f-vrier08-054

L’homélie d’adieu de Mgr Le Vert

Download PDF

Dimanche dernier, Monseigneur Jean Marie Le Vert a célébré sa messe d’adieu à Quimper dans une cathédrale comble. Il a été applaudi par des fidèles très émus, dont certains ont dit à l’issue de cette belle cérémonie : « nous avions un grand Evêque, un saint Pasteur, et nous n’avons pas su le mériter ». Inutile de préciser que ce n’est pas la vingtaine de prêtres présents sur les 170 du diocèse qui ont eu le courage et l’humilité de faire cette analyse, ressemblant trop pour eux à un mea culpa de ce qu’ils ont fait subir à leur Evêque depuis un an…

Dans son homélie transparait bien la souffrance de cet ecclésiastique, trahi par les siens, et conduit à devoir quitter son diocèse face à une meute d’enragés qui jusqu’au bout, a multiplié les coups bas et les vilénies à son endroit. C’est aussi une très belle leçon de foi et d’espérance.

Aucun media ni journal n’a daigné ne consacrer ne serait-ce qu’une ligne à cette magnifique cérémonie …. Quant au site du diocèse de Quimper, dès le lundi 9/02, tout ce qui a pu être effacé concernant Jean Marie Le Vert, a été fait dans les meilleurs délais !

« Frères et sœurs, pour cette célébration de départ, j’ai choisi les textes que nous venons d’entendre. Bien sûr, ils interrogent notre conscience et notre cœur. Mais j’aimerais que pour vous comme pour moi, ces textes soient un encouragement et une consolation.

Après plusieurs années passées à votre service, je dois donc vous quitter… Non parce que je l’ai désiré, mais parce que l’Eglise me le demande. En effet, après le temps de repos nécessaire que je viens de prendre, suite aux différentes épreuves traversées et aux attaques dont j’ai été l’objet, les conditions d’un retour paisible et fécond en Finistère n’étaient pas réunies pour moi. Au terme de ces mois de recul, après prière et réflexion, pour le bien du diocèse et pour lui permettre de pas rester plus longtemps sans pasteur, j’ai jugé qu’il était de mon devoir de remettre mon mandat au Saint Père. Chacun en conscience, devant Dieu et devant l’Eglise, pourra s’interroger sur sa responsabilité devant une telle décision.

Mais il est avant tout important que nous écoutions ce que le Seigneur nous dit. Il nous répète que la foi, c’est une histoire d’amour ! La page d’Evangile que nous venons d’entendre nous le dit à chaque mot. Après la résurrection de Jésus, et malgré les différentes apparitions de ce dernier, manifestement Pierre et les apôtres ont eu du mal à croire que l’aventure continuait et ils ne savaient plus très bien quoi faire. Ils avaient beau avoir déjà vu le Christ ressuscité, il semblerait qu’ils n’avaient plus vraiment de but dans leur vie. Sans doute découragés, pas très fiers d’eux-mêmes après avoir trahi Jésus, Pierre et les autres apôtres décident de retourner à leur ancien métier, comme si rien ne s’était passé pendant les trois ans qu’ils venaient de passer avec Jésus, comme s’ils ne savaient pas quoi faire de sa résurrection…

Et se déroule alors exactement le même événement que le jour où Jésus est venu les appeler, trois ans plus tôt, au début de l’Evangile : les apôtres avaient été appelés par Jésus juste après une pêche miraculeuse. Cette nuit encore, les apôtres n’ont pris aucun poisson. Comme pour dire que sans Jésus, leur vie a perdu son contenu, qu’elle n’a pas de sens. Alors Jésus va refaire pour eux une deuxième fois le signe de la pêche miraculeuse, un signe qui les avait marqués tout au début, grâce auquel ils avaient reconnu Jésus comme Messie, et à cause de quoi ils l’avaient suivi… Jésus va leur redonner le sens de leur vie.

Et vous avez remarqué qu’ensuite, dans cet évangile, il va être question d’amour. Ce qui donne sens à la vie, c’est l’amour de Dieu et des autres. Et non seulement l’amour donne un but à la vie, mais l’amour ouvre aussi les yeux de la foi. Vous avez entendu que le premier à reconnaître Jésus sur le bord du lac, c’est Jean, qui se définit lui-même comme « le disciple que Jésus aimait ». La foi, ce n’est pas croire à des idées ou à des valeurs, mais faire confiance à quelqu’un. Ce n’est pas seulement adhérer à des vérités ; c’est d’abord adhérer à une personne, et adhérer par amour. Et ce quelqu’un, c’est Jésus le Christ. Pierre qui se jette à l’eau pour rejoindre son Maître ne croit pas à une idée, mais en Jésus. Et il a fallu auparavant que lui et les apôtres fassent confiance au Christ pour qu’ils trouvent le poisson qu’ils étaient venus chercher. Jésus ne leur pas fait un cours sur les techniques de pêche ; il a sollicité leur foi.

Le résultat est surprenant, d’ailleurs : l’évangile nous précise qu’il y a 153 poissons. Pourquoi ? Parce qu’à l’époque de Jésus, les juifs croyaient qu’il y avait 153 espèces de poissons dans la mer. En employant ce chiffre, l’évangéliste veut montrer que le salut est universel, qu’il est offert à tout homme, et que celui qui s’engage à la suite de Jésus annoncera l’Evangile à tous. La foi nous fera faire des choses qui nous dépassent, parce que ce n’est pas nous qui agissons tous seuls, mais Jésus en nous. Ce qui rendra notre foi efficace, ce ne sont pas les idées auxquelles nous adhérons, mais l’amour que nous portons au Christ. La foi, ce n’est donc pas seulement un ensemble de principes à croire, c’est un Christ à suivre et à aimer…

C’est d’ailleurs la question que Jésus va poser trois fois à Pierre : « M’aimes-tu ? » Et il le lui a demandé alors que Pierre l’avait renié trois fois après son arrestation, avant que le coq ne chante. Les trois « M’aimes-tu » correspondent aux trois reniements du Jeudi Saint et les effacent. Pierre sait maintenant qu’il est faible, et que c’est l’amour qui rend fort. Et quand Pierre eut répondu à Jésus : « Oui, tu sais que je t’aime », Jésus lui a donné la responsabilité de l’Eglise : il est devenu le premier pape…

Il en est de même pour nous. Comme dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus se tient sur les plages de nos vies, et il nous appelle. Il est là, et souvent on ne le reconnaît pas. Et il nous demande de lui faire confiance, et de nous jeter à l’eau, dans l’eau de la foi, même si nous ne comprenons pas tout, même si nous ne sommes pas sûrs de tout, par-delà nos fautes et nos abandons. Il nous pose des questions semblables à celle posée à Pierre : « M’aimes-tu ? Veux-tu te laisser aimer ? Veux-tu me suivre ? M’aimes-tu plus que ceux-ci, c’est-à-dire me mets- tu à la première place dans ta vie, ou est-ce que je viens après tout le reste, simplement quand tu en as le temps, le besoin ou l’envie ? Suis-je la lumière de ta vie quotidienne ? Comprends-tu que je suis celui qui ne déçoit pas et qui ne trompe pas ? »

Frères et sœurs, comme je voudrais que vous entendiez cette question de Jésus ! Comme je voudrais que vous compreniez que seul le Christ Jésus donne le vrai sens de notre vie ! Une vie qui a du sens, c’est une vie qui sait d’où elle vient et où elle va. Une vie qui a du sens, c’est une vie qui ne reste pas refermée sur elle-même, dans l’égoïsme, la jalousie, l’injustice, la trahison, le dénigrement, la calomnie et la médisance. Une vie qui a du sens, c’est une vie qui entre dans l’amour bienveillant des autres, qui reconnaît que nous sommes tous frères et sœurs, parce que nous avons un même Père, celui du ciel. Une vie qui a du sens, c’est une vie qui se laisse conduire par le Christ.

Oui, c’est bien cette foi amoureuse que je souhaite encore et toujours pour chacune et chacun d’entre vous, en cette dernière célébration avec vous. C’est cette foi et cet amour que je n’ai cessé de vous prêcher pendant plus de six années. Ce sont eux qui m’ont guidé dans toutes les décisions que j’ai eu à prendre pour le bien de ce diocèse, en particulier pour les Orientations que je vous ai données. Et c’est cette même foi qui me pousse une fois de plus à mettre en œuvre la Parole que Dieu dit à Abraham : « Va, quitte ton pays pour une contrée que je t’indiquerai… une contrée inconnue ». Comme à Pierre au bord du lac, le Christ me dit de laisser quelqu’un d’autre me mettre ma ceinture et d’aller là où je ne veux pas forcément aller. Je suis donc appelé à quitter cette terre du Finistère qui était devenue mienne, que j’ai appris à aimer et à servir.

Avant de partir, je veux d’abord rendre grâce à Dieu pour celles et ceux que j’ai rencontrés durant ces sept années au cours de mes nombreux déplacements parmi vous. Merci de tout ce que nous avons pu vivre de bon ensemble, pour l’annonce de l’Evangile. Merci de ce que nous avons réalisé ensemble pour suivre la volonté de Dieu et faire grandir son Royaume. Merci à celles et ceux qui m’ont soutenu, qui m’ont aidé, et qui m’ont fait confiance. Merci pour ce que vous m’avez permis de découvrir de Dieu et de l’Eglise à travers vous. Merci pour la vitalité de vos communautés et pour l’engagement de nombre d’entre vous au service des autres. Tout cela est l’œuvre de Dieu, c’est sa grâce, et je vous invite à prier pour ne rien en perdre, puisqu’il nous a rendus témoins de son action dans le cœur de tant de personnes.

Je veux aussi vous demander pardon pour mes manques d’amour, pour les blessures que j’ai pu occasionner involontairement, pour mes incompréhensions et mes maladresses. Sachez qu’elles n’ont jamais été dues à ma mauvaise volonté. Et je vous demande aussi de prier pour que moi-même, je sois capable de pardonner à ceux qui m’ont fait souffrir.

Mais permettez-moi, avant de vous quitter, de vous laisser encore une fois quelques recommandations. Elles rejoignent les cinq orientations que je vous ai données il y a un peu plus de deux ans.

La première, c’est de vous encourager à ne jamais abandonner la prière et la Parole de Dieu. La Parole de Dieu est un des plus grands trésors qui soient à notre disposition. C’est avec elle et par elle que vous découvrirez toujours plus qui est Dieu, que vous vivrez vraiment de sa vie, et que vous profiterez pleinement de ce que vous offre l’Eglise. Pour nous la donner, le Verbe de Dieu n’a pas hésité à se faire homme, pour que nous puissions entendre Dieu dans notre langage d’hommes. Elle est là pour nourrir votre prière, votre relation à Dieu. Elle est à vous : goûtez-la, savourez-la, vivez-en, et transmettez-la aux autres !

Ensuite, aimez l’Eglise. Aimez-la, car malgré ses limites humaines, malgré la faiblesse et même le péché de ses membres, malgré les déceptions que nous occasionnent parfois ceux qui la servent, c’est par elle que le Christ vient à vous. Je vous invite à comprendre que votre relation au Christ va au-delà des difficultés que nous pouvons connaître dans l’Eglise, et que c’est justement en continuant de le rejoindre en Eglise, spécialement dans l’Eucharistie, que nous pourrons entrer dans le pardon et la paix. Notre Eglise est belle, et elle en vaut la peine. Je crois profondément que dans notre monde, elle est un lieu unique d’humanisation et de divinisation de l’homme. Dans notre société qu’on dit démoralisée et triste, l’Eglise a la grâce formidable de proposer l’espérance de Dieu et la joie de l’Evangile. Aimez l’Eglise, parce que l’Eglise, c’est vous.

Et puis, faites tout pour construire entre vous une véritable charité fraternelle, une vraie communion : c’est un combat incessant, et il faut que cela reste une priorité dans nos communautés chrétiennes. Car je vous l’ai répété souvent, l’amour mutuel et la communion sont à la base de la crédibilité même de l’annonce de la foi : « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que l’on reconnaîtra que vous êtes mes disciples » ; « Voyez comme ils s’aiment » ; « Père, qu’ils soient un, afin que le monde croit »… Cette unité, cet amour fraternel entre ses disciples, le Christ les a désirés ardemment, il a prié pour que ses disciples en vivent, et juste avant sa mort, il en a fait son testament auprès de ses apôtres ; permettez-moi d’en rêver avec lui pour vous, et de reprendre les paroles de St Paul que nous avons entendues dans la deuxième lecture : « Je vous en prie, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus Christ, ayez tous même langage ; qu’il n’y ait point parmi vous de divisions ; soyez étroitement unis dans le même esprit et dans la même pensée… J’entends par là que chacun de vous dit : « Moi, je suis à Paul », « Et moi, à Apollos », « Et moi, à Céphas », « Et moi, au Christ. » Le Christ est-il divisé ? […] Du moment qu’il y a parmi vous jalousie et dispute, n’êtes-vous pas charnels et votre conduite n’est-elle pas toute humaine ? […] Chacun recevra son propre salaire selon son propre labeur. Car nous sommes les coopérateurs de Dieu ; vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu… Que chacun prenne garde à la manière dont il y bâtit. Ainsi donc, que nul ne se glorifie dans les hommes; car tout est à vous, […] soit le monde, soit la vie, soit la mort, soit le présent, soit l’avenir. Tout est à vous; mais vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu ».

C’est donc notre union avec le Christ qui est la source de la communion entre nous. Chacun de nous est responsable de cette unité de l’Eglise. Et si, face à ce que je subis depuis plus d’un an, j’ai choisi le silence, c’est justement pour ne pas diviser davantage notre diocèse, et ne pas troubler encore plus les fidèles. Ce choix, qui a pu donner crédit à des rumeurs de toutes sortes, était le seul possible pour l’évêque que je suis.

Cette unité, cette communion, elle se construit autour de l’Eucharistie. Avec l’Ecriture Sainte, c’est le deuxième grand trésor que le Seigneur nous a offert. Comme je vous y invitais dans les Orientations de Mission 2012, valorisez, soignez toujours plus la qualité de vos rassemblements eucharistiques, car l’Eglise vit de la Parole de Dieu, et l’Eglise vit de l’Eucharistie. Il y a un lien intrinsèque entre Ecriture Sainte et Eucharistie : dans les deux, c’est la même Parole de Dieu, le Verbe du Père, qui s’exprime et se rend présent, même si c’est de manière différente. Et c’est elle qui nous ouvre à la Charité.

Si vous priez, si vous aimez l’Eglise et si vous construisez des communautés vraiment fraternelles, alors vous réunirez les trois conditions nécessaires pour les deux derniers points que je veux vous laisser.

N’oubliez jamais que l’Eglise n’existe que pour annoncer l’Evangile, pour évangéliser. Comme le rappelle le Pape François, nous avons cette certitude qu’il est possible, aujourd’hui encore, d’annoncer la Bonne Nouvelle même dans les milieux qui nous semblent les plus païens, les plus défavorables, puisque cela a été la démarche première du Seigneur. Il nous faut être persuadé que tous les hommes peuvent recevoir le message de l’Evangile, et qu’ils l’attendent. Chaque chrétien, d’une manière ou d’une autre, est appelé à participer à l’évangélisation du monde. A notre place, nous avons à être témoins du Christ.

Frères et sœurs, l’Eglise doit être missionnaire, ou elle ne sera plus rien dans le monde. Une foi qui ne se propose pas et ne se partage pas est une foi qui se dessèche. Le diocèse de Quimper et Léon ne portera pleinement tous ses fruits que si vous êtes missionnaires. Et alors ce diocèse pourra connaître, comme dans l’Evangile, des pêches miraculeuses et ramener au Christ un nombre impressionnant de poissons. Soyez fiers de votre foi, mais surtout rendez grâce d’avoir été « choisis pour servir en sa présence », comme le dit la Prière Eucharistique n° II. Et rendez cette grâce reçue gratuitement en la proposant aux autres, qui n’ont pas encore comme vous la joie de connaître le Seigneur. Et alors vous aussi, vous découvrirez la joie de voir Dieu se donner aux autres et grandir en eux.

Le dernier message que je vous laisse, c’est de vous encourager à susciter des vocations et à répondre à la vôtre : vocations de toutes sortes, au nom de votre baptême ; et vocations consacrées par appel de Dieu, car elles sont structurantes de notre Eglise. Osez vous engager à la suite du Christ, en vous mettant au service des autres. Osez vous demander ce à quoi il vous appelle, vous aussi. Il me demande aujourd’hui d’avancer un peu plus loin dans ma vocation, en rejoignant pour un temps le diocèse de Bordeaux avant de recevoir une nouvelle mission ; puisse ce nouveau « oui » que j’ai dit il y a quelques semaines vous pousser, vous aussi, à dire toujours plus oui au Seigneur. Et soyez tels que parmi vous, des jeunes aient envie de se mettre au service de l’Eglise en y consacrant complètement leur vie. Donnez aux jeunes une vraie place, en les laissant s’investir, en inventant sans cesse avec eux de nouveaux chemins d’Evangile. Appelez, et laissez-vous appeler…

Frères et sœurs, je ne peux vous cacher que je ressens une vraie tristesse en quittant le Finistère, ce diocèse qui m’avait été confié et que j’aime profondément. Mais durant ces longs mois loin de vous, vous avez été très nombreux, vous, fidèles du diocèse, à m’adresser un message de soutien, d’amitié ou de gratitude, m’assurant aussi de votre prière. Tous vos signes d’amitié, dont je vous suis vraiment reconnaissant, m’ont aidé à garder courage et à ne pas baisser les bras. Et si vous voulez vraiment me remercier de ce que j’ai pu faire parmi vous, grâce à l’Esprit Saint, alors achevez ce que nous avons commencé ensemble. Vivez avec joie et avec courage les Orientations de Mission 2012, qui vous ouvrent le chemin vers la communion fraternelle et l’évangélisation, comme la première communauté chrétienne, et entrez pleinement et avec confiance dans l’espérance.

J’ai voulu que cette dernière messe soit une messe d’action de grâce. En effet, comment, malgré tout, ne pas s’émerveiller de tout ce que Dieu a accompli au long de tous ces années ? Et si certains peuvent être tristes aujourd’hui avec moi, c’est justement parce qu’il y a toutes ces belles choses vécues ensemble. Je ne peux faire mieux, pour vous remercier, que de célébrer encore une fois pour vous et avec vous l’Eucharistie, l’action de grâce même du Christ. Et ce qui me rassure en partant, c’est de savoir que Dieu vous aime plus que je ne pourrai jamais le faire, et que de toute souffrance, il peut tirer un peu plus grand bien, même si nous ne le voyons pas immédiatement. Je sais que lui ne vous abandonnera jamais, comme il le montre à Pierre au sujet de Jean.

Frères et sœurs, je me recommande à votre prière et vous garde dans la mienne. Prions ensemble pour l’unité et la paix du diocèse de Quimper et Léon, et priez pour que je continue à suivre la volonté du Seigneur et à remplir ma mission apostolique sous son regard dans l’amour. Prions aussi pour l’évêque qui me succèdera, même si nous ne savons pas encore qui il sera. Je suis certain que vous l’accueillerez comme il se doit et que vous vous mettrez sous sa conduite. Et par l’intercession de Marie, Mère du Christ et notre Mère, confions maintenant le passé à la miséricorde du Père, le présent à sa tendresse, et l’avenir à sa Providence, car lui seul est grand, et il est le seul Seigneur. Amen. »

69 comments

  1. joëlle

    désoler c’est surtout les fruits de ce crétin de Satan .
    je suis entièrement de tout cœur avec cette évêque , je sais ce que c’est de subir cela .
    j’ai fait saint Sacristain, et plus bénévole 24 heures sur 24 pratiquement dans cette église , j’ai été beaucoup au contact des prêtres j’ai vu ce que fait la jalousie chez les consacrés et notamment vu un curé traité son vicaire comme un sale chien et pire , les paroissiens fessant subir leur loi , Jai vécu moi mêmes cela sur ma personne .
    c’est pour dire en résumer que les bon prêtres dans l’église on les casse , les bien spirituelle tourné entièrement vers notre Seigneur comme se doit-être , mêmes les paroissiens bien spirituelle on les casse et leur fait les pires choses .

  2. toto

    20 prêtres sur 170, ils n’ont même pas la plus élémentaire politesse?. Quel clergé indigne! Les fidèles devraient se bouger un peu plus: c’est le clergé qu’il faut sortir à coups de fourche, et garder l’évêque. Le clergé stalinien, dehors!

    • Melchior

      Toto, c’est vrai , mais c’est une goutte d’eau qui se rajoute à toutes celles que ce beau clergé n’a pas cessé de distiller consciencieusement depuis des mois jusqu’à en remplir un tonneau (tout en assurant à Mgr Le Vert, qu’ils s’employaient à détruire méthodiquement, de leurs « prières » et de leur « fidélité »!). Comment font-ils pour ses regarder dans leur miroir sans honte ni trouble au visage ? Comment peuvent-ils célébrer les sacrement après avoir massacré leur Evêque ? De quel aveuglement et de quelle surdité de cœur souffrent-ils donc pour ne pas être consternés du gâchis, des souffrances qu’ils ont causés ?
      Je plains leur prochain Pasteur, en plus maintenant ils ont le mode d’emploi pour le virer s’il ne leur plait pas !!

  3. Marie Chantal Pineau

    Ah! Monseigneur,
    Votre clergé est beau et grand car vous en êtes le silence et l’amour.
    Quel Adieu. Humilité, magnifique résignation qui vous noie dans une foi dont la pierre angulaire est l’Amour.
    Mon grand timonier, écoutez donc la brise légère dans la voile de votre embarcation.
    Dieu ne pardonne pas seulement, Il récompense.
    Merci, mon pasteur bon et juste.
    Priez pour notre diocèse qui est le vôtre.
    Marie-Chantal Pineau. (Ensemble paroissiale du Cranou)

  4. karr

    Lorsqu’un prêtre est ordonné il promet d’être et de demeurer fidèle à son évêque et ses successeurs,je me demande si l’on peut faire confiance à ces hommes.
    D’autre part lorsqu’un évêque est choisi par le successeur de Saint-Pierre il épouse l’Eglise qui lui est confiée dans un diocèse précis,hélas l’habitude est prise depuis trop longtemps de déplacer les évêques d’un diocèse à un autre,il y a parfois des nécessités qui justifient ces déplacements,comme la nomination à un archevêché ou une experience est requise,mais dans ce cas on peut toujours nommer un évêque coadjuteur,c’est à dire un évêque auxiliaire avec droit de succession .
    Quoi qu’il en soit les prêtres d’un diocèse n’élisent pas leur évêque,c’est à Rome,après consultations de nommer le nouveau pasteur d’une Eglise locale!
    Si les prêtres souhaitent élire leur évêque,que ce droit soit également accorder aux fidèles d’élire leur curé,les choses alors se passeraient sans doute autrement et nous aurions plus de « St-Curés d’Ars » que de prêtres passant leur temps en réunions stériles,nous aurions de véritables pasteurs.
    Mais Notre-Seigneur a fondé son Eglise sur les Apôtres qu’Il a Lui-même choisis,l’Eglise Catholique Romaine est une institution divine composées de pauvres pécheurs et de quelques saints,ce que nous devons TOUS aspirer à devenir.

  5. ODIC

    Depuis 40 ans ce n’est pas Vatican II qui a été mis en place … ce sont des prêtres politicards qui se sont emparés de l’Eglise avec des laïcs qui n’ont absolument pas lu ni travaillé les documents.conciliaires.
    En général c’est du grand n’importe quoi ! C’est un peu partout en France et en général ils font souffrir leur prêtres qui ne pensent pas comme eux.
    La politique a remplacé la foi dans bien des cas, avec des erreurs théologiques monumentales, des âneries etc…
    Et le Seigneur, est largement relégué.
    C’est du syndicalisme, des gentils organisateurs, des administrateurs, des fonctionnaires, des faux psy ; et tout le reste mais sûrement pas des prêtres !!! Et voilà le travail en 40 ans !
    le mensonge commence a apparaître au grand jour, enfin !!!!

  6. hermeneias

    Euh très « bien » , très « beau » , mais pourquoi se résigne t-il sans « combattre » ?

    N’est ce pas un abandon ? Un abandon de troupeau et d’Église en danger ?

    Etait-il obligé de partir ? Ne faudrait-il pas , en tout cas , que Mgr. Le Vert dise clairement sans détours ce qui se passe ….. pour le BIEN de l’Eglise

    • Yves Castel

      Ce lâche, ce déserteur, ce berger effrayé par ses brebis remonte dans mon estime en prenant le chemin de la sainteté, celui que lui ont ouvert les pasteurs égarés d’un troupeau malade, bas clergé breton et pharisiens post-conciliaires réunis, qui n’auraient aucun mal à vous persécuter un Saint Padre Pio, les doigts dans le nez.

  7. Papilou de Normandie

    Triste et lamentable situation de notre bienaimée Eglise!! Fruits toxiques de Vatican II et son MASDU (Mouvement d’Animation de la Démocratie Universelle); Elle s’est « rendu » au monde et l’Immonde la ronge de l’intérieur! Malgré tout….Christus vincit! Cet enfer aura sa fin ….Vite…CONVERSION …..sinon ….PUNITION!! Notre Sainte Mère du Ciel nous a bien prévenu!!
    Per C.S.P.B

  8. Dommage que l’Eglise donne une telle image négative, quelques en soient la ou les raisons ! L’Eglise du Christ ne peut être qu’UNE dans toutes ces composantes ?
    « Aimez – vous les uns les autres comme je vous ai aimé…. » ! Nous en sommes loin ! Pourtant c’est l’ Evangile et son message qui sauvera l Eglise ! C’est le message d’Amour du Christ qui sauvera notre Eglise …

    • toto

      @Bruno
      Sans Mgr le Vert le diocèse va redevenir ce qu’il était, un Goulag, où les fidèles pieux sont pouchassés et persécutés. Mgr le Vert a voulu mettre un peu d’ordre dans la pétaudière, il a sous-estimé la méchanceté de son entourage. Et s’il ne reste pas, après s’être répose c’est qu’en haut lieu on lui a demandé de ne pas rester. Il reste discret et ne charge personne. Que les Judas du diocèse se réjouissent, cela ne va pas durer, l’Islam va les mettre au pas et plus vite qu’ils ne croient.

  9. moreau

    Ce n’est qu’un début ! Et peu d’évêques résisteront. Cela vaut pour le monde entier ! L’Eglise populaire est en marche. La démocratisation du gouvernement ne concerne pas seulement la Curie. Cela aura des répercutions partout à tous les niveaux.

  10. gégé

    Connaissant bien l’état actuel du clergé, je soutiens mgr Le Vert mais je rejoins Hermeneias sur l’aspect résignation voire abandon de poste de l’évêque. S’il y a besoin aujourd’hui de formation des nouveaux évêques ce devrait être uniquement pour les armer afin résister face à la situation progressiste et leur permettre de reprendre la main.
    Mais  » il faut que le règne des impies vienne quelques temps avant la Justice Divine »!
    L’espérance doit toujours animer notre coeur … Mais que c’est long, l’épreuve semble interminable!!!

  11. Henri de Bronac

    Le rapprochement entre les propos haineux de Golias envers le cardinal Burke (article du même jour) et cette homélie de départ de Mgr Le Vert illustre de façon si mipide l’abîme qui sépare la foi chrétienne et l’amour de l’Eglise du Christ d’un côté de l’apostasie au service du Malin de l’autre.

    La lâcheté de l’archevêque de Rennes pour soutenir et épauler son collègue abandonné aux milieux des loups d’un pseudoclergé finistérien peut également être mentionnée avec tristesse.

    • melchior

      Bravo Henri. Oui l’archevêque de Rennes porte une lourde, une très lourde responsabilité dans ce triste dénouement. Il a acheté la « paix sociale », et a préféré sacrifier son évêque pour ne pas faire de vagues…. Honte à ces « grands » prélats, sans courage, sans cœur, et si peu enclins à soutenir leurs frères dans l’épiscopat ! Et c’est le même qui tentait de nous faire pleurer avec son message à la guimauve au lendemain des attentats de janvier 2015… Lamentable personnage

  12. Pauvre pécheur que je suis

    Dixit : Une vie qui a du sens, c’est une vie qui ne reste pas refermée sur elle-même, dans l’égoïsme, la jalousie, l’injustice, la trahison, le dénigrement, la calomnie et la médisance…. Frères et sœurs, l’Église doit être missionnaire, ou elle ne sera plus rien dans le monde. Une foi qui ne se propose pas et ne se partage pas est une foi qui se dessèche… Notre Église est belle, et elle en vaut la peine… Dans notre société qu’on dit démoralisée et triste, l’Église a la grâce formidable de proposer l’espérance de Dieu et la joie de l’Évangile. Aimez l’Église, parce que l’Église, c’est vous… N’oubliez jamais que l’Église n’existe que pour annoncer l’Évangile, pour évangéliser. Comme le rappelle le Pape François, nous avons cette certitude qu’il est possible, aujourd’hui encore, d’annoncer la Bonne Nouvelle même dans les milieux qui nous semblent les plus païens…

    Une homélie que je considère sous la voilure de l’Esprit Saint…

  13. Louis JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD

    Bonjour,
    Oui je pense également que l’homélie de cet Évêque est directement dictée par l’ESPRIT-SAINT.
    Il serait intéressant de savoir EXACTEMENT ce qui s’est passé pour en arriver à cette situation CATASTROPHIQUE pour le Diocèse et pour l’Église catholique.
    Si son attitude a été en rapport avec son discours, le diocèse en question a du souci à ce faire.
    Dans ce cas je pense que son attitude a été la bonne solution.
    La persécution est « dure  » à vivre, mais elle grandi celui ou celle qui sait la subir dans le silence.
    Que Notre Seigneur JÉSUS-CHRIST garde son Excellence dans Sa Paix et Sa Joie!
    Merci!
    JFL

    • colette de maison rouge

      je connais Mgr Le Vert depuis 1991 ,il a préparé mes enfants au mariage ,dans une ligne toute simple de fidélité au Christ ,en apprenant à construire sa maison sur le roc et toujours dans la confiance en Celui qui veut notre Bien .J ai du mal à comprendre ce qui lui arrive .

      • Catho de base

        Madame,
        Modestement, à ma petit place, je comprends votre désappointement mais faites confiance à l’Eglise. C’est très triste mais le Mgr Le Vert de 2014 n’est pas le Père Le Vert de 1991 manifestement.
        Prions pour lui.

  14. colette de maison rouge

    Et oui le Christ a connu les médisances et les attaques ,portées en silence pour le salut du monde ! mais sa Croix est Glorieuse .
    Je souhaite à notre cher Père Jean Marie de retrouver un lieu d ‘Evangélisation où il pourra faire rayonner sa belle intelligence du coeur .

    • hermeneias

      Désolé « Colette maison rouge »

      Voilà de « bonnes paroles » réductrices souvent entendues dans certains milieux catholiques « bien-pensants » que j’appellerais « légalistes » , soumis à « l’autorité » en toute circonstance, et adeptes du « pas de vagues » …….

      On pourrait développer mais le Christianisme ne s’est pas seulement tu . Il a parlé aussi longtemps et pas toujours pour faire plaisir à tout le monde et ce jusqu’à son arrestation et son procès avec le grand prêtre et Pilote. ….Et ses paroles étaient riches et lourdes de sens .

      Alors le Christ oui mais TOUT le Christ

  15. Côme

    Monseigneur Le Vert est un grand évêque, il a été digne, et il le reste jusqu’au bout dans sa merveilleuse homélie qui nulle doute lui a été inspirée par l’Esprit Saint.

    Que s’est il passé ? Personne ne le saura vraiment. C’est dommage que personne n’ait été regardé du côté de l’évêché. Pourtant c’est là que se situe les sources des problèmes. Pourquoi personne ne s’étonne des problèmes relationnels graves qui donnent lieu à des problèmes de harcèlement ? Un économe autocratique qui a plus que savonné la planche de son patron pour rester à son poste. Ses soutiens, ses conseils auraient dû le soutenir et le conseiller et pourtant ils ont fait tout le contraire. Je me demande comment ils se sentent aujourd’hui de voir le mal qu’ils ont fait au delà d’un homme, à tout le diocèse de Quimper. C’est aussi navrant que l’archevêque de Rennes ait enfoncé son évêque encore plus bas pour « la paix sociale », comme d’ailleurs fait l’administrateur apostolique qui est là pour pacifier : encore une fois la paix sociale !!

    Nous souhaitons à Monseigneur Le Vert de continuer son ministère à Bordeaux pour l’instant et plus tard là où il sera appelé par l’Esprit Saint. Nous prions que l’Esprit Saint et le Pape nous apporte un évêque qui prendra la suite de Mgr Le Vert et continuera à réformer avec amour et autorité.

    • melchior

      c’est vrai Côme, il y a eu un message en juillet 2014 d’un certain Damien suite à un article paru sur le site de l’agence Bretagne presse, message que je vous retransmets :

      « Je persiste à dire que le problème vient de la manière dont est géré le personnel de l’évêché. La médecine du travail a enquêté pendant près de 5 mois sur ce sujet: plus 1 salarié sur 3 est en souffrance, avec suivi psychologique pour plusieurs d’entre eux désormais, d’après le rapport du médecin qui a enfin été distribué aux salariés, avec un mois de retard, et juste au moment du départ en vacances… Mgr Le Vert a tenté de résoudre ce problème. C’est pour cela qu’il a été éjecté, car il s’est opposé à l’économe qui a craint alors pour «sa carrière». Il a insulté l’évêque devant témoins en décembre dernier. Entre la mise en cause de la probité de l’évêque, de sa manière de gouverner et de sa moralité, tout y est passé dans ce qu’on a pu ensuite dire de lui! Mais cela n’est pas la réalité.

      Et là, ce n’est pas simplement des «on-dit», mais bien à partir d’un document officiel irréfutable de la médecine du travail et de faits réels que j’écris ces lignes. Pourquoi ne pas en parler?

      Et si on allait vraiment demander pourquoi tant de salariés sont en suivi psychologique? Et si on essayait de comprendre vraiment ce qui se passe?

      Pourquoi les personnes de l’évêché ne peuvent aborder l’évêque remplaçant et lui parler? Pourquoi l’économe diocésain a-t-il été reconduit officiellement dans sa mission sans enquête? »

    • simon

      Vous avez raison Côme dernières questions à se poser sur cet économe diocesain
      pourquoi l’appelle t on maintenant monseigneur sur le diocèse ?
      pourquoi a t il promu cadres toutes les personnes de son staff avant l’arrivée du nouvel évêque en plus adjointes à l’économe . Un cadre ne doit il pas encadrer du personnel alors qu’elles sont seules dans leur fonction ! Et tout cela
      Aux frais du denier de l’Église.
      pourquoi l’économe adjoint a t il été relégué comme simple employé de comptabilité ?
      pourquoi le Chancelier ne se reconvertit pas en gardien de prison avec ses interrogatoires et sa surveillance du pauvre personnel ?

      Quelle pauvre Église en FINISTÈRE
      prions pour que monseigneur Le Vert retrouve un peuple et un clergé digne de lui.

      Simon udp

      • Catho de base

        Bonjour Simon,
        Votre naïveté est à la fois touchante et effrayante…
        Vous pensez qu’un économe diocésain peut, seul, monter une cabale qui va influencer les fidèles, le clergé, les vicaires épiscopaux et généraux, la CEF, le Nonce, le cardinal Ouellet (Préfet pour la Congrégation des évêques, qui connaît bien le dossier) et enfin le Pape François, pour obtenir le départ de son évêque.
        Croyez moi, c’est beaucoup plus compliqué que cela. Comme il est dit dans un autre commentaire : « les fidèles ne voyant que l’extérieur sont près à tout croire ». Vous devez être vraiment « à l’extérieur »…
        Par contre, je vous retrouve bien sur dans votre conclusion, prions pour Mgr Le Vert.
        Cordialement.

        • Côme

          cher @catho de base
          il n’en reste pas moins que la souffrance au travail existe bien au sein de l’êvéché de Quimper, qu’un rapport du médecin du travail a été élaboré pour alerter l’employeur de ces mauvaises façons de manager les personnes, par la peur et la coercition. Pourquoi le dossier a t’il été enterré ?
          que ce monsieur puisse monter seul une cabale certes non, mais il en ait été un élément essentiel. C’est facile quand on se retrouve dans une posture d’expertise et aussi en position centrale.
          Pourquoi l’adjoint de l’économe a t’il été relégué à des tâches subalternes ?
          Je trouve que vous balayer les arguments de simon un peu trop rapidement !
          Ce n’est pas pour Mgr Le Vert que nous devrions nous inquiéter, mais pour notre Diocèse et pour les personnes modestes de l’Evêché qui ne peuvent se défendre.

  16. apobrod

    peut- être que l’Eglise devrait faire sa propre autocritique. Cet Evêque, par ses manières « militaires » et archaïques a mit à mal un diocèse et beaucoup de paroissiens en particulier (oui, beaucoup de souffrances!).
    Il y a toujours un bien a tirer de tout ce qui arrive; espérons qu’il y arrive!!!

    • toto

      @apobrod
      Les prêtres et les fidèles obéissent à leur évêque, que ses manières leurs paraissent « militaires ou archaïques ».
      Quel culot, les cathos gauchisants et rebelles demandent bien obéissance à l’évêque quand il leur ressemble. Et on n’a jamais entendu parler en France de harcèlement contre un évêque marxisant pour le faire partir. Seuls les bons évêques qui veulent être responsables de leur diocèse sont harcelés par cette mafia qui a le pouvoir effectif, le pouvoir de nuisance, le pouvoir de persécution, le pouvoir de calomnie et mensonge.

    • melchior

      Ce diocèse était mis à mal depuis 40 ans, à force d’être dirigé, non par les évêques en titre, mais bien par un clergé progressiste, style Laurent Laot, et faisant n’importe quoi !

    • Côme

      @apobrod c’est bien mal connaître Mgr Le Vert de le décrire de cette façon. Vous le connaissez au moins personnellement ?? s’il était aussi autocratique que cela il n’aurait eu autant de personnes à sa messe de départ et il n’aurait pas eu autant d’applaudissements !!

    • encolère

      Est-ce militaire et archaïque de respecter des règles de vie et d’honnêteté au sein de l’Eglise et de maintenir des actions et des gestes traditionnels à la religion? Honte à tous les détracteurs de bas étages et Félicitation à Monseigneur Le Vert pour ses actions. Que Dieu l’accompagne.

  17. Hercule

    Dans cette affaire, il y a bien entendu la fronde et la désobéissance des prêtres que le Père Eternel se réserve de juger !… Et comme le disait le Saint Curé d’Ars : « Que de prêtres, au jugement, voudraient n’avoir pas été prêtres, mais simples laïques ! Que de fidèles vont aussi se trouver coupables, qui, peut-être n’ont jamais prié Dieu pour leurs pasteurs qui se sont exposés à se perdre pour les sauver !…  » (Quatrième sermon – Sur l’Absolution).
    Dans cette affaire je repense aussi a cette notification très sévère de Monseigneur Le Vert à l’encontre de Françoise, une âme privilégiée de son diocèse : « Aux prêtres du doyenné de Morlaix Trégor –
    AVERTISSEMENT DE MGR LE VERT CONCERNANT LES MESSAGERS DE LA TENDRESSE DE DIEU
    A LIRE EN CHAIRE A TOUTES LES MESSES DOMINICALES DES 6 et 7 FEVRIER 2010… »
    Peu de temps après ce douloureux évènement, Jésus avait dit à cette âme privilégiée que le curé et l’Evêque partiraient : le curé de Plougasnou est parti 4 mois plus tard, suite à un regroupement de paroisses, et l’Evêque 4 ans plus tard dans la situation douloureuse que nous connaissons…
    Là non plus, nous n’avons pas à juger qui que ce soit car Dieu, le Père Eternel, se réserve ce jugement…
    C’est toujours Dieu, Un et Trine, qui conduit son Eglise malgré la mauvaise volonté de ceux qui, à tous les niveaux, ont reçu la charge de la conduire…
    Je m’interroge aussi sur la responsabilité de l’Archevêque de Rennes dans son enquête si rapide, et sur la responsabilité et les choix nouveaux et étonnants du Pape François, dans le règlement de cette affaire et dans sa décision d’exclusion !?…
    Comme le dirait Sophie, une amie stigmatisée, il ne se passe rien que Dieu ne permette…
    Nous devons simplement et surtout prier pour chacun des protagonistes de cette douloureuse affaire…
    Nous devons aussi prier pour que l’Esprit-Saint envoie dans ce diocèse un bon Evêque, le meilleur des Evêques afin qu’il réussisse a remettre au pas ce clergé révolté qui court à son martyre et sa damnation s’il ne change pas rapidement d’attitude et de comportement en faisant le choix de l’humilité et de l’obéissance…
    Prions enfin beaucoup pour tous les prêtres du monde afin qu’ils gardent Jésus toujours présent dans l’Eucharistie, prions aussi beaucoup pour les Evêques, les Cardinaux et pour nos deux Pontifes, en ces temps mystérieux de la Passion de l’Eglise, Corps Mystique du Christ…
    Prions pour chacun d’entre nous et pour tous les ennemis de l’Eglise, pour les ennemis de l’extérieur, mais aussi pour les ennemis de l’intérieur, pour les loups ravisseurs recouverts d’une peau d’agneau et pour tous ceux qui n’ont pas reçu ou qui ont perdu la grâce de croire en la divinité de Jésus. UdP.

    • emi

      Qui sont ces personnes stigmatisées dont vous parlez et qui ont donné un avis sur la question ?
      En cette période troublée de nombreux voyants prétendre donner des messages du Ciel mais ces messages viennent ils du Ciel ? (Je m’étonne que le Ciel donne un avis sur les problèmes de l’évêché ! ).
      Dans cette région il y eut Jeanne Louise de Kérizinen (que St Padre Pio appelait le Lourdes Breton) dont les messages sont très importants pour notre époque et qui ont été passés aux crible par de nombreux spécialistes et qui restent pourtant bien ignorés.

  18. hermeneias

    Apobrod

    Cela reste nébuleux ce que vous dites . Y aurait-il un problème de forme seulement ou de fond ?
    Qu’est ce qui a conduit à la démission de cet évêque qui reste , lui même, silencieux sur le sujet ?

    On n’en sait rien et cela semble très bizarre . On se demande légitimement si des groupes de pression , dont on aimerait connaître les allégeances et les liens ou les biais , ne font pas la loi dans le diocèse.

    En passant je n’ai rien , à priori , contre les militaires . Et vous ?

  19. Beau message de notre évêque estimé de ses diocésains, diocèse où tant de prêtres, fourbes et félons, ont manqué d’obéissance et de loyauté à leur évêque. « L’administrateur apostolique » est venu « pacifier » (c’est dur la franchise ! ), et l’archevêque, très prudent, n’avait nullement l’intention de soutenir Mgr Le Vert, course au « chapeau » oblige. Le diocèse de Quimper et Léon perd un grand évêque, et les « mauvais prêtres » au coeur dur et sec auront possiblement des lendemains qui déchantent. Bon courage à Mgr Le Vert pour ses futures missions.
    Jakez Raulic

  20. gégé

    L’évêque a reçu du pape pouvoir et autorité pour un diocèse déterminé. Les prêtres lui doivent obéissance. J’ai connu un brave évêque qui a fait « copain copain » avec les prêtres en responsabilité notamment à l’évêché, tous progressistes en diable ( de vrais requins) et qui de ce fait a manqué d’autorité. Il a beaucoup souffert, les prêtres en question n’obéissaient pas, se moquaient de lui le traitant de serpillière!
    Quant au pape, il a pour prendre sa décision les rapports de l’évêque de Rennes, celui de la Conférence épiscopale et du légat. Un comité de défense de l’évêque, puissant et énergique, aurait peut-être pu changer la donne. Mais ces comités sont souvent organisés par les gens de gauche.
    On n’en sort pas.

  21. Catho de base

    Bonjour à tous,
    Je comprends mal les propos haineux de certains, tant pour prendre la défense de Mgr Le Vert que pour le vilipender. Quelle image de notre Eglise donnent de tels propos… Où sont foi, espérance et charité ?!…
    L’épiscopat de Mgr Le Vert ne doit bien sur pas être effacé de l’histoire du diocèse de Quimper et Léon ; il a fait de belles choses et il a bien stimulé notre église locale, lui proposant notamment les « Orientations diocésaines », propositions très spirituelles (cf par exemple l’idée des petites fraternités).
    Malheureusement, depuis 2-3 ans, son activité pastorale a été « perturbée » par l’importance qu’il pouvait donner à certains membres de son entourage, entrainant un dysfonctionnement dans la marche du diocèse, dont beaucoup de membres du clergé, mais aussi beaucoup de laïcs, ont réellement souffert. Il faut, à mon avis, bien connaître toute cette période pour donner un quelconque avis. Donc, oui, un problème de gouvernance est apparu ; comment un diocèse peut-il vivre si son évêque n’assume plus pleinement sa charge et son service pastoral ? Un petit exemple ? Certaines de ses homélies de la Semaine Sainte 2014 étaient intégralement celles du Cardinal Vingt-Trois pour la Semaine Sainte 2013. C’est un détail certes, mais cela traduit une certaine « défaillance », même si le mot est un peu fort. Et pourtant, nous étions habitué à de belles homélies au début de son épiscopat.
    Pour sa « suspension » en mai dernier, faisons-nous confiance au Pape et à ses conseillers ? C’est toute la question ; l’Eglise a été voulu et créée par le Christ, qui continue à la guider. Le Pape en est le pasteur (« tu es Pierre et sur cette Pierre je bâtirai mon Eglise ») ; si nous n’acceptons plus ses décisions, posons-nous la question de notre appartenance à l’Eglise, de notre confiance en notre Pape, et plus profondément avons-nous la certitude de l’action du Christ sur l’Eglise ? Le communiqué parlait de raison de santé, et bien acceptons ce jugement papal. Ce ne sont pas les attaques de tel ou tel prêtre, ou d’une frange du clergé, qui ont été la source de cette décision et encore moins des soucis de santé de Mgr Le Vert.
    Maintenant, Mgr Le Vert ayant quitté sa charge, prions pour lui, pour son ministère de prêtre et d’évêque, prions pour l’unité des fidèles de notre diocèse et pour son successeur. Soyons « constructifs » et noms « destructeurs ».
    Il est facile de « taper » sur nos prêtres mais leur vie donnée pour l’Eglise, donc pour nous peuple de Dieu, est un bel exemple de don de soi, même si les défauts de leur humanité nous énervent parfois.
    Restons donc tous humbles, moi, petit « catho de base » du Finistère, le premier. Il nous faut toujours davantage, prier pour notre Eglise, prier pour nos prêtres (finalement n’est-ce pas un bon moyen de les faire changer !!). Sachons faire confiance au discernement du Pape dans toute cette histoire, qui finalement nous dépasse tous un peu, faute d’avoir des informations précises et complètes (mais est-ce si important de les avoir ? notre « rôle » n’étant pas de juger mais de prier et de témoigner de l’amour de Dieu dans notre monde).
    Bien fraternellement à tous.

    • hermeneias

      catho de base

      Apprenez l’histoire de l’Église . Jeanne d’Arc , Cauchon , les Templiers livrés à Philippe « le bel »qui était aller agresser le pape précédent à Anagni et avait fait nommer un pape à sa botte à Avignon pour l’avoir à sa main .
      La vraie foi en l’Église est la foi en le Corps mystique du Christ pas la « foi » en des hommes .

      Les histoires de Judas et du reniement de Pierre n’appartienne pas seulement au passé comme les Évangiles en général.
      Il existe un « fideisme » qui n’est pas la foi

      • Catho de base

        Bonjour,
        Votre réponse est un peu « floue ». Le corps mystique du Christ est l’Eglise (cf St Paul) et c’est en Elle que nous vivons notre foi. La foi désigne notre relation vivante au Dieu Trinitaire.
        Pourquoi parler de « foi » en des hommes ?… L’Eglise comporte des pasteurs et des fidèles ; on parle pour leur relation entre eux de « fraternité », au sens spirituel (frères en Christ) et non au sens républicain (!), et de confiance.
        C’est assez simple.
        Continuons donc à prier les uns pour les autres et pour l’Eglise.
        Cordialement.

    • melchior

      Bonjour « Catho de base ».
      Je me permets d’émettre quelques remarques à votre commentaire.
      D’abord, et sans vouloir mettre en doute vos propos, je suis fort étonné du « plagiat » que vous rapportez au sujet des homélies de la Semaine sainte …. Je connais suffisamment cet Evêque pour savoir que ce type de procédé n’est vraiment pas son genre, et qu’il est suffisamment honnête et humble pour rapporter les écrits cités à son véritable auteur.
      Mais, quand bien même par fatigue, et vu l’année que ses chers collègues lui faisaient endurer, admettons qu’il se soit laissé à cette facilité, cela méritait-il la charge et la haine dont il a fait l’objet de la part de ce clergé finistérien qui à mon avis se fichait pas mal de ses homélies, qu’elles soient de lui ou de Mgr Vingt Trois ?
      Mais je ne peux pas vous laisser dire que cet homme de feu qui a livré sa vie au Christ n’assumait plus pleinement sa charge et son service pastoral. C’est bien parce qu’il a voulu le faire jusqu’au bout qu’il souffre autant et que les prêtres, comme son proche entourage à l’Evêché, ont une lourde responsabilité dans son départ.
      Enfin, cher catho de base, Rome écoute, et conclue sur la base de ce qui lui est rapporté par les archevêques, eux mêmes alimentant les Nonces en « informations »….Voilà pourquoi l’Archevêque de Rennes a lui aussi une énorme responsabilité dans ce qui vient d’arriver.
      Que les finistériens maintenant demandent sereinement des comptes à leurs curés par rapport à ce gâchis, ce serait plus que normal et légitime….Parce que cette histoire peut tout à fait se reproduire avec le suivant….

  22. Papou

    Je plains son successeur! Il aura finalement le choix entre jouer les potiches ou se faire virer. Il existe bien une troisième voie, la seule valable: Nettoyer les écuries d’Augias. Mais cette voie nécessiterait un soutient sans faille de la hiérarchie. Cette dernière condition rend l’évènement hautement improbable tant la couardise de ces pontes, plus politiques que pasteurs, a été criante dans cette affaire…

  23. Beaucoup tirent la conclusion que notre diocèse est en ruine lorsque l’on constate qu’il n’y avait qu’une vingtaine de prêtre à la messe d’action de grâce célébrée par Mgr Le Vert à Quimper lors de son départ.
    Mais quand une maison est en ruine, il faut la reconstruire n’est-ce pas ? Et souvent, cette maison il faut auparavant la raser… S’il fallait en arriver là, mon Dieu, quel malheur pour notre diocèse !

  24. freregris

    Je comprends ce qu’a ressenti et subit Mgr Le Vert .J’ai vécu cela aussi :économe général dans une congrégation de moines handicapés , supérieur , responsable de divers oeuvres d’Eglise , un complot mené par le Supérieur Général et son conseil poussant les frères aux pires machinations à mon égard jusqu’a ce que je craque et je parte .Après mon départ , les pires bruits ont circulé (déja avant aussi) et les fidèles ne voyant que l’extérieur sont près à tout croire .Mgr , un certain nombres de religieux , religieuses et prêtres sont avec vous car ils ont aussi portés la croix sur terre .

  25. joëlle

    dans l’église ou j’étais sacristain il y avais et il y à des prêtres qui pioche leur homélie sur internet ou sur les livres qui recopie leur textes . doit-on répéter que si les prêtres français ou non se mettais bien en prière et souvent devant le Saint Sacrement , et fessais leur bréviaire , et si prie avant il aurais l’esprit saint qui les conduirais . et encore j’ai vu des paroissiens qui attendais le prêtre qui fessais de son homélie à chaque fois c’étais théâtrale ( désoler on n’est pas au théâtre . et encore mieux de pire en pire les paroissiens obligeant que l’homélie ne fasse pas plus que 7 minute de durer et le crétin de curé acceptais .
    on vois bien qui commande dans nos églises !!!!
    j’ai du acheter un ordinateur pour avoir des homélies , alors que chaque fois le prêtre recopiais son texte sur internet c’étais plus que minable , à telle point que je sentais pendais ses homélies mon qui me fessais mal à en mourir qui n’étais pas nourrie du tout ça ça fait mal .
    mais je peu comprendre que Monseigneur est tellement eu une mauvaise ambiance que ça fatigue bien 100 fois plus que de faire le service de notre Seigneur , j’ai connu ça hélas !!
    je peu tout à fait le comprendre .
    prions pour ses églises qui dégoute de plus en plus , et nous donne plus en vie d’y mettre les pieds , hélas !!!

  26. vigouroux jean-louis

    J’ai participé à la messe de départ de Mgr le Vert . Quels beaux moments de prières ! Nous avons manqué de charité chrétienne dans toute cette  » affaire « …

  27. Erratum

    A l’intention de Catho de base

    Mon cher catho de base,
    Ce blog se termine puisque le Salon beige prend le relais.
    Un grand merci pour votre humour. Surtout en ce qui concerne le plagiat des homélies de cette pauvre brebis égarée….
    N’oubliez pas trop vite cher ami que vous ne pouviez en aucun cas en être le juge car vous étiez curé de Mazères à l’époque. Nomination de Pamiers le premier septembre 2013 et nomination de Mgr Le Vert le 7 octobre.
    Si vous êtes si Finistérien, comment se fait-il qu’en 1991 votre ordination n’a pas eu lieu dans notre Diocèse.

    Pour être psychanalyste, il faut soi-même avoir effectuée une psychanalyse de plusieurs années.
    Pour être exorciste il faut croire au démon. Mgr Le Vert étant un petit démon, n’oubliez pas de jeuner pour débuter votre exorcisme.

    Que oui vous avez raison « il y en a qui ont une envie irrésistible de parler » comme vous le dites si bien.
    Il y en a qui ont une envie irrésistible de défendre un innocent.

    Bonne journée Catho de base .
    Humour ceci est un erratum…

    • Père Marc Prigent

      A l’attention d’Erratum, de Simon et des lecteurs de bonne foi…
      Par un « hasard providentiel », j’ai découvert ce jour des commentaires me mettant en cause nommément (par des personnes écrivant sous pseudo).
      Je ne peux que démentir cette identification abusive et grave : je ne suis pas « Catho de base ».
      Je lui serai reconnaissant de décliner sa véritable identité.

      Par ailleurs, Erratum, rassurez-vous, si je ne crois pas « au démon », je crois à son existence. Ceux qui me connaissent, m’entendent, ou me rencontrent dans ce Service le savent. Il agit de bien des manières, et de voir des chrétiens se déchirer ne peut que le réjouir !

      Le Carême commence bien ! Heureusement que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Rm8,28). Tout est grâce ! Que le Seigneur vous bénisse. P.MP

  28. simon

    Erratum ne peut qu’évoquer le profil du père Marc Prigent accueilli par Monseigneur LE VERT avec toute sa communauté à la demande de Monseigneur Mousset…. que penser effectivement de ce catho de base et de son manque de connaissance des affaires du diocèse avant 2013…..

  29. Catho de base. Je crois que toute votre construction est en passe d’être démolie. En effet, lorsque vous affirmez que « ce ne sont pas les attaques qui ont été la source de cette décision », vous contredisez pleinement les propos de Mgr Le Vert qui déclare dans son homélie d’adieu (à laquelle vous n’avez manifestement pas participé, comme beaucoup de prêtres de notre diocèse) :  » En effet, après le temps de repos nécessaire que je viens de prendre, suite aux attaques dont j’ai été l’objet… ». Je vous invite à lire entièrement cette homélie. Par ailleurs, savez-vous que les conversations de notre Evêque étaient écoutées, savez-vous que son courrier personnel était ouvert ? Comment pouvait-i encore assurer pleinement sa charge ? Je ne pense pas que vous connaissiez ces « détails ». Je pense que c’est en toute bonne foi que vous publiez vos affirmations mais que ceux qui vous ont renseigné vous ont influencé, sans que vous connaissiez la vérité.
    Pour le reste, vous avez raison . Prions !!!

    • Melchior

      Merci Simon pour ces éclaircissements fort utiles ! Et rassurez-vous, vous n’êtes pas naïf !!
      Bien sûr qu’avec un bon réseau et en utilisant les frustrations et les haines recuites des uns et des autres, un économe diocésainqui ne veut pas être viré peut monter une cabale ! Il suffit d’être un bon manipulateur !
      Quant au clergé, aux vicaires épiscopaux et généraux, et quant aux membres du secrétariat général de la CEF, (dont l’un d’entre eux est issu de ce clergé finistérien), bien sûr qu’ils peuvent oeuvrer en souterrain et qu’ils ont accès au Nonce !
      Il parait même que certains ont leur propre réseau à la Curie et qu’on les voit assez souvent à Rome, alors…
      C’est la conviction de Catho de base qu’il peut nous prendre pour des andouilles de fidèles beni oui oui, mal informés des réalités de l’Eglise de France qui est proprement navrante !!

  30. joëlle

    le dégout de plus en plus de l’église on la hélas et ça ne risque pas de changer mais être de pire en pire hélas .
    le loup est entrer dans la bergerie et les prêtres et évêques sont et veulent être aveugle sur cela , il ne croit plus que Satan existe hélas !!!

  31. Simon. Vos propos sont tout de même plutôt étonnants. Vous décidez de l’identité de « Catho de base » sur la simple affirmation d’ « Erratum » considérant qu’il « manque de connaissance des affaires du diocèse ».
    L’intéressé ayant démenti fermement, vous devriez en prendre note. Mais au lieu de cela, vos continuez vos insinuations ! Que cherchez vous exactement ?

  32. simon

    Par delà les polémiques et toutes les allégations, par delà mon écœurement et ma tristesse, je veux retenir que nous avions, en la personne de Mgr Le Vert, un homme bon et un véritable pasteur. Il a fait beaucoup pour notre diocèse, en particulier par les orientions qu’il nous a données, par sa simplicité et sa proximité. Les nombreux fidèles présents à la Cathédrale de Quimper le 8 février en sont les témoins.
    Il a été injustement attaqué, calomnié et vilipendé. Il n’a pas été soutenu par ceux qui auraient dû le faire, en particulier les prêtres qu’il a aidés et aimés. Face à tout cela, il a choisi de ne pas répondre au mal par le mal, et de se taire pour ne pas enfoncer un peu plus son diocèse. Les gens ne s’y trompent pas! Moi, j’admire!
    Son homélie de départ nous appelle à aimer et à croire. Il nous demande de prier pour lui et pour son successeur. C’est un texte magnifique que nous pourrons longuement méditer. J’espère que les prêtres qui avaient choisi de ne pas venir le 8 février le liront et se rendront compte à quel point ils se sont trompés ou ont été trompés…
    Puisse un jour la vérité se faire jour. En attendant, entendons ce que le Pape François disait, en s’adressant aux Français présents à Rome lors de l’audience générale du 5 novembre dernier : «Il ne peut y avoir d’Eglise saine si les fidèles, les diacres et les prêtres ne sont pas unis à leur évêque… Une Eglise non unie à son évêque est malade… C’est Jésus qui veut cette union de tous les fidèles avec l’évêque, laïcs, prêtres et diacres. Ils doivent être conscients de ce que l’évêque rend visible le lien de chacun avec l’Eglise, de l’Eglise avec les apôtres et les autres communautés, elles aussi unies à leurs évêques et au Pape dans l’unique Eglise du Seigneur».
    Essayons maintenant de retrouver la santé dans notre diocèse, en faisant notre examen de conscience et en demandant pardon.
    Bon vent, Mgr Le Vert. On ne vous oubliera pas!

  33. Marie Chantal Pineau

    Je suis bien l’auteur de ce mail. Lorsque vous êtes venu déjeuner à la maison tout le contenu de votre débat se retrouvait dans les six heures passaient ensemble. A trois reprises vous avez dit , je ne suis qu’un catho de base. Cela m’a surprise pour un ministre consacré. Vous le savez très bien que le fond du problème est la lutte de Monseigneur contre une fausse prophète dont toute ma famille a été la victime. parce que notre évêque a du montrer une poigne remarquableJe vous aime bien, mais je vous trouve un peu goupil.
    Si vous n’êtes pas « c soyez assuré de mes excuses.
    Anniversaire de Mgr Le Vert le jeudi 9 avril.
    Envoyer vos vœux au 66 rue trois Conil 33000 BORDEAUX
    Heureux 56 ans Monseigneur
    M

    • bertrand Bellon

      Madame,
      Quelle est ma stupéfaction d’entendre parler pour la première fois de cette dame divorcée et qui vit en union libre annoncer la fin du monde . le seul a en avoir parlé comme vous est Arnaud Dumouch dans sa vidéo sur le net :Maria ou la divine miséricorde ou le schisme.
      Nous avons été également victime de cette triste femme et l’on m’a dit que les deux prêtres de sa paroisse,la soutenant avaient été renvoyer du Diocèse de Mgr Le Vert pour rejoindre les chanoines d’Augustin.
      Nous connaissions la réputation de Mgr Le Vert à Me

      • Marie Chantal Pineau

        A Monsieur Bertrand Bellon
        Oui Monsieur vous avez raison. Les deux prêtres qui ont soutenu cette dame sont bien de mon diocèse. Surtout le plus important avec des relations à Rome le Père F

  34. Marie Chantal Pineau

    A Marc Prigent,
    Ayant été absente deux mois à l’étranger, excuser le retard de mon identification.
    Je vous le dit , je suis Mde nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *