DDM JOEL BOYE CONFERENCE DE PRESSE  PRESENTATION NOUVEL EVEQUE TARBES

Miracles de Lourdes : revers pour Mgr Perrier

Download PDF

Sur son blogue, Yves Daoudal constate que la tentative de l’ancien évêque de Lourdes a lamentablement échoué :

« Mgr Jacques Perrier a été l’évêque de Lourdes de 1997 à 2012. En 2006, il a décrété que la Sainte Vierge ne ferait plus de miracles dans cette ville. Mais si les évêques français ont dit amen, ce n’est pas le cas des évêques d’ailleurs. Et l’évêque de Pavie, Mgr Giovanni Giudici, vient de publier un décret par lequel il reconnaît officiellement la « guérison prodigieuse » de Danila Castelli comme un « miracle »…

Or, comme il s’agit de la 69e guérison reconnue inexplicable par les médecins, ratifiée par un évêque, la précédente (en 2011) devient ipso facto le 68e miracle, alors que Mgr Delmas, l’évêque d’Angers, avait pris soin de ne pas aller au-delà du terme de guérison « remarquable » (le mot des médecin, mis entre guillemets) pour se conformer au diktat de Mgr Perrier.

En mars 2011, j’avais évoqué, dans Daoudal Hebdo, l’incroyable « réforme » de Mgr Perrier, et expliqué pourquoi elle était illégitime (outre l’affront fait à la Sainte Vierge).

Ce qui est extraordinaire est que cette réforme de 2006, qui fixe les trois étapes de reconnaissance de la guérison, continue de parler de miracle. C’est à la fin de la troisième étape, celle de la guérison ratifiée. C’est-à-dire d’abord certifiée comme exceptionnelle par le CMIL, selon les sept critères de Lambertini, puis proclamée par l’évêque du diocèse du guéri, qui fait une reconnaissance canonique du miracle.

Mais on a décidé que l’on ne pouvait plus jamais aller jusque-là, parce que, selon Mgr Perrier, « l’application de certains des critères de Lambertini est aujourd’hui presque toujours impossible : les diagnostics se prétendent rarement infaillibles ; tout malade a bénéficié d’un traitement ; une dimension psychique est toujours impliquée ».

C’est ahurissant. Voici les critères de Lambertini (cardinal Lambertini, futur Benoît XIV), tels qu’ils sont donnés par Mgr Perrier lui-même :

1. la maladie doit avoir un caractère de gravité, avec un pronostic défavorable,

2. la réalité et le diagnostic de la maladie doivent être assurés et précis,

3. la maladie doit être uniquement organique, lésionnelle,

4. un éventuel traitement ne doit pas avoir été à l’origine de la guérison,

5. la guérison doit être subite, soudaine, instantanée,

6. la reprise des fonctions doit être complète, sans convalescence,

7. il ne s’agit pas d’une rémission mais d’une guérison durable.

Or il n’est pas dit que le diagnostic est donné comme « infaillible », et les critères ne supposent absolument pas que le malade n’a jamais reçu de traitement. Reste la « dimension psychique », qui est donc le prétexte invoqué pour ne pas reconnaître le miracle. Il est pitoyable, mais en effet radical. Comme les critères n’évoquent pas la dimension psychique, et comme il y a une dimension psychique dans toute guérison, quelle qu’elle soit, exit toute possibilité de miracle.

(…) Y aura-t-il un évêque pour passer outre le diktat de Mgr Perrier, et publier une reconnaissance canonique de la guérison miraculeuse du miraculé de son diocèse ?

Car enfin, Mgr Perrier n’est pas propriétaire des non-miracles de Lourdes, et sa décision, qui est un affront à la Sainte Vierge et à Dieu lui-même, est totalement illégitime. Ou alors il est urgent qu’il explique au pape qu’il ne doit plus y avoir de béatifications ni de canonisations (sauf martyre). Car pour qu’un chrétien soit béatifié, puis canonisé, il faut qu’un miracle soit reconnu. Or, comment la congrégation pour la cause des saints reconnaît-elle un miracle ? En utilisant les critères de Lambertini. Car c’est précisément pour les canonisations que le cardinal Lambertini avait mis au point ces critères. A Rome, on ne sait pas encore que « l’application de certains des critères de Lambertini est aujourd’hui presque toujours impossible ».

Enfin, s’il ne peut plus y avoir de guérisons miraculeuses à Lourdes, il est bien évident qu’il n’y en a pas non plus dans les évangiles. Mais cela, ce n’est pas nouveau…

17 comments

  1. Daniel

    Le 30 mars 2011 et les jours suivants j’avais eu un entretien via le mail personnel de Mgr PERRIER sur ce scandale et, sans divulguer le détail de nos échanges, je peux dire que j’avais acquis alors la certitude qu’il ne croyait pas aux miracles (ou plus car il avait préfacé le livre sur les miracles du docteur Theillier, ancien président du Bureau Médical il y a plus de 10 ans). Il avait évoqué le prétexte de ne pas choquer les médecins de la CMIL (!) « aussi bons catholiques que vous et moi » mais ne voulant pas voir la qualité scientifique de leur travail entaché par un diagnostic de miracle et se disait peu aidé par Rome (alors que l’équivalent de la CMIL, la « Consulta Medica delle cause dei santi » venait explicitement de reconnaître un miracle pour la béatification du Pape Jean-Paul II.). Enfin il conclu en disant que c’était à l’évêque d’Angers (médecin de métier de base) de statuer.
    Je lui conseillais alors de changer la composition de la CMIL en y ajoutant des biologistes (spécialistes des processus cellulaires, des flux physiques métaboliques et des interaction cellulaires humorales) qui expliqueraient aux médecins (spécialistes des traitements médicamenteux et des analyses biochimiques) et aux chirurgiens (anatomistes) qu’aucun processus biochimique de réparation tissulaire de plusieurs tissus, plus rapide que la croissance embryonnaire, ne pouvait s’expliquer, avec ou sans traitement antérieur. Mais il n’a pas répondu, il est parti prendre sa retraite sans rien faire.

  2. moreau jean-pierre

    Ce qui est grave ce n’est pas que Mgr Perrier ait écrit n’importe quoi , tout le monde peut dérailler. C’est l’acquiescemenent silencieux des autres évêques qui en dit long sur l’état de l’épiscopat français !

  3. BOMMIER Claire

    Une fois de plus, une raison pour discréditer totalement l’épiscopat français. Car, outre les propos incompréhensibles pour un homme de foi, un pasteur dans l’Eglise, il y a un tel silence sur les autres qui ne vont jamais prendre l’initiative d’une réaction, que les fidèles se sentent abandonnés. Et plus que le sentir. Le sont réellement.
    Comment
    alors ne pas comprendre la désertification des églises? la baisse des vocations? la perte générale de la foi?

  4. Simple colombe

    Bien exposé !
    Je doute comme vous que cette eau de Perrier puisse se transformer un jour en vin des Noces évangéliques !!! C’est une eau rabat-joie chrétienne !!!

  5. de lapomarede

    du temps de mon enfance,on voyait les pasteurs de loin.Il n’y a plus besoin de pasteurs,ils sont remplacés par des clotures electriques;et malgré ça les loups en bouffent de +en+
    Il y a quand même 3 ou 4 NN SS qui relèvent le niveau et maintiennent l’espérance(grâce à Dieu)

  6. « Nous sommes dans l’Eglise des hommes »: cela résume tout et cela va bien changer… Nous sommes bien à la fin des temps à ne pas confondre avec la fin du monde…
    Mais quel gâchis de grâces, que de vocations avortées, que d’âmes perdues pour le bien.
    Au fait, qui peut me dire comment, par quels dessous de tables, connivences, autorités etc… sont nommés les évêques réellement. Le pape, la collégialité, le ministre des cultes F.M. !!! qui se permet de donner la légion d’honneur à des évêques qui l’acceptent de leur pire ennemi, spoliateur des biens d’église, promoteur des sectes, ennemi de la famille etc… j’en passe !
    Le regard vers le Père permet de survivre à ceux qui prennent la mesure d’un drame planétaire plus grave que tous les cataclysmes réunis, car il y va du salut des âmes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  7. jeannot

    Hallucinant j’en crois pas mes yeux.

    Les miracles n’existent plus c’est complètement dément.

    Bien-sûr que je crois aux miracles et Dieu fait ce qu’il veut !

    La très Sainte Vierge Marie est la mère de Dieu n’en déplaise à certains.

  8. C´est choquant ! Que font ces évêques au sein de l´église ? Ces types déraillent !
    J´ avoue personnellement, que NOtre Dame de Lourdes m´est d´un grand secours. Je le sens, je le constate, personne ne peut le contester.
    Cet évêque ne doit pas oublier qu´il y a des gens comme moi, lesquels refusent la médecine générale, et n´ont recours qu´aux médecines naturelles, car elles viennent de D…. Ma Grand Mère fut guérie miraculeusement de son cancer, après que toute la famille, (j´étais encore petite fille) ait prié pour Elle. J´ai connu plusieurs cas dans ma famille,( et pour moi-même), lesquels furent pour Nous des grâces miraculeuses. Nous n´avons pas à attendre le jugement de Rome, nous sommes les mieux placés pour juger.
    Peut-être ce Perrier est il jaloux de Monseigneur Nicolas Brouwet ?
    Comme il est dit plus haut, quelle insulte à Notre Dame de Lourdes….ca fait mal !

  9. KINDEL MAURICE

    Les propos supposés de Mgr Perrier sont déformés, lors d’un entretien (il fut mon aumônier en Sorbonne) il a dit qu’il ne pouvait plus y avoir de miracles reconnus à Lourdes à cause de la lourdeur des enquêtes et autres obstacles. Selon lui, il y a beaucoup de miracles qui sont passés sous silence à cause de cela et, il est vrai à la mollesse de certains milieux ecclésiastique. Comme d’habitude, on a détaché une phrase et, montée en épingle, on en fait une polémique. C’est un procédé malhonnête et malheureusement courant.

  10. Pingback: Ciel ! L’Eglise qui est en France ne saurait-elle pas interpréter les signes de Lourdes ? … « CRIL17 INFO

  11. Melmiesse

    beaucoup attendent un miracle qui serait de la magie sortie d’un monde irréel: c’est confondre Dieu avec Harry Potter. Le miracle de Dieu c’est qu’il fait ce que les médecins ne savent pas faire dans l’état actuel des connaissances car Dieu est celui qui sait (arrêter la prolifération de cellules cancéreuses, débloquer une articulation…). Certains des miracles de guérison de Jésus s’expliquent par la médecine moderne: ils sont des miracles puisque Jésus savait ce que tout le monde ignorait

  12. je dois dire que j’ai maintenant des doutes sur l’authenticité de ce phénomène lourdais du 17 novembre 1999..
    en effet, quelqu’un m’a fait remarquer très récemment avec pertinence qu’il y avait un « raté » d’un quart de seconde dans la video où l’hostie a disparu pour laisser la place à un fin rectangle noir ….
    il suffit pour s’en convaincre de regarder attentivement la video de Tony Assante à la minute 1,09…
    L’hostie (et uniquement l’hostie) s’éclipse de façon quasi imperceptible pour reprendre immédiatement sa place.
    Il s’agit donc fort probablement d’un fake.
    En tous cas, je dis bravo à l’artiste qui a essayer d’enfumer les gens crédules (comme moi).

    DOMMAGE c’était si beau !

    Comme quoi, l’Eglise a raison d’être prudente… c’est à l’Eglise qu’il faut dire bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *