Le message de l’Église contre la loi Taubira a été clair

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, est interrogé dans Le Figaro. Il revient sur la mobilisation contre la loi Taubira et le rôle joué par les évêques dans la défense de la famille. Extraits :

« Notre vocation peut se résumer dans la dernière consigne que Jésus nous a laissée: «Vous serez mes témoins.» Je ne signe pas de pétition et je participe très rarement à une manifestation, mais j’ai senti qu’il y avait là un témoignage clair à donner, que c’était un enjeu majeur pour mon pays et pour notre civilisation. Donc, je me suis dit: «J’y vais». La première page de la Bible («A l’image de Dieu, il le créa ; homme et femme il les créa…») a pour moi plus de valeur et de vérité que les décisions de nos Parlements. Et même si plusieurs d’entre eux perdent la boussole, les gens, eux, gardent le cap. Ils savent bien que le mariage, c’est l’union d’un homme et d’une femme, qu’un enfant a besoin d’un papa et d’une maman… Ce témoignage a été donné de manière pacifique. Les manifestations ont regroupé des gens d’origines sociales, culturelles et religieuses très différentes. Dans ce concert unique et qu’aucun autre pays du monde n’a su produire, les chrétiens ont tenu leur place. Ensuite, nous avons vu se lever les «veilleurs». Leur silence respectueux a interpellé la France. Ils sentent qu’elle ne va pas bien, et ils désirent «veiller» sur notre pays, sur sa démocratie, sa justice…

Mais tout cela semble sans lendemain…

Non. Ce mouvement de fond aura certainement des suites, car tout ce peuple a pris conscience qu’il représentait une force, et que l’on pouvait résister à la marche inéluctable du soi-disant progrès.

Pour autant, ce n’est pas une bataille  mais une sorte de guerre qui est perdue?

Ce n’est pas mon sentiment. Cela n’aura sans doute pas d’incidence mesurable sur les prochaines élections, mais ce courant social et politique – au sens large du terme – a pris conscience de sa force, alors que jusqu’à présent, il n’avait même pas conscience d’exister.

Voyez-vous naître là une force politique ?

Pas au sens des partis politiques, ce qui est rassurant. Beaucoup voudraient récupérer ces jeunes, mais ils refuseront de se laisser embrigader. Un phénomène de cette ampleur, à la fois anthropologique, social et spirituel, n’a pas d’impact immédiat du point de vue politique. Je sourirais plutôt de ceux qui affirmeraient : «Cela va nous faire des voix !» A moyen et plus long terme, je crois qu’il s’agit d’un courant nouveau qu’on pourrait appeler d’«écologie humaine», pour reprendre la formule de Benoît XVI. C’est une autre manière de regarder la vie sociale et familiale et d’envisager le rapport au travail et au pouvoir. Ils sont nombreux, dans notre société, ceux qui attendent qu’une page se tourne, qu’on aille vers un changement en profondeur. Tout cela, d’ailleurs, n’est pas sans rapport avec ce que l’on sent dans l’Église depuis l’avènement du pape François.

Bon nombre d’évêques donnent l’impression d’avoir été embarrassés  par ce mouvement: n’est-ce pas l’histoire d’un rendez-vous manqué?

Chaque évêque est resté lui-même. Certains sont allés manifester, d’autres non. Beaucoup ont fait des déclarations ou adressé des messages aux paroisses de leur diocèse. Il n’y avait pas de consigne de la Conférence des évêques ; chacun a agi à sa manière et librement, et il me semble que le message de l’Église dans la société française a été clair.« 

25 comments

  1. Hélène

    Eh! Non Mgr, le message n’a jamais été clair ! Surtout il n’y a pas eu, ou quasiment pas, de message! Le clergé, sûrement occupé de quelconques questions politiques ( mais de quoi se mêle-t-il?) a laissé passer le coche! Le mouvement merveilleux des veilleurs est né sans lui, s’est développé sans lui, et ne sera pas récupéré par lui!!! Et puisque vous êtes interviewé par un(e) journaliste pourquoi ne lui demandez-vous pas pourquoi les médias ne rendent jamais compte des actions de ces veilleurs qui se poursuivent sans interruption depuis 1an et demi? Vraiment, vraiment on se rend compte que même après coup vous évitez encore et toujours les vrais sujets. C’est à désespérer!

  2. Peu d’évêques ont été aussi clairs que Mgr BARBARIN. Il a été courageux, pacifique, dépourvu de tout jugement sur les personnes. Mais rares ont été nos pasteurs qui ont eu son audace ! Nombre de catholiques s’en étonnent. Qu’avons-nous à perdre ?

  3. GARCIN-NALPAS Christine

    Il est très dommage alors que la conférence des Evèques ne se soit pas élevée d’une seule voix pour témoigner sa vérité devant cet « enjeu majeur pour mon pays et pour notre civilisation ».
    Cela a créé un vide assourdissant !

  4. Bayard

    Pas de consigne pour les manifestations de la part de la conférence des évêques, des réactions disparates et à contre-temps, peu de crédit dans la représentativité ultérieure du mouvement des catholiques de tout bord…:
    - Non! le message de l’Eglise dans la société française est tout, sauf clair, … comme celui hélas de notre Pape: là c’est clair !

  5. Seillan

    Je ne suis pas d’accord.On ne peux délier le choix politique de problèmes qui sont précisément politiques.Quel parti ,aujourd’hui,propose une politique qui protège la vie,dès la conception?Si vous ne l’avez pas remarqué lors des ´´presidentielleś´ en 2012, je vous suggère de vérifier le contenu des programmes présentés à l’époque par les partis en présence,notamment les cinq premiers….précisons tout de même qu’il n’y en a qu’un….Sommes nous vraiment Pro-Vie?,

  6. Roussel

    Merci au Cardinal Barbarin et à quelques uns de ses confrères de l’épiscopat, de la clarté de leur position. Mais cela ne peut faire oublier les graves ambiguités « politiques » de l’église de France, et particulièrement de sa hiérarchie (évêques, clergé, religieux, laïcs officiels d’église …).L’église n’a aucune vocation à l’exercice du pouvoir, elle doit être respectueuse de la relative autonomie du « politique », c’est à dire d’une saine laïcité, dont le principe fut posé par le fameux « Rendez à César… »
    Mais il est des situations, des urgences qui exigent le courage d’un langage clair, et donc autre chose que les éternels bavardages des commissions, des « déclarations » , des « communiqués », centre gauche…. qui noient le poisson !
    Et que d’errances ici…l’église de France fut pétainiste, quand il fallait être résistante , que de clercs la dominèrent « à gauche toute », par leur marxisme ou « mitterandisme » à l’image du socialisme à la Delors, référence de l’épiscopat, quand il fallait là encore être gaulliste. Et aujourd’hui encore, Hollande et sa bande ne seraient pas au pouvoir, avec les brillants résultats que l’on constate, si maints catholiques s’étaient abstenus de le soutenir ! Mais justement là, il eût fallu un langage clair de l’épiscopat demandant expressément aux catholiques de lui refuser leurs suffrages, au regard des très graves orientations « hollandesques » clairement annoncées, laïcistes, sectaires, attentatoires à la famille, à l’éducation, à la Vie.

    Alors les Bretons qui votèrent Hollande à 56% découvrent que la vie « sociale » …dite socialiste, n’est que rapport de forces au nom du dialogue ! A regarder les photographies qui illustrent le nouveau mariage, dans la propagande officielle du gouvernement, la bonne moitié des mariages en France seraient aujourd’hui « homos » ! De même à entendre Mme Belkacem, on vit sous le régime de la consommation sexuelle obligatoire à tous âges , au nom d’une sexualité « libérée », à coup d’avortement , de contraception généralisée, de Viagra, de Planning dit familial etc…
    C’est l’hebdo catho de gauche « La vIe » qui célèbre comme la venue du Messie, le passage de Mme Duflot aux Etats généraux du christianisme à Lyon, ou les Semaines sociales qui annoncent la venue de Martin Hirsch…les nouveaux « penseurs » du social en église ou simplement le racolage politico-médiatique ?
    Et en « église » que de faux culs au pouvoir bien réel, pour fuir au nom du dialogue, tout vrai débat à ce sujet, et à défaut d’arguments, se contenter de traiter de « réacs », « tradis » et autres péchés majeurs, ceux qui osent dénoncer leurs illusions et leurs jeux de pouvoir….

    Face à cela, la seule vocation « politique » de l’église est la résistance, l’esprit de la résistance…. mais où sont en France les Jean Paul II ou Lech Walesa ?

  7. patrick de La Rode

    pas assez clair, Monsieur le Cardinal, il fallait dire que tout chrétien qui officierait dans un de ces pseudo-mariage, et que tous les parlementaires et le membres du consil constitionneul qui ont voté cette loi qui viole le décalogue sont HORS DE L’Eglise !
    nettoyez votre clergé, et sortez en les pédophiles !

  8. gaudet

    Je reprends la déclaration même du prélat de Lyon. Il n’y avait pas de consigne de la part de la conférence des évêques de France.

    J’en conclus logiquement que Georges Pontier, président de cette conférence, n’avait certainement pas l’intention de s’opposer au projet gouvernemental de manière ferme, et de ne pas tout mettre en oeuvre pour protéger la famille traditionnelle française.

    Georges Pontier face à ce pouvoir criminel et corrompu, que l’on ne peut même plus qualifier de « gauche » tellement nos gouvernants sont détenteurs de fortunes réelles ! a choisi en fait la méthode de la discrétion et du pure silence radio, ne se fendant même pas de messages de protestations , quand les meilleurs catholiques furent les victimes innocentes des terribles violences policières de Manuel Gaz

    En termes clairs, le fait de ne pas avoir ni encourager le peuple chrétien à lutter, ni pousser ses propres évêques à participer dans la rue, à cette même croisade indispensable, revient à une profonde et lamentable démission spirituelle et morale !

    Les catholiques de France, sont en la personne de Georges Pontier, confrontés à un prélat qui a tellement érigé l’apaisement et le soucis du consensus, au rang de politique « sacrée », qu’il n’est plus qu’un haut fonctionnaire d’administration religieuse, mettant tout en oeuvre pour l’Eglise de France ne soit pas perçue , comme une adversaire courageux , de ce pouvoir pervers et dépravé

    Je me fais donc ici le porte parole des vrais catholiques , pour qui la personne de Pontier n’est plus q’une source de déception et de consternation profonde , car il n’est plus désormais l’immense pasteur de Dieu , brandissant l’étendard du christ, pour mener sont troupeau fidèle à la bataille, contre cet ignoble pouvoir politique infâme, n’en finissant pas de traîner notre pauvre pays, dans les marécages de la pire des débauches révoltantes ( euthanasie, mariage pédéraste, avortements atroces ….. )

    Si Georges Pontier méritait sont titre et sa fonction, nous le verrions tous, fulminer à chacune de ses messes, des sermons et des homélies d’une violence extraordinaire, interdisant toute forme de froideur, à l’égard des turpitudes gouvernementales.

    Autant rêver, car plutôt que de choisir la posture du vrai combattant de Dieu , Pontier préfère celle de Ponce Pilate, envoyant un innocent au supplice injuste, et cet innocent actuel, c’est bien sur l’immense et touchante communauté catholique pratiquante de France! je vous donne à contempler l’ampleur de cette trahison !

  9. La conférence des évêques de France n’a pas de consignes à donner. chaque évêque a son opinion et n’a en aucun cas le pouvoir d’imposer son avis. Il ne représente que lui même et n’est en aucun cas la voix de l’Eglise.

    • gaudet

      Pillot @

      Si la conférence des évêques de France et son chef Georges Pontier n’ont pas de consignes à donner et n’est en aucun cas la voix de l’Eglise, nous pouvons justement nous demander à quoi ils peuvent bien servir, et quelle peut être leur utilité, en un temps ou les catholiques besoin d’ordres et de consignes claires, car confrontés aux agressions violentes d’un pouvoir politique impie !

      Si ces personnages pseudo pasteurs , n’ont strictement rien à nous déclarer concernant notre attitude envers un gouvernement de criminels, autant qu’ils dissolvent dés maintenant leur conférence ne servant décidément à rien ! et se mettent à la pêche en rivière! car nous n’avons pas besoin d’eux !

      Si donc nous ne pouvons pas entendre la vraie voix de l’Eglise de la part de nos évêques et de son chef, on se demande vraiment de la part de qui nous pourrions l’entendre ? ;;;;;;;de la part du grand orient de France peut être ?

      Arrêtons les faux semblants et les tergiversations. l’Eglise demeure une institution hiérarchique, et nous sommes en droit de réclamer haut et fort , des conduites à tenir à nos supérieurs, quant bien même ces derniers n’auraient pas envie de nous donner des ordres , par pure lâche crainte d’une réaction dure de l’administration et du pouvoir de gauche !

      • ONY

        J’approuve tout ce que vous dites… Ce sont là tous les sujets de mes questionnements !

        Or, notre défunt Pape JPII (Qui va bientôt être canonisé !!!!)a été TRES CLAIR : « N’ayez pas peur ! » ; « Allez à temps et à contre temps » Et, le CHRIST : « La VERITE vous rendra libres ! »

        Au jour d’aujourd’hui, personnellement, je n’ai pas non plus entendu aucune déclaration CLAIRE ni PRECISE quant à la position de l’Eglise, et ce même s’il est dit haut et fort que nous sommes dans un Etat laïc….Laïc ou pas laïc, dans un Etat, l’Eglise en tant qu’institution, ou entité ou en tant qu’assemblée de fidèles, donc de citoyens, fait quand même partie intégrante de la vie politique. L’on ne peut saucissonner sa vie, que je sache !

        Alors, quid de toutes ces manifestations, et non des moindres ? L’Eglise est-elle à la fois aveugle et sourde ? Que craint-elle au point de ne rien dire de clair, déterminant ? Est-ce que les énergies, les temps, les dépenses pour se déplacer, se nourrir, se loger, etc…ne pèsent rien par rapport à l’enjeu ? Les valeurs défendues et foulées par cette loi Taubira sont inestimables et ont traversé le temps et l’espace : cela n’a rien à voir avec ce que l’on appelle « la modernité ». Pour concevoir un ETRE HUMAIN, il faut toujours UN HOMME et UNE FEMME. Personne n’est sortie d’un tronc d’arbre ni d’un rocher ! Point n’est besoin de faire des démonstrations scientifiques pour ce faire….Alors, arrêtons de garder le silence, et, soyons fermes une bonne fois pour toute quand il y va de répondre à une question qui touche à la dignité-même de la personne humaine.. …Sodome et Gomorrhe et d’autres cités du Sud de la Mer Morte étaient détruites pour quelles raisons ? La Bible rapporte cette histoire légendaire quand même non pas pour le décor ! Je suppose. Alors ? L’Eglise va -t-elle encore garder le silence au nom de la laïcité ou autres motifs qui, personnellement m’échappent ? ??? Ou nous sommes tous les disciples du CHRIST ou nous ne le sommes pas. Dans un certain passage de l’Evangile, justement, IL a dit en substance : « Mais, à mon retour, y aura-t-il encore la foi ? » . La LUMIERE n’y est pas.

    • Daniel

      QUI est la voix de l’Eglise ?
      Est-ce là ce qu’on appelle la « Collégialité » ou le « chacun pour soi » ?
      La Vérité est-elle multiple ou UNE ?
      Un évêque est-il « sa propre voix » ou celle du Christ ??

      Merci d’y réfléchir … et de nous préciser votre idée, sinon vous allez inspirer de mauvaise homélies si un homme d’Eglise vous lit.

      En tout cas, mon évêque a, lui, interdit les tracts dans les églises, n’a fait que mettre en ligne une copie d’un texte d’un confrère et donné aux prêtre la consigne de cacher leur croix dans les défilés. Aucun courage pour exposer clairement le problème; Moralité : 33% pour, 33% qui s’en fichent, 33% contre … belle action pastorale. Mais peut-être n’a t’il pas assez de discernement.

  10. Michel Cliche

    Français et françaises, il faut se tenir debout et demeurer réaliste contre ceux et celles qui combattent ou interprètent d’une façon aléatoire les Paroles de l’Évangile. Arrêtons de se tirer dans le pied et suivons le Magistère de l’Église. Personne n’est tenu de suivre l’orgueil des uns et des autres. Demandons à Dieu un esprit de discernement!

  11. Sébastien

    En dernier recours, suivons la voix de notre conscience et le Bon Berger, Celui qui nous rassemble, nous protège et nous fait entrer dans la bonne bergerie, et soyons vigilants quant aux dire des bergers mercenaires qui ne pre,nent pas la défense de leur brebis lorque vient le loup!

  12. ONY

    J’approuve tout ce que vous dites… Ce sont là tous les sujets de mes questionnements !

    Or, notre défunt Pape JPII (Qui va bientôt être canonisé !!!!)a été TRES CLAIR : « N’ayez pas peur ! » ; « Allez à temps et à contre temps » Et, le CHRIST : « La VERITE vous rendra libres ! »

    Au jour d’aujourd’hui, personnellement, je n’ai pas non plus entendu aucune déclaration CLAIRE ni PRECISE quant à la position de l’Eglise, et ce même s’il est dit haut et fort que nous sommes dans un Etat laïc….Laïc ou pas laïc, dans un Etat, l’Eglise en tant qu’institution, ou entité ou en tant qu’assemblée de fidèles, donc de citoyens, fait quand même partie intégrante de la vie politique. L’on ne peut saucissonner sa vie, que je sache !

    Alors, quid de toutes ces manifestations, et non des moindres ? L’Eglise est-elle à la fois aveugle et sourde ? Que craint-elle au point de ne rien dire de clair, déterminant ? Est-ce que les énergies, les temps, les dépenses pour se déplacer, se nourrir, se loger, etc…ne pèsent rien par rapport à l’enjeu ? Les valeurs défendues et foulées par cette loi Taubira sont inestimables et ont traversé le temps et l’espace : cela n’a rien à voir avec ce que l’on appelle « la modernité ». Pour concevoir un ETRE HUMAIN, il faut toujours UN HOMME et UNE FEMME. Personne n’est sortie d’un tronc d’arbre ni d’un rocher ! Point n’est besoin de faire des démonstrations scientifiques pour ce faire….Alors, arrêtons de garder le silence, et, soyons fermes une bonne fois pour toute quand il y va de répondre à une question qui touche à la dignité-même de la personne humaine.. …Sodome et Gomorrhe et d’autres cités du Sud de la Mer Morte étaient détruites pour quelles raisons ? La Bible rapporte cette histoire légendaire quand même non pas pour le décor ! Je suppose. Alors ? L’Eglise va -t-elle encore garder le silence au nom de la laïcité ou autres motifs qui, personnellement m’échappent ? ??? Ou nous sommes tous les disciples du CHRIST ou nous ne le sommes pas. Dans un certain passage de l’Evangile, justement, IL a dit en substance : « Mais, à mon retour, y aura-t-il encore la foi ? » . La LUMIERE n’y est pas.

  13. Capucine

    J’approuve le commentaire de Philippe POINDRON. et je remercie sincèrement Monseigneur BARBARIN.

    Je l’assure de mes prières à Jésus par Marie.

  14. Pierre

    Merci à Marie, à Hélène, à Philippe, à Christine, à Bayard, à Seillan, à Moreau, à Roussel, à Patrick, à Gaudet, à Pillot, à Daniel, à Sébastien !
    Merci pour nous tous, dont je suis, qui jour après jour, heure après heure, pour ne pas dire minute après minute, car malheureusement chaque jour, chaque heure, maintenant presque chaque minute nous en apporte des raisons nouvelles, souffrons, pestons, crions, pleurons en voyant nos autorités ecclésiales très silencieuses cependant que, sous leurs yeux, et avec la complicité voire le rôle direct et actif de catholiques dont ils ont pourtant pastoralement la charge et à qui ils ne disent rien non plus, des enfants sont sacrifiés sur l’autel d’idéologies absurdes et mortifères pour être odieusement privés, alors que rien, absolument rien, n’y oblige, de père ou de mère. Merci pour nous tous parce que cela nous met un peu de baume au cœur de voir que nous ne sommes pas les seuls à réagir ainsi, de voir que d’autres pensent comme nous, exactement comme nous. Le fardeau est toujours plus léger à porter quand on sait ne pas être le seul à le porter…
    Mais merci aussi et surtout pour les enfants eux- mêmes, car nous, nous pestons, nous souffrons, mais les vraies victimes, ce sont les enfants sacrifiés sur l’autel de la pure et gratuite folie sous le regard de nos évêques. Merci pour les enfants, car on peut quand même avoir un peu l’espoir que face au nombre, à la générosité, à la droiture, à la vérité, à la clarté, à l’évidence, de tous ces messages qui leur sont adressés, les yeux de nos évêques vont quand même peut-être finir par s’ouvrir et que le cours des choses pourra changer.
    C’est vrai, Éminence, et vous le penserez peut-être, que vous payez un peu pour les autres et qu’il y a là quelque chose que vous ressentez peut-être comme injuste car c’est vrai que vous vous êtes engagé beaucoup plus que d’autres dans le nécessaire combat. Mais l’enjeu est tel, celui de la défense des enfants, ainsi que des lois naturelles dont la transgression est si préjudiciable au bien commun, que, nous le savons car nous avons un grand respect pour votre fonction mais aussi pour votre personne, vous saurez considérer avec attention et avec bienveillance tous ces appels qui vous sont lancés et à travers vous à tous les évêques.
    Confiant dans cette attention de votre part, je voudrais mettre tout particulièrement en valeur le sujet de L’ACTION EN INTERNE, c’est-à-dire à l’intérieur de l’Église, en direction des fidèles catholiques.
    Sont en jeu ici notamment deux choses : d’une part, le discours adressé aux catholiques en tant que citoyens, d’autre part le discours adressé, collectivement mais aussi s’il le faut individuellement, aux hommes politiques qui sont catholiques, notamment aux députés et aux sénateurs qui votent les lois. Or, sur ces deux plans, deux questions se posent. Si un regard sur les mois passés est ici nécessaire, nous vous supplions de croire, Excellence, que cela n’a absolument pas pour but la critique pour la critique, l’enjeu est trop important pour se perdre le moindrement dans des propos qui seraient inconvenants et vains, il a pour but d’éclairer l’avenir.
    Sur le discours qui a été tenu VERS LES CATHOLIQUES EN TANT QUE CITOYENS ÉLECTEURS, par les autorités ecclésiales, au moment des présidentielles, on doit malheureusement noter et dénoncer que les orientations du pape, alors Benoit XVI, définies en trois points non négociables, concernant spécifiquement la famille et la vie, n’ont pas du tout été reprises comme telles par la Conférence des Evêques de France. Cette dernière a édicté un texte destiné à éclairer les consciences mettant en avant non pas trois mais treize points et spécifiant, qui plus est, que c’était à chacun de choisir, en conscience, ce qu’il pensait devoir privilégier parmi les treize points. Ceci était en complète contradiction avec la priorisation toute particulière dégagée par le pape ( cf à ce sujet dans le blog « l’évangile c’est sérieux » accessible par Google, le deuxième texte en date du29 mai 2012 Sur les prises de position de la CEF dans le domaine de la famille et de la vie).
    Par rapport maintenant aux HOMMES POLITIQUES ET NOTAMMENT AUX DÉPUTÉS ET AUX SÉNATEURS CATHOLIQUES, l’aberration a pu être observée qu’un certain nombre d’entre eux ont pris position en faveur de la loi sur le mariage, pourtant en contradiction évidente et par rapport à la foi et par rapport à la raison, et que même certains d’entre eux se trouvaient à la manœuvre aux avant-postes de cette funeste entreprise, par exemple comme rapporteur voire comme président de commissions parlementaires directement impliquées, sans du tout se cacher d’être catholiques et sans du tout paraitre y voir le moindre problème. Avait-t-il bien été expliqué à chacun d’eux pourquoi et à quel point agir en faveur de cette loi était contraire au contenu de la foi et la gravité extrême de leur faute s’ils persistaient dans cette voie ? Il est malheureusement permis d’en douter au vu de l’apparence de parfaite tranquillité qu’ils donnaient.
    Il faut maintenant se tourner vers l’avenir, et l’avenir tout proche. Verra-t-on se renouveler cette aberration, lorsque va venir à l’ordre du jour, ce qui est malheureusement probable, l’affaire de la PMA ? Va-t-on voir des responsables politiques catholiques déployer leur zèle en faveur d’un projet qui permettra de faire advenir au monde des orphelins de père de naissance ? Nous vous en supplions, Excellence, pesez de votre poids, de votre influence pour que dès maintenant les hommes politiques catholiques concernés soient complètement éclairés sur leur devoir le plus impérieux.

    • patrick de La Rode

      très émouvant texte ! Pas un sénateur, député ou autre de la ripoublique n’oserait dire à une tribune qu’il est avant tout catholique ! pas un n’ose invoquer le décalogue ! j’ai 69 ans, et j’ai vu la fille ainée de l’Eglise, se défroquer, se souiller, s’avilir ! J’ai vu Mgr Lefebvre qui m’honora de son amitié être combattu par cette piétaille d’apostats, et encore quelques lies conciliaires discriminer les prêtres qui continuent son Magistère ! que d’apostats, incultes, haineux, sans moeurs, sans morale !

      • gaudet

        Pierre et Patrick de la rode@

        Vos analyses et vos précisions sont d’autant plus judicieuses et pertinentes qu’elles viennent compléter mes propres déclarations.

        Il est effectivement nécessaire de mettre en lumière et en évidence, le clivage existant entre la position de Benoit 16 et les membres de la conférence des évêques de France.

        La même ou le pape insista sur des points résolument non négociables en matière d’ordre familiale et de morale sexuelle, cette même conférence multiplia au contraire les aménagements et les positions de modération, ayant pour résultat de diminuer l’importance de l’obéissance au décalogue et à la loi de l’évangile. Les catholiques sont renvoyés à l’exercice de leur propre conscience, et l’on fait tout pour ne pas constituer une force d’opposition face au pouvoir politique législateur !

        Nous pouvons donc légitimement penser que le comportement présent de cette conférence se traduit par une trahison de fait de la volonté profonde du pape!

        Par ailleurs j’apprends ici, ce que j’ignorais avant, qu’il existerait des parlementaires catholiques, eux mêmes engagés dans cette affaire ignominieuse de mariage pédéraste , puis ultérieurement de pma et d’euthanasie!

        J’en conclue donc que ces parlementaires catholiques sont en infraction par rapport aux règles réglementaires de leur propre foi, et se trouve donc de fait apostats !

        Tout ceci ne fait que renforcer la culpabilité des membres de la conférence des évêques de France ( je prends conscience de la gravité de mes paroles !) infidèles à la volonté du pape, lâches quand il s’agit de réagir fermement à la politique d’un pouvoir pervers, et muets comme des carpes, devant des parlementaires catholiques, trahissant eux mêmes , les principes les plus évidents de leur religion d’origine!

        Ah! quel spectacle de dépravation lamentable !

        • patrick de La Rode

          les reniements alimentaires de la lie gouvernante sont universel.
          On ne parle jamais d’un membre du coseil constitutionnel, ancien vice présiu Conseil d’Etat, grand crois de la L. d’h.
          d’une famille catholique et maurassienne, qui a ratifié la loi honteuse, et même le refus de l’objection de conscience !
          tous celà pour 5.000 euros et des avantages : il esq
          mon voisin, et je vais lui faire une conduite de grenoble ! comme le métite toute les lopes !

      • Christine GARCIN-NALPAS

        Jesus nous a dit :
        « Vous êtes le sel de la terre. Si le sel n’a plus de saveur, comment redeviendrait-il du sel ? Il n’est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent.
        Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est dans les cieux. »
        Il me semble qu’il n’est pas possible de se fondre dans la voix « politiquement correct » quand
        on représente le Christ en tant que prêtre et surtout Eveque .Cela est choquant et INFINIMENT triste .
        Christine

      • Christine GARCIN NALPAS

        Jesus nous a dit :
        « Vous êtes le sel de la terre. Si le sel n’a plus de saveur, comment redeviendrait-il du sel ? Il n’est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent.
        Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est dans les cieux. »
        Il me semble qu’il n’est pas possible de se fondre dans la voix « politiquement correct » quand
        on représente le Christ en tant que prêtre.
        Cela est choquant et triste .
        Christine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>