o

« Mes premiers collaborateurs seront les prêtres »

Download PDF

Mgr Olivier de Germay, nouvel évêque d’Ajaccio raconte à Corse-Matin sa nomination :

« J’ai été convoqué début février à Paris à la nonciature apostolique. En général, ce genre de rencontre débouche sur un poste d’évêque. Quand Mgr Luigi Ventura m’a proposé la Corse j’ai immédiatement dit oui. Pour moi, être évêque s’inscrit dans la continuité de mon sacerdoce de prêtre. Le sentiment qui m’habite aujourd’hui est la crainte parce que la charge est lourde et ce n’est pas évident d’être évêque de nos jours.

La révélation [par Corse-Matin] sur votre élévation à la dignité épiscopale vous a-t-elle porté préjudice ?
Cela a failli faire capoter ma nomination. Dès que cela s’est su, j’ai été très sollicité. Je ne pouvais rien divulguer. Je suis soulagé que ce soit enfin officiel. »

A ceux qui pensent que Mgr de Germay est membre de l’Emmanuel, il répond :

« C’est vrai et faux à la fois. J’ai effectué mon premier cycle de séminaire à Paray-le-Monial où se trouve le siège de l’Emmanuel. Et tout le monde en a déduit que je faisais partie de cette communauté. Ce qui est inexact, même si j’ai des liens fraternels avec ses membres. »

Vient ensuite sa façon de gouverner :

« Les laïcs sont très engagés dans la vie de l’Église de Corse comptez-vous vous appuyer sur eux dans l’avenir ?
Mes premiers collaborateurs seront les prêtres. Au cours de ma carrière j’ai eu la joie de travailler avec des laïcs. Il ne faut pas opposer les genres et arriver à faire de cette diversité une richesse. Prêtres et laïcs, nous sommes tous membres de l’Église du Christ.

La Corse souffre d’un déficit de prêtres. Comment y remédier selon vous ?
Si j’avais la solution miracle cela se saurait. Ce qui est important je crois c’est de donner l’image de ministres du culte heureux. C’est cela qui peut pousser les jeunes à entrer en religion. On doit également approfondir le sens de l’Eucharistie et insister sur le rôle important du prêtre. Il n’y a pas d’Eglise sans ministre. Autre axe à développer le mariage et la famille qui sont les cellules de base de la société et de l’Église. »