roucou

Le père Roucou a encore sévi

Download PDF

Le diocèse de Luçon a accueilli l’inénarrable père Roucou pour une journée de formation (ou de déformation, c’est selon) sur l’islam. 150 personnes ont participé à cette journée sur le thème « Foi et solidarité humaine » au lycée Notre Dame du Roc, à la Roche-sur-Yon, organisée par le service chrétien pour le dialogue interreligieux. Le Père Christophe Roucou, directeur du Service des relations avec l’islam (SRI), a évoqué « la solidarité dans le Coran et dans la Bible ». Il a rappelé, citant le Bienheureux Jean Paul II, à Assise en 1986, que « les différences qui existent entre les deux religions sont moins importantes que ce qui les rassemblent. »

Je ne sais pas dans quel discours exactement le père Roucou a trouvé cette citation, mais je ne l’ai pas retrouvée dans les discours de Jean-Paul II à Assise (discours que vous pouvez trouver ici). En revanche, Jean-Paul II a dit :

« Au-delà des différences le désir de paix réunit tous les hommes ».

Et

« S’il y a entre nous, des différences nombreuses et importantes, n’est-il pas vrai qu’au niveau le plus fond de l’humanité, il y a un fondement commun, à partir duquel on peut agir ensemble en vue de la solution de ce défi dramatique de notre époque: paix véritable ou guerre catastrophique? »

Il n’est pas question ici de différences entre les religions, mais entre les hommes, et cette nuance est de taille.

Samia Driss, tunisienne, économiste, a enfoncé des portes ouvertes en répétant un discours politiquement correct, répété dans les médias :

« Les conditions d’un dialogue qui porte du fruit est d’être bien dans sa foi, d’avoir une ouverture du cœur et une qualité d’écoute pour comprendre l’autre, et que la confiance soit là pour bien vivre ensemble ».

Ensuite, un temps de prière dans chacune des deux traditions (!) a précédé un « buffet du paradis ». Sic. Avec 70 vierges le paradis ?

Un film a enfin illustré la collaboration entre chrétiens et musulmans, au Burkina Faso, à l’occasion d’une famine.

Mgr Castet, qui a visiblement cautionné cette malheureuse journée, a conclu :

« La rencontre concrète des personnes détruit les murs de notre imaginaire sur les autres ». 

Le problème, comme d’habitude sur ce sujet, c’est de savoir de quoi l’on parle. Soit l’on parle des relations avec les personnes musulmanes, avec lesquelles il est tout à fait possible d’entretenir d’excellentes relations, fraternelles et courtoises, si tant est que chacun y mette du sien. Autre chose est de parler de l’islam, de ses origines, ses fondements, ses croyances, ses exigences, … Car là, c’est beaucoup moins fraternel.

10 comments

  1. Quelle croix …. Le dit-dialogue consiste à masquer la réalité qui est dure, malheureusement…. Il y a forcément des menteurs qui connaissent la vérité sur l’ islam, pur et dur dès que la force leur donne le pouvoir …. pour tous les irréfléchis qui se laissent embobiner, « rêvant » niaisement que les « gentils musulmans » seront plus forts que « la poignée » (?!) de violents et cinglés! -chez nous en tout cas (re??!!)- , pour créer un climat fraternel (à long terme?!) . Mais c’ est nous, les haineux, qui chercherions à attiser la peur parmi les braves gens qui, bien sûr, n’ écoutent que les « bonnes nouvelles » de France, d’ Europe et du Monde, quand le Bateau coule de partout, disons-nous, oiseaux de malheur…. Sans doute pourtant aimons-nous plus charitablement en cherchant à communiquer la Vérité qui rend libre et fort par la grâce du St Esprit ! Bien évidemment, cette Charité qui vient de Dieu demande d’ aimer son prochain comme Dieu l’ aime, doit interdire certains excès de paroles inadmissibles chez les Enfants de Dieu ! Ils font plus de mal que tout, par amalgame !

  2. Pingback: Riposte Catholique « Francaisdefrance's Blog

  3. LEFOL

    Dialogue inter-religieux (extrait) :
    « La rencontre avec des croyants d’autres religions est l’une des modalités par lesquelles l’église, aujourd’hui, est appelée à vivre sa mission.Puisse cette mission rester toujours pour elle une grande joie, considérant tous ceux que le Père lui confie comme des frères pour qui le Christ est mort et ressuscité, qu’ils le sachent ou non, qu’ils l’accueillent ou qu’ils le refusent. » portstnicolas .org
    Ce n’est pas S.S Jean-Paul II qui a écrit celà , mais c’est le même esprit qui l’a produit.

  4. Philippe

    Coranisme :
    croyance consistant à penser que l’Islam est une religion sœur complémentaire au Christianisme béni de Dieu, seulement humaine et dont la source n’est pas l’esprit de l’Antéchrist qui sème l’ivraie, donc le diable.
    Trois formes de Coranisme :
    – Le Coranisme chrétien : Voir ci-dessus.
    – Le Coranisme Laïque : Le politiquement correcte.
    – Le Coranisme musulman : Des musulmans qui ne croient plus en l’Islam mais en gardent les coutumes.
    Le Coranisme Chrétien n’est pour l’instant qu’une erreur, mais sera un jour et inéluctablement condamné par l’Eglise, et deviendra alors une hérésie.

  5. On pardonnerait volontiers au bon Père son manque de culture qui lui fait confondre ce qui de l’ordre de la raison universelle de l’homme, donc des droit universels de l’homme avec ce qui est de l’ordre de la croyance qui ne peut que diviser l’humanité (voir sur ce point monsieur Marcello Pera approuvé par notre Pape). Ce qui fait qu’il ne peut y avoir dialogue sur la foi, mais uniquement sur les droits universels de l’homme. L’humanité est divisée de croyance et on ne peut avoir de critère rationnel intérieur pour dialoguer sur la croyance, le seul critère est extérieur à la croyance, c’est la raison universelle de l’homme. C’est pourquoi les croyants ne peuvent dialoguer sur leurs croyances. Il ne comprend pas, ou il n’a pas appris cela, personne n’est à l’abri de l’ignorance, en l’état du dossier on ne doit pas se demander si son ignorance est affectée, il n’y en a pas d’indice.

    En revanche lorsqu’il falsifie les paroles de Jean-Paul II, il est plus difficile de continuer un dialogue avec lui. Car cette falsification fait douter de sa bonne foi.

    Merci en conclusion à Perepiscopus d’avoir mis à jour ce critère fondamental de discrimination intellectuelle que les joueurs de bonneteau du « dialogue » escamotent subrepticement. Veritas ; Fides et ratio.

  6. Augustin

    Les loups sont dans la bergerie, déguisés en moutons pour mieux les bouffer. Pour faire connaître le vrai visage de Jésus-christ à nos fréres et soeurs prisonniers dans l’ Islam, ils ne sont plus là . On ne peut pas servir deux maîtres. Il ne peux y avoir deux vérités. A bon entendeur. Salut

  7. Sonia

    C’est vrai que souvent les musulmans nos amis sont mieux que leur religion.

    Est-ce-qu’ils ont le choix d’en sortir?

    Prions pour le respect de leur libre choix.

  8. LAURO

    .Nous sommes ici à nouveau dans un exemple de la terrible errance dans laquelle s’enfonce l’Eglise de France face à l’Islam…
    Face à cet égarement, je vais à nouveau citer un texte INCONTOURNABLE que j’ai eu la grâce de découvrir moi-même très tardivement, ce qui montre qu’il ne faut jamais désespérer de trouver les bons arguments trop souvent cachés par  »les Officiels »…
    Il s’agit  »d’un certain Bossuet »,  »petit évêque obscur et peu connu », bien sûr ….
    Voici ce qu’il a asséné à un certain Louix XIV et à sa Cour lors du Premier sermon pour le premier dimanche de l’Avent prêché devant le Roi Louis XIV, le 29 novembre 1665, au Louvre.
    SUR LA NECESSITE PRESSANTE DE S’EVEILLER, DE SORTIR DE SA LANGUEUR, ET DE TRAVAILLER SANS DELAI A SON SALUT
    Ce sermon tendait à faire prendre conscience des devoirs de tout chrétien pour vivre sa Foi au cours des jours successifs de sa vie, afin d’aller vers la sainteté. Ayant cité le Deutéronome, Bossuet en vient à prendre deux exemples devant aider le chrétien à bien se situer dans sa démarche évangélique.
    Le premier concerne les Juifs :
    . Les Juifs, tout charnels et grossiers qu’ils sont, reconnaissent encore aujourd’hui que cette obligation indispensable leur est imposée. Si nous prétendons, chrétiens, que ce précepte ait moins de force dans la loi de grâce, et que les chrétiens soient moins obligés à cette attention que les Juifs, nous déshonorons le christianisme, et faisons honte à Jésus-Christ et à l’Evangile.
    Et c’est alors que Bossuet en vient à parler de ce qu’aujourd’hui, avec une manière très faussée de considérer l’Islam, tant d’égarés même évêques, le disant comme étant ‘’classé’’ : « une des trois religions du Livre »…
    Sa définition est SANS APPEL :
    LE FAUX PROPHETE DES ARABES,
    dont le paradis est tout sensuel, et dont toute la religion n’est que politique, n’a pas laissé de prescrire à ses MALHEUREUX sectateurs d’adorer cinq fois le jour; et vous voyez combien ils sont ponctuels à cette observance.
    Les chrétiens se croiront-ils dispensés de penser à Dieu, parce qu’on ne leur a point marqué des heures précises? C’est qu’ils doivent veiller et prier toujours. Le chrétien doit veiller et prier sans cesse, et vivre toujours attentif à son salut éternel. »
    .Allons, suite à ce texte, prononçons un petit couplet  »politiquement correct » :
    « … Nooon! Bossuet  »islamophobe » !!! Nooon! Bossuet qualifiant, sans le nommer, Muhammad de  »FAUX PROPHETE » !!! A l’aide, le MRAP, la Ligue des Droits de l’Homme, SOS Racisme !!! Et nos évêques qui nous ont caché jusqu’en 2013 que « Le Grand Bossuet » était un  »affreux raciste », Nooon!!! »
    … Devant une telle découverte, apprécions le lamentable agenouillement des évêques de France devant l’islam conquérant, et bénissons Bossuet qui, 350 ans avant qu’apparaisse la stupidité et la trahison actuelle de nos évêques, face à l’islam, avait : « la connaissance, l’intelligence et l’honnêteté religieuse » de DISQUALIFIER devant Le ROI, cette FAUSSE RELIGION, cet islam, NE DE LA SECTE JUDEO-CHRETIENNE que furent, les Ebionites ou Judéo-Nazaréens, une des HERESIES apparue après la mort du Christ et la naissance de l’Eglise, dont saint Jérôme affirmait, écrivant à saint Augustin: « Ils se veulent juifs et chrétiens, mais ils ne sont, en fait, ni l’un ni l’autre. »…
    Ne manquons pas de noter que Bossuet, parlant des  »fidèles » musulmans, se garde bien de leur faire des courbettes et de les admirer. Au contraire, il ne manque pas de les qualifier de « malheureux sectateurs « , bien conscient que leur dévotion est une erreur religieuse qui mérite donc que ces fidèles soient plaints et non pas admirés comme le font tant de misérables aujourd’hui…
    Voilà ce que je tenais à publier une fois encore, tellement nous sommes menacés dans la Foi chrétienne authentique, par la dissolution spirituelle dans laquelle s’enfonce l’Eglise de France, mis à part des évêques valeureux tel Mgr Aillet qui ne cache pas son refus de l’Islam.
    Je serais heureux de recevoir des appréciations d’amis de Riposte catholique et pouvoir travailler avec eux contre la folie actuelle qui sévit dans notre malheureuse Eglise « de » France.

  9. Aziliz

    C’est en lisant des articles de ce genre, que je ne puis rejoindre le giron de l’Eglise, que j’ai quitté il y a plus de 40 ans pour raison « de révolte contre l’hypocrisie et le gauchisme ». Pourtant, je suis restée férocement chrétienne.
    Notre seule devoir de Chrétien n’est pas d’établir un dialogue avec la secte islamique mais soit de les convertir, soit de les chasser. On pourrait y ajouter la bande de ramolis du bulbe de l’oligarchie politique et financière, des médias, du Mamouth (y compris dans les écoles cathos) etc. Ben oui, il y a du boulot … Pour Lauro, d’accord à 100%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *