l

Mgr Lalanne corrige ses propos

Download PDF

Suite à la polémique évoquée plus haut, l’évêque de Pontoise a publié un communiqué rectificatif :

Capture d’écran 2016-04-06 à 22.21.51

Il manque juste une once de regret à ce communiqué. L’affaire est en effet suffisamment sensible et ses propos ont heurté les Français, les catholiques, et surtout les victimes. Nos papes ont pourtant été clairs sur ce sujet :

CfYJYMrW4AETHmp

17 comments

  1. hermeneias

    Mgr Lalanne soulève un VRAI problème , celui de la pédophilie comme « maladie » !

    Qu’en est -il exactement ? C’est un domaine très délicat et on voit bien l’hypocrisie des médias promoteurs habituels de la licence et du relativisme le plus complet qui , soudain , se piquent de théologie et de « péché » .

    Les citations des papes me paraissent trop simples et à l(emporte-pièce

  2. Hérisson

    La pédophilie c’est le mal absolu. C’est trahir la confiance, l’innocence et la candeur du plus petit pour fouler du pied son humanité avec plaisir. C’est immonde. Mais bon! Quand on on considère que c’est un droit fondamental que de tuer dans le sein de sa mère le plus innocent des innocents, le curseur est déjà placé si haut qu’à partir de là tout est permis. « Ce que vous ferez au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le ferez ». »… »Ce qui est oui est oui et ce qui est non est non. Tout le reste vient du démon. » Dieu n’a aucun lien avec le mal. Tout ce qui est mal est démoniaque. C’est tout.

  3. Remi

    Encore une fois, votre site saute sur l’occasion de critiquer, sans discernement ni charité, un de nos pasteurs.

    Pourquoi faites-vous le jeu des païens qui détestent l’Eglise?
    C’est usant.

    • Antoine

      Le problème a été la maladresse de Mgr Lalanne sur le péché de la pédophilie. Le traitement médiatique douteux qui est fait à l’encontre de l’Eglise ne doit pas empêcher ses membres de condamner ces actes qui sont une atteinte à la dignité de la personne humaine. Je comprends plus cette polémique que celle contre Mgr Barbarin, même si nous savons tous que les médias en profiterons pour taper sur l’Eglise.

    • Bonjour,
      Vous ne trouvez pas plus ‘usant’ d’avoir des pasteurs qui ne disent pas la Vérité?
      Des pasteurs qui ont confisqués le pouvoir religieux à leur seul profit!
      Je suis catholique et parfois j’ai honte d’être représenté par de tels individus, qui n’ont que pour seule ambition que de garder les quelques bribes de pouvoir, qu’ils ont parfois usurpé, pour leur seule promotion sociale.
      Que DIEU vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie!
      Merci!
      JFL

    • Curmudgeon

      Il est du *devoir* des laïcs de critiquer les propos irréfléchis et parfois stupides, voire dangereux, de certains hommes d’Eglise. Sinon on se retrouve pétainiste sous Vichy, marxiste plus tard, et admirateur béat de l’islam en 2016.

  4. TM

    Pour tout péché, il faut matière grave, pleine connaissance, plein consentement.

    Voir catéchisme de l’Eglise catholique, n. 1857 : Pour qu’un péché soit mortel trois conditions sont ensemble requises : « Est péché mortel tout péché qui a pour objet une matière grave, et qui est commis en pleine conscience et de propos délibéré «

    L’expression « péché objectif » ou « objectivement grave » désigne la matière, l’aspect objectif, le mal extérieurement commis. Il reste l’aspect subjectif : la conscience d’avoir péché, la blessure de l’esprit.
    C’est cela que visait Mgr Lalanne.

    Il ne faut pas subir la pression médiatique au point de faire de la pédophile le mal absolu avec le nazisme. C’est l’excuse d’une société permissive : on serait enjoint de condamner ces deux crimes (qui sont des crimes en effet) mais pour d’autant mieux évacuer le reste qui n’aurait pas d’importance. L’Église est sommée de le condamner avec force, et de se taire sur les autres péchés.

    Il ne faut pas entrer dans la caricature, qui pour tous les crimes multiplierait les excuses, les interprétations psychologisantes, invoquerait les blessures de l’enfance, etc… et là, il ne faudrait plus regarder que la victime. Et bien non : dans tous les cas, le pire criminel a droit lui aussi à une défense équitable, et l’on doit tenir compte aussi de sa conscience. Car lui aussi est une âme à sauver.

    Beaucoup de ces comportements peuvent être de l’ordre compulsif, des pathologies, ce qui réduit la part du volontaire. Or s’il n’y a pas de volontaire, il n’y a pas de responsabilité morale, il n’y a pas de péché. Pour autant, ce sera un mal, et même un mal très grave.

    C’est tout de même curieux que la société qui dénie en général à l’Église le droit de parler de péché, dans ce cas la somme de le qualifier comme tel, même lorsque la complexité de l’âme invite pourtant à être plus nuancé.

    Alors de grâce, n’entrons pas dans le jeu des caricatures, des lynchages médiatiques. La gravité des faits n’autorise pas à saborder la science des âmes.

  5. TM

    Voilà pour les regrets :

    RCF ‏@radiorcf 48 minil y a 48 minutes Lyon, France
    Mgr #Lalanne: « Si jamais mes propos ont été maladroits, j’en demande pardon à tous ceux qu’ils ont pu choquer. » #pedophilie @Eglisecatho

  6. Pradayrol

    Mg Lalanne comme bien d’autres évêques en france ne sont pas à leur pace et disent n’importe quoi ou acquiessent à tout va!

    Prions pour eux pour qu’une relève saine arrive !

  7. Rémi, un peu de lucidité et de courage s’il vous plaît. Ce ne sont pas les païens qui font du mal à l’Eglise, ce sont les renégats, les traîtres de l’intérieur, ceux qui parmi les catholiques font entrer le venin à l’intérieur de façon totalement irresponsable. Il faut critiquer les pasteurs quand ce sont de mauvais pasteurs, point. On n’a pas le droit de cultiver la contradiction. C’est ce que font les cathos qui professent des idées contraires à l’Evangile. Ils font entrer dans un monde arbitraire et tyrannique car soumis à la conviction personnelle de chacun, purement affective et en réalité hypocrite et dénuée de fondement. Attendons demain…demain nous fera savoir si l’actuel chef de l’Eglise dénonce ou au contraire accrédite la culture et la contradiction avec l’Evangile et donc la contradiction avec la raison. Ce sera donc un jour de gloire ou de deuil.

  8. Jean-Louis THES

    Les corrections apportées par Mgr Lalanne sont les bienvenues !
    Ses propos initiaux à la radio étaient inadmissibles de la part de tout évêque – et encore bien davantage de la part d’un évêque qui est chargé de lutter contre le fléau de la pédophilie.
    Je ne suis absolument pas d’accord avec Rémi. Ce n’est pas manquer à la charité de rapporter que Mgr Lalanne a rectifié ses propos.
    Il faut savoir de quoi on parle :
    A la radio :  » C’est un mal profond. Les choses sont très, très claires. Est-ce que c’est un péché ou pas, je ne sais pas. Ca peut être différent selon chacun. »
    Rectification écrite : « La pédophilie est dans tous les cas un péché objectivement grave ».
    Chacun pourra observer que ces deux déclarations sont contradictoires. La position de l’Eglise est claire sur le mal objectif à combattre, l’intervention à la radio de Mgr Lalanne est catastrophique en ce qu’elle relativise le péché à la personne, ce qui est précisément la source de toutes les dérives.
    On peut trouver à Mgr Lalanne des circonstances atténuantes (les difficultés du direct, etc.), mais intervenant sur un sujet sensible et es-qualités un évêque n’a pas le droit de dire qu’il ne sait pas si la pédophilie est un péché, que c’est différent selon chacun.

    • hermeneias

      Pas du tout messieurs dames qui font les petits redresseurs de torts et donneurs de leçons péremptoires .

      Certains se verraient , apparemment , bien pape ou évêque ici !

      Quand on veut donner des leçons il faut pouvoir le faire …..!

      Un peu d’analyses dépassionnées et de réflexions pourraient voir ( cf l’analyse articulée de TM ) que Mgr Lalanne a soulevé un point très important qui , au passage , gêne les médias aux ordres dans leur tactique d’accusations répétées et massives de l’Eglise .
      Il est parfois utile de réfléchir avant de parler

  9. berjan

    Je ne crois pas que ce soit usant, cet évêque a été maladroit dans ses propos, c’est dommage car cela va rester ancrer dans les esprits malgré les retours ; les excuses et les regrets ont été faits ce matin, tant mieux
    De toutes façons nos ,papes ont raisons et la Bible qui explicitent ce genre de comportement, c’est quand même un attentat à la pureté et à la confiance des personnes ou des jeunes souvent. D’où un engagement de prières et de dialogue entre chrétiens ou autre. C’est l’éducation qu’il faut rhéabiliter dans les familles et la société. Il manque aussi peut -être à notre société un 6e sens ou l’intuition qui prévient des dangers que nous pouvons encourir dans le monde. Personnellement j’ai expérimenté cet état. Je suis née avant la guerre de 39/40.

  10. Il faudra que les évêques s’entourent de bons conseillers et de bons spécialistes avant de prendre parole en public. C’est une question d’humilité. Mais beaucoup d’évêques sont orgueilleux, ils se croient tout permis parce qu’ils ne servent plus le Christ ni l’Eglise, mais leur épiscopat qu’ils considèrent comme un pouvoir…Pourquoi les autres confessions chrétiennes sont tranquilles, savent résoudre leurs problèmes autrement que dans les médias? Pourquoi ces évêques s’exposent-ils dans les médias alors qu’ils n’ont aucune connaissance dans la communication?

  11. Daniel Hauser

    Bien que je sois très proche de l’Eglise catholique et convaincu de la foi partagée avec cette communauté, je ne peux m’empêcher d’être consterné par cette intervention de Mgr Lalanne Je ne discute pas du problème de la pédophilie dans l’Eglise, qui est une réalité – certes, épouvantable, mais certainement marginale comparée à l’ensemble du clergé et comparée également à d’autres institutions envers lesquelles le scandale et l’ampleur médiatiques sont bien plus cléments. Je suis donc bouche-bée par le manque de justesse et de délicatesse de la part de ce prélat, qui pourtant est sensé être un habitué de la prise de parole médiatique, puisqu’il fut en son temps porte-parole de l’Eglise de France me semble-t-il. Le problème de certain religieux est de rester dans leur bulle ou leur tropisme ecclésiastique, et de pratiquer un langage compréhensible essentiellement par les initiés. Je pense que Mgr Lalanne ne voulait en aucun cas créer la polémique, mais il s’est interrogé en évoquant des notions et un vocabulaire spécifiques à la morale et à la pensée chrétienne. C’est à dire la différence entre le péché et l’immoralité justement, entre le pêché et le droit, la question du mal, la notion de mal évoluant dans le temps et l’espace, etc etc. Des subtilités et une philosophie très précises que le grand public maîtrise mal et que les médias ont immédiatement utilisé à charge. Je suis donc mitigé sur l’ampleur de l’affaire, mais déçu du manque de courage et de lucidité médiatiques de cet évêque, qui par ailleurs a condamné sans ambiguïté aucune le problème évoqué. De la même façon que tous les responsables de l’Eglise, tout comme les croyants anonymes tels que moi par exemple.
     Enfin d’après mes souvenirs de catéchisme la pédophilie n’était pas référencée dans la liste des péchés (gourmandise, adultaire, etc). La pensée de Mgr Lalanne était peut être portée sur ces notions là, mais il a oublié qu’il ne donnait pas une confèrence à des séminaristes et que ses propos seraient aussitôt malmenés. Prions prions pour que nos pasteurs aient plus de sagesse, qu’ils apprennent les codes de communication et pourquoi pas qu’ils aillent méditer une semaine dans un monastère avant de prendre la parole sur des médias.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *