p

Mgr Marc Stenger, vice-président du conseil d’administration de l’Observatoire Pharos

Download PDF

Une nouvelle organisation au service des droits de l’homme sera lancée en France le 3 octobre, au Palais de la Porte Dorée à Paris dès 18h30. Il s’agit d’un observatoire du pluralisme des cultures et des religions nommé l’Observatoire Pharos, du nom de cette île sur laquelle fut édifié un immense phare. Une des missions de l’Observatoire Pharos est de « pointer les atteintes de plus en plus fréquentes et de plus en plus graves à la liberté de conscience, à la liberté d’expression et à la liberté religieuse à travers le monde et de favoriser l’émergence de sociétés pluralistes fondées sur la citoyenneté« .

Son site internet trilingue (français-anglais-arabe) www.observatoirepharos.com (en ligne le 3 octobre) proposera, pays par pays, des fiches réalisées à partir de notes d’experts, chercheurs, juristes, diplomates et d’informations recueillies auprès d’un réseau de terrain dans les différents pays (ONG, universités, responsables religieux, journalistes, etc … ) sur l’état du pluralisme culturel et religieux.

Cet Observatoire sera présidé par Mme Mireille Delmas-Marty, professeur honoraire au Collège de France. Née en mai 1941, docteur en droit, elle est professeur agrégé de droit privé et de sciences criminelles. Elle fut assistante à la faculté de droit de Paris (1967-1969), avant d’être professeur à l’université de Lille (1970-1 977), puis à l’université de Paris Xl (1978-1990), puis à l’université de Paris-1 (1991-2002). Nommée, en avril 20011 membre du groupe de travail mis en place par I’Elysée et Matignon sur l’avenir de l’Europe, Mme Delmas-Marty fut nommée en 2002, professeur titulaire de la chaire « Etudes juridiques comparatives et internationalisation du droit » du Collège de France. Elle est membre de l’Institut (Académie des sciences morales et politiques) depuis 2007.

Son directeur est M. Pierre Morel, ministre plénipotentiaire honoraire. Né en juin 1944, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, il fut nommé secrétaire des affaires étrangères en 1971, à sa sortie de l’ENA (promotion « Thomas More »). Il fut notamment premier secrétaire (1976-1979), puis deuxième conseiller à Moscou (mai-octobre 1979) avant d’être chargé de mission au Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne (1979-1981). Chargé de mission (1981-1982), puis conseiller technique (1982-1984) à la présidence de la République, aux côtés de François MIitterrand, il fut ensuite successivement directeur des affaires politiques au
Quai d’Orsay (1985-1986), ambassadeur représentant permanent de la France à la Conférence de désarmement à Genève (1986-1990) et président du Comité spécial sur les armes chimiques de cette Conférence (janvier-décembre 1989). Nommé conseiller diplomatique à la présidence de la République en 1991, il fut ambassadeur en Russie (1992-1996). Ambassadeur en Chine (1996-2002), puis ambassadeur auprès du Saint-Siège d’avril 2002 à novembre 2005, il fut chargé de mission au Centre d’analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères (janvier-octobre 2006), puis représentant spécial de l’Union européenne pour l’Asie centrale (2006-201 2). Il est depuis 2010 président de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon.

Le conseil d’administration de l’Observatoire a trois vice-présidents :

  1. Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes, président de Pax Christi France
  2. le Pasteur Jean-Arnold de Clermont. 
  3. Mme Dunia Oumazza, directrice de la communication du Secours islamique France. Celle-ci a déclaré :

« La plupart des conflits aujourd’hui dans le monde partent du religieux et on remarque que les médias ont tendance à traiter ces sujets en voulant remonter absolument les différentes religions les unes contres les autres. Le rôle de l’Observatoire est de montrer la réalité de certains pays sous le prisme du pluralisme culturel».

Parmi ses  membres, il y a Mme Esther Benbassa, sénateur (EE-LV) et militante de la cause homosexuelle, M. Jean-François Colosimo, président du Centre national du Livre, professeur d’histoire de la philosophie et de théologie byzantine à l’Institut Saint Serge de Paris, l’écrivain Régis Debray, Mme Nathalie Delapalme, director of research and policy et administrateur de la Fondation Mo Ibrahim, l’Imam Tareg Oubrou, proche des Frères Musulmans, M. Yazid Sabeg, président de Communication et Systèmes, le rabbin René-Samuel Sirat et le Père Antoine Sondag.