t

Le père Jacques Turck peut-il cesser de se taire sur l’avortement ?

Download PDF

Directeur du Service national Famille et Société au sein de la Conférence des évêques de France jusqu’en 2009, l’abbé Turck est aujourd’hui curé de Saint-Etienne – Saint-Bruno à Issy-les-Moulineaux et directeur des GFU (Groupes de Formation Universitaire). Fondateur de la Maison d’Église Notre-Dame-de-Pentecôte dans le quartier d’affaires de la Défense, il a été aumônier national du Comité catholique contre la faim et pour le développement et directeur du Service pour les questions familiales et sociales de la Conférence des évêques de France. Professeur de théologie, il a dirigé la publication du document ecclésial Repères pour une économie mondialisée (Bayard, 2005).

Il vient de commettre un ouvrage avec le député UMP Etienne Pinte (député qui avait voté la loi sur l’avortement en 1975, comme on peut le vérifier ici) visant à expliquer que les chrétiens ne peuvent pas voter « extrême-droite », bref « Front national », en raison des positions sur l’immigration. Nous avons déjà écrit (notamment ici) que l’on ne peut pas critiquer le FN pour de mauvaises raisons. Mais ce qui est un peu scandaleux, c’est cette fixation de certains ecclésiastiques sur le FN. Quid des autres partis, ceux qui ont voté l’avortement, la pilule pour les mineures, la recherche destructrice d’embryons, etc. ? Pour ceux-là les chrétiens peuvent se taire, pour reprendre le titre de l’ouvrage. Ou Mgr Turck a-t-il des choses à se reprocher sur le plan du respect de la vie, ce qui expliquerait son silence ? Il est vrai qu’en tant qu’ancien aumônier national du CCFD, il est permis de s’interroger : le CCFD a promu une association pro-avortement au Mexique. Voir aussi ici. Pourquoi Mgr Turck s’est-il tu ? Quand parlera-t-il sur le respect de la vie ?