses poulains?
    @ Oh!
    « assez soviétoïde. » Vous avez beaucoup d’humour. Aujourd’hui on pourrait dire « quelque peu hollandique ». Ce sont les mêmes que l’on a au civil comme au religieux, des petits dictateurs.

    • Oh!

      Je ne crois pas que ce soit humoristique, mais vous signez toto, et vous jurez en l’invoquant sans y prendre garde, à votre place je jurerais comme Lahire, par mon bâton si je n’arrive pas à me corriger et je prierai Sainte Jeanne d’Arc pour tout ces p’tits gars qui seront peut-être dans la tourmente, tout en faisant réparation.
      le moindre murmure est écouté et jugé dit le livre de la Sagesse.

      et pour ce qui me concerne, une prière pour ce Mgr Kesel ! une !

  3. Hilda

    Si je comprends bien une vingtaine de séminaristes non ordonnés seront donc absolument libres d’aller où ils veulent dès le 21 juin. On leur suggère de rentrer dans leur diocèse en France. Ces diocèses leur dit-on manquent de prêtres. Mais quand ils sont allés librement à Bruxelles que cela nous plaise ou non ils avaient déjà considéré cette option et ne l’avait pas retenue. Pourquoi la choisiraient-ils maintenant ? Par contrainte ? Allons donc c’est sans espoir. Ce management de jeunes semble déficient. Le but est d’ordonner des hommes normalement volontaires pas des hommes cassés.

  4. onclin

    Pauvre monseigneur Léonard, il est vraiment détesté par Danneels & Co. Lui qui voulait finir ses jours dans la fraternité qu’il avait créée, c’est raté. Je crois qu’il finira dans la rue comme clochard par la volonté de Danneels & Co. On lui refusera aussi l’hôpital de campagne! Cela pue le règlement de compte bien progressiste.
    Monseigneur Léonard bon courage et restez catholique de tradition! C’est ce qui vous est reproché évidemment par la New Âge Catholique progressiste.

  5. « L’initiative pose cependant problème, lorsqu’on constate que la plupart des séminaristes de la Fraternité des Saints Apôtres viennent pour l’instant de France où de nombreuses régions connaissent un manque cruel de prêtres. Il se pourrait que le nombre de séminaristes belges, tant néerlandophones que francophones, augmente au fil du temps. Mais dans ce cas de figure, ils pourraient provenir également d’autres diocèses belges alors même qu’ils relèveraient tous de l’ Archidiocèse. »

    Bafouer le droit naturel en invoquant des statistiques, c’est le discours commun aux marxistes et au haut clergé. Par exemple on déduit le « droit à l’avortement » du fait que, selon le propagandiste, les avortements clandestins seraient statistiquement plus dangereux…

    Ici on invoque la statistique selon laquelle les séminaristes seraient majoritairement d’origine française pour détruire une œuvre de foi universelle qui par son succès rendraient jaloux les autres évêques.

    La mentalité marxiste a bien pénétré le catholicisme des hautes sphères.

  6. professeur Tournesol

    D’accord avec le commentaire précédant, si ces séminaristes ont quitté leur diocèse d’origine pour aller à Bruxelles, ils avaient leurs raisons, il est donc peu probable qu’ils se contentent de faire demi tout pour rejoindre un quelconque séminaire (inter)diocésain. Certains vont retourner dans la nature, d’autres rejoindre les séminaires de Bayonne ou de Fréjus, en encore de la communauté St Martin. Autre possibilité, qu’un autre évêque recrée cette fraternité ailleurs, et la reconstitue sous un autre nom (à voir si c’est possible, car maintenant, même pour une communauté de droit diocésain, il faut une autorisation romaine (c’est bien la peine de prôner la décentralisation).
    Autrefois, en dehors des ordres et congrégations, les aspirants prêtres rejoignaient spontanément le séminaire de leur diocèse d’origine, et les pratiquants leur église paroissiale. Mais comme aujourd’hui il y a d’énormes différences d’un lieu à l’autre, séminaristes et fidèles votent avec leur pieds.

  7. Bertrand

    Quelle brutalité… Virer tous ces séminaristes du jour au lendemain en leur faisant injonction de rejoindre des séminaires qu’ils ont fuit pour des raisons bien précises. Il faut vraiment avoir la foi pour rester catholique avec de pareils évêques.

  8. Rascol

    L’archevêque de Malines-Bruxelles a sans doute raison. On ne devient pas prêtre en référence à un fondateur charismatique, en choisissant le diocèse , l’évêque et la pastorale qui nous conviennent. On devient prêtre pour Jésus et pour un peuple, là où le Bon Dieu nous a placés. Ce n’est pas facile d’être prêtre, ça l’est encore moins dans un diocèse ordinaire. Mais « la difficulté est parfois le signe du devoir », disait le Père de Foucauld. Si les séminaristes de cette fraternité se sentent vraiment appelés par Dieu, qu’ils retournent dans leur diocése : les études dans un séminaire lambda ne seront peut-être pas passionnantes, mais répondre à l’appel de Dieu le sera.

    • professeur Tournesol

      En ce cas il faudrait supprimer toutes les congrégations, ordres, communauté, fraternités, etc, de prêtres non diocésains. Puisque vous citez le bx Charles de Foucauld, il aurait donc dû intégrer le diocèse de Nancy et Toul, dont il était originaire, plutôt que d’aller au milieu du Sahara.
      On peut aussi retourner l’argument de mgr de Kesel, ce type de communauté peut permettre à des diocèses ayant peu de prêtre locaux d’en faire venir.
      Le risque en choisissant son diocèse, comme on le voit ici, c’est de choisir son évêque, et que l’évêque suivant ne soit pas sur la même longueur d’ondes, ce qui engendre des déceptions. Les séminaristes ont « choisi » mgr Léonard et se retrouvent avec mgr de Kesel.

  9. jpm

    le soviet de l’Eglise belge a envoyé ses oukases : pas de prêtres catholiques uniquement des prêtres formatés à l’idéologie moderniste

  10. Alix

    Si je comprends bien ce communiqué tarabiscoté, la France est en manque cruel de séminaristes, alors par solidarité, la Belgique, plus abondamment pourvue grâce à la Fraternité des Saints Apôtres, gênée d’être privilégiée, veut les refiler à la France, prétextant en plus un très hypothétique renflouement ‘au fil du temps’!

    Quelle admirable solidarité!

    Mais en même temps, ces séminaristes de la Fraternité peuvent s’ils le souhaitent rester malgré tout en Belgique, à condition d’abandonner la Fraternité !???

    Que veut au juste Mgr de Kesel? Détruire la Fraternité, certes, mais POURQUOI?

  11. Gilles

    Les séminaristes sont invités à aller dans les séminaires diocésains français, alors même que soit ils les ont fui en connaissance de cause, soit ils en ont été chassés pour la même raison que la communauté est aujourd’hui dissoute: trop classiques, tant dans la forme que dans la théologie.
    Plutôt que de réfléchir aux causes qui font que ceux entendent une profonde vocation au sacerdoce ne se reconnaissent pas dans les pratiques ecclésiales actuelles (tout comme la grande masse du « peuple de Dieu » qui a déserté les auto-célébrations participatives qui ont remplacé le saint sacrifice de la Messe), on dissout les communautés où ils trouvaient refuge.

    Au moins maintenant, les objectifs de ces évêques qui ont perdu toute foi en Dieu et s’accrochent à leur idéologie qui a divisé par 30 la participation à la messe dominicale en 40 ans est claire: tout détruire, vendre les églises, empêcher toute repousse.

    Et je parle en connaissance de cause, ayant moi-même fait de nombreuses années de séminaire pour me retrouver à la porte sans même un semblant de prétexte.
    Mais il ne faut pas abandonner: in fine, le Christ est ressuscité! Mais aujourd’hui, l’Eglise vit son chemin de Croix. Et ces « évêques » y tiennent la place des grands-prêtres.

    • Gilles

      PS: je précise qu’en France, seul un séminariste sur trois parvient à l’ordination. Certes, il est normal que certains s’aperçoivent en cours de route que là n’est pas leur vocation – mais je peux vous assurer qu’un homme qui entre aujourd’hui au séminaire sait ce qu’il fait, en général. Et nombreux sont ceux qui ont été exclus sans justification, comme moi, ou qui ont été peu à peu détournés de leur voie par toutes sortes de stratagèmes.
      Si beaucoup fuient les séminaires diocésains (y compris Paris, Versailles ou la Castille…), c’est parce que leur vocation sacerdotale y serait mise en danger. Je n’en connais pas un seul qui ait choisi la Fraternité des Saints Apôtres ou la Communauté Saint-Martin juste pour ne pas servir leur diocèse.

      Bien au contraire: ces communautés proposent un apostolat de type diocésain, mais sans l’idéologie.

      Et c’est bien ce qui déplaît.

  12. de la Villéon Jacques

    Pourrait-on avoir plus de détails? qui sont les évêques auxilliaires? le conseil épiscopal? quelle approbation des autres évêques belges, et surtout de qui à Rome?

  13. Virginie

    A diffuser largement !!!

    https://www.facebook.com/events/609230535909159/

    Ce dimanche 19 juin 2016,
    des paroissiens de Sainte Catherine vous invitent à ce joindre à eux pour une journée de mobilisation, forte en émotions.

    Au programme :

    – 10h30 Grand-messes solennelle à l’Église Sainte Catherine
    – 12h00 pique-niques tiré du sac SUR la place Sainte-Catherine
    – 13h30 nous vous préparons une surprise, qui avec votre mobilisation fera parler des Chrétiens de Belgique jusqu’à dans les couloirs du Vatican !!

    Nous vous attendons tous, nombreux et motivés;
    avec vos familles, vos amis, les paroissiens de toutes les églises de Belgique ou d’ailleurs qui souhaite se faire enfin entendre.

  14. Jean-Paul

    Ces séminaristes sont donc libres d’aller où ils veulent dès demain, 21 juin.
    Oui mais pour être de nouveau admis dans un séminaire quelconque il va absolument falloir, avant leur réadmission, le témoignage du supérieur du séminaire précédent sur la cause du renvoi ou du départ (canon 241 § 3) de chaque séminariste concerné.
    Forcément un jour ou l’autre l’un de ces ces papiers sortira du « secret défense ». Il est bien possible que ce soit un document langue de buis mais peut-être que non. On verra bien.

  15. . Nicolas C

    Apparemment, le fait que ces fraternités attirent des séminaristes et remplissent les églises avec des paroissiens de tous âges heureux de venir dérange et agace prodigieusement les épiscopats ! Une bonne partie des mitrés n’est-elle pas connue pour leurs velléités carriéristes fondées sur un autisme alimentant des schémas préconçus et stériles ? Patience : nous atteignons (bientôt ?) le fond. Mais à quel prix !

  16. Le silence des fondateurs de cette Fraternité Mgr Léonard et le père Zanotti -Sorkine est surprenant.
    Ils ne sont pas venus soutenir les prêtres lors de la grande manifestation à l’Eglise Sainte Catherine.
    Est-ce une stratégie politique? Une lettre a été adressée au Pape François par la Fraternité et il va devoir trancher: garder la Fraternité ou épouser les décisions des évêques belges et français.

    Je vous conseille fortement l’article mentionné ci-dessous dans lequel il y a les commentaires de @fs .( ses commentaires commencent après la zone colorée en vert)
    Il nous dit comment Mrg Léonard et Rey ont été mêlés à cette affaire….Très instructif le portrait inédit et surprenant du père MMZS que cette personne connaît bien par le biais de ses réseaux monarchistes….
    Il est important de savoir que le père ZS a claqué la porte du séminaire de Toulon et que ce n’est pas Mgr Rey qui l’a mis dehors …. et bien d’autres informations sur les prêtres de la Fraternité…..

    http://golias-news.fr/article5923.html#forum52197

  17. de Montpellier Bérénice

    Triste période que nous vivons actuellement en Belgique… Comme Mgr Léonard nous manque! Heureusement la FSA peut compter sur de nombreuses familles qui se démènent pour sauvegarder la fraternité dont nous avons tant besoin en Belgique où la Foi se meurt mais l’espérance continue à nous porter et surtout cette confiance en la divine Providence! Clôture de la neuvaine mercredi prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *