Ventura

L’influence excessive du cardinal Vingt-Trois sur les nominations épiscopales

Download PDF

Depuis septembre 2009, le nonce Mgr Luigi Ventura, qui a pourvu 15 sièges (14, si on considère que Mgr Dufour avait été nommé coadjuteur d’Aix par le nonce Mgr Baldelli), a cédé aux deux-tiers des requêtes et pressions du cardinal André Vingt-Trois, et et pu rester libre dans les autres. Voici les évêques (le lieu de leur nouvelle nomination précède leur nom, tandis que leur ancien ministère suit leur nom) :

  1. Aire et Dax, Hervé Gaschignard, auxiliaire de Toulouse
  2. Poitiers, Pascal Wintzer, auxiliaire de Poitiers.
  3. Saint-Claude, Vincent Jordy, auxiliaire de Strasbourg.
  4. Le Havre, Jean-Luc Brunin, évêque d’Ajaccio.
  5. Rodez, François Fonlupt,
  6. Albi, Jean Legrez, évêque de Saint-Claude
  7. Saint-Brieuc et Tréguier, Denis Moutel
  8. Aix et d’Arles, Christophe Dufour (nommé coadjuteur par le précédent nonce).
  9. Beauvais, Jacques Benoit-Gonnin
  10. Armées, Luc Ravel.

Voici ceux issus du cercle du cardinal Philippe Barbarin :

  1. Nevers, Brac de La Perrière, auxiliaire de Lyon
  2. Sées, Jacques Habert

Un évêque dont la nomination doit au cardinal Ricard :

  1. Orléans, Jacques Blaquart, auxiliaire de Bordeaux

Et deux indépendants :

  1. Montpellier, Carré, archevêque coadjuteur
  2. Bayeux et Lisieux, Jean-Claude Boulanger, évêque de Sées.

10 comments

  1. FRAPPIN

    Hélas rien de nouveau dans l »Eglise de France,il est à craindre que le fossé qui nous sépare de nos pasteurs ne se creuse toujours davantage.
    Lorsque la CEF fait une déclaration les évêques ne parlent qu »en leur nom,je n »ai pas l »impression que les catholiques de France se sentent engagés ni concernés par ce que pensent ou déclarent leurs évêques!

  2. Charles

    L’influence abusive de Mg23 est de nature à desesperer
    les catholiques de conviction.

    Quand on voit les contorsions de Mg23 sur l’affaire de Thiberville
    et sur celle de la marche pour la vie,on comprend que le vers
    est dans le fruit.

    Quand on observe de pres la hierarchie de l’enseignement « catholique »,
    on est effaré de l’omnipresence des freres Mazzon aux plus hauts niveaux.

    Un autre exemple etant la difficulté du diocese de Cambrai de renvoyer le directeur des prepas HEC de Saint Jean a Douai (1ere prepa de province)qui extrait dirigées par Christophe Cadet,frere 3Points et militant acharné de la cause homosexuelle.

    Pris en flagrant delit,il a ete renvoyé par Mg Garnier,sur le seul motif politiquement correct ,celui de detournement de fonds.
    Il faudrait que cesse cette effarante NAIVETE des catholiques
    face a toutes ces turpitudes.

  3. Acalon

    Désolé, Charles, je ne comprends pas tout votre commentaire :
    – qui sont les frères Mazzon ?
    – où peut-on trouver des éléments d’information sur Internet, sur la prépa de Douai

  4. alextheia

    De sources bien informées au Vatican la nommination de Mgr Vingt-Trois à Paris a été imposé par Mgr Lustiger à un J-Paul II très affaibli comme on sait.

    La réélection de Mgr V-Trois à la tête de la CEF et le résultat de la politique épiscopale de son prédécesseur Mgr Lustiger qui a essaimé en France ses nombreux évêques auxiliaires….

    Rien de nouveau ni de surprenant donc

  5. c

    A quoi sert la CEF? L’on a parfois l’impression qu’elle sert plutôt à empêcher le renouveau de l’Eglise en France avec la nomination d’évêques courageux qui ne viennent pas du système et en freinant ceux qui en veulent et qui ne peuvent pas travailler indépendamment. La Cef paraît être le politburo de « l’églisement » correct à la française » qu’une force d’entrainement pour obéir avec imagination et détermination au Pape, sans arrière pensée et en guidant et protégeant son troupeau.
    La critique est sévère mais elle reflète les attentes fortes de pasteurs en ces temps difficiles.

  6. chouan 12

    Oui, on a bien l’impression qu’une chape de plomb orchestrée par Mg23 est sur l’église de France: il n’y a qu’à voir comment il a traité les fidèles qui récitaient le chapelet devant les théâtres, en d’autres temps, d’autres pasteurs se seraient précipités pour soutenir ces jeunes qui n’ont pas eu peur de braver les molosses fascistes de gauche qui les insultaient et eux continuaient à réciter leur chapelet, il est vrai que le chapelet, c’est passé de mode pour trop de nos clercs  » dans le vent! » alors que s’ils veulent rechristianiser le pays ce sera par le chapelet et l’adoration du St Sacrement. Il suffit d’aller voir comment pratique le Père Zorkine à Marseille et comment d’une église vide, il a fait une église pleine. C’est lui qu’il faudrait à la tête de la CEF

  7. Vendéen

    Pas nouveau tout ca. Cela fait un bon bout de temps que l’on bruisse sur l’influence excessive de Monseigneur Vingt-Trois, dans les nominations épiscopales.
    ce dernier privilégiant des profils modérés (centre droit ou centre gauche). Alors que Monseigneur Barbarin privilégierait des nominations de personnalités plus fortes.

    On doit cependant à Monseigneur Barbarin quelques autres nominations :
    Monseigneur Le Saux au Mans, un diocèse assez important pour un premier poste, qui peut constituer un très bon tremplin vers un poste d’archevêque plus important. Surtout au regard de l’âge de l’intéressé.
    Monseigneur Scherrer à Laval, et probablement aussi Monseigneur Benoit-Gonnin à Laval.

    Quelques commentaires aussi, sur les nominations attribuées à monseigneur Vingt-Trois.
    Monseigneur Brunin au Havre. Très à gauche, mais en même temps Le Havre n’est pas vraiment une promotion, et il était annoncé à Poitiers : donc moindre mal !!

    Monseigneur Fonlupdt à Rodez, vraie faute de casting. En même temps il y-aurait eu deux ou trois refus d’évêques beaucoup plus proches de notre sensibilité. Donc faute de grives…

    Les autres nominations ne sont pas forcément mauvaises (cf Legrez à Albi, Jordy à Saint-Claude, ou Gaschignard à Aire et Dax et même Wintzer à Poitiers, fief des idées les plus tristement novatrices qui soient…). Des profils modérés, mais qui pourraient être s’ils sont bien encouragés très ouvert à la restauration.

    Une autre influence non négilgable et dont vous ne parlez pas celle de Monseigneur d’Ornellas, à qui l’on doit probablement la nomination de Monseigneur James à Nantes (un diocèse très important)…et aussi celle de Moutel à Saint-Brieuc (avec Monseigneur Vingt-Trois).

    Enfin bon, avec tout ceci on voit combien les nominations d’évêques sont politiques, et combien la maîtrise de « l’appareil d’église » est importante pour « placer ses hommes ».
    Nominations importantes à venir : Tarbes-Lourdes, Meaux, Belley, Ajaccio…prions, il sera bien temps de décrypter après !!!

  8. Bruno ANEL

    Si on vous comprend bien, le pape est complètement gâteux et sous influence. Les cardinaux font ce qu’ils veulent. Il est urgent d’en informer vos lecteurs. Et moi qui croyais que mon évêque m’était envoyé par l’Esprit Saint.

  9. Armand

    Sans faire d’Angélisme je suis bien d’accord avec M.Anel. Beaucoup de vos commentaire font penser à des cancans de bigottes autour d’une tasse de thé. Et Dieu dans tout ça ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *