v

Manuel Valls a-t-il bloqué une nomination épiscopale ?

Download PDF

D’après plusieurs sources d’informations, il semble que le ministre de l’Intérieur ait mis son grain de sel dans la nomination du successeur de Mgr Pierre Raffin à l’évêché de Metz (Mgr Raffin vient d’écrire à ses fidèles avant de partir).

Le 27 septembre, Mgr Jean-Christophe Lagleize, alors évêque de Valence, a été nommé par le pape, nouvel évêque de Metz. Or, il semble que ce ne soit pas lui qui ait été nommé à l’origine par le pape François.

batutDans la terna présentée à Rome par le nonce apostolique Mgr Luigi Ventura, il y avait certes Mgr Lagleize, mais aussi Mgr Hervé Giraud, évêque de Soissons, et Mgr Jean-Pierre Batut, évêque auxiliaire de Lyon. Or, il semble bien que la Congrégation des évêques, dirigée par le cardinal Marc Ouellet, a élu Mgr Batut et a présenté sa nomination au pape François, qui l’a confirmée par bulle.

Or, comme Metz est un évêché concordataire, cette nomination est particulièrement soumise à l’appréciation du gouvernement français. Et l’écart de dates entre la bulle pontificale, signée le 24 juin, et la nomination effective par décret présidentiel le 27 septembre, montre que cette nomination n’a pas été simple.

D’après nos informations, il semble bien que les services du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, ont refusé la nomination de Mgr Jean-Pierre Batut. Ancien curé de la paroisse Sainte-Jeanne de Chantal à Paris puis de la paroisse bi-ritualiste de Saint-Eugène Sainte-Cécile, Mgr Batut est auxiliaire de Lyon depuis 2008. Connu pour sa bienveillance à l’égard des milieux traditionalistes, depuis son passage à Saint-Eugène, il a manifesté activement son soutien aux marches contre l’avortement à Paris, et bien sûr contre la loi Taubira.

Sauf erreur, ce refus du ministre de l’Intérieur serait le premier blocage d’un gouvernement français du candidat romain depuis le début des années 70. Serait-ce une nouvelle manifestation de christianophobie de ce gouvernement laïciste ?

38 comments

  1. Truffault

    Si tel est le cas ce serait un vrai scandale, d’autant plus que Monseigneur Batut, est certes proche des traditionnalistes, mais unanimement respecté pour son intelligence hors du commun, son acuité au débat, son ouverture d’esprit et son très grand respect des personnes.
    Visiblement on ne peut pas en dire autant de Valls.
    D’aucuns voient déjà en lui un futur cardinal, et Metz aurait pu être un tremplin pour une nomination à des sièges de toute première importance comme l’archeveche de Paris à la succession de Mgr Vingt-Trois.

    • Cela n’empèchera pa sle Pape François de le nommer Cardinal, mais Valls se croit au dessus de tout, alors que ses résultats disent bien le contraire. Qu’il fasse bien attention à son « marocain »; il se pourrait qu’il brule.

  2. Monchat

    Je vous trouve bien complaisants sur les capacités intellectuelles de Mgr Batut, qui me semble relever du même tonneau que Mgr Simon, archépiscope de Clermont-Ferrand, autre prétendu phare de l’ « ‘Eglise qui est en France ».
    Interpellé dans une réunion, en un diocèse de l’Ouest, à propos de la position de l’Eglise sur l’Islam conquérant, Mgr Batut n’a su veulement répondre qu’en évoquant les excellentes relations nouées, à Lyon, entre le cardinal Barbarin et le mufti local.

  3. les  » préfets violets » ou les évêques nommés avec aval ou censure de l’Etat républicain, ceci est un dispositifi essentiel du processus de déchristianisation de la France décidé par la République au terme du Concordat napoléonien de 1801 conclu par Bonaparte avec les hommes d’Eglise.
    Si les catholiques ont perdu la mémoire de ce fait, en plus, pour leur honte qu’ils cessent de geindre et de verser des « larmes de crocodiles » .
    Pour la mémoire des martyrs de la révolution de 1789, morts en haine de Dieu, de la religion et du roi très chrétien, que les hommes d’Eglise commencent donc par remprendre aux « bleus » , des sans- Dieu entre autres massacreurs et génocideurs de la Vendée, le pouvoir effectif de nomination des évêques…
    Lorsque l’Eglise aura abandonné sa « politique de collaboration » avec le laïcisme militant ou rampant, républicain, on y verrai plus clair aussi sur les raisons de la déchristianisation institutionnelle des français depuis la Grande révolution et la disparition sociologique en cours de l’Eglise dans la nation de son fils aîné.

    Quand donc les catholiques français, prisonniers de la République, qui ont largement pris fait et cause pour l’idéologie de leurs geôliers (syndrome de Stockolm), réaliseront qu’il faut enfin se libérer, tout sera possible pour que la Foi renaisse et que la royauté sociale de Notre Seigneur refleurisse autrement que dans les mots de quelques pèlerinages…

    Référence contre-poison : http://www.viveleroy.fr
    contact : uclf@orange.fr

    Que Dieu nous garde !

    debonvouloiretloyaute

    • Ferrer

      Voilà le bon commentaire! N’est-il pas temps de dire cette vérité irrefragable:La République ne cesse de combattre le Christianisme de France et de le faire disparaitre! Ce n’est pas un hasard si elle privilegie l’Islam,mais ne joue-t-elle pas avec le feu? ceux qui l’honorent avec zele devraient se rappeler les mesaventures de Pyrrhus!

  4. Bernard Gui

    La réponse logique du berger à la bergère, ou du pape au ministricule, devrait être la nomination de Mgr Batut à un autre siège épiscopal où les qualités de l’impétrant trouveraient à s’employer mieux encore qu’à Metz.et à laquelle M. Valls ne pourra pas s’opposer.

  5. COLLOMB

    le Concordat de 1801 s’applique. Le président de la République nomme l’évêque de Metz puis le pape l’institue canoniquement.
    Toutes ces argumentations sont incompréhensibles.

  6. Remy

    @mangouste 20

    Mgr Lagleyze est d’un homme d’un abord sympathique, avec une belle prestance.
    Son discours est sans aspérités, mais sans prendre aucun risque temporel,.
    Il n’a pas le courage de défendre les valeurs catholiques (respect de la vie, de la famille, …), quand elles sont attaquées, même s’il semble qu’il n’approuve pas ces attaques.
    Il est resté entouré de personnes (clercs ou laïcs) autoproclamées « progressistes », qui ont tout fait pour freiner les applications des mesures et enseignements de Jean Paul II et de Benoît XVI durant tout son ministère.

    Sa présence dans le diocèse de la Drôme n’a pas permis de relever ce diocèse, « plombé » par Mgr Marchand, son prédécesseur.

    Un exemple :
    quelques prêtres ont relancé, avec succès d’ailleurs, la pratique des enfants de choeur, dans l’optique de ce que demande l’Eglise.
    Or, Voici ce que se permet de dire une responsable de la communication de ce diocèse qui se moque ouvertement de ces prêtres et de ses enfants :
    http://catholique-valence.cef.fr/Les-petits-hommes-en-blanc.html

    Cette lamentable moquerie est sur le site depuis 2 ans, elle n’a fait l’objet d’aucun retrait, ni désapprobation de l’évêque.

    Qui par ailleurs ne s’est effectivement jamais opposé à cette pratique, et a même célébré quelques messes avec ces enfants de choeur, il semblait même ravi.
    C’est juste qu’il ne prend jamais partie, une forme de manque de courage, le désir de ne pas faire de vagues, quite à laisser perdurer des injustices.

    Sans doute pour cela qu’il ait été préféré à Mgr Batut par Valls.

    Mais peut-être changera-t-il de caractère en arrivant à Metz?
    En tout cas on peut prier pour cela, et pour que son successeur dans la Drôme soit un homme qui ait le courage de ses opinions.

    Un diosésain Dromois.

  7. Pétronille

    Il est certain que Mgr Lagleize a été à Valence un évêque inodore et sans saveur. Il a toujours été réticent à l’égard de la Marche pour la Vie (dans laquelle il ne veut voir qu’un rassemblement intégriste et FN), il est resté d’une totale discrétion dans l’affaire du mariage homosexuel. Excellent pour le ministre de l’Intérieur.

  8. C.B.

    Ne serait-il pas grand temps de parachever la « séparation de l’état et des églises » en interdisant à l’état français de mettre son grain de sel dans les nominations d’évêques?

  9. Notre Saint Père le Pape François Ier nous parle souvent de dépouillement. Il a raison. L’Église doit se dépouiller de tous ces liens avec l’esprit du monde qui entrave sa liberté d’agir pour la plus grande gloire de Dieu. Votre sainteté, puissiez vous mettre maintenant vos paroles en application et de nous débarrasser de ces accords mondains avec un pays qui a renié ses racines chrétienne. Abrogez le concordat! « Acta, non verba », très Saint Père. Du courage! oui! vous êtes le chef suprême de l’Eglise. N’ayez pas peur du Martyr médiatique. Nous prions pour vous.

    • I4U

      Se débarasser du concordat! Un élément matériel à prendre en compte: l’Eglise, en France, est la caisse de retraite la plus fortement déficitaire. Il serait très facile, pour l’Etat – surtout par ces temps de disette budgétaire – d’imposer un équilibre de la caisse du clergé.
      A partir de ce moment, les prêtres disposeraient de revenus misérables et ils ne pourraient plus compter que sur les fidèles – eux-mêmes matraqués par les impôts – pour vivre juste décemment.
      L’abrogation du concordat n’est pas une chose simple!

  10. professeur Tournesol

    Il est de bon ton de critiquer la loi de 1905. C est neanmoins grâce à elle que les nominations episcopales ne dependent plus de l Etat, sinon pour Metz, Strasbourg et l Ordinariat aux Armees. Sans la separation de l Eglise et de l Etat, Manuel Valls se mêlerait de tous les sieges episcopaux.
    Pour ce qui est de la monarchie, nos rois ont nommés de bons pasteurs tels Lomenie de Brienne, le cardinal de Rohan …. et Talleyrand. Manuel Valls ne nomme pas de moins bon évêques que Louis XVI, que certains rêvent de voir beatifié.

  11. Pingback: Vetado pelo Governo francês um Bispo que celebra Missa Tridentina | Montfort

  12. pierreandre

    La nomination de Mgr Lagleize ayant par ailleurs l’approbation canonique requise, la qualifier de christianophobie, n’est pas seulement absurde et diffamatoire, c’est faire des autorités ecclésiastiques qui l’ont validé les complices de cet acte « christianophobe », ce qui est un irrespect parfaitement scandaleux.

  13. professeur Tournesol

    En même temps il faut relativiser cette nomination. Mgr Lagleize etait deja eveque et sa nomination à Valence ne doit rien au ministere des Cultes. À part 3 dioceses, les nominations episcopales ne doivent rien au gouvernement, et les autres nominations ne sont pas toujours satisfaisante. Ainsi mgr Fonlupt à Rodez, qui n est pas un siege concordataire.

  14. meyer Lili

    notre arme sera la prière, prions tous unis aux cœurs de Jesus et Marie et abandonnons nous totalement a DIEU qui sait ce qui est bon pour tous..Et gardons confiance et tenons ferme dans la foi.

  15. SVdP

    Quelqu’un peut il m’éclairer sur un point? En me rendant sur le JO je découvre que la bulle du Pape date du 24 juin 2013. Or le décret du président date du 25 septembre. Msg Lagleize a patienté pendant 3 mois pour que le tout soit officiel. Comment Valls ou je ne sais qui aurait pu bloquer la nomination pendant l’été? Est ce que cela s’est fait avant?
    Merci pour vos réponses.

  16. timotper

    Le bureaud es Cultes du ministère de l’Intérieur n’a pu bloquer la nomination de Mgr Batut pour deux raisons :
    1- Le nonce a appelé Mgr Lagleize juste après Pâques pour l’informer que le pape pensait à lui pour le diocèse de Metz;
    2- la nomination a été effective fin juin. les procédures sont telles dans le cas des diocèses concordataires qu’il s’écoule un long délai avant qu’elle ne devienne effective. a cause notamment de la vérification par le Conseil d’Etat de la conformité de la bulle accordant l’investiture à Mgr lagleize.

    http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/09/28/mgr-lagleize-eveque-de-metz

  17. AUBERT Roger

    Il est bien dommage que les fidèles aient été privés de toutes ces informations historiques, ainsi que maintenus sciemment ignorants de la législation en vigueur pour la nomination des évêques. Peut-être auraient-ils été plus vigilant pour défendre avec détermination, la foi mise à mal avec subtilité, celle des non-dits, des non-prises de positions, C’est décrit en donné comme principe par Jean XXIII dans les sophismes donnés aux conciliaires… Je traduis: « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, il faut voir le mal nul part, être positif etc… etc… Tu ne vas tout de même pas être mauvaise langue pour ceux qui tuent tes enfants, qui les pervertissent, voyons… C’est le laisser faire conciliant partout, le mai 68 inséré dans l’ Eglise: « Il est interdit d’ interdir! « Oh! l’ Eglise avec ses dogmes !!! » disent les Jonas. Demander à quelqu’un dans la ruez de réciter les dix commandements. Un film qui a ce titre, c’est beau, mais personne ne peut quasiment en faire le résumé là, ce qui est essentiel.
    Donc, si les évêques ne sont pas de bons catholiques, les catholiques, eux, doivent faire ce qu’ils disent (de bien) et ne pas faire comme ils font. Un mère de famille a bien écrit au pape François 1° qui fait des choses admirables, mais qui, oh! erreur suprême, interdit la messe donnée par une bulle par Pie V. Il faut donc que notre cher, cher, cher pape François, apprenne sont catéchisme! Une bulle a cette caractéristique que ce qui est décrété par elle, est pérenne et ne peut donc plus être supprimé jusqu’à la fin du monde..
    J’en passe… mais il faut aussi rester confiant. Les chemins de Dieu qui laisse libre, arrivera à ses fins… Mais que de damnés en attendant!!! « Des milliers et des milliers chaque jour, dit un message… J’en suis inconsolable !
    Avez vous vu l’image la plus miraculeuse de tous les temps: le visage triste, triste, triste de Marie apparu sur le cliché d’une photo à Medjugorje? C’est la page de couverture de « Chrétiens magazine » n° 263 d’octobre 2013.

  18. christiane Lapôtre

    Pour qui ce Valls se prend-il ? le petit pouvoir de ministre lui monte à la tête. Il devient urgent de se débarrasser de ces inutiles avant qu’ils ne deviennent complètement fous à enfermer.

    • I4U

      M. Valls n’a commis aucune faute ni aucun abus de pouvoir! Il a simplement usé des dispositions du concordat, si l’information est vraie (voir Pr Tournesol 15/10/13 08:50). Les propos révoltés et outrés sont… hors sujet.

  19. Melmiesse

    ce mardi matin M Ayrault, Manuel Valls et le maire de Paris sont allés à la mosquée de Paris pour la fête de l’Aïd, peut-être iront-ils à Metz fêter Noel? si MGR Lagleize les invite ;M Valls imite la Chine: on y aime les religieux nommés par le gouvernement

    • professeur Tournesol

      Entierement d accord. Valls et Ayraut devraient aller à la messe de Noel et de Paques.
      Beaucoup ici decouvrent la lune: le concordat date de Bonaparte, pas de la derniere presidentielle. Avant la Revolution, depuis le concordat de Bologne, les eveques etaient nommés par le roi, les sieges episcopaux et abbatiaux etaient considerés comme un benefice où placer les rejetons de la noblesse, qui souvent n avaient guere la vocation . Mgr Lagleize vaut bien beaucoup d evêques d ancien regime.
      Le clergé alsaco-mosellan etant payé par l Etat il ne faut pas s etonner que l Etat intervienne dans les nominations. Le pape devrait denoncer ce qui reste du concordat : vaut mieux une Eglise pauvre mais libre.
      Je me demande si cette nomination est liee a l intervention de M Valls ou plutot au changement de souverain pontife. Mgr Batut est tres « summorum pontificum », François Ier pas franchement…
      Quelles sont les preuves de l intervention de Valls ?

  20. Pingback: Manuel Valls installera l’évêque de Metz | Riposte-catholique

  21. Pingback: Nomination épiscopale de Metz : question au gouvernement ! | Riposte-catholique

  22. SIMONNOT

    Depuis plus de 30 ans je connais Mgr LAGLEYSE et je voudrais témoigner qu’il est non seulement sympathique, mais aussi 100% dans la Foi catholique, d’ailleurs, comment imaginer que l’Eglise puisse nommer évêques des personnes seulement à 50% ou à 75% catholiques?
    Ce qu’il faut distinguer c’est la forme et le fond, et j’ai l’impression que la plupart des évêques vivent très douloureusement cette sorte de grand écart permanent qu’ils s’imposent afin d’éviter le risque de la division au sein des chrétiens de leur diocèse, et surtout au sein du clergé où il y a parfois des meneurs de fronde!
    Tout évêque doit donc faire preuve d’une immense patience tout en restant dans la persévérance… un peu comme les parents d’une famille qui doivent apprendre à devenir à la fois doux et fermes avec leurs enfants !
    Suivons le magnifique exemple des veilleurs qui osent dire leurs convictions en public, mais sans haine ni arrogance.
    Pierre SIMONNOT

  23. Pingback: Metz : la réponse laconique de Manuel Valls | Riposte-catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *