Carré

Mgr Carré, 72e évêque à s’exprimer sur le mariage

Download PDF

Déclaration de l’archevêque de Montpellier :

« Vous savez que les évêques de France réunis à Lourdes la semaine dernière ont clairement pris position contre le projet de loi consistant à modifier substantiellement le contenu du mariage civil au point de le dénaturer. Nous entendons ce que disent les personnes homosexuelles. Nous appelons au respect à leur
égard et condamnons les moqueries et brimades qui leur sont infligées. Pourquoi nous opposer à ce projet de loi ?

  • Parce que la Bible, Parole de Dieu, nous révèle la vocation du couple humain créé à l’image de Dieu.
  • Parce que le mariage est une institution qui organise et soutient les relations, les engagements, les droits et les devoirs au sein de la société. Le mariage s’appuie sur les relations homme/femme, père/mère, parents/enfants.
  • Parce que le mariage n’est pas le lieu de la reconnaissance par la société des relations amoureuses entre personnes.
  • Parce que les enfants nés d’un homme et d’une femme doivent trouver un père et une mère qui leur apportent la richesse de leur complémentarité.
  • Parce qu’il n’y a pas un droit au mariage, ni un droit à avoir des enfants et encore moins à chercher à en obtenir par toutes sortes de moyens.
  • Parce que les enfants ont le droit de connaître ceux qui les ont engendrés, d’être éduqués par eux, de les appeler : ‘papa’ et ‘maman’ et d’être insérés dans une histoire humaine et familiale.
  • Parce que ce projet est une mauvaise réponse à une souffrance exprimée, réponse qui va créer d’autres souffrances et fragilités en bousculant des repères fondamentaux constitutifs de notre société.
  • Parce que tout cela se fait à la hâte, en dehors de tout débat, alors que la question est grave et ne revêt pas un caractère d’extrême urgence.

Que pouvons-nous faire ?

  • Réfléchir, nous informer, argumenter et parler autour de nous. Le site de la Conférence des évêques de France donne de nombreux repères ( http://www.eglise.catholique.fr ).
  • Envoyer à nos députés et sénateurs une lettre la plus personnelle possible. Les pétitions n’ont guère de poids.
  • Demander que les élus puissent voter selon leur conscience sur une question aussi importante.
  • Exprimer son point de vue tout en étant respectueux à l’égard des personnes homosexuelles.