g-770x375

Nominations à Paris, dont 2 homosexualistes

Download PDF

Par décision du cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et ordinaire des catholiques des Églises orientales résidant en France, à partir du 1er septembre 2015 :

  • M. Jean-François CANTENEUR, adjoint au directeur diocésain de l’Enseignement catholique de Paris et membre du Conseil de tutelle, est nommé pour trois ans directeur diocésain de l’Enseignement catholique de Paris, délégué épiscopal pour l’Enseignement catholique. Il demeure membre du Conseil de tutelle.

Par décision du cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, à partir du 1er septembre 2015 :

  • Mgr Jérôme ANGOT, prêtre du diocèse de Paris, à la disposition de l’ambassade de France près le Saint- Siège comme conseiller ecclésiastique, est nommé pour six ans curé de St- Thomas d’Aquin (7e), dans le doyenné Orsay-Breteuil. Il est aussi nommé, pour trois ans, vicaire épiscopal chargé des vierges consacrées.
  • M. l’Abbé Christophe AUBANELLE, prêtre du diocèse de Paris, membre de la communauté de l’Emmanuel, à la disposition du diocèse d’Aix et Arles, est nommé pour six ans, avec l’accord du modérateur de la communauté de l’Emmanuel, curé de St-Nicolas des Champs (3e), dans le doyenné Les Halles-Sébastopol.
  • M.l’Abbé Stéphane BENTZ, vicaire à St-Germain des Prés dans le doyenné Rennes-Luxembourg, est nommé, pour une durée de six ans, curé de St-Martin des Champs (3e), et aumônier de l’aumônerie Saint-Martin et du collège Louise Michel, dans le doyenné Magenta- La Fayette. Il est aussi nommé pour trois ans en mission à la Pastorale familiale.
  • M. l’Abbé Emmanuel BOUDET, prêtre du diocèse de Paris, curé de St-Médard dans le doyenné Montagne- Sainte-Geneviève, aumônier de l’aumônerie du 5e Sud (collèges Pierre Alviset et Raymond Queneau), professeur extraordinaire à la Faculté Notre-Dame, membre du Conseil diocésain pour les affaires économiques, est nommé pour six ans curé de N.-D. de la Gare (13e), dans le doyenné Italie-La Gare. Il demeure professeur extraordinaire à la Faculté Notre-Dame de l’École Cathédrale et membre du Conseil diocésain pour les affaires économiques.
  • M. l’Abbé Philippe CAPELLE, prêtre du diocèse de Paris, à la disposition du diocèse de Meaux comme membre de l’équipe FMPV du Val d’Europe et comme aumônier à la Mission étudiante du diocèse de Meaux, est nommé pour six ans curé de St-Hippolyte (13e), dans le doyenné Italie – La Gare, et aumônier de l’aumônerie Saint-Hippolyte (collèges Gabriel Fauré et Evariste Galois, et lycée Gabriel Fauré).
  • M. l’Abbé Simon CHOUANARD, prêtre du diocèse de Paris, vicaire à St-Ferdinand des Ternes, dans le doyenné Les Ternes, est nommé pour six ans curé du Coeur eucharistique (20e), dans le doyenné Ménilmontant, et aumônier des jeunes du Haut-Ménilmontant (collèges Pierre Mendès-France et Léon Gambetta).
  • M. l’Abbé Jean-Pierre DURAND, prêtre du diocèse de Paris, membre de la communauté de l’Emmanuel, à la disposition du diocèse de Rouen, est nommé pour six ans curé de St-Joseph Artisan (10e), dans le doyenné Magenta-La Fayette, avec l’accord du modérateur de la communauté de l’Emmanuel. Il est aussi nommé aumônier de Canal-Jeunes-St-Joseph Artisan.
  • M. l’Abbé Albert GAMBART, prêtre du diocèse de Paris, curé de St-François d’Assise dans le doyenné Buttes- Chaumont, aumônier de l’aumônerie de St-François d’Assise, membre de la Commission diocésaine des orgues, aumônier régional du MCC, est nommé pour six ans curé de St-Médard (5e), dans le doyenné Montagne-Sainte-Geneviève, et aumônier de l’aumônerie du 5e Sud (collèges Pierre Alviset et Raymond Queneau). Il demeure membre de la Commission diocésaine des orgues et aumônier régional du MCC.
  • M. l’Abbé Marc GUELFUCCI, prêtre du diocèse de Paris, vicaire épiscopal de chacun des diocèses de la Zone apostolique de Paris pour les mariages et dispenses, et responsable du Bureau interdiocésain des mariages, vicaire à N.-D. de Grâce de Passy dans le doyenné Passy, avocat-procureur au tribunal de première instance de la Province de Paris, et en mission d’études, est nommé pour six ans curé de St-Eugène-Ste-Cécile (9e), dans le doyenné Magenta-La Fayette. Il demeure vicaire épiscopal de chacun des diocèses de la Zone apostolique de Paris pour les mariages et dispenses, et responsable du Bureau interdiocésain des mariages, avocat-procureur au tribunal de première instance de la Province de Paris, et en mission d’études.
  • M. l’Abbé Hervé GUILLEZ, prêtre du diocèse de Paris, membre de la communauté de l’Emmanuel, curé de St-Joseph Artisan dans le doyenné Magenta-La Fayette, et aumônier de Canal-Jeunes – Saint-Joseph Artisan, est nommé pour six ans, avec l’accord du modérateur de la communauté de l’Emmanuel, curé de St-François d’Assise (19e), dans le doyenné Buttes-Chaumont, et aumônier de l’aumônerie de St-François d’Assise. Il est aussi nommé à la disposition de la communauté de l’Emmanuel pour une mission.
  • Le P. Christophe HERMANOWICZ, missionnaire pallottin, est nommé, avec l’accord de son supérieur, pour six ans curé de St-Jacques-St-Christophe de la Villette (19e), dans le doyenné la Villette, et aumônier des jeunes de la Villette (collèges Mozart et Delaunay).
  • M. l’Abbé Luc de SAINT BASILE, prêtre du diocèse de Paris, curé de N.-D. de la Gare, dans le doyenné Italie- La Gare, est nommé pour six ans curé de N.-D. de la Nativité de Bercy (12e), dans le doyenné Picpus-Bercy.
  • Le P. Franck ZEUSCHNER, membre de l’Institut des religieux de Saint-Vincent de Paul, chapelain de la chapelle N.-D. de Grâce et aumônier du patronage, dans le doyenné Grenelle-Javel, et administrateur de N.-D. du Bon Conseil, dans le doyenné Clignancourt-La Chapelle, est nommé pour six ans, avec l’accord de son supérieur provincial, curé de N.-D. du Bon Conseil (18e), dans le doyenné Clignancourt-La Chapelle, et aumônier du collège Gérard Philippe.
  • M. l’Abbé Daniel DUIGOU, prêtre du diocèse d’Amiens, en résidence à St-Merry dans le doyenné Les Halles- Sébastopol, est nommé pour trois ans, avec l’accord de son ordinaire, curé de St-Merry (4e), et responsable du Centre pastoral Les Halles-Beaubourg, dans le doyenné Les Halles-Sébastopol. Ce prêtre est connu pour son progressisme le plus ringard (voir ici) et aussi pour son adhésion aux idées homosexualistes. Et il va loin : selon lui, entre Jésus et Lazare, il a pu y avoir une “relation de type homosexuel”.
  • L’abbé Antoine GUGGENHEIM (photo) est nommé en résidence à Sainte Clotilde (et non pas comme curé, comme écrit précédemment) pour s’occuper des parlementaires (SPEP) et du rayonnement des Bernardins. Nous avons déjà croisé ici ce prêtre et ses étranges positions sur l’homosexualité, à rebours de l’enseignement constant de l’Eglise.

« la reconnaissance d’un amour fidèle et durable entre deux personnes homosexuelles, quel que soit leur degré de chasteté, me semble une hypothèse à étudier. Elle pourrait prendre la forme que l’Église donne habituellement à sa prière : une bénédiction ».

Voilà un étrange signal à l’égard des parlementaires.

28 comments

  1. « Abomination de la désolation » dont on ne peut induire aucun droit particulier pour ceux qui, par la raison, la constatent. C’est ce que ne comprennent ni les lefebvristes, ni les sédévacantistes.

    Nous n’avons aucun titre à condamner au nom de la foi dont seul le pape est juge. Nous n’avons aucun droit spécial sur l’Église. Nous ne pouvons que fixer notre conduite selon la raison universelle de l’homme.

  2. angel

    Nous savons bien que la loi est bonne, pourvu qu’on en fasse un usage légitime ; sachant que la loi n’est pas faite pour le juste, mais pour les sans-loi et les insoumis, les impies et les pécheurs, les sacrilèges et les profanateurs, les parricides et les matricides, les meurtriers, les gens qui se livrent à l’inconduite sexuelle, les hommes qui couchent avec des hommes, les trafiquants d’esclaves, les menteurs, les parjures, et tout ce qui peut encore s’opposer à l’enseignement sain, d’après la bonne nouvelle de la gloire du Dieu bienheureux, bonne nouvelle qui m’a été confiée (1 Tm 1.9-11).
    En Romains 1.26-28, le propos de l’apôtre est plus développé ; il inclut, en particulier, l’homosexualité féminine ainsi que l’homosexualité masculine :

    C’est pour cela que Dieu les a livrés à des passions déshonorantes. Ainsi, en effet, leurs femmes ont changé les relations naturelles pour des actes contre nature ; de même les hommes, abandonnant les relations naturelles avec la femme, se sont enflammés dans leur appétit les uns pour les autres ; ils se livrent, entre hommes, à des actes honteux et reçoivent en eux-mêmes le salaire que mérite leur égarement.

    Jude 7, qui renvoie à l’épisode de Sodome et de Gomorrhe

    1 Corinthiens 6.9 (« ni les efféminés, ni les pédérastes ») et de 1 Timothée 1.10 (« pédérastes »)

  3. « Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination. » Lévitique Chapitre 18 verset 22. L’Eglise du Christ est devenue au fil du temps, l’église des hommes . . . plaire à l’homme, avant de plaire à Dieu et à Son Fils, le Christ ! . . . .

  4. mm

    « la reconnaissance d’un amour fidèle et durable entre deux personnes homosexuelles, quel que soit leur degré de chasteté, me semble une hypothèse à étudier. Elle pourrait prendre la forme que l’Église donne habituellement à sa prière : une bénédiction ».

    Ils osent donner un tel prêtre aux fidèles !
    Ce prêtre n’est plus catholique… Il explique même sans honte comment doit être étudiée l’hypothèse de cet « amour » dénaturé . C’est un cauchemar et ce n’est pas la doctrine du Christ.

  5. Marie

    Encore une étape pour dégouter et écarter les croyants de la religion catholique,
    Si nous voulons sauver notre religion il n’y a qu’une solution, moderniser en accordant le mariage homme/femme à tous les prêtres et de ce fait la religion serait perpétuée.
    En refusant le mariage aux prêtres, ils savaient bien que ça mènerait à long terme à la fin de notre civilisation chrétienne,donc à mon avis, tout a été calculé, pesé et préparé depuis des années.
    L’obscurantisme se dévoile, nous arrivons au bout du chemin que malheureusement les dirigeants de ce monde ont mit en place et nous ne pouvons que nous en remettre à Dieu car ce n’est pas la volonté de dieu qui dirige sur terre mais bien celle de SATAN.

  6. Louis JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD

    Je vous salue…
    Notre Seigneur JESUS-CHRIST nous averti : « Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
    Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes.»
    Le pardon !
    Oui, le pardon est au centre du christianisme. Nous ne pouvons pas nous dire chrétien si nous ne pardonnons pas à ceux, qui chaque jour, nous offense.
    Qu’est que le pardon ? Pardonner n’est pas inscrit dans les gènes humains. C’est un don donné à ceux qui prient le Créateur de l’Univers visible et invisible.
    Il nous le donne « par don ». Encore faut-il le demander sincèrement dans la prière !
    C’est pourquoi, il est impératif de prier souvent avec la prière que nous a laissée le Sauveur : LE NOTRE PÈRE. Où il est dit : « Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé. » Si nous récitons cette prière et que nous entretenons de la rancune envers notre prochain, une chose est certaine, nous ne sommes pas entendus dans notre « bavardage ». Car, alors cela devient une formule creuse, sans rapport avec les paroles que nous prononçons. C’est pour cette raison que bien des prières que nous faisons sont sans effet. Et nous disons : – Et pourtant je prie ! Je ne comprends pas pourquoi je ne suis pas exaucé ? Si nous prenons DIEU pour un distributeur automatique, le malin a encore de beaux jours devant lui !
    Le pardon n’est pas l’oubli. Bien souvent l’offense nous reviendra en mémoire. Mais alors ce n’est plus notre problème, c’est celui de l’ESPRIT-SAINT, qui nous fera prompte justice. Le plus malheureux n’est pas l’offensé, mais celui qui en est la cause. Et si cette offense est grave, croyez qu’elle ne restera pas impunie. Car DIEU est juste, et la sanction, même si nous ne la voyons pas, tombera comme un couperet.
    Beaucoup sont morts pour ne pas avoir discerné, dans l’Eucharistie, le Corps et le Sang de Notre Seigneur JESUS-CHRIST ! Nous pouvons en dire de même quand nous ne pardonnons, pas du fond du cœur, à notre prochain. Bien des maladies pourraient être guéries si nous observions, à la lettre : LE PARDON. On ne se moque pas de DIEU !
    Que DIEU vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie !
    Merci !
    JFL

  7. Hervé Soulié

    Oui, ces propos de ces deux homosexualistes ne sont pas acceptables.
    Cela dit, il faut bien faire quelque chose de l’abbé Duigou, et, tant qu’à faire, c’est bien à Saint Merri, au centre du quartier gay de la capitale, qu’il sera le mieux à sa place.
    Quant à Sainte Clotilde, paroisse des parlementaires, c’est le coeur du Paris mondain au sens que le pape François donne de ce terme, du Paris du pouvoir, et là encore, autant vaut adapter le prêtre responsable de cette paroisse au type de personnes qu’il va y rencontrer.

    • mm

      Etre prêtre sans suivre l’enseignement du Christ… cela ne ce peut pas.
      Le prêtre est là pour conduire les hommes. Un homosexuel qui guide les hommes, on aura tout vu en cette période de confusion entre le Bien et le Mal.
      Qu’il règle son problème avant de vouloir s’ériger en guide pour les autres.
      Quant à la messe, comment comprend -il le fait d’être un autre Christ ? Jésus n’était pas dans son état.
      Les évêques sont responsables et apostasient une fois de plus en proposant ce prêtre à la communauté. On n’a pas à juger ce prêtre mais à exercer un discernement pour savoir s’il peut guider les fidèles vers Dieu.
      Quand je pense que l’on a suspendu « a divinis » des prêtres et évêques parce qu’ils continuaient à enseigner l’Evangile. On reste pantois !!!!

  8. Henri

    Je confirme totalement l’idéologie homosexualiste du père Guggenheim. Je l’ai vérifié à l’occasion d’une conférence qu’il a faite aux Bernardins sur la théories du genre, où il s’est montré ouvert à cette idéologie au lieu de la déclarer inepte.

    C’est une catastrophe de le nommer à la paroisse Sainte Clotilde, dont le curé a en même temps la charge des études politiques, en pratique de la relation avec le monde politique.

    Honte une fois encore, honte toujours à Mgr Vingt-Trois, celui qui en déclarant nuls et non avenus les  » principes non négociables « chers à Benoit XVI a objectivement favorisé l’ élection de Hollande à la Présidence de la République.

    Soyons très nombreux à stopper notre denier du culte, en expliquant pourquoi, par lettre, à notre curé de paroisse avec copie à Mgr Vingt-Trois.

    Nous avons un devoir moral: contribuer activement à faire cesser ces agissements. Cela ne peut plus durer.

  9. karr

    Si homosexualiste signifie des personnes qui ne juge pas d’autres personnes en raison d’une orientation sexuelle non choisie et non étalée,je n’y vois aucune objection valable.
    Maintenant si homosexualiste consiste à encourager des manifestations et revendications de mouvements homosexuels et lesbiens,je considère que ces nominations ne peuvent être encouragées!

  10. Hervé Soulié

    Je lis bien les commentaires mais je ne vois toujours pas comment le cardinal Vingt-Trois pourrait faire autrement (sauf à écarter ces deux prêtres de tout sacerdoce, mais ce serait une décision bien difficile à prendre et quand même quelque peu injuste).
    L’un, homosexualiste patenté, est affecté à une paroisse complètement acquise à cette déviance, au milieu d’un quartier complètement gay.
    Il n’y fera pas grand mal et en tout cas ne fera pas de mal à des catholiques ressortissant du « modèle standard » : il n’y en a pour ainsi dire plus à Saint-Merri.
    En plus, cette église vivote plutôt qu’elle ne prie, avec plus de concerts de musique que de rosaires et de chapelets.
    L’autre, homosexualiste lui aussi, est affecté à la paroisse où se trouve l’Assemblée, et des ministères, mais relativement peu de « paroissiens ordinaires », de brebis dont il faut s’occuper.
    Il se frottera à des gens importants, pour qui la Foi et la religion catholique ne sont pas le plus souvent le coeur de leur vie.
    Pour ces gens importants, un prêtre ou pas, c’est à peu près pareil, de toute façon, ils s’en fichent.
    Donc là aussi, pas de graves dommages à redouter.
    La décision de l’archevêque minimise les dégâts, je la comprend un peu.
    Même si les prises de position homosexualistes des deux intéressés sont inacceptables, c’est bien entendu.

  11. Mireille

    Mon point de vue est très éloigné de celui exprimé par Hervé Soulier, qui nous dit qu’il faut bien faire quelque chose de l’abbé Digou, et que ce prêtre mondain qu’est l’abbé Guggenheim sera bien en symbiose avec les mondains des milieux de la politique!

    Comment peut-on soutenir une telle position? Si un pasteur est mauvais, au sens où il est incapable de porter la Parole, faut-il le mettre en responsabilité? Dire cela, c’est tout simplement être totalement dépourvu de conviction sur l’importance du message évangélique. En fait, c’est faire preuve de FATALISME.

    C’est d’ailleurs significatif d’observer que cette argumentation développée en soutien des décisions de Mgr Vingt-Trois sont inspirés comme par ht

  12. Henri

    La réponse d’Hervé Soulié a de quoi étonner. Il suffisait de nommer ces deux prêtres à des postes non pas de numéro 1, mais de numéros 2 ou 3 dans des paroisses ou en d’autres lieux.

    C’est faux de dire qu’il n’y a plus aucun » fidèle standard  » dans les paroisse en cause, il y en a encore quelques-uns. Peut-on se désintéresser de ces quelques-uns? Et pour les autres, a-t-on le droit de les enfoncer dans l’erreur en les y confortant?

    En fait, l’argumentation d’Hervé Soulié traduit la déviation défaitiste qui est malheureusement omniprésente dans les décisions et dans les homélies de Mgr Vingt-Trois lui-même.

    De ce défaitisme témoigne bien, justement, sa dernière homélie à ND de Pris, sur le thème: laisser Dieu travailler le cœur et la liberté des hommes(cf Paris-Notre-Dame du 18 Juin 2015.). Mgr Vingt-Trois ignore complètement les derniers mots de Jésus aux apôtres au moment de monter au ciel, selon Saint Mattieu: « Apprenez-leur (aux nations) à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps ». Ainsi, à chacun son job: maintenant, à vous apôtres, de dire les commandements de Dieu aux hommes, pour autant je ne vous abandonne pas, je suis derrière vous pour vous aider dans votre mission qui se passe sur terre.

    Alors, n’est-ce pas à l’abbé Duigou de dire aux gens du quartier Beaubourg, à l’abbé Guggenheim de dire aux hommes politiques, l’importance des commandements? Or il semble qu’ils en sont loin…

  13. Myriam

    Comment peut-on dire que marier
    Les prêtres avec la précision homme/femme sauvera la religion?
    Tout d’abord il serait interdit
    Le mariage pour tous est pour tous!!!!

    Ensuite pourrait-on arrêter de vouloir régler l’intimité et la vie privée des prêtres ?

    Que les mêmes s’occupent de marier
    Tous les célibataires du monde!!!

  14. Eric

    Ce que nous devons condamner sans hésitations c’est le prosélytisme gay et lesbien qui parfois s’affiche de manière scandaleuse dans nos villes surtout quand leurs associations ont droit de cité dans nos écoles de primaire !
    Que des personnes homosexuelles discrètes, fervents catholiques, reçoivent des bénédictions et des sacrements, oui ! Mais pas dans le cadre de leur homosexualité ! Comme le propose le pape Francois il faut aller aux frontières de notre Église pour aider ces personnes en difficulté spirituelle et même de foi, mais pas trop de concessions et de relativisme !

    Eric

  15. Michel

    Quel manque de droiture et de jugement au niveau de nos évêques dans la grande majorité des cas! Quel est donc ce processus de choix qui conduit à une telle sélection!

    Pourquoi ne privilégie-t-on pas tout simplement des saints prêtres à l’esprit droit et doués de bon sens?

  16. GH

    Aucune mention d’une nomination du Pere Guggeinheim a Sainte Clotilde sur le site du diocese, et a ma connaissance le Pere Stalla-Bourdillon que j’ai le privilege de connaitre un peu reste a Sainte Clotilde.
    Vous devriez donc verifier vos informations…

  17. Henri

    Honte à de telles nominations,

    Le commentaire que Mgr Vingt-Trois fait aujourd’hui, dans le journal Le Monde, de l’encyclique du pape  » Laudatio si » relative à l’écologie est d’ailleurs significatif de sa volonté de cacher le message évangélique sur l’homme, sa nature et sa prééminence radicale sur tout le reste de l’univers. Le pape a fait tout un développement dans son encyclique sur le fait que le respect écologique de la nature doit nécessairement aller de pair avec le respect de l’homme dans sa nature sexuée, ce qui renvoie à la critique de la folle idéologie du genre, avec le respect de la vie humaine, ce qui renvoie à la question de l’euthanasie, avec la protection de l’enfant à naitre, ce qui renvoie au problème de l’IVG.

    Or pas un mot de tout cela dans le commentaire de Mgr Vingt-Trois. C’est grave, et quelque part peu honnête, car c’est de la désinformation. Etonnons-nous qu’il nomme à des postes de responsabilité le père Duigou ou le père Guggenheim!

    Cerise sur le gâteau, tout ce que Mgr Vingt-Trois a trouvé pour introduire son analyse, c’est de souligner le lien avec « le grand rendez-vous de la Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques à Paris ». On n’en est pas à parler de Vincent Lambert ou d’euthanasie, on en est plutôt à la brosse à reluire.

    Franchement pénible.

  18. hermeneias

    Oui on peut être préoccupé par certaines nominations dans certaines paroisses , pas toutes , préoccupé , plus fondamentalement , par les « vocations » qui s’étiolent et se perdent DU FAIT d’une soumission désastreuse à l’air , pollué , du temps et à la « marche du siècle » ( qui , en réalité , patauge ) ….

    On peut AUSSI et en même temps s’interroger sur ce qui se passe aux « Bernardins » , ce lieu où l’on parle beaucoup de tout et de rien , où l’on pratique un inter religieux confus , et où , si j’ai bien compris , on reçoit des subventions de la république ….Ceci expliquant cela

  19. fulberg

    pauvre paroisse Saint-Merri, devenue depuis 40, le laboratoire de tout ce qui s’oppose à l’Eglise, bricolage liturgique, pastorale ouverte tous azimuts… laissant entendre que le mal est bien, contribuant ainsi à la ruine des âmes, qui ont particulièrement besoin de vérité dans ce quartier

  20. Léa

    C’est dans la lignée des choses, tout cela n’est pas arrivé d’un seul coup, on arrive a accepter l’inacceptable, si nos religieux en sont là, quelle différence avec les laîques de tous bords, bas les masques messieurs! devenez vous-mêmes, ce serait plus normal, vous ne croyez pas?

  21. dj

    « Mgr Jérôme ANGOT………. Il est aussi nommé, pour trois ans, vicaire épiscopal chargé des vierges consacrées. »
    Quelqu’un peut-il me dire qui sont ces vierges et en quoi consiste cette charge ?

  22. Mario

    Il ne faut pas sortir les paroles des Évangiles de leur contexte.

    Le pardon est pour ceux qui – le demande – veulent se corriger et ont des regrets –

    Le pardon n`est pas pour couvrir le péché, ceux qui aiment leur péché et qui veulent recommencer avec plaisir demain sans se corriger.

    De plus le Christ a dit que ceux qui l`aiment sont ceux qui: suivent et obéissent a Ses Commandements et Ordonnances – ceux qui disent nous aimons Dieu sans obéir et vouloir sont des MENTEURS! et de faux Chrétiens.

  23. Jacques Schmitt

    Apres avoir envoyer l’admirable Père Mathieu Rougė, précédent responsable du Spef en exil en Espagne, MgrVingt-Trois poursuit son méthodique travail de sape en nommant le Père Gugenheim, et retirant cette mission au Père Stalla Bourdilon. Idem pourendez le collège Stanislas où il a grossièrement dégagé M Chapelier pour faire place net pour M Gauthier. il veut détruire l’église de Paris avant d’être mis à la retraite. Honteux

    • anonyme

      Il n’est nulle part fait mention, sur la page internet du diocèse de Paris consacrées aux nominations 2015, de la nomination du P. Guggenheim au poste de directeur du SPEP.

      Le directeur du SPEP est et demeure (en l’absence de nomination en ce sens) curé de Sainte Clotilde, le P. Stalla-Bourdillon. Le P. Guggenheim n’est que nommé « en résidence » à Sainte Clotilde.

      Je ne comprends pas que l’auteur de cet article – ainsi que nombre de ses commentateurs -, d’ordinaire si au fait des affaires ecclésiastiques et de leur gouvernement, n’aient pas perçu cette subtilité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *