bapteme_clovis

Méditation de Monseigneur Ravel

Download PDF

L’évêque aux Armées est l’auteur de la méditation de La Neuvaine pour le 14 juillet. En ce jour de fête nationale, il rappelle que la France n’est pas née en 1789… :

« Dire la naissance de la France

A force de douter de tout, on finit par ne plus croire en rien. Il en va de la France comme du reste. Au fond, la France existe-t-elle ? N’est-elle pas un songe fabriqué par nos sommeils pour nous éloigner du présent, de sa composition multiple, de ses courants divers ? La France, n’est-elle pas une invention bricolée par des nostalgiques d’un temps qui n’a jamais existé ?

A ces questions, extrêmes mais présentes aujourd’hui, il faut répondre. C’est à dire qu’il faut parler. Le silence ne suffit plus, fût-il réprobateur.

Pour dire la France, il convient d’abord de redire simplement ce qui est et ce qui fut. Ce qui est au plus près de l’évidence et ce qui fut au plus près de l’histoire. C’est là une très claire mais très âpre tâche. Tâche difficile parce qu’on ne peut plus dire ce que l’on voit à cause du politiquement correct ; et on ne veut plus voir ce que l’on voit à cause de l’idéologiquement suspect.

La tâche de voir et de dire la France, dans sa naissance par exemple, implique la rigueur. Nous ne renoncerons jamais à la rigueur. J’en appelle à la rigueur la plus stricte. J’oserai même dire : s’il y a doute, affirmons le minimum. Ne nous laissons pas emporter par un lyrisme démodé sur notre pays. Les faits sont suffisants. Ne les craignons pas en y rajoutant.

Par exemple, pour ce qui fut : la rigueur historique écrème l’histoire en la décontaminant des excès « légendaires ». Nous les abandonnons volontiers, même si leur fausseté n’est pas toujours assurée. Encore une fois : dans le doute et face à des idéologies qui ne nous passeront rien, nous abandonnons les faits mal attestés, nous renonçons par avance aux approximations. Mais ce qui reste suffit amplement. Surabondamment.

Intéressons-nous à la naissance de la France. Appliquons-lui la rigueur de l’histoire.

La France est-elle née un jour et Clovis y est-il pour quelque chose ? Qu’on renonce au  vase de Soissons est une chose, qu’on jette aux oubliettes le baptême de Clovis en est une autre. Or si la France est une vocation, une histoire et un destin, elle est aussi et avant tout une naissance. N’existe que ce qui est né. Pour être quelque chose ou quelqu’un, il faut naître comme une entité en soi, une réalité autre que toutes celles qui préexistent à elle : un enfant vient de ses parents mais, par sa naissance, il existe et vit comme un individu différent.

Le très savant « Dictionnaire encyclopédique du Moyen Age » (édition du Cerf, 1997) dans son article « Clovis » ne laisse aucun doute : «  Les dernières années de Clovis virent l’annexion au prix du sang des royaumes francs de Gaule du Nord qui subsistaient encore, ce qui lui permit enfin d’être dénommé « roi des Francs ». Le roi légiféra également, faisant notamment rédiger la première version de la Loi salique. Quelques mois avant sa mort, il réunit à Orléans en juillet 511 un synode des évêques de Gaule qui présida à la naissance de l’Eglise mérovingienne. Le roi mourut à la fin de l’année il laissa à ses fils le plus puissant royaume barbare d’Occident et, qui plus est, son premier Etat catholique. » Le même article conclut : « C’est donc à juste titre que Clovis, dont le peuple a donné son nom à la France, mérite d’être considéré comme son lointain fondateur et son premier roi. »

Par Clovis, la France naît et naît comme un Etat catholique. Si Clovis se fait couronner à Tours, en 508, ce n’est pas pour des raisons politiques mais parce que Saint Martin y est enterré. S’il choisit Paris comme capitale, ce n’est pas « pour des raisons stratégiques (d’autres villes avaient une plus grande importance militaire) mais vraisemblablement en raison du lieu de la sépulture de sainte Geneviève (sans doute morte en 502), dont les liens avec la dynastie franque naissante avaient été si étroits. ». Nous le savons, Clovis et Clotilde voulurent être enterrés à côté d’elle.

On peut toujours mettre en doute la conversion de Clovis à la bataille de Tolbiac. On ne peut pas douter de son baptême par saint Remi à Reims, très probablement en 496. Le père de Clovis, Childéric, avait lui-même noué des liens stables avec l’évêque Remi et sainte Geneviève. Qu’on soupçonne des volontés politiques derrière ces relations ou cette conversion ne fait que confirmer l’affaire : le lien étroit entre la naissance d’une nation, c’est l’aspect politique, sa terre, c’est l’aspect géographique, et la foi catholique, c’est l’aspect religieux.

En revenant à la naissance de la France, nous répondons à la première question humaine : d’où vient-elle ? La réponse éclaire et soulage comme le terme atteint d’une quête des origines conduite par un enfant orphelin. Mais nous scrutons aussi sa conception : parler de Clovis et de Clotilde, c’est transcrire l’ADN de la France. C’est établir son code génétique. L’histoire d’un homme le façonne mais sans jamais supprimer cette donnée fondamentale, ce patrimoine qui porte sa liberté.

Depuis Clovis, quinze siècles mouvementés enrichissent la France. Doit-on pour autant lui faire renoncer à son origine ? »

7 comments

  1. Thierry

    Oh ! Mgr Ravel, n’étaient les barrières de la bienséance, je vous embrasserais bien volontiers pour cette magnifique méditation, tant elle nous revigore, nous redonne espoir et nous réinscrits tous dans cette longue histoire – récemment si souvent dénigrée – qui a fait de nous ce que nous sommes. Les racines authentiques et non falsifiées font vivre et quelle plus belle entrée dans la vie que le baptême ?

    « En revenant à la naissance de la France, nous répondons à la première question humaine : d’où vient-elle ? La réponse éclaire et soulage comme le terme atteint d’une quête des origines conduite par un enfant orphelin. Mais nous scrutons aussi sa conception : parler de Clovis et de Clotilde, c’est transcrire l’ADN de la France. C’est établir son code génétique. L’histoire d’un homme le façonne mais sans jamais supprimer cette donnée fondamentale, ce patrimoine qui porte sa liberté.
    Depuis Clovis, quinze siècles mouvementés enrichissent la France. Doit-on pour autant lui faire renoncer à son origine ? »
    Nous vous répondons tous en choeur et avec foi : « NON ! » et aussi « OUI à la transmission de la mémoire hsitorique et à la vie ! ».
    La rigueur historique que vous avez bien raison d’invoquer nous permet d’affirmer, une fois les excès légendaires écartés : Clovis est bien « l’ADN » de la France.

  2. Bayard

    Le fond le ton et la forme sont toujours aussi justes pour démonter ou prévenir les nuisances et attaques de l’idéologie révolutionnaire réactivée par la franc-maçonnerie au pouvoir. Merci Monseigneur pour vos méditations que j’accueille toujours avec joie, et une plus grande confiance dans l’action de l’Esprit-Saint dans les ténèbres que nous connaissons!

  3. Denis F

    Cela ne doit pas avoir beaucoup plu au gouvernement…
    Heureusement que certains peuvent encore rappeler la Vérité!
    mais dommage que cette méditation n’ait pas pu être utilisée comme discours de défilé…

  4. Sami

    La France….la République ….la France.
    Le mot  » France  » est à présent entre les mains des médias qui font l’opinion au bénéfice des socialistes, aussi loin que je me souvienne. Les mobiles ne sont ni idéologiques ni politiques, ce sont des mobiles inavouables de truands au pouvoir qui entendent y rester quoiqu’il arrive pour bénéficier des avantages exorbitants qu’ils en retirent aux dépens du bien public.
    Jusqu’à ce que le parti adverse ait choisi de s’appeler  » républicain » , seule la « République » avait voix de cité
    Le mot « République » associé à celui de « Paris » était le sésame obligé dont tous se réclamaient .
    Mais depuis que  » Tout sauf Sarkozy » a réussi à se faire nommer  » les Républicains » , la République a disparu du vocabulaire médiatique vendu à la Gauche; et la France du Président a fait son apparition de plus en plus envahissante

  5. Théofrède

    si la France est née du baptême de Clovis, travailleur immigré de deuxième ou troisième génération, qui se mit enfin en accord avec les lois de son pays d’accueil, celles de Théodose, quelle était la nationalité de saint Remy ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *