s

Le grand décalage entre l’enseignement de l’Eglise et les convictions des catholiques français

Download PDF

Un sondage publié hier montrerait que les catholiques français sont très éloignés des convictions qu’ils devraient avoir :

  • 90% des catholiques favorables au droit à l’avortement. Chiffre étonnant quand on sait que 75% des Français y sont favorables. En fait, seulement 63% des catholiques pratiquants y seraient favorables. Mais ce même sondage estime à 8% des Français le nombre de catholiques pratiquants, ce qui me semble bien élevé. 
  • 37% des catholiques pratiquants seraient aussi favorables à la loi Taubira.
  • 21 % seraient favorables à l’adoption par deux personnes de même sexe. des catholiques Français approuvent ce droit, et ce taux chute à 21% auprès des pratiquants réguliers.
  • 58% seraient aussi favorables à la PMA pour les couples et 11% favorables pour les personnes de même sexe.
  • 92% des catholiques déclarent qu’ils souhaiteraient que l’Eglise prenne position pour l’utilisation des méthodes artificielles de contraception (ce qui a été fait en… 1968)
  • 92% des catholiques manifestent leur volonté de voir l’Eglise se positionner en faveur de l’usage du préservatif
  • 84% des catholiques souhaitent que l’Eglise donne la possibilité aux femmes de devenir prêtre. 

Bref, un sondage à prendre avec des pincettes mais qui montre qu’il y a de toute façon des catholiques pratiquants qui ne comprennent plus rien à la doctrine de l’Eglise sur la famille.

Le conseil permanent de la CEF a décidé, après discussion, de ne pas rendre publique la synthèse envoyée à Rome des 2000 pages envoyées par les 83 diocèses, groupes et mouvements, concernant la consultation effectuée en vue du synode sur la famille. Mais Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre et président du conseil Famille et société, soulignant que les attentes exprimées sur l’accueil des personnes homosexuelles, des divorcés remariés, sur la contraception ou encore la cohabitation avant mariage « n’ont de toute façon rien d’un scoop ». Le site Internet de la CEF a toutefois mis en ligne 4 pages de synthèse rédigées par son vice-président, Mgr Pierre-Marie Carré.  Ce dernier écrit notamment :

« Un grand nombre de réponses manifestent le décalage qui existe entre l’enseignement de l’Eglise et les choix des couples qui se reconnaissent catholiques. Un tel décalage apparaît tout particulièrement à propos de la contraception et des demandes que les divorcés-remariés adressent à l’Eglise à propos des sacrements de l’Eucharistie et de la réconciliation. […] Une grande majorité de réponses soulignent que l’encyclique Humanae Vitae (1968) a entraîné chez beaucoup de couples une rupture avec l’enseignement de l’Eglise. L’insistance de l’Eglise sur ce point semble incompréhensible pour ces personnes. Une petite minorité convaincue met en œuvre cet enseignement en s’inspirant par exemple de la méthode Billings. D’une manière générale, on attend que l’Eglise donne aux couples chrétiens des critères de discernement qui leur servent de points de repère. Beaucoup croient que l’Eglise condamne la sexualité. Il paraît indispensable que des couples chrétiens témoignent que la relation sexuelle participe à la croissance de l’amour dans le couple. Il sera important de mettre l’accent sur la qualité relationnelle de l’amour qui unit les époux en faisant percevoir ce qu’ils sont appelés à vivre comme chasteté. »

33 comments

  1. Jean-Pierre Delmau

    Chiffres assez étonnants en effet, bien que j’aie pu observer que, s’agissant de la loi Taubira, les 37% paraissent malheureusement vraisemblables.
    Je ne suis pas sûr que le clergé ait été assez clair et ferme sur les problèmes « sociétaux » soulevés par le gouvernement depuis des années, et notamment depuis 18 mois. On prétend que les 2/3 du clergé vote à gauche : ces 2/3 auraient-ils de la difficulté à faire passer la doctrine de l’Eglise avant l’idéologie socialiste ?… on peut finir par se poser la question.
    Pourtant le Pape François et ses deux prédécesseurs immédiats ont été plutôt clairs sur ces sujets. Les relais épiscopaux fonctionnent-ils correctement ?

  2. rocheteau

    ça vous étonne ? depuis plus de 50 ans on n’enseigne plus dans nos églises ni dans nos écoles ni le dogme ni les sacrements… on a réduit la religion à un vague sentimentalisme moralisateur, où, par ailleurs, tout le monde il est beau il est gentil, où surtout il est de bon ton de se créer sa propre religion. ses propres valeurs, sa propre conception de la vérité. en 1968 il a été interdit d’interdire : cette règle est la seule qui tienne encore…
    nos enfants sont totalement ignorants en matière religieuse, et ce qu’on a tant bien que mal essayé d’inculquer a été tourné en dérision sous prétexte d’esprit du concile…
    l’Eglise a bien fait un Catéchisme mais qui, parmi les prêtres ou les fidèles, s’y réfère ?
    oui, on a conseillé de lire les Ecritures, mais en supprimant les références, surtout celles de la hiérarchie catholique ! vivent les protestants ! vive l’oecuménisme….
    comment ne pourrions nous pas avoir une recrudescence des sectes ?
    comment la société peut elle ne pas avoir tout oublié des règles qui ont favorisé sa progression vers la justice et la simple charité ?
    on a créé un monde de loups où chacun ne vit que pour soi, sans Dieu ni Maître.

  3. de la Croix Guy

    Il est grandement temps que les cathos français ou se disant encore cathos … prennent conscience qu’en chassant Hollande et sa clique à la solde des americano-judeo-maçons aucune autre alternative n’est possible à ce jour avant de RECONVERTIR les faux cathos y compris les prêtres et les évêques de France et autre part encore conquis par le MONDE … matérialiste édoniste et refusant de se mettre à genoux et de faire PENITENCE comme l’a demandé la Très Sainte Vierge Marie à Fatima… et à Garabandal spécialeùent pur les prêtres …

  4. Elda

    Je suis ahurie de lire le résultat de ce sondage, c’est incompréhensible. Les opinions affichées vont à l’inverse de l’enseignement du Christ, ne collent pas non plus avec le « réveil » de millions de gens qui défendent les valeurs de l’Evangile et l’ont manifesté depuis 2 ans. Idem autour de moi. Alors ? Sondage bidon ? Falsifié par provocation ? J’incline à le croire…

  5. Pellabeuf

    Quand j’étais jeune vicaire (il y a trente-cinq ans!), on m’a dit d’utiliser pour les enfants de sixième, qui devaient étudier le credo et les sacrements, un catéchisme approuvé par l’autorité diocésaine dans lequel il n’était question ni du mariage, ni de l’ordination. J’ai fait les corrections nécessaires, mais certaines lacunes d’aujourd’hui ont été provoquées volontairement.
    Abbé Bernard Pellabeuf

    • toto

      Et ma femme catéchiste il y a 35 ans s’est faite virer par le curé sur dénonciation d’une collègue parce qu’elle avait proposé aux enfants de se confesser avant leur première communion. Et qu’elle complétait et corrigeait les abominations de « Pierres vivantes ». Le mal vient de loin et il est imputable aux évêques et aux prêtres qui , en réalité, ont apostasié pour la plupart.

      • Anne Lys

        Oui, il a bien failli m’en arriver autant pour avoir dit à une petite fille « Jésus t’invite à venir le voir à la messe et toi tu reste jouer au ballon ? »

        Mais mon curé n’a pas cédé, il ne m’a pas obligée non plus à enseigner, comme le portait le « parcours » imposé par mon évêque, que Jésus ne devenait Fils de Dieu qu’au jour du baptême dans le Jourdain, « comme nous mêmes quand nous sommes baptisés », où il n’était pas une seule fois dit que Jésus était Dieu, où la Résurrection était escamotée en quelques mots « de peur que les enfants ne croient à une histoire de fantômes », etc…

        Mais ceux qui ont été « catéchisés » par des catéchistes qui n’ont reçu d’autre instruction religieuse que ces « parcours » sont hélas excusables de s’être fait une religion à eux, où ce qui est important, comme m’a dit un jour une petite fille après deux ans de catéchisme avec le « parcours », c’est que « Jésus était un homme très bon qui préférait les émigrés et les percepteurs ! »

  6. Daniel

    Ce type de sondage n’a aucune importance : soit il tombe dans l’oreille d’un non catholique et il n’a pas d’effet moteur, soit il tombe dans l’oreille d’un catholique pratiquant (en moyenne 4,8% de la population) et il n’a pas d’effet car on voit trop bien que ces chiffres sont faux.

    Par contre, une action de la CEF serait la bien venue pour demander officiellement d’aller voir les biais de ce sondage (mais les sondeur pourront bien entendu refuser, à leur risque et péril …) il doit bien y avoir quelques catholiques diplômés en techniques statistiques. Sa ferait le buzz sur internet !

  7. LB

    Dans mon diocèse, le questionnaire a été remis aux forces vives du diocèse.
    Etant donné que les forces vives sont avant tout considérées comme vives au regard de leur côté progressiste ou moribond, elles ne reflètent que peu le diocèse de Saint Denis de la Réunion.
    Là où une partie non négligeable du clergé dirigeant est socialisante ou « maçonnisante », les méthodes de consultation sont les mêmes que celles de la république française aujourd’hui.
    Mais le changement c’est maintenant. Dans l’Eglise aussi.
    + LB

    • Barthe

      Il paraît que les Catholiques devaient être consultés en vue du Synode sur la famille; qui en a entendu parler? Cela semble être resté confidentiel et traité entre les » spécialistes » noyautant les « Services » accrédités … Nos évêques sont-ils inconscients ou … Je ne veux pas manquer à la charité , mais quelle crédibilité accorder à ces semblants de consultation truquées dès le départ?

      • Anne Lys

        Je ne connais pas UN catholique traditionnel (j’entends de ceux qui sont en union avec Rome), qu’il préfère la « forme extraordinaire » ou la « forme ordinaire ») qui ait été consulté…

        Ni pour le questionnaire initié par Rome, ni pour le sondage BVA

    • Daniel

      @C. et @ Anne Lys
      Lors des messes de fin décembre 2013 à début janvier 2014 des annonces ont été faites dans toutes les paroisses et des réunions ont eu lieu courant Janvier, avec possibilité d’envoyer soi-même directement une réponse au questionnaire à sa paroisse ou son diocèses. Les questionnaires simplifiés étaient dans toutes les paroisses où j’ai été dans trois régions pour mes affaires privées.
      Sur ma paroisse nous avons fait cela un dimanche après-midi lors des vêpres en une douzaine de groupes de 8 personnes et tout a été remonté à l’évêque qui l’a consolidé et fait remonté à la CEF.
      Cette remontée ne concerne donc que les personnes qui vont régulièrement aux messes et ont accepté de participer 2 heures en groupe, mais cela devait être voulu certainement. Dans mon groupe il y avait diverses horizons de pensée et une riche discussion. Il est vrai que le pb des divorcés-remariés a été un sujet majeur mais pas que ça. Je sais que dans la Tradition il y a aussi des divorcés (comme il y a des pécheurs puisque les gens se confessent nombreux avant ces messes) mais peut-être que les remariés en sortent, alors le pb est peut-être moins crucial pour l’instant.
      Vous trouverez la totalité des questions sur le site du Vatican :
      http://www.vatican.va/roman_curia/synod/documents/rc_synod_doc_20131105_iii-assemblea-sinodo-vescovi_fr.html
      Il est trop tard pour vous adresser au Service diocésain de pastorale familiale de votre diocèse.

      • c

        Je rejoins Anne Lys et ma question était « perfide » , je n’aurais pas du la poser d’autant que je me doutais un peu de la réponse. Les catholiques qui vont à la messe tous les dimanches mais à la messe du rite latin de forme dite extraordinaire et par la grâce du « motu proprio summorum pontificum », sauf exception peut-être, et vu de l’impossibilité (sauf exception) d’avoir des paroisses personnelles n’ont évidemment pas été sondés.
        Personnellement, je n’aurai pas répondu, l’Eglise n’est pas une démocratique et le magister la réponse au désir du plus grand nombre.
        Bref au risque de choquer pour moi, ce sondage c’est une immense opération de comm. version nos démocraties finissantes où l’on fait croire de consulter le peuple…Mais cela fait sans doute partie du nouveau style de commandement du Pape.

  8. Philomène

    D’après un sondage précédent, 47 % des catholiques auraient voté pour hollande en 2012, on connaissait pourtant son programme; il y a donc environ 47 % de  » progressistes » dont le courant Golias qui est très actif. Le clergé semble effectivement acquis à la gauche au nom de la défense des pauvres. Dans ma paroisse d’Evry, la plupart des bourgeoises du Rosaire sont pour le mariage gay et admettent l’avortement quand une femme estime avoir assez d’enfants ou qu’elle est jeune et non mariée. les idées politiques des catholiques, même pratiquants, rejoignent celles des autres Français, à quelques % près.

  9. Bertrand thillaye

    Merci beaucoup de revoir cette brève en disant d’où vient ce sondage. Commandité par qui. Réalisé par qui. Publié par qui.

    Revoir aussi les nombres ici publiés qui comportent peut être une erreur
    On y parle de deux fois 21%

    Merci
    Haut les cœurs

  10. Sylvie Houbouyan

    Il y a l’Eglise et il y a les mœurs du temps plus ou moins laxistes et dépravées.
    Saint Paul a combattu les mœurs dépravées des Corinthiens. Mais il n’avait affaire qu’à une toute petite communauté. Avec la mondialisation, les mœurs du temps se propagent à toute allure et avec une force océanique.
    L’Eglise devient une petite embarcation avec Jésus qui dort et veille en elle.

  11. A.F

    Ayant tracté pour la LMPT à la sortie de l’église dans ma commune, je confirme que certains « cathos » pratiquants (mais il reste à déterminer quoi au juste) adhèrent à des idées totalement effarantes. Ils sont pour la vente d’enfants sur internet pour la GPA !!!

    • Anne Lys

      Pas seulement « légale et républicaine » : « hautement louable, comportement que tout parent doit souhaiter pour ses enfants », tant pis pour les petits-enfants qui ne viendront pas au monde et pour le « remplacement » qu’il faudra bien accepter pour les enfants qui ne seront pas là…

  12. Michel Cliche

    La technologie de l’homme est devenue le dogme de l’humanité de tous les pays occidentaux et c’est un problème universel ! A-t-on le droit de se demander à l’interne de l’Église comme à l’externe : est-ce que la raison déraisonne?

  13. Mario

    Pas étonnant en voyant la propagande et l`ingénierie sociale pratiquée contre le bon peuple par les médias globalistes, l`école contrôlée, la publicité, les multinationale, le cinéma et les artistes…

  14. Jérôme

    Tout ceci ne fait qu’illustrer les ravages que font dans l’ esprit des catholiques les idéologies que sont le libéralisme et le socialisme! Un catholique qui approuve le droit à l’avortement, l’euthanasie, la manipulation des embryons humains est gravement en contradiction avec la doctrine de la foi catholique et ses conséquences morales et éthiques. Il faut dire que tout est fait pour détourner les catholiques de l’Eglise et de ses enseignements, mais il faut aussi dire que nous vivons à une époque où la propagande anticatholique bat son plein, mais qui oserait croire que la parole du Christ pourrait être étouffée? Je l’entends résonner depuis la croix jusqu’en nos siècles égarés!

  15. Anne Lys

    Il ne faut pas oublier que nous en sommes à la troisième génération qui n’a pas reçu une instruction religieuse, un catéchisme, même sommaire. Les « parcours » qui ont été imposés à la première génération d’enfants catéchisés après que « l’esprit du Concile » ait été adopté par une majorité d’évêques et de prêtres (après que deux « épurations » aient chassé des séminaires, entre 1925 et 1940 puis après 1960, quiconque n’était pas assez « progressiste » pour accepter, par exemple, que la messe dominicale ne soit plus obligatoire….) était non seulement lacunaire, mais franchement contraire aux dogmes. Dans certains parcours, du CM1 à la 5ème, il n’était pas dit UNE SEULE FOIS que le Christ est Dieu. Au contraire, dans l’un de ces parcours, il ne devenait Fils de Dieu que lors du Baptême dans le Jourdain. Et pas Fils unique de Dieu : non, Fils de Dieu comme nous-mêmes une fois baptisés. Dieu le Père lui-même n’était créateur que comme un artiste humain. La Résurrection y était escamotée (de peur, selon le livret des catéchistes, que les enfants ne croient à une histoire de fantômes..), etc.

    Les catéchistes de la seconde génération n’ont pu être choisies que parmi les rares jeunes mères qui avaient conservé, malgré cette maltraitance intellectuelle, la « foi du charbonnier », mais sans connaissances des fondements de leur foi.

    Et celles qui essaient aujourd’hui d’enseigner la troisième génération, à vrai dire réduite au minimum (dans beaucoup de paroisses, pas un enfant baptisé sur dix ne va au catéchisme…) ne savent que ce qu’ont pu leur enseigner les précédentes.

    Alors le pape peut bien dire qu’il faut suivre le Christ et non le connaître… croit-il vraiment que l’on peut suivre quelqu’un sans le connaître, d’une façon ou d’une autre, par l’action de l’Esprit saint et la force du Christ, dans le cas des apôtres, mais par l’enseignement de ceux-ci pour les Chrétiens qui ont suivi.

    Mais il est très possible que les sondeurs de BVA aient cherché leurs « catholiques pratiquants » dans les mouroirs que sont devenues les paroisses où sévit encore « l’esprit du concile », où l’on ne trouve plus que des paroissiens de plus de 75 ans, ceux qui, il y a un demi-siècle, ont pris le pouvoir dans les conseils pastoraux et les équipes liturgiques, bousculant, voire chassant leurs curés. Je connais de ces personnes, certes de « bonne volonté », mais qui rejettent presque tout le contenu de la foi catholique : certains ne croient pas à la divinité du Christ, d’autres à son humanité, ou à sa Résurrection, ou à la Présence réelle. Et souvent ce sont plusieurs des éléments essentiels de la foi qu’ils rejettent. Rien d’étonnant à ce qu’ils rejettent aussi le « Tu ne tueras point » ou le « Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni », d’autant que pour l’avortement, ils ont bonne conscience, ayant pitié des pauvres femmes qui, croient-ils, mouraient en nombres immenses d’avortements clandestins avant la miséricordieuse loi Veil, car ils croient dur comme fer aux chiffres invoqués par les promoteurs de l’avortement, bien qu’il ait été prouvé par la suite que ces chiffres de décès prétendument liés aux avortements clandestins ÉTAIENT SUPÉRIEURS AU NOMBRE TOTAL DE DÉCÈS DE FEMMES DE 12 A 60 ANS…

  16. gay

    Ce n’est pas parce que l’on est baptisé que l’on est catholique. Un socialiste franc-maçon baptisé n’est pas un catholique……….par définition (puisqu’un franc-maçon est excommunié !) et les « égarés de Dieu » en abusent car ils ont crée le mot « pratiquant » si bien que ils considèrent les « catholiques non-pratiquants » catholiques, ce qui est faux !! Un catholique non-pratiquant n’est pas un catholique par définition !!
    Les journalistes qui font les sondages disent n’importe quoi car ils se gardent de préciser les définitions des sujets qu’ils analysent !!! Ils ne débitent que des mensonges par ignorance.

  17. Melmiesse

    Sondage BVA pour Le Parisien Dimanche selon lui les catholiques français prennent acte des évolutions de la société passées dans la loi. Il aurait fallu 2 sondages l’un pour les catholiques pratiquants et l’autre pour les catholiques de nom. Ce sondage montre que la religion n’intervient plus dans la vie personnelle, l’Eglise a perdu toute audience si les médias sont les plus forts . Je me demande quelle réponse l’Eglise donnera à ce sondage

  18. Picheau

    Désolé, je suis catholique et je dénonce la léglisation (ou la dépénalisation) de l’avortement comme un crime contre l’humanité. La loi dite « Taubira » est un crime contre Dieu lui-même, une abomination…L’utilisation de contraceptif et d’abortif est condamnable, car c’est un refus délibéré de donner la Vie, en opposition avec le « croissez et multipliez ». l’utilisation de dogme du « gender » est un mensonge éhonté… Attention, je ne condamne personne et ne juge personne car je suis aussi un pêcheur et j’ai peut-être commis des crimes encore plus grands.. Seul Dieu est Juge. Cependant, si la société ou plutôt la vision que nous avons de la société change, les lois divines sont immuables. Je m’insurge contre les chiffres de ce sondage et la manière dont ils présentés, car, présentés de cette façon, ils tendent à faire croire que dans l’ensemble, les catholiques sont plutôt satisfaits des tentatives des réformes sociétales… Ce dont je ne suis pas vraiment sûr !!!! J’ai participé à une « manif pour tous » et s’il est vrai qu’il n’y avait pas que des catholiques, ils étaient vraiment très nombreux…. Certes, le catéchisme a été pendant longtemps une véritable histoire à dormir debout, où tout le monde il est beau , il est gentil… avec des mensonges du genre : nous irons tous au Paradis….Heureusement que Notre Dame de Lourdes m’a réveillé de cette espèce de torpeur généralisée chez beaucoup de catholiques. Pénitence, Pénitence, Faites Pénitence… nous dit-Elle. Jésus nous dit: faites du bien à vos ennemis. Prions pour ces non pratiquants, ces Francs-Maçons, ces socialiste et autres marxisants et autres ennemis de l’Eglise. Eux aussi sont fils et filles de Dieu et ont besoin de son Pardon et de son Amour, même s’ils se posent en ennemis des Catholiques et de Dieu lui-même.
    Saül ne faisait-il pas la même chose lorsque Jésus lui est apparu et l’a convertit en Saint Paul, le Zélé de l’Annonce de l’évangile.

  19. joachim

    Saint Jean Chrysostome avait déjà répondu au scandale que nous voyons aujourd’hui : « Des chrétiens comme nous en voyons tant, provoqueraient moins de blasphèmes s’ils ne l’étaient pas ! Ne nous occupons pas seulement d’augmenter le nombre, occupons nous encore et surtout d’agrandir la dignité de chacun. Que ceci s’accomplisse, et cela s’accomplira bientôt. Que la solidité passe dans nos aspirations avant l’étendue. Le bien entraîne après soi le nombre, et le nombre sans le bien n’est qu’une grande inutilité. » (Homélie XXIV, sur les Actes des apôtres). » Beaucoup de catholiques n’ont effet de catholique que le nom.

  20. Séraphin de Marie

    On ne peut que sourire en lisant les résultats d’un tel sondage. Je connais nombre de Catholique et pas un seul ne répond à ces pseudo-critères. Qui a été sondé ? de simples baptisés qui n’ont aucune pratique ?…Surprenant quand même qu’on nous sorte un sondage venu d’on ne sait où, et dont personne n’a jamais entendu parler. Par contre j’approuve à 100% les commentaires qui parlent de la dévastation de la Foi Catholique par les évêques (Francs-maçons) eux-mêmes. Ne soyons donc pas surpris du résultat actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *