pape-francois-vatican-2_4687278

Le Pape dissout 3 diocèses français

Download PDF

Cela ne s’était pas vu depuis longtemps (Depuis la Révolution ?). Déjà en 2002, les provinces ecclésiastiques avaient été revues et certaines avaient été supprimées. Le pape François, en plus de réformer la curie, compte visiblement revoir la structure des pays de vieille chrétienté, où l’Eglise est en crise, sans vocation, en proie à une désertification qui lui semble fatale. Aussi, ce matin, nous avons appris que le Saint-Père a décidé de dissoudre plusieurs diocèses français, à sa voir Cahors, Chalons en Champagne et Viviers. Le point commun de ces diocèses est d’être en crise : crise des vocations, qui rend problématique le maintien du tissu paroissial, crise économique et, mais cela n’est pas crié sur les toits, crise de foi.

Le diocèse de Viviers est dirigé par Mgr Blondel, âgé de 75 ans depuis quelques jours. Il n’aura donc pas de successeur. Le diocèse sera rattaché à celui de Valence où vient d’être nommé Mgr Michel.

Le diocèse de Châlons en Champagne est dirigé par Mgr Louis, qui aura 75 ans à la fin du mois de mai. Il n’aura pas non plus de successeur. Le diocèse sera directement rattaché au diocèse de Reims où Mgr Jordan attend paisiblement sa retraite.

Enfin le diocèse de Cahors est actuellement sede vacante. Il sera rattaché à Montauban, où oeuvre Mgr Ginoux.

C’est véritablement un tremblement de terre. Mais il se pourrait que ces suppressions ne soient que le prélude d’autres bouleversements. Le Pape François, bien décidé à aller aux périphéries, ne compte pas s’embarrasser du poids des habitudes et autres mondanités cléricales. L’Occident a besoin d’un coup de fouet et le pape n’y vas pas par quatre chemins.

Mgr Pontier, président de la CEF, s’avoue surpris et déclare ne pas avoir été informé de cette procédure exceptionnelle. De son côté, Mgr Vingt-Trois, l’air imperturbable, fait remarquer que l’histoire avance et que

« à l’heure de la mondialisation, de la très forte urbanisation et de la désertification parallèle, il est assez logique que des diocèses moins peuplés disparaissent ».

Néanmoins, pour les fidèles qui seraient choqués par ce bouleversement, la CEF a, de façon exceptionnelle, ouvert un numéro vert, à retrouver ici.

19 comments

  1. Courivaud

    Excellent initiative prise par le pape François 1er !
    Comme cela, on évitera de choisir des « nuls » dans ces malheureux évêchés.

    Ceci étant posé, cela ne résout pas les problèmes de fond :
    – diminution des recettes du denier du culte
    – pénurie de prêtres et de vocations religieuses
    – charges grandissantes
    – catéchisme en déshérence
    – magistère indigent ou fallacieux

    dans l’ensemble des diocèses de France.

    • Courivaud

      alors, excellent poisson d’avril.
      Dommage que ce ne soit pas vrai,
      En revanche, les problèmes de fond ne sont pas « poisson d’avril ».

  2. Frappin

    Le Pape François a très bien fait de rattacher certains diocèses à d’autres,non pas seulement parce que ces diocèses sont peu peuplés,ils y en a d’autres moins peuplés encore,mais en raison d’absence de prêtres et bien entendu de vocations.
    Les trois diocèses qui composent l’archidiocèse de Chambéry ont été supprimés, pour deux d’entre -eux ,il n’y a pas si longtemps.
    Le président de la Conférence des évêques de France se dit surpris mais depuis le temps que rien ne bouge il était nécessaire que Rome agisse ,très certainement d’autres diocèses connaîtront le même sort,;voilà le résultat d’années de déchristianisation et d’immobilisme d’évêques plus soucieux de « dialoguer avec leur frères musulmans » que de gérer les diocèses qui leur sont confiés,d’avoir une véritable politique vocationnelle.
    La réunionite n’évangélise pas,le peuple de Dieu a besoin de pasteurs,de sacrements,les jeunes doivent recevoir une véritable formation catéchétique,l’Eglise doit être vivante et non donner l’image d’une institution moribonde.
    Il y a des vocations en France mais le style trop classique de bien des prêtres déplait à des évêques, et à un clergé âgé qui fonctionne encore sur le modèle des années 70.

  3. hermeneias

    C' »est ce qu’on appelle , encore une fois , un expédient !

    Cela n’est pas à la hauteur des problèmes et des questions ! On ne répond pas et on prend acte de la pénurie que l’on gère à la petite semaine …. Cela me fait penser à la gestion socialiste …. Que l’on puisse croitre se développer et embellir par son propre « TRAVAIL »( dans la vigne du Seigneur ) et la PRIERE est devenu impensable pour certains …..

  4. Jean

    Pourquoi la rédaction prend un sujet aussi sensible pour un poisson d’Avril ? L’Eglise elle est batit sur le rock. Même si le nombre des diocèses diminuait elle restera éternelle. Ne craignez pas donc , n’ayez pas peur avec ce gros poisson d’Avril.

  5. Poisson d'avril

    Excellent poisson d’avril. En plus tout ceci est plausible. Sauf que Cahors compte beaucoup de jeunes prêtres, et plusieurs séminaristes!

    Je propose plutôt la suppression, concernant la province de Toulouse, du vieil archidiocèse d’Auch et l’éclatant en 3 : l’est pour Toulouse, l’ouest et le sud pour Tarbes et Lourdes et le nord pour Agen.

    Là, il n’y a plus de vocations, plus de prêtres…

  6. professeur Tournesol

    J’attends de voir s’il s’agit ou non d’un poisson d’avril.
    Ceci dit, la carte des diocèses n’est pas immuable, et outre la question des vocations et de la pratique religieuses, certains diocèses sont très peu peuplés, ça ne me semble pas inconcevable de les supprimer. La carte des diocèses de France est calquée, à quelques détails près, sur celle des départements, il n’y a aucune obligation à suivre les circonscriptions administratives civiles.

  7. Pingback: Des poissons dans les diocèses | Riposte-catholique

  8. Est-ce vraiment nécessaire de publier ce type d’article, notre quotidien est déjà assez compliqué à gérer. En rajouter n’apporte rien de positif même si le poisson d’avril signe la news.

    Gilles Chevriau
    Chargé de communication du diocèse de Cahors

    • Courivaud

      mais, cher Monsieur Chevriau,

      « pour une « news, c’est une news », j’admire beaucoup votre langage « com » que vous « signez » si bien.
      Pour vous aider à gérer « le quotidien », la presse en ligne que vous connaissez sûrement et qui est « l’avenir » de « la presse papier », surtout si elle est catholique, peut vous y aider en vous recommandant de faire appel aux nouvelles communautés, pleines d’avenir elles aussi :
      – communauté saint-Martin
      – fraternité saint-Pierre
      – Institut du Bon-Pasteur (des voisins)
      – Institut du Christ-Roi (mais vous les connaissez déjà)

      et même si vous êtes large d’esprit, la fraternité saint-Pie X qui sera sûrement très heureuse de faire du catéchisme pour les écoles libres du diocèse de Cahors.

      Vous verrez : il y aura :
      – plus de baptêmes
      – plus de mariages
      – plus d’ordinations
      – plus d’enfants au catéchisme
      – plus d’entrées dans les ordres

      … et plus de denier du culte, si nécessaire « au quotidien ».

      Et comme cela, au prochain 1er avril – un miracle pour Pâques 2015 est peut-être très proche – le pape François 1er se ravisera pour ne pas signer un décret de dissolution du diocèse de Cahors.

      Heureuses et saintes Pâques !

  9. Goupille

    Par contre, ceci n’est pas un poisson d’avril :
    Le « Pape François » était sur le parvis de Notre-Dame ce matin, avant de partir pour le Musée Grévin.
    Car le « Pape François » a donné son accord pour le réalisation d’une statue de cire à son effigie.

    De son vivant, il trônera sans vergogne à côté de Jean-Paul II, décédé, Pape de long règne très actif, acteur en géopolitique reconnu, et Saint, de surcroît.

    Dans ces conditions, tout était en effet possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *