arton1732

Le pape, je ne trouve pas qu’il est moderniste

Download PDF

En ce dimanche de Pâques, l’archevêque de Paris, le cardinal Vingt-Trois répond longuement au Parisien. Extraits :

« […] L’Eglise a-t-elle un rôle à jouer dans la lutte contre les phénomènes de radicalisation ?

Le véritable combat, c’est : Comment désarmer ou désamorcer les pulsions violentes du salafisme ? Cela ne se fera pas par une guerre des religions, donc l’Eglise ne cherche pas un ennemi à combattre : il faut développer au maximum des relations avec des musulmans de façon à ce que la réflexion telle que nous la pratiquons dans nos traditions chrétiennes – l’association de l’intelligence à la démarche de foi – soit un soutien pour les musulmans qui essayent de se dégager de ce courant salafiste. Tous les efforts qui peuvent être entrepris pour introduire une vision critique à l’intérieur de cette mouvance doivent être encouragés. […]

L’archevêque de Lyon, Mgr Barbarin, est actuellement dans la tourmente pour avoir laissé en fonction des prêtres soupçonnés de pédophilie et d’agressions sexuelles. Lui apportez-vous votre soutien ?

Je ne suis pas le juge du cardinal Barbarin. Je lui apporte mon soutien parce que c’est mon frère, que j’ai confiance en lui et je pense que tout ce qu’il fait ou a fait dans sa responsabilité d’archevêque de Lyon a été significatif d’un engagement très fort dans la lutte contre la pédophilie. Et jusqu’à présent, du moins dans un régime démocratique, ça n’est pas l’opinion publique qui se substitue à la justice. […]

Mgr Barbarin doit-il démissionner ?

Il n’y a pas de raisons qu’il démissionne. […]

Selon notre sondage paru dimanche dernier, 56% des Français ont une mauvaise image de l’Eglise…

C’est bien possible, oui ! Et alors ? Vous me posez la question dans la semaine où Jésus a été arrêté, jugé et mis à mort. Je ne pense pas qu’il avait une très bonne image… Nous ne travaillons pas pour fabriquer notre image. Il n’est jamais agréable d’être mal perçus, mais ça n’est pas vraiment très nouveau.

Contrairement à l’Eglise, les Français ont une très bonne image du pape François…

Il ne fait pas partie de l’Eglise, lui ? Les journalistes ont construit un personnage, tant mieux. Moi, je peux dire que c’est d’abord profondément un homme de foi et de prière, un homme courageux qui ne recule pas devant des décisions difficiles.

Est ce qu’il vous agace parfois ?

Ce n’est pas de l’agacement, c’est plutôt un sentiment d’appréhension dans la mesure où toute une part de ce qu’on montre de lui est essentiellement médiatique. Or, tout ce qui est construit de façon médiatique est fragile, c’est à dire que ça peut se retourner en 24 heures.

Il n’est pas tendre avec la curie et les cardinaux. Vous êtes-vous senti visé par ses attaques ?

J’ai entendu un appel très fort à la conversion, un appel à mener une vie plus conforme à l’Evangile. Si vous êtes surpris que ça s’adresse aux cardinaux, ça signifie que vous imaginez que les cardinaux ne sont pas des chrétiens comme les autres ! Je n’y vois pas d’attaques particulières. C’est au contraire une provocation à mieux faire.

Trouvez-vous ce pape trop moderniste ?

Je ne trouve pas qu’il est moderniste du tout. Ce n’est pas parce qu’il a un comportement sud-américain qu’il est moderniste. Sa culture relationnelle, son estime pour la religion populaire, tout ça, c’est sa personnalité.

Faites-vous partie de ses proches ?

Je pense qu’il en a suffisamment, si j’en crois les rumeurs qui circulent : tout le monde est proche du pape. Je suis l’un de ses collaborateurs, mais on est 200, alors je ne suis pas forcément dans le premier cercle. […]

Le monde a-t-il suffisamment pris conscience du drame subi par les chrétiens d’Orient ?

Je ne crois pas du tout, mais ce n’est pas nouveau, parce que la situation difficile des chrétiens d’Orient ne remonte pas à l’année dernière, mais à plusieurs dizaines d’années. J’ai plaidé avec ma modeste voix, quand je suis allé à Jérusalem, pour dire que le soutien aux chrétiens d’Orient n’était pas une faveur confessionnelle, mais que c’était une condition de l’équilibre politique du Moyen-Orient. Si les chrétiens disparaissent de cette région, on laisse en face à face des ennemis irréconciliables. Cela suppose qu’on aide les chrétiens d’Orient non pas à venir en France même si ça peut être le cas dans certaines circonstances, mais qu’on les aide à rester. C’est pour ça que la conférence épiscopale de France s’est engagée à financer un plan pour des étudiants à Kirkouk en Irak. »

23 comments

  1. Paul

    La règle doit être simple: on ne devrait pas dialoguer avec les islamites, parce qu’ils ils n’en veulent pas – car ils sont des très plus grands ennemis de la République et des chrétiens!
    Ils sont des totalitaristes, et aussi des alliés des communistes – on les combat!
    À Bruxelles et au C Hebdo, dialoguaient-ils?
    Ne suffit-il pas?
    Comparez vous les différences entre les persécutions des ennemis de l’Eglise et les médias à l’époque du pape Benoît XVI et le maintenant avec le pape François!

  2. oscar1948

    J’apporterais ma modeste contribution sur deux(2) points par rapport cette riche interview de son éminence, l’Archevêque de Paris:
    1-Pour ce qui est des rapports avec radicalisme, je ne pense pas que l’Eglise soit outillée pour réussir à résoudre ces problèmes qui relèvent du temporel.
    2-Pour ce qui est du rejet de la religion catholique par la majorité de français, cela est dans l’ordre des choses car le monde qui a haï Notre-Seigneur ne peut pas ne pas haïr son épouse et corps, notre sainte Mère.

  3. Ecossais

    Pour ce qui est du rejet de l’église catholique temporelle (pas eschatologique bien sûr) on ne peut pas je crois se contenter de dire: c’est comme ça, c’est normal, voir comme certains: dire tant mieux.
    L’église temporelle est dirigée par des hommes avec leurs forces et surtout leurs faiblesses.
    Donc il faut quand même considérer que tout ne se vaut pas.
    La vision des modernistes comme notre évêque du diocèse de Besançon conduit a considérer que, moins il y a de prêtres, moins il y a de fidèles et plus tout va très bien madame la marquise. C’est quand même s’exonérer à bon compte de ses erreurs, une sorte de prime à l’échec et à la cécité.
    Il ne faut pas confondre faiblesse et incompétence.

  4. Qu’est-ce qui est moderniste? faux débat! Le pape n’a aucun pouvoir de changer le contenu de l’Evangile ni de changer les fondamentaux de la doctrine chrétienne. Par conséquent, il n’est ni moderniste, ni progressiste et ni traditionnaliste. Il marche sur les traces du christ qui a mangé et bu avec tout le monde sans discrimination aucune. Cela n’avait pas fait du Christ un moderniste. Il n’avait rien aboli de la loi mosaïque, il l’avait plutôt conduite à son achèvement.
    s’agissant des islamistes ou du radicalisme en France, la solution réside dans la redéfinition des valeurs de la démocratie: la liberté, l’égalité, la fraternité, la justice, la paix….il faudra apprendre à ceux qui sont accueillis que, dans une démocratie, on ne se rend pas justice soi-même; il y a des tribunaux, des avocats, des médiations institutionnelles pour régler les conflits sociaux. Malheureusement, en France, la liberté signifie  »le libertinage, la licence, le laisser-faire, le laisser-dire »; quelqu’un peut massacrer les innocents et dire qu’il l’a fait parce qu’il est  »libre »! La démocratie française n’a plus de sens sans la force judiciaire ni militaire…sinon elle est devenue un simple règlement de comptes au quotidien.
    Concernant le cas du Cardinal de Lyon, ceux qui tirent les ficelles dans cette affaire sont les membres du clergé qui envient la place qu’occupe le Père Barbarin; l’Eglise meurt du dedans: les médias n’en sont pour rien. Bref, les évêques ne sont pas solidaires dans le bien, ils le sont dans le mal. Ils sont opposés sur les questions d’actualité, par exemple, le « mariage pour tous ». Il faudra que les évêques sachent réagir au plus vite pour faire taire la polémique et ne pas laisser aux médias de résoudre nos problèmes. On a été surpris que le  »pardon » du Cardinal vienne trop tard…

    • hermeneias

      Jean

      je ne pensais pas qu’il était possible d’être autant à côté du réel dans un espèce de fidéisme qui participe du ou permet le travail des fossoyeurs acharnés de l’extérieur et de l(intérieur de l’Eglise .

      Pour ne pas voir et pour avoir oublié les campagnes médiatiques récurrentes contre l’Eglise , les prêtres et les religieux , le pape Benoit XVI , il faut être gravement aveugle , sourd et amnésique ou mettre volontairement la tête dans le sable .
      Au temps de Benoit XVI la campagne a été massive , concentrée et coordonnée .
      Concernant Mgr Barbarin , très curieusement , un certain valSS s’est permis d’intervenir et certains second couteaux socialistes ont cru bon d’évoquer le soutien de l’évêque de Lyon aux manifestations contre la caricature de mariage homosexuel ….

      « Le temps des chiens muets » est bien là comme disait un ancien évêque au Vietnam qui avait , je crois , lui , fait de la prison !
      Certains évêques d’Europe occidentale , eux , ont choisi de se taire !
      Quant à se pape loué par les médias il faudrait se demander quel témoignage il donne à l’extérieur de l’Eglise et quelle action il a dans l’Eglise autre que celle de fustiger et de faire la leçon aux prêtres et évêques …..avec une « humilité » qui reste à démontrer

  5. Le propos de Mgr Vingt Trois est poli à l’égard du pape mais tout de même froid. On ne sent pas un grand respect pour l’homme ni pour sa personnalité ni pour son action.

    Le « comportement sud américain » ne semble pas être une expression très louangeuse !

  6. hermeneias

    Ô oscar1948

    que voilà un beau morceau de langue de bois tout à fait compatible avec une déclaration politiquement-ecclésialement correct de la CEF !!

    1/ L’Eglise si elle ne peut bien évidemment « résoudre » le problème de l’islamisme ( je préfère à « radicalisme » volontairement plus vague ) elle possède les plus puissants outils pour combattre un problème qui est à la fois spirituel et temporel . Comme si l’Eglise du Christ n’avait rien à voir avec le temporel .
    2/ Concernant le « rejet » d’une certaine « église » par les français , Mgr Vingt-Trois commet la faute , préoccupante à ce niveau là , d’anachronisme car nous sommes 2000 ans après la Révélation chrétienne et après plus d’un millénaire de « chrétienté » de civilisation chrétienne . Mais sans doute se croit-il ainsi dispenser d’analyser les causes de cette situation qui tiennent en partie à une certaine église mais aussi à une recrudescence d’adversité , de propagande et de violence anti-chrétienne qu’il faudrait avoir le courage de dénoncer

  7. Philomène

    J’ai beaucoup de respect pour Mgr André Vingt-trois, je pense qu’il est honnête et qu’il essaie d’avoir des positions mesurées sur les sujets qui font polémiques, mais j’apporterai un petit témoignage modeste sur « le dialogue » avec « les musulmans modérés »: Un français d’origine, d’à peine 30 ans, élevé dans l’athéisme, s’est converti à l’islam, suite à son mariage avec une femme d’origine marocaine. J’ai discuté plusieurs fois avec lui, il essaie vraiment de mettre sa foi en pratique, il m’a avoué que dans sa mosquée de Seine et Marne, il y a des salafistes qui avaient essayé de l’embrigader et qu’il se tenait à distance d’eux. Son jugement est très sévère contre les terroristes. Mais, à Noël dernier, la conversation est arrivée sur jésus, il m’a dit: « jésus était un prophète et croire qu’un homme peut égaler Dieu est un blasphème qui conduit en enfer ». j’ai été choquée par l’intolérance et la violence psychologique de ses propos, et depuis, je ne « discute » plus avec lui. Les musulmans sont très arrogants et je ne vois pas comment on peut « dialoguer » avec eux.

  8. mimi

    Joyeuses Pâques !!!
    Dans l’article de « Riposte Catholique » de ce 27 mars intitulé « Le pape, je ne le trouve pas moderniste , j’ai été frappé par le fait que Mgr Vingt-Trois explique que les chrétiens d’Orient , il faut les aider à rester sur place , c’est pourquoi il contribuera à financer une université à Kirkouk.
    Or les chrétiens réfugiés en France m’expliquent que comme d’habitude, tout ce que les chrétiens amènent comme sous, réalisations , constructions , etc est toujours bien vu par les autorités car ils considèrent toujours qu’un jour ultérieur ces biens deviendront des biens pour les musulmans. C’est ce qui s’est toujours passé.
    Ce qui me gène c’est le deux poids deux mesures : le CEF et la plus-part de nos évêques n’ont-ils pas oeuvré pour l’accueil inconditionnel des migrants , en particuliers migrants musulmans, migrants non persécutés, migrants pour des raisons de tous avantages économiques ?
    Quand est-ce que dans les paroisses il a été demandé de chercher qui pourrait accueillir dans un logement des chrétiens d’Orient, d’Irak ? Eux qui ont définitivement tout perdu à Mossoul à Qaraqosh etc puisque leurs biens ont été vendus ou minés, qui ont vu leur père, leur frère être abattu ?
    Alors que ces chrétiens ne peuvent venir que dans un cadre légal où il est exigé un logement en France ?
    Quant au dialogue chrétiens-musulmans tel que le pratique par ex le Père Delorme , qui fait venir des imams faire seuls des conférences dans nos églises , c’est de la takiya , du mensonge pur pour endormir les chrétiens. Et nos cathos bien pensants pourris de naïveté et d’orgueil sont bien contents de se rassurer à bon compte, de pouvoir continuer à être aveugles .
    Surtout si jamais vous dites la vérité sur l’Islam, vous êtes un extrémiste !!!
    Et quand est-ce que Mgr Vingt-Trois a oeuvré pour créer un « service » d’accueil vers la conversion des musulmans au christianisme ? Alors qu’il existe des musulmans convertis au christianisme qui pleurent de n’être pas aidés à Paris !!!

  9. soleily

    « je ne pense pas que l’Église soit outillée pour réussir à résoudre ces problèmes qui relèvent du temporel »
    Le « temporel » concerne le Christ qui s’est incarné et qui se livre dans le pain et le vin. Il est là, présent dans son Église qui est guidée par l’Esprit Saint. Bien sûr les difficultés semblent insurmontables mais nous ne savons pas par quelle voie l’Esprit Saint agira. Que chacun fasse tout ce qu’il peut faire, avec amour, et gardons confiance.

  10. Hervé Soulié

    Je crains que Mgr Vingt-Trois ne soit bien trop optimiste en pensant qu’un dialogue avec l’Islam fera reculer la menace, qui est lourde maintenant.

  11. karr

    Je reprends une formule d’un homme politique à propos de la France pour les transposés à l’Eglise : »Forte à l’intérieur,respectée à l’extérieur! »
    Voilà le problème de l’Eglise Catholique Romaine depuis le concile,donc depuis une soixantaine d’années et plus,si l’Eglise était unie et fidèle à la saine et sainte doctrine elle accueillerait en ces temps troublés bien des personnes en quête de certitude et de vérité,le clergé remplirait sa mission,nos frères chrétiens d’Orient et d’autres régions du monde ne seraient pas martyrisés et contraints à l’exil.Les mahométans pourraient être touchés par la grâce et se convertir ,notre mission de chrétiens n’est pas le dialogue mais l’annonce de l’Evangile,la Bonne Nouvelle du salut en Notre-Seigneur et Sauveur Jésus-Christ,ce n’est pas moi qui l’invente mais l’Evangile qui nous rapporte l’enseignement du Seigneur.
    Au lieu de cela nous avons une Eglise faible,toute embarrassée de problèmes internes déballés sur la place publique,un Pape sans doute très brave homme et pieux mais absolument pas à la hauteur de sa charge,une crise des vocations et de la pratique religieuse sans précédent dans son histoire,on nous parle des jeunes églises mais elles sont dynamiques car elles bénéficient de la première annonce de l’Evangile,déjà en plusieurs pays d’Amérique Latine les vocations sont en baisse tout comme la pratique religieuse.
    La mission du Pape n’est pas de jouer les pigeons voyageurs mais, du coeur de la chrétienté à Rome ,confirmer ses frères dans la foi.
    Plus que jamais l’Eglise doit se laisser conduire par l’Esprit-Saint qui l’a conduite depuis tant de siècles,l’humilité s’impose à chacun d’entre nous,la prière afin d’implorer Dieu notre Père d’envoyer l’Esprit -Saint.
    Prions donc pour le Pape successeur de Saint-Pierre afin qu’il soit fort,pour les évêques successeurs des Saints-Apôtres afin qu’ils soient en pleine communion avec lui,pour de belles et saintes vocations,pour la sanctification des prêtres et des fidèles et par dessus tout pour le salut des âmes car,contrairement à ce que disent les paroles d’une chanson des années 70, nous ne sommes pas certains d’aller tous en Paradis!

  12. octave

    Faute de français : je ne trouve pas qu’il soit. …. Et non pas qu’il « est ».
    Même nos guides font des erreurs et pas seulement de français !

  13. Si le Saint-Siège n’avait pas donné l’ordre d’agresser arbitrairement la culture catholique française, il est probable que l’image de l’Église en France serait meilleure.

    En tous cas l’agression arbitraire du bienheureux Paul VI contre la culture catholique universelle en général et française en particulier se continue aujourd’hui puisque récemment sur TVlibertés, un représentant de l’épiscopat est venu attaquer les fidèles attachés au missel de saint Pie V en les traitant d’hypocrites militants politiques de l’arbitraire et de la violence.

    Rendez-nous le missel, l’Écriture, rendez-nous le latin et respectez notre liberté religieuse française ! Vous n’en serez que plus aimés !

    Je précise que selon moi Jésus était aimé du peuple juif. C’est une partie des élites juives, une partie seulement, qui se révolta contre Lui et entraîna avec elle une partie du peuple.

    • apobrod

      Que vous souhaitiez le latin, soit, mais ne dites pas « rendez-nous le latin »…!!!
      La majorité des catholiques d’aujourd’hui (et oui, AUJOURD’HUI!!), ne se reconnaissent pas dans ces messes « extraordinaires » imposées par leur nouveau (jeune) curé en soutane!!
      Les pauvres (pour lesquels Jésus est mort et ressuscité!!), attendent d’être écoutés et enseignés à leur époque d’aujourd’hui….Je constate, dans ma paroisse et alentour, une désertification de l’Eglise liée à ce traditionalisme imposé et dogmatique…. Et en plus, un combat spirituel des jeunes curés formatés depuis leur enfance, qui laissent les brebis sans berger!!!!
      De grâce, remettez-vous en cause de temps à autre, sinon, vous travaillez vous aussi, à la désertification!!!
      Ras-le-bol, des « Je détiens la Vérité »!!!!
      Ces commentaires après Pâques, montre bien que certains sont accrochés telles les huitres à leur rocher…
      Avant, après…Rien de changé!!!

      • Vous ne croyez pas ce que vous dites ? Dont acte.

        Moi je ne demande que la liberté. Pas autre chose. Une liberté fondée sur des droits dont la liberté religieuse surtout.

        Quant aux pauvres: allez voir si dans les centres de la Fraternité sacerdotale saint Pie X, ce sont des bourgeois ou des pauvres qui les peuplent. Moi j’y vois plutôt des pauvres qui veulent du latin. C’est leur liberté.

        En revanche les paroisses Paul VI sont souvent peuplées par des bourgeois.

        • Jacques jacques

          Et en plus, c’est bien vrai, ce ne sont pas les bourgeois qui sont à la Fraternité Saint Pie X, probablement parce que les pauvres ne lisent pas le Monde, L’OBS, le Figaro…
          Ils ont un plus les pieds sur terre, ce qui leur permet de rester « équilibrés ».

      • Jacques jacques

        Vous vous trompez : la majorité des catholiques aujourd’hui sont dans les églises où l’on dit la messe de Saint Pie V
        Je dis la messe de Saint Pie V et non la messe en latin , parce que ce n’est pas le latin qui est important, on pourrait la dire en Français , celà ne lui enlèverait rien de sa valeur.La messe où l’on respecte encore le Corps du Christ, où par humilité, on s’agenouille pour le recevoir.
        C’est la messe de Vaticant II qui n’a plus de sens. Le pape lui même reconnait un seul et même Dieu pour les différentes religion démontre bien qu’il n’est plus catholique, tout comme ceux qui vont aux messes Paul VI, grand pas vers l’ »œcuménisme religion unique » voulu par les Francs maçons.
        Donc la majorité des catholiques aujourd’hui ne sont pas ceux que vous pensez.

        Vous pensez que la seule différence est le latin. non, Le latin c’est plutôt un détail, d’importance quand même puisque il revient un peu partout et n’a jamais été abandonné à Rome.

  14. A.F

    En bonne langue française, on dit: « je ne trouve pas qu’il soit moderniste. »
    Et ce, indépendamment de savoir si l’assertion est vraie ou fausse, concernant Machin Bergoglio François(e).

  15. Pauvre pécheur que je suis

    NON VISIBLE car c’est mon dernier Riposte Catholique, pauvres de nous et unions en prière + + +

    Une porte doit toujours demeurer ouverte à l’accueil et une saine critique sera toujours de bon augure, tout dépend également du cœur de chacun. Demandons à l’Esprit Saint de nous éclairer, car une porte close est un synonyme de dangerosité qui peut nous mener à la guerre, c’est à nous de choisir.
    Pierre est un bon exemple lors de l’arrestation de Jésus. Le Christ a toujours affronté les cœurs durs + + +

  16. Jacques jacques

    56 % des Français ont une mauvaise image de l’église.
    Voilà un sondage qui ne veut vraiment rien dire.
    Il aurait été fait avec la population d’avant 1950, sans cette invasion musulmane et autres, on aurait un résultat tout autre.
    Un traditionaliste, j’ai aussi une mauvaise opinion de l’église d’aujourd’hui, et pourtant ce sont eux qui ont la vraie foi.
    D’un autre point de vue , les médias manipulateurs font tout ce qu’ils peuvent pour casser l’image de l’église.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *