e

Mgr Simon ne veut pas manifester

Download PDF

Mgr Hippolyte Simon, archevêque de Clermont, signe une tribune dans La Croix pour expliquer qu’il ne manifestera pas dimanche prochain contre la loi Taubira, le gender, la PMA ou la GPA. A ceci près que Mgr ne parle que de l’avortement. Il y a tout lieu de croire que sa tribune a été publiée avec 2 semaines de retard. Ou alors il ne suit pas l’actualité.

Plus sérieusement, Mgr Simon oppose, comme de nombreux épiscopes, l’action locale et individuelle en faveur du respect de la vie, et l’action nationale, à valeur de témoignage, visant à briser l’omerta médiatique et à interpeller les politiques. C’est dommage car les personnes qui oeuvrent chaque jour dans les associations de soutien aux mères en détresse (oui en détresse malgré ce que peut voter le Parlement) ont besoin aussi de se redonner du courage, de « faire le plein ». Et c’est bien l’objet de cette marche pour la vie, laquelle permet aussi de faire naître des engagements à oeuvrer au sein des associations pro-vie.

Mais c’est trop subtil pour Mgr Simon, qui en prend prétexte pour refuser de se joindre à ses confrères dimanche prochain et qui prend le soin de l’écrire dans le quotidien officieux de la CEF :

« La prise de position de plusieurs de mes frères évêques, concernant la manifestation annoncée pour le 2 février, me vaut beaucoup de questions de la part de mes diocésains : « Irez-vous manifester vous aussi ? » Je comprends ces interrogations. Une analyse trop rapide pourrait laisser penser que les évêques qui n’iront pas manifester, ou bien manquent de courage, ou bien se font complices d’un pouvoir politique entêté dans sa lutte contre la famille. Ce n’est pas aussi simple. Et je vais essayer de m’expliquer.

Moi aussi, je suis choqué par un gouvernement qui s’obstine à ne pas entendre les avertissements de celles et ceux qui le mettent en garde contre des dérives libérales-libertaires qui ne conduisent qu’à réinstaurer la loi du plus fort au détriment des plus faibles. Je comprends que les citoyens qui ont, à plusieurs reprises, manifesté contre la loi sur le mariage – dit « pour tous » – soient amers d’avoir été méprisés à ce point par le président de la République et par le gouvernement. Je comprends que ces mêmes citoyens aient envie de continuer leur mouvement. Mais, pour autant, devons-nous y participer, comme évêques, au risque de lui donner un caractère confessionnel ?

Je respecte le choix de mes frères qui iront manifester le 2 février. Ils ont la liberté de penser et de dire que cette façon d’agir est utile au témoignage qu’ils veulent donner. J’ai donc aussi la liberté de penser et de dire pourquoi je n’irai pas avec eux. Je suis sûr qu’ils respecteront, eux aussi, le choix que je pose en conscience. Nous n’avons pas de divergence sur le fond. Nos divergences portent sur la méthode.

Je pense qu’il n’est pas nécessaire de rappeler notre position : celle-ci est claire, constante et bien connue. Il faut s’interroger sur la manière dont elle est reçue. Or il faut bien observer ceci : dans l’opinion publique, les manifestations contre le « mariage pour tous » sont perçues comme étroitement liées à celles relatives à l’avortement. On ne peut pas les séparer, car notre attitude vis-à-vis du mariage retentit inévitablement sur la manière dont nous sommes compris par les personnes concernées par une interruption de grossesse. Or, dans cette situation, il ne s’agit pas pour nous de prendre une initiative pour secourir un enfant abandonné. Il s’agit au contraire d’espérer qu’une femme, en détresse devant la révélation d’une vie qui s’annonce en elle, osera traverser la rue pour venir sonner à la porte de la maison paroissiale, du presbytère, de l’aumônerie du lycée ou d’une association d’accueil.

À plusieurs reprises, et comme beaucoup d’autres prêtres, il m’est arrivé d’accueillir dans mon bureau une femme qui venait me confier sa détresse. Après avoir pleuré, demandé conseil, essayé de prier, cette femme a finalement décidé de garder l’enfant qu’elle portait. Et cet enfant fait aujourd’hui la joie et la fierté de sa mère. Pour ma part, je n’ai rien fait d’autre que d’essayer d’écouter ces femmes et de les inviter à réfléchir. Pour le reste, c’est le secret de leur décision intime. Malheureusement, il est aussi arrivé que des femmes, après cet entretien, aient suivi les conseils de leur entourage immédiat qui les incitait à ne pas garder l’enfant annoncé. Mais qui serions-nous pour aller les dénoncer ?

Mais comment faire pour venir au secours des enfants dont la mère, placée devant la révélation qu’ils sont là, n’éprouve d’abord qu’angoisse et tristesse ? Ce que me semblent oublier les gens qui manifestent avec trop de force, c’est tout simplement ceci : pour sauver un enfant encore blotti dans le secret du sein maternel, il n’y a qu’un seul chemin, celui qui consiste à parler à la conscience de sa mère. Tout le reste serait violence… Or, pour pouvoir parler à la conscience de cette femme, encore faut-il qu’elle ose venir nous parler la première ou que ses amis intimes, à qui elle a confié son secret, l’incitent à venir nous parler. Et l’expérience pastorale me montre que cette confiance est fragile, et bien difficile à gagner…

J’ajoute que cet engagement pour la vie doit commencer bien avant ces situations de détresse. C’est ici que nous sommes attendus. Nous pouvons à juste titre dénoncer les carences de certains représentants de l’État, mais il me semble que nous avons surtout besoin de retrouver notre crédibilité au sein de la société civile. La vraie question, sans doute la plus difficile, est de susciter la libre adhésion des jeunes qui ont à construire leur personnalité. Là, nous pouvons tous nous retrouver. Que l’Esprit nous soit en aide ! »

71 comments

  1. toto

    où cet épiscope a-t-il vu que nous « irions dénoncer celles qui ont choisi d’avorter »? Comme tous les pharisiens de son espèce, il feint de croire que les opposants à l’avortement (crime abominable) culpabilisent les femmes qui ont avorté. C’est tout le contraire et Mgr Simon ne fréquente pas assez les associations d’aide aux mamans « en détresse » pour oser écrire:  » Mais qui serions-nous pour aller les dénoncer ? »
    Le véritable disciple du Christ ne confond jamais péché et pécheur. Mgr Simon calomnie les défenseurs de la vie, comme beaucoup de ses confrères et responsables diocésains.
    Que pense-t-il de ces évêques qui ne disaient rien quand les cliniques catholiques de leur diocèse pratiquaient (et pratiquent toujours) des avortements?. Peut-être en est-il?

  2. mangouste20

    Ce que dit Mgr. Simon est exact et juste, mais cela ne l’exonère pas de se joindre à la manif pour tous afin de proclamer ouvertement, à Paris, devant la presse mondiale, ce qu’il prêche à ses paroissiens dans son diocèse. en catimini.

  3. Pierre

    Sur la forme comme sur le fond, je ne comprends pas le sens de cette tribune, que je trouve très confuse.

    Mgr Simon semble plus attentif aux « qu’en dira-t-on ? » qu’à la nécessité de défendre des valeurs :

    « … dans l’opinion publique, les manifestations contre le « mariage pour tous » sont perçues comme étroitement liées à celles relatives à l’avortement. On ne peut pas les séparer, car notre attitude vis-à-vis du mariage retentit inévitablement sur la manière dont nous sommes compris par les personnes concernées par une interruption de grossesse.  »

    Ceci me laisse bien perplexe, et ne m’apporte… rien.

    • Alyette Giroud

      Mgr. SIMON a peur du qu’en dira-t-on, peur de s’ afficher clairement, peur d’être critiqué par quelqu’un, peur …peur. .. peur …
      Il est préoccupé de ne déplaire à personne, de ménager toutes les chèvres et tous les choux et la défense de la Vérité vient loin derrière.
      Son Oui n’est jamais un oui et son Non, jamais un non.
      C’est un pauvre homme, nullement un pasteur mais un triste soirée.

  4. Jean-Pierre Delmau

    J’essaie aussi de comprendre Mgr Simon.
    Mais qu’est-ce qui incitera cette femme à venir « nous parler la première » ou à ce que « ses amis intimes, à qui elle a confié son secret, l’incitent à venir nous parler » si l’évêque, qui représente l’Eglise, s’est justement défaussé au lieu de s’afficher comme son défenseur ?
    Là, je ne comprends plus. Qui ira trouver un avocat-conseil qui se défile, ou se défausse ?

  5. pomdapi78

    Si nos épiscopes refusent de défendre nos valeurs, il faut leur couper les vivres, là où cela leur fait le plus mal.
    Au pain sec et à l’eau!

    • Daniel

      Pour moi c’est déjà commencé : plus rien à la quête. Je donne aux organismes charitables et à la formation des vrais prêtres (il y en a en France dans 4 ou 5 séminaires qui échappent à la formation par des faux curé du type de cet évêque)

  6. thery D

    quel message embrouillé.
    Comme tous ceux qui ici écrivent, je ne comprend pas cet évêque.
    C’est de courage qu’il manque.
    On ne peut pas dire « Non le mariage pour tous est une horreur ainsi que l’avortement et ne pas se joindre à ceux qui le crient haut et fort » Il faut joindre les actes à la parole sinon ce n’est qu’hypocrisie.
    Au moins s’il ne veut pas y aller, qu’il se taise et ne fasse pas une tribune.

  7. debonvouloir

    C’est avec les mêmes argumentations alambiquées et la pastorale dite de « l’enfouissement » que l’Eglise est socialement, petit à petit, devenue étrangère à nos contemporains…, sauf pour « les vieux » qui ont vécu dans les patronages au contact des jeunes prêtes avec la messe du dimanche incontournable, avec plein de repères qui finalement alimentaient la fidélité à la foi et au droit naturel et chrétien, dont le premier le respect de la vie dès la fécondation.
    Par ailleurs, il est dans l’ordre des choses que ces manifestations pro-vie ont à leur tête et pour les organiser des « fidèles laïcs ». Las clercs se doivent ‘être solidairesà leurs côtés en soutien moral, spirituel, religieux.
    Ainsi Lech Valesa et « Solidarité » en Pologne ont renversé le pouvoir communiste de leur propre initiative et avec le secours spirituel du Père Popieluszko et nombre d’ aumôniers visibles, en soutane !. Les catholiques aux prises avec le temporel n’étaient pas comme abandonnés de leur clergé.
    Mgr Simon est d’expérience, hélas, un « fossile soixantehuitard », le pasteur d’une Eglise de France à la dérive, d’un temps qu’on voudrait révolu mais que le noyeau dirigeant de l’Episcopat français fait durer.

    debonvouloir

    • Tout à fait vrai, nous nous sentons orphelins, délaissés par nos prêtres et évêques qui, s’ils ne manifestent pas dans la rue pourraient organiser plus de veillées de prière , de chapelets, de messes pour le respect de la vie et en réparation pour ce génocide. Nous devons les traîner comme des boulets !
      Le clergé américain et les fidèles catholiques se battent actuellement avec courage pour ne pas participer financièrement , ni donc cautionner cette culture de mort installée par les élites .
      En France nous sommes englués dans cette culture de mort et les résultats du dernier vote sur l’avortement sont édifiants, hélas……

    • A.F

      des pseudo-cathos en carton-peau-de-lapin, y’en a plein, je ne sais pas ce qu’ils font dans le catholicisme.
      Il est temps de les mettre devant leurs responsabilités et/ou de les virer.

    • lea

      Ils sont si peu nombreux qu’on ne peut que penser àND de la Salette, Fatima : »ce qui afflige le Coeur Immaculé de Marie et celui de Jésus, c’est la chute des âmes religieuses et sacerdotales.Le démon sait que les religieux et les prêtres, en manquant à leur belle vocation, entraînent de nombreuses âmes en enfer. »
      Comment secouer ces prélats honteux et timorés, pendant la 2de guerre,l’Église a témoigné jusqu’au martyre, que sont -ils devenus ces prêtres et prélats??
      Unissons-nous tous pour les pousser puisqu’ils ne savent
      être que des suiveurs au lieu que d’être les bergers qui mènent le troupeau et qui même trouvent normal de désacraliser le patrimoine religieux dont ils ne sont que les gardiens (Mgr Descubes, Rouen) ou Angers…

      Toutes les initiatives sont bonnes à prendre et à se communiquer : constituons des réseaux . Il existe aussi le Nonce Apostolique, 10 Ave du Président Wilson 75016 Paris qui sait entendre nos doléances . Il agira certainement en conséquence. Il est sage et très avisé, mais c’est à nous de l’informer de ce que nous recevons à l’encontre de l’Évangile non seulement dans les actes mais aussi dans les paroles et comment nous le vivons.
      Il nous reste le Rosaire (Fatima) et une foi à toujours renforcer.

      • patrick de la rode

        AU FAIT :
        est-ce que le ‘hoorible épiscope de Rouen a-t-il été contraitnt d’arrêter cette vente sacrilège ! adorateur de la Najaut va-t-il être mis hors circuit ????

  8. Bican Lucette

    J’en arrive à penser que nous devenons comme nos gouvernants, nous ne devons avoir qu’une seule façon de penser !!!
    Ne jugeons pas ! Cet Evêque a bien le « droit » d’agir comme il l’entend : Ses arguments tiennent la route, il se doit d’accueillir les personnes en « détresse », de les écouter, il est vrai que peu iront vers ce qui représente ‘les cathos’ puisque la plupart sont formatés pour « casser » du catho. Personne ne pense qu’il pourrait être d’un quelconque secours, et pourtant !!!
    La question à nous poser est : « Que ferait le Christ à notre place ? Irait-il manifester où écouterait-il ceux qui l’entourent ?? ». Croyons, cependant à la force de la prière !!!! Plus que jamais !!! Et agissons comme il nous semble bon !!!!

    • Sygiranus

      Son argumentaire humaniste d’ONG dans le vent n’est pas à la hauteur de l’enseignement spirituel que son sacre lui impose de donner.
      De même que le Christ s’est incarné et a agi physiquement pour donner son enseignement spirituel, de même nous avons une âme dont le spirituel meut notre corps dans des actes physiques souvent passablement exigeants.
      « Je vomis les tièdes ! » a dit le Seigneur.

    • boubert

      la réponse est simple: l’écoute est une chose et personne dans ces courriers ne dit autre chose que cela. Mais l’action est autre chose le Christ n’a-t-il pas renversé les marchands du temple?
      Alors de grâce, ne mélangeons pas tout:
      – la manifestation est nécessaire et intelligente
      – l’écoute est nécessaire et indispensable
      – mais l’un sans l’autre est un canard boiteux!

  9. On ne voit pas bien où cette longue prose confuse et venteuse veut nous mener …
    Cela fait penser au discours d’un timide ou ce qui me parait possible à celui d’un franc-maçon. Car enfin si un catholique ne prend pas ouvertement position sur des faits aussi graves que pma, gpa, destruction de la famille, c’est tout simplement qu’il a fait des choix intimes autres que celui de l’église…
    Tout cela est fort trouble ….

  10. zézé

    Euh !!! On parle d’un pleutre ? d’un prêtre ? ou celui qui est censé représenter l’APOTRE ?
    Il croit en Dieu ? en Jésus Christ ? au Saint Esprit ? à la STe Eglise catholique ? à la communion des Saints ?
    Récite-t-il son chapelet ? lit-il son Bréviaire ? heum j’en doute ! pardonnez-moi mais là il se donne beaucoup d’excuses toutes plus nulles les unes que les autres ! Où a-t-il vu que « s’il se joignait aux manifs cela montrerait quoi ? Ah oui ! Il montrerait qu’il croit en DIeu et à son Fils Jésus qui dans son commandement a dit : Tu ne tueras point !!!!!

  11. Mgr SIMON n’a pas l’intention de participer à la MPT, C’est évident ! Motif réel: confort personnel ? lassitude ? ce n’est pas notre problème. Mais le plus surprenant est l’explication confuse qu’il se donne pour se justifier. Car comme bien souvent le discours est sensé mais reste très partiel, voire très partial ! Car au-delà de l’accueil privé en son bureau (!) il y a la force de l’expression des cent milles qui participent (plus courageusement) à la manifestation.
    Ce Monseigneur ferait bien de réfléchir au-delà de son confort personnel.

  12. alix

    Si Mgr Simon est heureux que des femmes pensent à venir confier leur détresse de mères-contre-leur-gré à l’Eglise, c’est déjà que ces femmes sont sûres qu’elles trouveront auprès des chrétiens une oreille attentive, compatissante, et une voix porteuse de vie. Et comment en seraient-elles sûres, si la voix de l’Eglise ne se fait pas entendre fort, clairement, lors de ces grandes manifs contre le changement de civilisation, et pour une vision de l’Homme pleine d’espérance?

  13. BRUNIER Jean-Marie

    Aujourd’hui il nous faut des pasteurs de tous nos combats…hélas nous avons depuis longtemps des prélats cauteleux sûrement adeptes de la doxa de gauche.
    Si nos « guides spirituels » n’ont plus le courage de monter au créneau, alors nous assisterons au suicide programmé du christianisme !

  14. grocha

    La lampe ne doit pas rester cachée sous le boisseau.
    Et aussi : « Quiconque m’aura confessé devant les hommes, moi aussi je le confesserai… »
    Que penser des ecclésiastiques qui souhaitent rester discrets, quitte à laisser tourner en ridicule sans réagir leur religion?
    pourtant, il a été fait appel à la publicité télévisuelle il y a 10 ans (ça a coûté combien?) pour rappeller aux donneurs à la quête qu’un euro valait moins qu’une pièce de 10 francs.
    On est proche des politiciens qui se disent chrétiens et refusent de faire interférer les valeurs chrétiennes et leur engagement politique.
    Vous avez dit pharisiens?
    Pas étonnant que les églises soient vides.

  15. Bourgeois

    Monseigneur,
    En agissant comme vous le faites, vous gagnez quelques cœurs; et dans le même temps vous en perdez des milliers.
    C’est de l’idiotie ou du vice ?
    Votre devoir est de montrer la voie. Mais la connaissez-vous encore?

  16. Daniel

    « Pas de divergence sur le fond mais sur la méthode » : Et votre méthode, Mgr, celle que vous exposez dans la suite, quels sont ses fruits? On voit la bonté de l’arbre à ses fruits. Si je comprends les échecs pastoraux que vous confessez ensuite, votre méthode est assez stérile et impuissante.

    « il ne s’agit pas pour nous de prendre une initiative pour secourir un enfant abandonné. Il s’agit au contraire d’espérer qu’une femme, en détresse … osera traverser la rue » : C’est vrai, faites du gras assis dans votre fauteuil bien au chaud dans votre bureau ou dans vos réunion bidons, et attendez que quelqu’un qui ne vous connait pas vienne vous voir. Ça s’appelle « non assistance à bébé en danger » votre refus de prendre une initiative. Sachez que le Christ a été au devant des gens il ne les a pas attendu dans un bureau. Il s’est exposé, il a été chasser les marchands du Temple. Vous ne méritez certes pas votre titre de successeur des apôtres, eux qui allaient contre l’avis des autorités prêcher au périls de leur vie dans les Synagogues.

    « Ce que me semblent oublier les gens qui manifestent – avec trop de force -, c’est tout simplement ceci : pour sauver un enfant … il n’y a qu’un seul chemin, … parler à la conscience de sa mère …Or, pour pouvoir parler à la conscience de cette femme, encore faut-il qu’elle ose venir » : A oui, nous manifestons avec trop de violence à la Manif pour Tous ? Vous n’y êtres pas allé, comment pouvez-vous dire ça ? Cela prouve que vous êtes bien un rond-de-cuir. Vous êtes tellement sourd et aveugle que vous ne voyez même pas que nous manifestons contre le gouvernement de vos complices francs-maçons et libertins; Jamais il n’y a eu un slogan contre ceux qui sont dans la détresse d’une grossesse impromptue ou d’un décalage entre leur nature sexuée et leurs désirs sexuels. 700’000 pétitions c’est trop de force ? 1,3 millions de manifestant dans le froid, et ce trois fois, avec mères, enfants, grands-parents, parents, c’est trop de force ? Et tous ces jeunes qui donner de leur générosité, ces veilleurs, c’est trop de force? Vous ne les verrez jamais chez vous, vous les ignorez.
    « il me semble que nous avons surtout besoin de retrouver notre crédibilité au sein de la société civile » : La votre est foutue mon cher, et celle de votre Eglise locale aussi, vous qui attendez un témoignage de la part des hommes.
    « Que l’Esprit nous soit en aide !  » : Oui que l’Esprit Saint vienne en vous pour éclairer votre inintelligence des choses, votre attentisme et votre tiédeur. Et j’espère qu’il n’attend pas dans son bureau que vous veniez de vous-même le voir …

  17. THEOBALD François

    Personnellement je ne comprends pas cet évêque qui semble redouter avant tout de donner par sa présence un « caractère confessionnel » à la manifestation de cette fin de semaine !!! Où qu’il aille Mgr SIMON donnera par sa simple présence un caractère confessionnel à ses déplacements. Si c’est là sa grande crainte, il doit démissionner de son poste d’évêque et rentrer dans un couvent ! Ses prières intimes seront probablement utiles aux combattants. Car le peuple catholique a besoin (1) d’évêques qui partagent ses soucis non seulement dans le secret des lieux privés, mais en public et dans les actions politiques et (2) de moines qui prient pour les combattants du front.
    FT

  18. Alyette Giroud

    De la même façon en son temps, Mgr. SIMON a refusé de soutenir la référence aux racines chrétiennes de l’Europe.
    Mgr. Simon est une lumière sous le boisseau.
    Sauf son respect, c’est un LÂCHE.

    • Anne Lys

      Malheureusement, beaucoup de membres du clergé – en gros ceux qui ont été « formés » dans les séminaires diocésains depuis … 1925 environ, et jusqu’à ce que certains de ces séminaires (la Castille à Toulon, par exemple) aient été réformés – sont tout à fait partisans de laisser la lumière sous le boisseau. Ils sont ennemis de ce qu’ils appellent « prosélytisme » et prennent toute action publique, toute affirmation ferme de foi catholique, toute évangélisation, pour du prosélytisme.

      Certains d’entre eux sont persuadés que l’Église ne se sauvera qu’en éliminant tous ceux qui ne partagent pas leurs principes « d’enfouissement » (il n’y a rien de pire, à leurs yeux, que d’être « triomphaliste », « prosélyte » au sens que je viens d’exposer) ; ils veulent chasser de l’Église tous ceux qui ne pensent pas qu’il suffit d’être « politiquement correct », de tolérer toutes les différences sauf celles des Catholiques traditionnels, de faire du bien à son prochain pourvu qu’il ne soit pas catholique et qu’il soit géographiquement éloigné, mais qu’il est inutile et même nuisible à la véritable vocation de l’Église d’affirmer que cet amour du prochain, ils l’ont « pour l’amour de Dieu ».

      Alors, selon eux, l’ONG « Église catholique », réduite au «petit reste » auquel l’Écriture fait allusion, accomplira vraiment sa vocation. Que ses membres ne croient plus aux vérités révélées par le Christ, pas même, le plus souvent, à Sa résurrection (comme tel récent évêque d’Amiens qui, sitôt quitté son siège épiscopal pour raison d’âge, a déclaré qu’il n’y croyait pas, qu’il s’agissait d’une « rumeur » ayant eu cours chez les premiers chrétiens), cela n’a pas d’importance. Que l’Église n’ait plus d’autre visibilité que sociale, cela leur est bien égal, surtout si on continue à leur manifester le respect qu’ils pensent leur être dû, et à leur obéir sans murmurer, même si leurs instructions semblent contredire celles du souverain pontife (dont ils ne reconnaissent d’ailleurs pas l’autorité, le considérant seulement comme « primus inter pares ».

  19. Pierre J.M

    Pourquoi être surpris par la position de l’ Archevêque de Clermont ? Elle est tout à fait conforme à sa personne : manque de courage dans les décisions, pas de vagues, dépenses somptuaires (centre diocésain de pastorale, archevêché), et puis, il ne faut pas déplaire aux petits copains socialistes….
    Pauvre diocèse avec un tel pasteur à sa tête.

  20. Daniel

    Et j’ajouterais : S’il advenait qu’une femme vienne dans son bureau discuter de son intention d’avorter, il faudra qu’il n’oublie pas de lui donner l’adresse de l’avortoir le plus proche s’il ne veut pas tomber sous le coup de cette loi libertaire contre laquelle il ne veut pas manifester, sinon il sera accusé de propaganda anti-IVG par ses alliés objectifs.

  21. de Provenchères Charles

    Mgr H Simon et moi avions prévu de nous rencontrer pour une « explication « sur ces prises de positions .Cette nouvelle prise de positions qui essaye de justifier sa différence avec ses confrères démontre une fois de plus que Mgr Simon n’est pas un pasteur engagé au service de l’Eglise ,prêt à sortir de son Archevêché pour défendre les valeurs de l’Evangile.
    Il ne faut pas compter sur lui pour nous soutenir .Il n’est pas fiable.Ses explications pour justifier sa position ne sont pas convaincantes.
    Ont peut manifester et être également un homme d’écoute,l’un n’empêche pas l’autre !!
    Je vais lui écrire pour lui dire que je n’irai pas le voir car je n’ai plus rien à lui dire.
    Notre diocèse n’a pas la chance d’avoir des pasteurs comme Lyon ,Avignon ,Toulon ,Bayonne et heureusement bien d’autres que je ne nomme pas faute de place…

    Charles

  22. Struyven

    Je peux comprendre l’attitude de Mgr Simon. Et j’estime que chacun a le droit au respect de ses convictions. Comme je peux comprendre, il dit qu’ils savent (les élites) et que l’Eglise a déjà porté et claironné haut et clair ses opinions sur pas mal de ces sujets. Il craint un amalgame confessionnel. Est-ce à craindre, ou plutôt ne faudrait-il pas que cela soit justement où les chrétiens sont là et ont besoin d’encouragements. maintenant, s’il préfère prier, il ne faut pas sous-estimer la puissance de la prière. Si tous ceux de la manifestation emplissaient les églises, partout en France, n’auraient-ils pas plus de chance que la Providence se penche sur eux ? Voilà, je ne veux juger personne et reste admirative devant ceux qui manifestent et qui ont du courage. Que Dieu les entende et les bénisse tous !

  23. m.

    « ….Ce que me semblent oublier les gens qui manifestent avec trop de force, c’est tout simplement ceci : pour sauver un enfant encore blotti dans le secret du sein maternel, il n’y a qu’un seul chemin, celui qui consiste à parler à la conscience de sa mère. Tout le reste serait violence …. »

    Mgr Simon ne nous donne pas l’impression d’avoir entendu parler de ce que font ( et depuis très longtemps ) les associations pro-vie et Mr le Dr Dor !

    De plus, lorsque l’on est dans la détresse, quel bien, quel réconfort cela doit être de voir qu’autant de monde aient le courage de braver les autorités !!

  24. chouan 12

    Mgr Simon n’est-il pas FM ? c’était un grand copain du triste Bellino qui était un grand FM et qui ne se cachait pas à Rodez pour aller à la loge sans doute pour manger des petits fours! A une certaine époque le peuple destituait les évêques qui ne correspondaient pas aux successeurs des apôtres il est grand temps que cette coutume soit remise à l’honneur: vox populi, vox Dei » car marre de ces baratineurs patentés qui vous parlent de charité et se conduisent comme de véritables cuistres, le berger doit aller audevant du troupeau, mais pour eux les gens qui manifestent ne sont pas le troupeau car ils sont paraît-il trop tradis trop à droite trop bien élevés trop ceci ou trop cela, mais qu »une bonne fois pour toutes on leur coupe les vivre plus de denier du culte tant qu’ils ne se seront pas mis en marche pour défendre la famille la vie du début jusqu’à la fin et la liberté du peuple de France qui est en train de subir une dictature comme il n’en avaient plus connue depuis la révolution car les guignols au pouvoir sont bien les dignes descendants des Robespierre, Danton et autres abrutis du même acabit. Alors Mgrs voulez-vous jouer aux prêtres jureurs ou faire comme en Pologne devant le péril bolchevik il est temps de sortir de vos palais!

    • patrick de la rode

      oui, tout à fait F.M. ! n’oublions pas que Saint Pie X a été élu alors qu’un F.M. allait d »éhonorer le trôme pontifical, et que c’est le carcinal de Vienne, mandaté explicitement par l’Empereur, roi apostolique que Hongrie, qui éleva son veto !

  25. Max

    Cette défense pro domo de l’archevêque de Clermont – Ferrand est rocambolesque à tous égards mais en particulier sur un point, à savoir que pour justifier la non participation à la manifestation du 2 février, ce qu’il trouve comme argument, -on hallucine- c’est que cela risquerait d’être interprété comme une caution donnée par lui à la manif d la marche pour la vie qui avait précédé.
    Autrement dit, Mgr Simon s’affiche comme opposé à la marche pour la vie. Observons au passage que cet archevêque d’un diocèse de France se montre ainsi en divergence avec la position prise par le pape François.
    Qui plus est, les arguments qu’il invoque à l’appui de son opposition à la marche pour la vie manifeste un manque de discernement sinon de courage, inacceptable pour un archevêque. il nous explique qu’être opposé à une loi de l’Etat dont l’objet est de supprimer l’évocation de la détresse que peut entraîner l’avortement, de même que l’évocation des moyens permettant d’informer les femmes poussées à l’IVG sur la gravité de cet acte, rendrait impossible par la suite l’exercice de sa responsabilité pastorale dans le sens justement d’accueillir dans son bureau une femme qui venait lui confier sa détresse. Combien de temps nos autorités ecclésiales vont continuer à prétendre que charité et vérité sont inconciliables? Assez, assez de ce contresens coupable et mortifère, qui dénote en réalité et un manque de charité et un manque de foi, et tout simplement une trahison de l’Evangile.

  26. François

    « Pour le reste, c’est le secret de leur décision intime. Malheureusement, il est aussi arrivé que des femmes, après cet entretien, aient suivi les conseils de leur entourage immédiat qui les incitait à ne pas garder l’enfant annoncé. Mais qui serions-nous pour aller les dénoncer ? »

    Cette expression : « Mais qui serions-nous pour aller les dénoncer ? » est typique de la fausse humilité ! En fait typique d’un orgueil immense !
    Dénoncer veut dire plusieurs choses :

    – dénoncer, verbe transitif
    Sens 1 Signaler une personne comme coupable à la justice. Synonyme signaler
    Sens 2 S’élever publiquement contre quelque chose, manifester son désaccord. Ex Dénoncer une procédure. Synonyme révéler Anglais to denounce to
    Sens 3 Annuler, annoncer la rupture de. Ex Dénoncer un contrat. Synonyme rompre Anglais to denounce to
    Sens 4 Indiquer, révéler, laisser voir [Figuré]. Ex Sa façon de marcher dénonce une vieille blessure à la jambe gauche. Synonyme indiquer Anglais to betray

    Quelque soit l’acception (La 2 semble t-il !) du terme (imprécis) employé par cet évêque, et non cet épiscope car il ne satisfait plus au rôle de surveillant (protecteur) des chrétiens il y a une faute dans ses propos : on ne lui demande pas de juger telle femme en détresse (son Créateur s’en chargera) mais de se prononcer sur des actes.
    Tuer est un crime mais « dénoncer » les actes criminels ce n’est pas juger l’auteur de l’acte !
    Il y a des cas de légitime défense, de « guerre juste »… mais en l’occurrence qu’y a t-il comme motif valable et sérieux à tuer un être innocent et sans défense alors même que la vie de la mère n’est pas en danger (par exemple grossesse extra utérine…) ?

    Lamentable ATTITUDE de cet « administrateur » d’un diocèse qui n’a plus de brebis et donc ne les soutient plus !
    Mais son Créateur le jugera mieux que nous ; contentons nous de DENONCER ses lâchetés et de dire qu’à la France il faut des EPISCOPES et nous des liquidateurs « religieux » !

    • Anne Lys

      Dans le cas d’une grossesse extra-utérine (plus précisément de grossesse tubaire, car certaines grossesses extra-utérines, où l’embryon s’est fixé hors de l’utérus mais aussi hors des trompes, peuvent arriver à terme) il n’y a pas « avortement » : il y a une intervention chirurgicale destinée à sauver la vie de la mère en évitant la rupture spontanée de la trompe qui est le plus souvent mortelle ; cette intervention ne permet pas (sauf cas tout à fait exceptionnel : il y en a eu un il y un an ou deux) la survie de l’embryon, mais elle n’est pas destinée à le tuer et n’est donc pas un avortement.

  27. Goupille

    Blablabla et langue de buis.
    Un de plus qui se cache entre le mur et le papier peint et cache son indifférence et sa couardise derrière de la rhétorique.

    « Ne mettez pas la lumière sous le boisseau » :
    NS Jésus Christ serait dans la rue à côté de nous.
    Il est dans la rue à côté de nous.
    Les Catholiques ne sont dans la rue que pour permettre à NS Jésus Christ d’y être, pour une fois.

    Et ce n’est pas parce que certains dirigeants ambigüs de la MPT reléguaient signes religieux et soutanes qu’il faut leur obéir.

    « Ces Evêques vont finir par poser problème », comme disait Juppé dans un contexte proche.
    Grande est la patience des Catholiques.

  28. henri

    Après tout plusieurs chemins mènent à Rome. le point postif soulevé par Mgr Hypplyte Simon, c’est il faut lutter contre l’avortement et il est vrai que l’action personnelle est aussi vitale. Il est vrai qu’aucun slogan ne suffit. D’un autre coté une grave détermination à refuser ce qu’on nous impose ressort aussi du champ politique et peut aussi contribuer à faire reculer un pouvoir à nos yeux illégitime. Il est vrai que certains évêques peuvent aussi avoir le besoin d’être en retrait, d’autres sont plus offensifs. L’important, c’est que chacun joue sa partition, nous laïcs compris sans nous diviser . Ne rien lâcher, ce n’est pas déserter le combat , chacun prend ses responsabilités et remercions Mgr Simon de son souci d’acceuillir les femmes en détresse et de tenter de les aider à la surmonter. On ne lâche rien ni pour l’intérieur ni pour l’extérieur et cela portera ses fruits.

  29. Jacques

    Mgr Simon ne semble pas savoir que le gouvernement nous prépare une loi interdisant à beaucoup d’associations de prendre parti et surtout d’aider les mères en détresse (laquelle détresse va d’ailleurs être supprimée de la loi Veil).
    Il est prévu à terme que seul le Planning familial pourra intervenir auprès des mères en détresse : on imagine le type de conseil qu’elles obtiendront!
    Non Mgr , le temps de vivre couché est révolu, il faut vivre debout pour combattre ET à genoux pour prier, chacun selon ses possibilités;
    Allons du courage!

  30. YVES

    Mgr Simon l’un n’empêche pas l’autre!
    Vous pouvez recevoir comme vous l’avez très bien fait des femmes en détresse dans votre bureau et en même temps montrer votre engagement, confessionnel.
    Justement,pour encourager les fidèles dont vous avez charge d’âme et qui pourraient être dans le doute sur ces questions surtout voyant le peu d’engagement visible de la majorité des évêques de France.
    Imaginez l’impacte sur les chrétiens et plus largement sur le monde si TOUS les évêques de France étaient venus manifester.Mais au contraire vous laissez l’impression d’un doute , d’un flottement.
    Croyez vous que les espagnols seraient revenus sur cette loi s’il n’y avait pas eu de grandes manifestations en ce sens?
    Je pense que vous avez, en fait, honte de manifester.
    On dirait que vous n’êtes pas vraiment « dans vos baskets »
    par rapport à votre foi (dont je ne doute pas) aux valeurs chrétiennes.
    Créez alors de grands mouvements des processions,faites des conférences de presse, venez parler au peuple sur les plateaux TV etc..On ne vous entend pas!

  31. Monsieur l’Evêque.
    Tout a été dit dans les précédents messages. Votre texte est trop long, incompréhensible; embrouillé, en un mot : ennuyeux.C’est d’ailleurs, la meilleure façon de se défiler.Aussi, un petit tuyau, monsieur l’Evêque . Pour qu’une phrase soit accessible à tous, faites court. Sujet, verbe, complément, et accessoirement un adjectif..
    Bonne journée.

  32. charlier

    Il faut savoir ce que l’on veut : Etre fort avec les faibles et faible avec les forts!
    la voilà la réponse, surtout ne pas déranger le politiquement correct, c’est la continuité de 68 quand la hiérarchie religieuse a abandonné les adolescents qui n’ont rien compris à leur manège diabolique!
    mais les témoins sont là, dommage pour eux!

  33. Page

    il me semble que le Christ ne commencerait pas par se justifier et Il entrainerait très certainement bon nombre à commencer de prier et Il enseignerait La bonne Parole (en place de bla bla).

  34. que ferait le CHRIST ?
    Il se situe dans le Royaume de Dieu donc dans le respect de la vie, dans la culture de la vie
    le royaume des hommes est dans la culture de la mort, « Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font « 

  35. Michel Cliche

    Je ne suis pas juge et nous pouvons en débattre indéfiniment le pour et le contre. Par contre, je n’ai aucun doute, le tabernacle de l’enfant à naître devrait être inviolable en regard de nos lois ! C’est écrit « en ton pays, tu n’avorteras pas » ! Plus que l’on voit la croix de la Vie et plus nous sensibilisons les gens à la vraie Foi chrétienne. C’est à chacun d’y adhérer ou pas. Sans oublier qu’il faut savoir aider et pardonner !

    Si l’on doit cacher la Croix, pourquoi les compagnies investissent-elles tant dans la promotion de leurs produits ?

    Porter la CROIX est une prière !

  36. toubib16

    Encore un épiscope adepte de la « langue de buis ».
    Ils sont indécrottables et méprisables.
    A croire que le sieur académicien Dagens a fait des émules.
    Pauvre Eglise de France avec des vendus comme ça.

  37. Tibère

    Cette lamentable plaidoirie en défense par un archevêque ne fait qu’illustrer la crise des autorités de l’Eglise qui est en France. Ce qui est grave, c’est qu’il n’y ait un seul évêque qui ait annoncé sa participation. Cette proportion infime donne à penser que les autorités ecclésiales jugent que la manifpourtous est extrêmiste ou bien que la cause qu’elle défend n’est pas fondamentale. C’est grave.
    Mais de plus, cette faute-là s’accompagne de plusieurs autres.
    1)Quand les autorités ecclésiales vont-elles dire clairement au Pouvoir politique la vérité sur le mal de leurs réformes sociétales ? Elles l’ont fait il y a dix-huit mois, mais depuis janvier 2013 elles ont abandonné le combat contre la loi Taubira. De plus on ne les entend pas contre les autres projets: l’ingérence de l’Etat dans l’éducation des enfants, la PMA qui va faire advenir au monde des enfants orphelins de naissance ?
    2) Un certain nombre de catholiques jouent un rôle déterminant en faveur de ces réformes. Le Président de la République est entouré de cathos qui ne le dissuadent nullement de poursuivre dans cette voie malsaine. Des parlementaires catholiques ont voté la loi Taubira ainsi que la loi sur l’avortement et certains occupant des postes-clés sur ces dossiers. Leur évêque ou leur curé leur ont-ils dit que, ce faisant, ils commettaient des fautes très graves, ainsi qu’énoncé clairement par la Cg pour la doctrine de la foi.
    3)Au moment de l’élection présidentielle, la conférence des évêques de France n’a pas retransmis les 3 points non négociables comme devant être pris en compte prioritairement par les électeurs catholiques dans leur vote. Dans son doc. du 3 octobre 2011 intitulé « Elections, un vote pour quelle société » le Conseil permanent de la CEF a proposé 13 points de discernement pour éclairer les votes au sein desquels se trouvaient noyés les 3 points non négociables et avec la précision: « à chacun de nous, il reviendra de hiérarchiser ces différents points du vote « . Ceci contredit très exactement l’orientation du Pape de réserver une priorité toute particulière et de manière non négociable à 3 points.
    En conclusion, les autorités ecclésiales en France ont une responsabilité objective directe dans ce qui se passe aujourd’hui. Il faut qu’elles en prennent conscience, que ceci cesse et qu’à partir de maintenant, pour la folie du genre, de la PMA, de la GPA, l’Eglise énonce clairement que ces projets contre-nature sont un mal odieux et inique et déraisonnable.

  38. karr

    Il est évident depuis longtemps que nombre d’évêques ne sont pas dignes d’occuper la place qu’ils occupent,puisque nous demandons la démission de M Hollande pourquoi ne pas demander celle de ces évêques?
    Il ne s’agit pas de douter de la validité de leur consécration mais de prendre acte de ce que ces hommes font ou ne font pas!
    Nous avons besoin de véritables pasteurs conscients de leurs responsabilités et des devoirs de leur charge,Monseigneur Simon fait partie de ces évêques qui laisseront des diocèses dans un état pitoyable.

  39. Savi

    Éminence,

    Certes, il est plus facile de crier: « Père, Père » que de faire Sa Volonté cependant qu’il est plus tortueux d’expliquer que mieux vaut crier Père, Père » que d’accomplir Sa Volonté.

    Pierre Savi,
    médecin de campagne

  40. Melmiesse

    la manifestation est lancée et si elle est un fiasco, l’action locale de Mgr Simon en sera bien difficile; il pourrait au moins envoyer les paroissiens qui peuvent s’y rendre

  41. Anne Lys

    Je trouve moi aussi extraordinaire que Mgr Simon s’imagine que les Catholiques qui combattent l’avortement, non seulement en faisant tout ce qu’ils peuvent, lorsque l’occasion s’en présente, pour toucher la conscience de la pauvre femme qui souhaite avorter, mais en s’adressant au pouvoir politique pour qu’il cesse de favoriser l’avortement, pourraient aller dénoncer ces malheureuses, même quand – et cela arrive – elles n’ont que des motifs futiles. Les dénoncer, d’ailleurs, à qui et pourquoi ? elles sont dans leur « droit ».

    Il me semble d’ailleurs que se contenter d’attendre passivement que la femme en détresse vienne à lui, de ne rien faire pour venir à elles (comme le fait le Dr Dor, par la prière devant les avortoirs), afin de leur faire comprendre que ce qu’elles s’apprêtent à détruire, c’est une enfant, LEUR enfant, dont le coeur bat indépendamment du lueur, et non un tissu de leur propre corps, cela ne paraît guère suffisant de la part d’un de nos évêques…

    Mgr Simon devrait d’ailleurs savoir que les nouvelles lois sur l’avortement rendront illégales ses tentatives de toucher individuellement celles qui viendraient à sa porte.

    Et s’il ne veut pas combattre ces nouvelles lois, est-il prêt (comme précisément l’a fait et le fait encore le Dr Dor) à aller en prison, à payer de lourdes amendes, chaque fois qu’il tentera d’éclairer la conscience d’une femme qui est tentée par l’avortement ?

    Ou renoncera-t-il, au nom de l’obéissance à la loi civile et du risque de « confessionnaliser » ce qui, à son avis, ne doit pas l’être ?

  42. Petit rappel à l’attention de Monseigneur :

    – Hippolyte Simon, es-tu mon serviteur ?
    En moi reconnais-tu l’unique et vrai Seigneur ?
    – Je suis, vous le savez, mon Dieu,
    Un homme de paix, bon et pieux.
    – Si tu dis vrai, mon fils, si tu n’es pas menteur,
    Alors pais mes brebis et guide les sans peur.

    Hippolyte Simon, es-tu mon serviteur ?
    – Mais en tout temps, comme en tout lieu !
    – Alors pais mes brebis et guide les sans peur.

    Hypocrite Simon, es-tu mon serviteur ?
    Pourquoi te dérober aux devoirs du pasteur ?
    – Hélas, hélas, je comprends mieux…
    Mais regardez, je suis si vieux…
    – Je fus au Golgotha : tu peux marcher quatre heures ?
    Alors pais mes brebis et guide les sans peur !

    http://philippeaucazou.wordpress.com/2014/01/31/tu-manifesteras-mon-fils-dialogue-versifie-2-rondel-a-deux-refrains-1/

  43. Que pouvons-nous faire,Monseigneur, sinon prier pour vous.
    Vous avez le titre de « Pasteur »? Qu’en faites-vous?
    Allez brebis, manifestez, défendez les valeurs auxquelles vous croyez, moi je vous attends à la maison!

  44. Romanos

    Oh ! Poussez pas derrière !

    Courage ! Fuyons ! (nos responsabilités : ecclésiales, pastorales, civiques, sociales, humaines … ).

    Vous avez dit évêque = successeur des APÔTRE !?

  45. boubert

    Cet Evêque fait partie de ceux qui doivent laisser la place car il me semble que quelqu’un à dit: « je vomis les tièdes ». Or manifester n’est pas aussi agréable que de rester chez soit au coin du feu pendant que le temps passe!
    Il ne faut pas tout mélanger mais là nous sommes sur un problème majeur de modification de la société.
    Le Christ a dit: « ne séparez pas ce que Dieu a unis » et ailleurs, « l’homme quittera son père et sa mère ». Jamais il n’a dit que des hommes pourraient s’unir, procréer avec l’assistance de femmes qui loueraient leur ventre etc…
    Alors Monseigneur, suivez l’enseignement de l’Eglise ou démissionnez pour ne pas être un traitre qui entraînerait avec vous des âmes perdues et sans repères.

    L’idée que le denier de l’Eglise soit réservé au diocèse ou aux paroisses qui suivent l’enseignement du Pape me plait assez, c’est une manière claire de faire comprendre aux évêques que les brebis réfléchissent et ne les suivent pas aveuglément! Nous ne voulons pas nous perdre, mais suivre le chemin du Christ pour aller à Dieu.

  46. BRUNIER Jean-Marie

    Qui a dit ?

    « Nous voulons détruire la civilisation judéo-chrétienne : pour ce faire nous devons d’abord détruire la famille, pour détruire la famille nous devons l’attaquer dans son maillon le plus faible : son maillon le plus faible est l’enfant qui n’est pas encore né, donc nous sommes pour l’avortement ».

  47. R. BUI

    Décidément tout ces évêques de 68 n’en finissent pas d’étaler leur venin: Mgr Simon papa de Mgr Fonlupt et toute sa bande…. quelle scandale ces évêques de carrière ! mais que fait la relève v!!

  48. Henri

    plus grave encore que cette plaidoirie dérisoire à propos de son absence à la manifestation, la question qu’il faut poser à nos évêques est la suivante: quelle est leur attitude vis-à-vis des catholiques eux-mêmes, qui sont leurs ouailles, par rapport aux projets iniques et radicalement contraires à leur foi et à leur raison que poursuit le pouvoir dans le domaine de la filiation et de la famille? Ont-ils appelé les députés et les sénateurs catholiques de leur diocèse qui s’apprêtaient à voter la loi Taubira pour leur dire qu’ils commettraient une faute très grave s’ils le faisaient? Idem pour la loi qui a renforcé l’IVG?

    Plus jamais cela pour les projets à venir!

    • toto

      à Henri
      Mais non , mais non, nos évêques donnent la communion aux avorteurs et autres pécheurs publics et scandaleux.
      « Qui suis-je pour juger? » Messeigneurs, vous, vous n’êtes rien, vous êtes les successeurs des Apôtres et par eux c’est l’Eglise qui juge, donc le Christ. Et vous laissez ces députés inconscients mettre leur salut éternel en danger parce vous n’avez pas enseigné à temps et à contre-temps ce qui était mal et ce qui était bien.

  49. Sygiranus

    Halte !
    Malgré tout ce que l’on peut penser de son comportement et ce que celui-ci peut mériter, on n’insulte pas un évêque ou un prêtre, pas plus qu’on ne porte la main sur lui. Ce sont des représentants de Dieu sur terre, plus ou moins dignes, là n’est pas le problème. Cela n’empêche pas la fermeté à leur égard mais la dignité de Dieu est sur eux.
    « Priez pour vos ennemis, faites-leur du bien. Vous amasserez des charbons sur leur tête s’ils ne viennent pas à résipiscence ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>