wintzer

Messeigneurs, les catholiques se passent de vos mandats

Download PDF

Dans L’Homme Nouveau, Pasquin consacre son humeur à Mgr Wintzer, administrateur du diocèse de Poitiers et président de l’Observatoire Foi et Culture, si prolixe sur la pièce de Castellucci, mais complètement muet sur Golgota Picnic :

La gauche se plaint d’avoir un « capitaine de pédalo» comme candidat, mais si nous revenons au « café presse » que vous avez organisé mi-novembre comme porte-parole de la CEF avec Mgr Wintzer, président de l’Observatoire Foi et Culture, à propos des manifestations contre la pièce de Castellucci, nous étions plus proches du pédalo que de la barque d’où Jésus calme la tempête ! Et le « catholique sans mandat », comme dit un de vos confrères, est un peu agacé par les indignations unilatérales et les condamnations ! Alors, deux ou trois points de précision : d’abord Civitas et « autres intégristes » ne se trompent pas plus que saint Pierre au jardin des Oliviers, et dans le coeur de Jésus, l’Histoire montre qu’il vaut mieux être saint Pierre que Judas ! Ensuite, tous n’étaient pas « Civitas et les intégristes »… Bref, ceux que vous avez dénommés « prétendus chrétiens » sont aussi des chrétiens des paroisses parisiennes et toulousaines, et ce n’est pas de leur faute si pour prier sur le terrain, ils n’ont rencontré que ces indignés-là ! Enfin Monseigneur, vous avez beaucoup dit ce qu’il ne fallait pas faire, mais pas ce que vous préconisiez. Ce fut même difficile pour vous d’annoncer la veillée de prière organisée par Mgr Vingt-Trois… Peut-être était-ce par crainte de choquer ce confrère de Libération qui vous a demandé ce que vous alliez faire ! Dialoguer, avez-vous répondu, dialoguer ! Alors Messeigneurs, dialoguons ! D’abord avec ceux qui manifestent, pour leur dire ce que l’Église attend de ses fidèles, puis avec les spectateurs de Golgota picnic. Oui Monseigneur, vous qui présidez l’Observatoire Foi et Culture, venez ce soir-là avec quelques chrétiens convaincus, capables de parler de Jésus avec la tête et le coeur. Il y aura derrière vous, et dans le calme, des centaines de chrétiens pour prier silencieusement. Allez, Monseigneur, on y va ?