d

« Nous avons le même Dieu » (suite)

Download PDF

Les propos de l’évêque de Gap lui ont valu une volée de bois vert (plus de 150 commentaires à l’heure qu’il est). Mgr Di Falco a décidé de réagir :

« Suite aux réactions venimeuses concernant les propos de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri dans sa chronique de dimanche 26 avril : « Musulmans ou chrétiens, nous avons le même Dieu », ci-dessous un extrait d’une homélie du prédicateur de la Maison pontificale, le père Raniero Cantalamessa, citant le saint pape Grégoire VII, homélie donnée au Vatican durant l’Avent 2014 devant le pape François et ses collaborateurs :

« La raison fondamentale qui permet un dialogue loyal entre les religions repose sur le fait que « nous avons tous un seul Dieu ». Le pape saint Grégoire VII, en 1076, écrivait à un prince musulman d’Afrique du nord : « Nous croyons et nous confessons un seul Dieu, même si nous le faisons de manières diverses, chaque jour le louant et le vénérant comme créateur des siècles et souverain de ce monde » (St Grégoire VII, Epistolae, III, 21, PL 148, 451). C’est de cette vérité que partit aussi saint Paul dans son discours à l’aréopage d’Athènes : « En lui nous avons la vie, le mouvement et l’être » (cf. Ac 17,28).

Nous avons, subjectivement, des idées différentes sur Dieu. Pour nous, chrétiens, Dieu est « le Père de notre Seigneur Jésus Christ » que l’on ne connaît pleinement qu’ « à travers lui » ; mais objectivement, nous savons bien qu’il ne peut y avoir qu’un seul Dieu. Chaque peuple et langue a son nom et sa propre théorie sur le soleil, certaines plus exactes, d’autres moins, mais de soleil il n’y en a qu’un ! »

Mgr Di Falco joue avec les mots : il n’y a qu’un seul Dieu, en effet. Mais le Dieu des chrétiens n’est pas celui des musulmans. Le dieu des musulmans est un mythe, un mensonge, une erreur, une fumisterie. Non, avec les musulmans nous n’avons pas le même Dieu.

66 comments

  1. jejomau

    si nous croyons dans le même Dieu Mgr di Falco alors la prochaine fois CONFESSEZ AVEC EUX ce CREDO là dont les paroles sont cette fois bien plus précises que vos citations tronquées et absolument SANS AMBIGUITE….. Et d’ailleurs, par la même occasion, faite le apprendre à vos paroissiens modernos !

    « Quiconque veut être sauvé doit, avant tout, tenir la foi catholique : s’il ne la garde pas entière et pure, il périra sans aucun doute pour l’éternité.

    Voici la foi catholique : nous vénérons un Dieu dans la Trinité et la Trinité dans l’Unité, sans confondre les Personnes ni diviser la substance : autre est en effet la Personne du Père, autre celle du Fils, autre celle du Saint-Esprit ; mais une est la divinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit, égale la gloire, coéternelle la majesté.

    Comme est le Père, tel est le Fils, tel est aussi le Saint-Esprit : incréé est le Père, incréé le Fils, incréé le Saint-Esprit ; infini est le Père, infini le Fils, infini le Saint-Esprit ; éternel est le Père, éternel le Fils, éternel le Saint-Esprit ; et cependant, ils ne sont pas trois éternels, mais un éternel ; tout comme ils ne sont pas trois incréés, ni trois infinis, mais un incréé et un infini. De même, tout-puissant est le Père, tout-puissant le Fils, tout-puissant le Saint-Esprit ; et cependant ils ne sont pas trois tout-puissants, mais un tout-puissant. Ainsi le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint-Esprit est Dieu ; et cependant ils ne sont pas trois Dieux, mais un Dieu. Ainsi le Père est Seigneur, le Fils est Seigneur, le Saint-Esprit est Seigneur ; et cependant ils ne sont pas trois Seigneurs, mais un Seigneur ; car, de même que la vérité chrétienne nous oblige à confesser que chacune des personnes en particulier est Dieu et Seigneur, de même la religion catholique nous interdit de dire qu’il y a trois Dieux ou trois Seigneurs.

    Le Père n’a été fait par personne et il n’est ni créé ni engendré ; le Fils n’est issu que du Père, il n’est ni fait, ni créé, mais engendré ; le Saint-Esprit vient du Père et du Fils, il n’est ni fait, ni créé, ni engendré, mais il procède. Il n’y a donc qu’un Père, non pas trois Pères ; un Fils, non pas trois Fils ; un Saint-Esprit, non pas trois Saint-Esprit. Et dans cette Trinité il n’est rien qui soit avant ou après, rien qui soit plus grand ou plus petit, mais les Personnes sont toutes trois également éternelles et semblablement égales. Si bien qu’en tout, comme on l’a déjà dit plus haut, on doit vénérer, et l’Unité dans la Trinité, et la Trinité dans l’Unité. Qui donc veut être sauvé, qu’il croie cela de la Trinité.

    Mais il est nécessaire au salut éternel de croire fidèlement aussi en l’incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ. C’est donc la foi droite que de croire et de confesser que notre Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, est Dieu et homme. Il est Dieu, de la substance du Père, engendré avant les siècles, et il est homme, né de la substance de sa mère, dans le temps ; Dieu parfait, homme parfait composé d’une âme raisonnable et de chair humaine, égal au Père selon la divinité, inférieur au Père selon l’humanité. Bien qu’il soit Dieu et homme, il n’y a pas cependant deux Christ, mais un Christ ; un, non parce que la divinité a été transformée en la chair, mais parce que l’humanité a été assumée en Dieu ; un absolument, non par un mélange de substance, mais par l’unité de la personne. Car, de même que l’âme raisonnable et le corps font un homme, de même Dieu et l’homme font un Christ. Il a souffert pour notre salut, il est descendu aux enfers, le troisième jour il est ressuscité des morts, il est monté aux cieux, il siège à la droite du Père, d’où il viendra juger les vivants et les morts. À sa venue, tous les hommes ressusciteront avec leurs corps et rendront compte de leurs propres actes : ceux qui ont bien agi iront dans la vie éternelle, ceux qui ont mal agi, au feu éternel.

    Telle est la foi catholique : si quelqu’un n’y croit pas fidèlement et fermement, il ne pourra être sauvé. »

  2. Erasmus Minor

    Toujours aussi peu d’intelligence dans la compréhension du mystère chrétien. Quelle misère d’ainsi ignorer le message du Christ

  3. Sami

    Et oui! Il ne suffit pas de prononcer le même mot pour penser la même chose.
    Par exemple si je dis « Marie » , c’est à une amie vietnamienne que je pense.

  4. santiago64

    Notre Dieu, Chrétiens, est la Très Sainte Trinité : est-ce celui que les musulmans adorent ? Évidemment NON ! Il suffit de VOIR ce qu’ils font des « associateurs », c’est-à-dire des Chrétiens ⇨ Pas d’églises en Arabie, l’enfouissement au Maghreb, la persécution au Moyen-Orient, et partout ailleurs l’interdiction de tout apostolat. C’est par un abus de langage découlant de l’ illusion -vaine et vouée à l’échec – d’amadouer les musulmans que certains, forçant le sens du mot « Dieu » en le vidant de toute identité, nous font le coup du « même Dieu » commun aux deux religions.
    On ne fera RIEN avancer dans la confusion intellectuelle, ni dans le faux ‘amalgame’ divin.
    Venant de Mgr Di Falso je ne suis pas étonné de cette connivence mondaine avec le serpent. Les mondains adorent fréquenter leurs délicieux bourreaux!

  5. emi

    Est-ce la mission propre des évêques de rechercher le dialogue avec les musulmans, en pays musulman, on le comprend mais en France ?
    Nos frères musulmans attendent surtout que nous vivions selon l’Evangile, que notre amour du Christ soit visible dans notre vie et leur donne envie d’aller vers Jésus. C’est ce que nous a expliqué Monsieur Joseph Fadelle, converti de l’islam, lors de son témoignage.
    Je conseillerai à Monseigneur, qui ne semble toujours pas saisir la religion de Mahomet, de rencontrer
    Mr Fadelle qui saura lui faire saisir, mieux que personne, les subtilités de la religion de Mahomet et lui démontrer que le dieu de l’islam n’est pas du tout le même que celui des chrétiens.

  6. Sami

    Le soi-disant dialogue avec l’Islam consiste en une flatterie permanente , en un mensonge permanent .
    Les musulmans en profitent mais ils n’en sont pas dupes. Et ils nous en sont pas reconnaissants .
    Ils nous méprisent en nous voyant faire allégeance à leurs faux plis, et brader pour cela le trésor que nous possédons et dont ils devinent la valeur tout en ne pouvant s’en emparer.
    C’est parce qu’ils ne peuvent s’en emparer qu’ils en détruisent les signes et les témoins là où ils le peuvent.
    Et dans le soi-disant dialogue, nous leur offrons la joie mauvaise de nous voir détruire notre trésor au nom de la charité. Une charité malheureusement falsifiée.

  7. LAMBERT Henri-Charles

    Il y a longtemps que le Père DI Falco nous a habitués à ses propos d’ignare. Et quand il est pris le doigt dans les deux yeux, il triche en citant à contre sens. Le règne du Mensonge est partout.

  8. TM

    Encore une fois, on ne parle pas de la même chose. Dire que nous avons le même Dieu ne peut s’entendre que du point de vue objectif : le Dieu d’Israël est le Dieu des nations, car il n’y a qu’un seul Dieu et pas d’autre nom sur la Terre par lequel nous puissions être sauvés que celui de Jésus-Christ son Fils unique inengendré fait homme. Mais du point de vue subjectif (qui apparemment est le vôtre dans cet article), il est évident que nous n’avons pas le même Dieu, c’est trop clair. Nous avons un Dieu d’amour qui est Trinité, ils ont un dieu du djihad strictement monothéiste et solitaire, avec qui l’homme n’entre pas en amitié même au ciel. Le paradis des musulmans n’est pas la vision béatifique, mais un lieu de débauche. Donc du point de vue de nos religions respectives, nous n’avons pas le même Dieu, même s’il n’y a qu’un seul Dieu qui se révèle en plénitude en Jésus-Christ et dont la Révélation intégrale subsiste en plénitude dans l’Église catholique.

  9. Maurice

    Certains ecclésiastiques devraient ne plus avoir le droit de s’exprimer dans les merdias !
    D’eux-mêmes ils devraient en prendre l’initiative ne serait-ce que pour nous respecté, NOUS croyants.
    De tels ecclésiastiques font plus de mal à NOTRE religion que nos adversaires lorsqu’ils s’expriment.

    Nous avons le même Dieu : Les égorgeurs le disent-ils aux Chrétiens à qui ils tranchent la gorge ? Y a-t-il pensé ce Mgr ?
    Le pape cautionne-t-il de tels propos ? (quoi que depuis la réforme néo-protestante …)

    @ emi : nos frères musulmans ? Un frère égorge-t-il sa famille ?

    Oui C.B., ce n’est pas la même chose !

    Ce Mgr ne serait-il pas un sous-marin des croissants ? Hélas, il n’est pas le seul ecclésiastique pour qui la question se pose. Trop sont entrés en religion comme d’autres dans une entreprise, dans l’espoir de s’élever au sein de la hiérarchie. Autrefois, il y avait une expression qui disait : s’il est … je suis évêque. J’ai peut-être plus de chance de l’être qu’eux sont de réels ecclésiastiques soucieux de leurs ouailles. À part se pavaner devant les cameras et derrière des micros, sans oublier de faire copains copains avec les muzs, sont-ils de réels représentants du christianisme ? (je ne me lance pas sur l’abandon des habits de leurs fonctions pour ne pas avoir à confesser mes propos)

    Encore un peu et ils nous demanderont à verser notre obole à la sortie de l’office dominicale pour la construction de mosquées !

    • emi

      @ Maurice,
      Et oui, Maurice, que vous le vouliez ou non, il s’agit de nos frères et Jésus est mort AUSSI pour eux !
      Mr Fadelle, dont je rapportai les propos sur le sujet de l’attente de nos frères musulmans, nous disait qu’avant toute discussion il faut leur donner l’exemple de fidèles qui aiment Dieu.
      Dans le courant de son témoignage (que je vous conseille de retrouver sur YouTube) vous constaterez qu’il nous demande de bien faire la différence entre l’islam et les musulmans, (peuple incité à la barbarie par leur religion qui est en fait le carcan d’un empire politiquo-religieux).
      Les missionnaires de la Miséricorde, fondé par l’Abbé Loiseau dans le diocèse de Monseigneur REY, ont un site qui explique (avec homélies en audio) comment ils essaient d’évangéliser même les musulmans et parquoi ceux-ci se laissent parfois toucher.
      Vous dites qu’un frère ne peut égorger sa famille… bien sûr, encore que nos peuples civilisés par la religion chrétienne ne sont pas à l’abri de frère violent. Mr Fadelle qui sait de quoi il parle, puisqu’il a failli mourir sous les balles de ses frères, cependant, il recommande de leur donner l’envie de venir au Christ par notre exemple convaincu de chrétiens pratiquants. Charles de Foucault, ce saint du désert, (je cite de mémoire) avait averti qu’il fallait que les musulmans se convertissent au catholicisme sinon leur religion les maintiendrait dans le barbarisme et nous perdions l’Algérie.
      C’est le Seigneur qui converti, nous, pauvres pécheurs, pouvons préparer le terrain et en les considérant comme nos frères nous pouvons toucher leur cœur.

    • emi

      Petite précision à mon commentaire.
      Dans nos conversations avec les musulmans, il ne faut pas encourager l’ambiguïté sur dieu, il faut préciser d’emblée que nous n’avons pas le même dieu. Les relations que certaines communautés chrétiennes veulent entretenir avec le « vivre ensemble » encouragent les musulmans à nous donner des leçons.
      Il est conseillé de rappeler que notre croyance est au Dieu Trinitaire (que l’islam ne reconnaît pas).
      Ainsi nous pouvons garder des distances sinon ils essayent de nous prouver continuellement que nous sommes dans l’erreur.
      Il y a quelques temps, dans le Salon Beige, je crois me souvenir que Mr l’Abbé Loiseau (missionnaires de la Miséricorde) a donné des conseils en ce sens.

  10. rocheteau

    avec joie et surprise je m’aperçois que nos humbles (mais virulents) commentaires ont eu un impact sur Mgr di Falco ! puisse-t-il suivre le conseil de EMI ci dessus, recevoir M Fadelle, se préoccuper du salut des diocésains dont il a la charge en priorité, chercher d’abord à renouveler et approfondir la foi des chrétiens qui s’est tant attiédie….

  11. Bayard

    Si appeler Dieu Vischnou, Allah, Rah, la terre ou le feu c’est la même chose, je me demande bien pourquoi nous avions besoin d’une « Révélation » pour le connaître?
    Dieu aime tous les hommes et il veut que tout le monde soit sauvé. Il a dit aussi que celui qui ne croirait pas en son Fils Jésus-Christ était déjà condamné. Laissons de grâce, messieurs les prélats, la fraternité universelle sans Dieu aux francs-maçons, et ne laissons pas notre foi attaquée par des déclarations stupides qui ne visent qu’à la détruire. Laissons errer ceux qui ne veulent pas avoir à combattre l’orgueil de ceux qui se complaisent dans l’erreur et le mensonge.C’est la Vérité qui nous rend libre, et non les complaisances que notre amour propre nous inspire, envers le Monde qui veut nous caresser, pour mieux nous détruire… Il n’y a qu’un Dieu: celui que Dieu lui-même est venu nous révéler en son Fils, mort sur la croix pour nous sauver de la mort et du péché. A Lui Gloire éternelle!

  12. yedidia

    D’un certains point de vue, Mgr n’a pas tort de dire que les catholiques et les musulmans prient le même Dieu. Après tout, l’adage « lex orandi lex credendi » dit bien que c’est la manière de prier qui conditionne la foi et non l’orthodoxie de la théologie. Car selon la raison, il est vrai que le Dieu Chrétien et le Dieu musulman ont beaucoup de différences.
    près tout, les hérétiques priaient eux aussi, et tout en demeurant enfermés dans leur hérésie, il y a lieu de croire que leurs paroles étaient dirigées vers la même personne transcendante que nous appelons nous aussi Dieu.

  13. Arnold

    au lieu de donner des leçons aux évêques, vous feriez mieux d’apprendre votre catéchisme : celui de Saint Pie X dit précisément :

    Qu’est-ce que les infidèles ?

    Les infidèles sont ceux qui ne sont pas baptisés et qui ne croient pas en Jésus-Christ ; soit qu’ils croient à de fausses divinités et les adorent, comme les idolâtres ; soit que tout en admettant le seul vrai Dieu ils ne croient pas au Christ Messie, venu en la personne de Jésus-Christ ou encore à venir : tels sont les mahométans et autres semblables.

  14. Jean Claude Racine

    je comprends tous ces commentaires indignés, je vais prier pour lui ; sa remarques me fait penser à une phrase de ma chère grand mère lorsque enfants nous essayions de nous justifier pour l’injustifiable elle nous disait avec son merveilleux sourire « PLUS ON SE ROULE PLUS ON SE SALIT »

  15. BRUNIER

    BIS REPETITA PLACENT: Je suis choqué par l’affirmation de Mgr. Di Falco-Léandri ! Soit ce prélat méconnaît l’islam, soit il le fait à dessein pour que les chrétiens se laissent égorger sans mot dire par le boucher halal. Le Dieu de l’islam n’a RIEN à voir avec le Dieu des chrétiens, car l’islam professe l’unicité de Dieu. Donc, le Dieu des chrétiens comporte trois personnes : le Père, le Fils et le Saint Esprit et le principe trinitaire offense le mahométan. De plus, parler de Dieu en disant notre «Père », pour un musulman c’est un blasphème, d’ailleurs, islam veut dire soumission et le musulman est l’esclave de Dieu (cf. Abdallah). Le chrétien et le juif parlent d’alliance avec Dieu, ceci n’est pas acceptable pour le musulman et si les Évangiles ont été inspirées par Dieu, à travers les apôtres, le Coran lui, écrit par Dieu, est descendu directement sur terre. De plus, pour les musulmans, la Bible et le nouveau Testament ont été falsifiés par juifs et chrétiens et Jésus, qui aurait annoncé la venue de Mohamed, est juste un prophète comme les autres et n’a RIEN de divin ! Jésus est né de Marie, mais il n’est pas mort sur la Croix. Ce n’est pas le même Jésus. Monseigneur di Falco-Léandri voudrait, peut-être, un dialogue avec l’Islam mais dialoguer ne veut pas dire « être d’accord ». Nous sommes dans deux univers étrangers l’un à l’autre. En parcourant les hadiths et les deux versions du Coran (version médinoise et version mecquoise), nous remarquons que l’islam est, dès ses origines, violent, inégalitaire, met la femme au rebut et qu’il traite, selon l’humeur du calife, chrétiens et juifs en «dhimmis» (c’est-à-dire citoyens de seconde zone soumis à l’impôt, la « djizîa ») ou les élimine tout simplement. En fait, l’islam rejette et combat tout ce qui lui est étranger. C’est une doxa qui instrumentalise le Coran pour soumettre, soit par la conversion, soit par la violence, tous les non-croyants du monde. D’ailleurs « Islam », en arabe, veut dire soumission. Bien sûr les musulmans ne vont pas partager cette analyse, d’où ce qui suit, ayant pour objectif de vérifier, à l’aide du Coran, que l’islam est incompatible avec la religion chrétienne et les Droits de l’Homme. La lecture des versets du Coran incite au meurtre des chrétiens et des juifs. On voit déjà la façon dont les musulmans vont essayer de passer pour d’innocentes victimes en affirmant qu’ils doivent se défendre face aux attaques des mécréants. Pourtant il est patent que les musulmans ont conquis et pillés d’immenses territoires au nom d’Allah, non pour se défendre, mais pour satisfaire l’arrogant et agressif Mohamed, champion du «djihad» (devoir religieux prescrit par le Coran). Il faut aussi savoir que Mohamed, conformément au Coran, durant ses conquêtes, envoyait des missives aux rois ou aux chefs de tribus pour qu’ils se convertissent à l’islam sous peine d’être éliminés (cf. Verset de l’épée 9.29 : «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»). Donc, ne vous laissez pas enfumer quand les musulmans vous parlent d’un Coran tolérant tout en citant les versets qui les arrangent, car il est plus que certain que tel ou tel verset a été abrogé ou est devenu obsolète. De plus parler d’un islam tolérant et pacifique est aussi stupide que de parler de stalinisme pacifique et tolérant !

  16. Florian Marquet

    Pourtant, la foi catholique telle qu’enregistrée dans les actes du Magistère de l’Eglise a toujours condamnée l’Islam comme étant une religion abominable. Pourquoi ?

    L’explication se tient dans l’examen de l’écriture sainte, où, dans le chapitre 2 du livre de la Genèse, le « Dieu éternel » est la traduction de l’expression hébraïque IHVH-ELOHIM, que l’on peut voir comme l’union ou la conjonction de deux principes antagonistes : l’UNIQUE-MULTIPLE ou encore ACTE-PUISSANCE ou encore FILS-PERE.

    Si IHVH est le Principe Unique agissant, il ne peut puiser que dans le Principe Multiple, qui représente le Possible infini, ou l’ensemble illimité de toutes les possibilités de l’Etre. ELOHIM n’est pas visible, parce qu’en lui, chaque possibilité y est neutralisée par les possibilités contraires : « Le Père, nul ne l’a vu » dit Jn 6,46. Quant à IHVH, il est le « Je Suis » universel, le principe universel de l’Identité, qui est l’affirmation de l’Etre universel, en toute Création, par lequel est obtenue chaque créature individualisée.

    La séparation d’IHVH-ELOHIM en deux est issue de la faute originelle dans le chapitre 3 et IHVH n’apparaît écrit seul dans le texte qu’à partir du verset Gen 4,1, donc après la faute ! Cette faute originelle consiste dans le remplacement de la conjonction « Fils ET Père » en l’expression exclusive « FILS OU(exclusif) PERE ». Dès lors, les deux membres du Dieu éternel sont séparés et adversaires l’un de l’autre.

    Cette disjonction exclusive est particulièrement illustrée dans le verset
    Exode 20:3 Tu n’auras pas l’autre Dieu (l’autre ELOHIM) devant ma face.

    Les descendants d’Abraham à partir d’Esdras vont isoler IHVH sous une forme individualisée, le « Je suis » individuel ou égo individuel, et ils le font en remplaçant IHVH par l’expression « Adonaï » qui signifie « Mon Seigneur à moi », ou encore « Le Seigneur qui est le mien ». Ce n’est donc plus le principe IHVH universel qui devient l’objet de leur culte, mais le petit moi de chaque descendant d’Abraham. C’est pour cela que la tradition des Pères l’emporte chez les Juifs devant celle du Dieu d’Adam, le Dieu de toute l’humanité. Jésus a largement condamné cette tradition qui transforme le Fils IHVH en fils prodigue par la faute originelle séparatrice. Dans le judaïsme d’aujourd’hui, tous les Juifs sont collectivement le Messie, entretenant une forte culture ultra-identitaire !

    Les musulmans ont quant à eux dévoyé le principe ELOHIM dont la forme est un multiple, en un principe singulier, Allah, qui n’a plus rien de multiple. Ce Dieu Allah s’exprime pourtant comme ELOHIM, en disant « NOUS …. avons fait descendre le Coran ». Mais leur schéma métaphysique les empêche de se représenter l’Etre unique dans chacune des créatures, et leur caractéristique consiste à rentre prépondérante la communauté unique, la Oumma, les individus étant alors désindividualisés à l’extrême. D’où le panislamisme et le caractère ultra-conquérant de cette religion.

    La seule religion qui permet au Fils prodigue IHVH-Adonaï de revenir dans la maison du Père ELOHIM est le christianisme, qui cultive la notion du seul Dieu universel authentique IHVH-ELOHIM qui s’affirme comme une Trinité universelle « IHVH ET ELOHIM » en une seule vérité et Être. L’IHVH des Juifs est alors apparu chez un rabbi il y a 2000 ans, qui a donné le chemin du salut, en montant sur la Croix, afin de crucifier l’égo individuel pour régénérer le « Je suis » universel d’Adam (genre humain). Ce faisant, IHVH regénéré monte au cieux (l’intelligence) pour être à nouveau écrit dans l’expression restaurée IHVH-ELOHIM où, comme on l’écrit en hébreu de droite à gauche, le Fils IHVH s’asseoit (s’écrit) à la droite du Père ELOHIM, comme il l’est de toute éternité.

    Il est dommage que les évêques de notre temps n’aient pas pris la peine d’étudier les textes sacrés par une simple analyse de texte comme on l’apprenait encore dans les écoles de France il y a 50 ans ! La culture du LOGOS (fondement du discours formel) leur fait totalement défaut ! Nous n’avons pas le même Dieu que les Juifs et les Musulmans ! La seule foi universelle est bien la foi catholique, correctement entendue ! Jésus-Christ est bien le Verbe de l’IHVH universel sous l’apparence de l’IHVH individuel (incarnation). Il est à la fois Fils de Dieu (lettre Iod I représentant l’Esprit qui plane sur les eaux) et Fils de l’homme (HVH = Havah = Eve).

    Nota : l’Eve du chapitre 3 de la Genèse s’écrit Hé Vav Heth, dans une forme asymétrique qui correspond à la « Mère DES vivants », la femme coupable. La forme Hé Vav Hé, symétrique exprime la Femme universelle vierge de toute tendance, purement obéissance au principe Iod (L’Esprit saint). Elle est la « Mère DU Vivant », la Vierge Marie Mère d’IHVH, Notre Seigneur Jésus-Christ.

  17. dj

    Il suffit de lire le coran pour se rendre compte qu’allah n’a rien avoir avec Dieu.
    allah est violent et sanguinaire, il ne parle que de punitions, d’enfer, de tortures variées toutes plus cruelles les unes que les autres pour punir ceux qui ne sont pas musulmans ou qui décident de quitter cette « religion »
    Le mot « amour » est absent du coran.

  18. patrhaut

    Etonnant qu’un évêque – c’est-à-dire pour le moins un intellectuel ayant étudié la théologie (et le sens des mots) – fasse une confusion (contre-sens?) entre SEUL et MÊME. Avoir UN SEUL DIEU, ce que contestent d’ailleurs les musulmans aux chrétiens, ne suppose absolument pas que ce soit le MÊME DIEU.

  19. Lefort

    Cette polémique est sans fin et biaisée puisqu’un ‘modérateur’ l’oriente.
    Nous n’y ajouterons qu’une remarque : l’expression « le Dieu des Chrétiens » est limitative, or Dieu est sans limites.
    Il nous semble urgent de déplacer ce ‘dialogue’ vers l’enjeu des temps actuels : distinguer entre les croyants et les athées et autres idolâtres. C’était, croyons nous, le message de l’homme dont on dit qu’il fut musulman et qu’il choisit de partager le martyre des vingt et un Coptes égyptiens, pour la seule gloire de Dieu.

  20. Noillar

    Si Grégoire VII déclarait déjà au 11° siècle que Musulmans et Chrétiens vénéraient le même dieu (DIEU) et que dix siècles plus tard la controverse est toujours et plus que jamais d’actualité, c’est bien qu’il ne suffit pas de déclamer même à haut niveau, des incohérences pouvant être remises en cause par n’importe quel hagiographe ou exégète. La vérité est dans le Nouveau Testament!
    Mais voilà, toujours véhéments et colonisateurs, les musulmans sont toujours là et le seront jusqu’à la fin des temps, c’est pourquoi l’Église, dans sa diversité, DOIT tenir sa place, ses prélats en tête, et ses fidèles derrière. N’AYONS PAS PEUR de l’islam mais combattons-le à hauteur de qu’il nous combat. Le syncrétisme a ses limites!!!

  21. hermeneias

    Aussi bien les propos de Mgr di Falco que le prêche du père Cantalamessa

    sont de la bouillie intellectuelle , et sont complètement fumeux et ineptes . C’est édifiant concernant le niveau intellectuel d’un certain clergé actuel à moins que ce ne soit que du très vulgaire et banal opportunisme pour se fondre dans l ‘air , pollué , du temps .

    Il y aurait Dieu « objectif » qui serait celui en qui nous « croyons » tous et la « foi » , les « croyances » « subjectives » ( on pourrait dire RELATIVES ) et donc en fin de compte , purement individuelles …..sans contenu « objectif » .

    Et la Révélation chrétienne , la « Rédemption » ( mot peut être obsolète ? ) , le Christ , c’est « subjectif » .

    La Réalité , au delà de l’opposition logique « objectif-subjectif » , semble être quelque chose qui échappe totalement à des évêques à la dérive dans les eaux saumâtres du relativisme .

    Au secours St Thomas ( d’Aquin ) et tout les « docteurs de l’Eglise » revenez !

    PS. : il ne faut pas oublier que le père R. Cantalamessa est franciscain …. L’ordre franciscain ne résumant pas la pensée de l’Eglise

  22. C’est pas compliqué, est ce que Mohamed le fondateur de l’islam est un vrai ou faux prophète? Si oui aux yeux de tous ces religieux et pasteurs comment régler la Grosse contradiction entre ce que Dieu révèle par Son Fils Jésus-Christ et ce que « révèle » ou dit le coran. La Bible chrétienne se fonde sur la Tradition hébraïque séculaire tandis que le coran sur sa propre tradition. Pour moi, catholique, il est claire que Mohamed n’est pas un prophète de Dieu à qui Il n’a jamais révélé quoi que ce soit mais simplement le prophète de sa propre religion, rien d’autre.
    Le vrai dialogue possible avec les musulmans ne pourra se faire que lorsqu’ils laisseront la liberté aux autres d’exister, entre autre celui de laisser les chrétiens évangéliser. Ainsi l’islam disparaîtra dans la plus totale liberté mais ils ne sont pas prêts de le faire.
    Que tous les hommes ont Dieu pour Créateur, c’est évident mais effectivement qu’ont ait tous la même vision de Celui-ci, certainement pas. Je ne crois pas que les musulmans ont Dieu pour Père. De plus l’islam n’est pas une religion révélée comme le judaisme et le christianisme. C’est une Idéologie mystique et religieuse, rien d’autre, c’est la raison pour laquelle ils sont si crispés.
    Dieu est Amour, nous dit Jésus et Il ne s’impose pas par la violence et l’épée mais par l’Amour et avec les moyens de l’Amour, celle de la Croix, préférant se laisser tuer par sa créature que d’anéantir celle-ci par Sa toute-puissance. Au delà de la Croix il y a la victoire de Son Amour. Personne n’est vaincu, personne n’est victorieux, nous sonne tous réconciliés en Jésus-Christ !

    Je doute fort qu’un musulman puisse partager cette Vérité ! Jésus-Christ est Sauveur et Seigneur !

    • NOILLAR

      Archi d’accord. Une religion fondée sur le dogme d’un Livre figé dans le temps n’est qu’une idéologie mystique servant la personne du calife. Les fidèles de l’islam sont des moutons bêlants abrutis par des hadits anti-liberté et anti-amour de l’humanité qui n’ont de cesse de faire du prosélytisme pour assouvir leur soif de puissance alors que les chrétiens ont évangélisé POUR les populations, non contre les populations.

  23. Philippe

    Dieu c’est , pour moi, la trace qu’il laisse, son enseignement. Si j’essaye de me reconnaître dans l’Evangile, je ne me reconnais pas dans le Coran, ce qui montre que je n’ai pas le même Dieu que les musulmans!
    Ph.G

  24. Alex

    En cherchant le contexte de la déclaration insensée de Di Falco, on trouve le thème de sa chronique:
     » et si on s’aimait « .
    Personne ne peut empêcher de hair l’islam et d’aimer les musulmans en tant qu’êtres humains.
    Reconnaitre UN SEUL CREATEUR, ça n’a rien à voir avec avoir LE MEME Dieu.
    Les incas aussi croyaient en un seul dieu-soleil, pour autant ce n’est pas le même dieu.
    La démarche du prélat est d’obliger les âmes à aimer l’islam en mentant, en trahissant le Dieu vrai et Eglise-vraie.
    C’est ça la (pastorale=)politique inter-religieuse romaine actuelle, faire aimer les autres fausses religions pour faire aimer les hommes.

    L’islam est intolérable dans ce pays, et personne n’est obligé de le reconnaître comme une religion avec des droits.
    L’islam n’est qu’un mouvement totalitaire et doit être traité comme tel en pleine face.
    Voilà comment faire pour détroner l’islam du statut de religion.
    Sa Constitution Totalitaire est le Coran, elle doit être condamnée par l’Eglise ainsi que par l’ONU comme violemment contraire aux droits universels de l’homme, comme trouble à l’ordre public par incitation à la haine et à la violence.
    Si en réalité il y a plusieurs sectes d’islam, même traitement à la racine, c’est pas pour autant qu’elle a droit au statut de religion, car une religion doit respecter le Droit en ses fondements religieux.
    Quant aux adeptes de ce mouvement totalitaire, ils sont libres tant qu’ils ne troublent pas le Droit et l’ordre public.

  25. Ce que nous voudrions n’est certes pas ce qui est .
    L’anthropologie chrétienne tient pour un fait acquis que « Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu » ( St Irénée). La foi chrétienne se base sur le passage (Pessa’h, Pâques) de l’Ancienne Alliance et de la loi de Moïse à la Nouvelle Alliance (le sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat (Mat 2:27)
    Ainsi le christianisme est-il la force de l’amour qui prévaut sur la loi, fusse-t-elle celle du Divin présentée par Moïse.
    L’Islam ne preche pas la même vision de Dieu (je ne parle pas de « concept ». Obéissance, soumission.
    La foi chrétienne affirme par Dieu Lui-même au travers de Son Verbe : « aimez vous les uns les autres ».
    Le Coran ne parle que de punition et de soumission, non d’amour .
    Le Coran parle de Dieu qui règne sur tout, tous et toutes choses. Théocratie.
    la Foi Chrétienne par Dieu Lui-même au travers de Son Fils dit : « rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». (Marc 12:17)
    Il n’y a qu’un Dieu, mais il y a ceux et celles qui aiment Dieu, le Dieu unique, de l’Univers et de toute choses créées et il y a ceux qui croient en un dieu conçu à la façon des payens de l’antiquité . Un concept, non une réalité.
    Mgr Di Falco vous vous trompez et vous trompez les fidèles de l’église Une Sainte Catholique et Apostolique

  26. Le Coran
    Sourate 109 : AL-KAFIROUNE (LES INFIDELES)
    6 versets – Pré-Hégire

    —————————————————————————–

    Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

    1. Dis : « Ô vous les infidèles !

    2. Je n’adore pas ce que vous adorez.

    3. Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore.

    4. Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez.

    5. Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore.

    6. A vous votre religion, et à moi ma religion”.

  27. garmon

    Mgr di FALCO a raison : il n’y a qu’un seul Dieu, c’est le même pour tous. Bien sûr, les chrétiens ont accepté une révélation où Dieu se dit comme Trinité Sainte, Père, Fils et Saint-Esprit. Nous avons le bonheur de croire davantage sur Dieu, et sans erreur. Mais c’est bien le même Dieu que celui de tous les monothéistes. Quand les missionnaires – pères blancs souvent français – sont arrivés au Burundi et au Rwanda, à l’extrême fin du XIXième siècle, sous colonisation allemande, ils ont vu que les habitants, les Barundi et les Banyawanda adoraient un Dieu unique, qu’il appelait Imana. Les missionnaires ont, bien sûr, accepté de prêcher en employant le mot Imana, qui s’emploie encore. C’était un belle et providentielle « pierre d’attente » pour évangélisation. Quand Paul de Tarse arrive à Athènes, il parle aux Athéniens du « Dieu inconnu » qu’ils adorent et cherchent comme à tâtons, et c’est encore le même Dieu unique.

    Merci, Monseigneur di Falco, ne vous laissez pas abattre, oui, en effet, nous avons le même Dieu et cela doit (ou seulement « devrait » hélas ?) nous pousser à nous aimer davantage : les chrétiens les musulmans et les musulmans les chrétien. Merci, Monseigneur, merci ; permettez-moi de vous appeler Père di Falco.

  28. Pauvre pécheur que je suis

    Il cite même des écrits d’un saint pape, que cherche-ton ? Des jeux de mots qui nous entraînent dans les maux + + +

  29. Jérôme

    Bonjour,

    La connaissance que nous avons de Dieu par la doctrine de notre foi chrétienne n’est pas que subjective, mais aussi objective par son contenu. La subjectivité de notre foi consiste dans notre degré de compréhension de son contenu révélé. Or, la doctrine islamique ou coranique est une contre-façon de la révélation judéo-chrétienne dont le contenu est à al fois partiellement et faussement repris(ex: Ismaël remplace Abraham, le sens de la Trinité est falsifié car Père, Fils et Saint Esprit sont remplacés par Dieu, Jésus et Marie, quel contresens! etc…), la doctrine du judaïsme est simplement incomplète et inachevée, et il n’est que de constater l’absence de prophète juif depuis le Christ pour comprendre que la révélation judaïque est dépassée par stagnation doctrinale.

  30. Salomon

    @ jejomau – 30 avril 2015 à 19 h 54 min
    @ santiago64 – 30 avril 2015 à 20 h 59 min
    Bien sûr, notre Dieu est UNIQUE ET TRINITAIRE. Bien sûr le Fils s’est incarné et pris chair de la Vierge Marie, toujours vierge. Bien sûr Jésus-Fils est mort par amour et est RESSUSCITÉ parce qu’il EST Dieu. Tout cela ne doit jamais être oublié ni caché, mais doit être dit en temps opportun ; on ne jette pas de perles aux pourceaux. Commencer ainsi, c’est couper d’emblée tout dialogue avec un musulman.
    MAIS le plus important est que DIEU EST AMOUR ; parce qu’Il est trinitaire, Il est intrinsèquement amour de toute éternité ; non pas abstraction mais personne; il aime chacun de nous comme il est et particulièrement les pécheurs, particulièrement les brebis égarées.
    C’est par l’amour que Jésus a attiré à lui les disciples, par le pardon des offenses et des trahisons et par la rémission des péchés, pas par des discours théologiques. Et lorsque le disciple qu’il aimait sort son épée et tranche l’oreille du serviteur du grand prêtre, il lui ordonne de remettre son épée au fourreau.
    Dieu est amour et parce qu’Il est amour Il est trinitaire, incarné et ressuscité.
    Prions la Vierge Marie, toujours vierge, pour qu’elle nous aide à trouver les mots et les gestes pour dire l’amour infini de son Fils.

  31. Muriel

    « Mgr Di Falco joue avec les mots : il n’y a qu’un seul Dieu, en effet. Mais le Dieu des chrétiens n’est pas celui des musulmans. Le dieu des musulmans est un mythe, un mensonge, une erreur, une fumisterie. Non, avec les musulmans nous n’avons pas le même Dieu. »

    L’islam n’est pas une religion, c’est une idéologie! Mahomet n’est pas un dieu, c’était un homme pervers, cruel, violent, dépravé. C’est en lui que croient les musulmans. Comment associer ce dégénéré à notre Dieu? Comment oser les confondre?

    Comment est-ce possible que tant d’inepties sortent de votre bouche, Mgr Di Falco, sinon que vous soyiez devenu un apostat? Et dans ce cas, il me semble que le Vatican devrait intervenir.

    Occupez-vous donc de votre véritable mission, soit celle d’un Docteur de la foi, chargé de l’enseigner et de la transmettre avec fidélité et arrêtez de lécher des babouches!.

  32. C

    « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire vous viennent aisément » : là est fondamentalement le problème malheureusement et pourtant le Christ a si bien expliqué tout cela et cela a été si bien repris par notamment St Paul.
    C’est donc bien triste de voir toute ces confusions de mots avec à l’origine une déclaration peu probante d’un évêque… Mais, mais au moins cela a fait réagir et peut être mieux réfléchir certains.

  33. Myriam

    Il ne peut y avoir qu’un seul
    Dieu…..

    L’hérésie vient d’ailleurs!
    Des menteurs
    Des manipulateurs ….
    Et c’est à nous chrétiens de débusquer les menteurs
    Et que la Vérité qui vient de Dieu
    Règne dans notre monde….

    Alors les traîtres disparaîtront ….

  34. hermeneias

    En relisant les messages consacrés à ce sujet dans la 1ere partie , je vois que quelques « bons apôtres » volant au secours de Mgr di Falco disent , un peu vite , que nous sommes tous , chrétiens , juifs , musulmans , des enfants d’Abraham ….. C’est très très rapide et approximatif !

    Dans St Jean le Christ dit à certains juifs , « vous vous vantez d’avoir pour père Abraham mais le Père peut , des pierres que voici , faire surgir des enfants à Abraham  »

    Mes « bons apôtres » méditez un peu cela avant de répéter des tartes à la crème .

    Cela signifie que l’on n’est pas « enfant d’Abraham » de façon passive , mécanique et biologique .
    Mais c’est « par la foi » comme dit l’Epitre aux Hébreux qu’Abraham quitta son pays et vit la réalisation des promesses de Dieu d’une descendance

  35. trivers

    L’Islam est une hérésie chrétienne, que Mahomet a apprise auprès des judeo-nazaréens lesquels rejetaient le dogme trinitaire et réduisaient le Christ à un messianisme terrestre à servir par la conquête armée.

    Il conviendrait de dénoncer sans faiblesses les hérésies , tout en priant pour la conversion et le salut des hérétiques …brebis égarées aimées du Bon Pasteur….!

    et perdre un peu de temps à lire le père Edouard-Marie Gallez peut permettre d’en gagner beaucoup….

    http://revue.objections.free.fr/002/002.022.a.htm

  36. Excellence
    je suis archeveque dans un pays a majorite musulmane
    Non! Le Dieu que nous adorons, nous chretiens, n’est pas le meme Dieu que nos freres musulmans
    Nous croyons enDieu Miseriordieux, amour,…. leur concepton de Dieu est different. Il suffit de lire les noms de Dieu dans le Coran. A mon avis, nos frere ont des caricatures du vrai Dieu.
    Cette reflexion: nous avons le meme Dieu avec les musulmans nous cree beaucoup de probleme, surtout dans les relation jeune homme et jeune fille. Quand une fille tombe amoureuse d’un musulman et demande le mariage, son pretexte : nous avons le meme Dieu.
    Oui, nous avons les memes dieux, mais non le meme Dieu
    Veuillez Excellence rectifier votre dicton pour proclamer la Verite de l’Evangile

  37. minou

    C’est important de recadrer nos prêtres et nos évêques, parfois nos religieux, c’est de la charité fraternelle. Ils vivent parfois (la plupart du temps) loin des réalités, sont parfois enfarinés dans les allées du pouvoir, sont invités dans des réunions où ils rencontrent des musulmans apparemment policés, etc
    Il n’est pas toujours facile d’expliquer les choses en face à face ou par lettre à son curé ou aux vicaires qui ont tout de suite une réaction négative, même si on y a mis le plus de respect possible.
    La réalité est heureusement portée par les réseaux sociaux . Avec une explication et un style direct qui désarçonne nos évêques. Mais c’est de la pure vérité et une expression de l’intelligence des chrétiens, Monseigneur .
    Un point positif: les réactions sur ce blogue, Monseigneur, vous ont permis d’évoluer puisque vous avez cité le pape Grégoire qui écrivait à un dignitaire musulman dans un contexte précis : un seul Dieu ( et pas un même Dieu).
    Cela prouve que petit à petit, grâce à Dieu, les réalités sont mieux perçues…

  38. Cassianus

    Le discours de Saint Paul au Athéniens était on ne peut plus « prosélytiste » : il ne parle du Dieu créateur que pour tout de suite s’attaquer à leur idolâtrie et leur annoncer qu’ils seront jugés par Jésus. Et je doute fort que le Pape Saint Grégoire VII n’ait pas suggéré à son correspondant musulman de se convertir à la vraie foi. Nous savons tous, par contre, que les évêques de France ont en majorité une posture extrêmement conciliante avec l’Islam. Ne songeant qu’à la paix sociale et pas du tout au salut éternel des Musulmans, ils prônent, selon de très problématiques orientations pastorales du Concile, une espèce d’entente cordiale avec l’Islam, dont le prix à payer (pour reprendre l’expression de M. Fadelle) serait de ne pas chercher à convertir les Musulmans. Mgr Di Falco n’est pas opposé à cette ligne de conduite, et c’est le moins que l’on puisse dire. Mais soyons justes : il n’est pas le seul, et il a pour circonstance atténuante d’être un subalterne qui doit obéir à des ordres.

  39. hermeneias

    De plus la réaction de « Monseigneur » di Falco aux réactions suscitées par son affirmation très ambigue et très clairement politiquement correct , cette réaction aux réactions , vaut le détour .

    Le communiqué de Mgr di Falco parle de « réactions venimeuses » puis s’appuie sur ce qu’il croit être et présente comme un « argument d’autorité » , bien maigre , en citant le père R.Cantalamessa .

    Le procédé est assez retors . Il consiste d’abord à disqualifier globalement les critiques en les qualifiant de venimeuses puis à s’appuyer sur un faible « argument d’autorité » qui n’impressionnera que quelques esprits faibles ou naifs .
    C’est un procédé coutumier en politique ….. Mais à aucun moment ce « pasteur » de l’Eglise du Christ n’admet qu’il a pu choquer et prêter à confusion …. On connait la grande humilité d’une certaine néo-église en « dialogue » , à géométrie variable , avec « le monde »

  40. nardocat

    Du calme ! Tout le monde a plus ou moins raison et je trouve finalement utile que l’on en parle… La mise au point de Mgr Tauran est sans failles.
    Le maître du dialogue et du silence est NSJC et son meilleur disciple en ce qui concerne le dialogue avec nos amis musulmans est François d’assise, suivi de près par mon propre ami Charles de Foucauld…

    Nardocat

    • sygiranus

      Charles de Foucault…, Charles de Foucault…, n’est-ce pas lui qui, à l’orée du XX°siècle préconisait de convertir les musulmans, faute de quoi « dans 50ans, ils vous jetterons à la mer ! »

      On devrait le canoniser comme Prophète ! Lui,au moins, aurait pu voir ses prédictions réalisées… si l’islam lui même ne l’avait pris de court !

  41. Paul

    Notre Dieu, Celui des chrétiens prend part de la Très Sainte Trinité qui l’Islam n’accepte pas, et notre Dieu n’est pas celui que les musulmans adorent, et leur dieu est vraiement la déesse de la lune Alah, et cette religion a étée créée par Mohamad l’an 622 aprés Jésus Crist.
    Si vous pensez que de cette façon, toute religion païenne que apparaît dans le marchand avec um seul dieu pourrait être vraie; est-il leur dieu est le même que le nôtre?
    Ç’a été à effrayer défunte dans le cemitière!!

  42. sygiranus

    Musulmans et catholiques ont le même mot à la bouche : Dieu (Allah dans leur langue) mais autant son étude par ces derniers les plongent dans les délices de la méditation de ses mystères, autant les premiers affrontent les arcanes d’une « révélation » ambigüe et se prêtant à des interprétations que ne cautionnent que ceux qui les établissent. La charité mutuelle des uns faisant opposition au cimeterre des autres, l’inspiration ne peut être la même et l’un des Dieux invoqués ne peut être que faux et donc inexistant. Or « le Christ est ressuscité ! » Qui dit mieux ?

  43. Annick

    Faisons confiance au père Raniero Cantalamessa et au pape Grégoire VII …
    Vous dîtes : « il n’y a qu’un seul Dieu, en effet. » suivi de « mais le Dieu des chrétiens n’est pas celui des musulmans » Cette seconde partie contredit la première car elle laisse entendre qu’il y a plusieurs Dieux.
    Il n’y en a qu’Un, mais nous Lui donnons des représentations différentes pour ne pas dire opposées…
    Quand une musulmane convertie au christianisme intitule son témoignage : « J’ai osé appelé Dieu père », je ne pense pas qu’elle ait changé de Dieu, mais elle a découvert le vrai visage de Dieu.
    Quant au dialogue, quelqu’un cite dans les commentaires Mr Joseph Fadelle… Si le chrétien avec lequel il était en « chambrée » n’avait pas dialogué avec lui, il n’aurait pas eu l’occasion de découvrir le Christ et de se convertir ! Alors dialoguons,… en Vérité…

    • sygiranus

      Avant de « dialoguer » avec lui, son voisin chrétien lui a dit : « Lis ton coran ! » C’est lorsqu’il a saisi toute l’absurdité de ce texte qu’un dialogue ou plutôt des explications constructives ont pu s’établir.
      L’islam est l’islam. L’islam modéré n’existe que comme un fantasme. Seule la proximité d’un christianisme vécu de façon suffisamment authentique peut amener une « modération » de l’islam, moment à partir duquel l’âme de « l’infidèle » pourra renouer avec son état de créature à l’image du Dieu Vivant !

  44. Courivaud

    De toute façon, tâchons d’être plus de 150 à réagir sur ce site, proposons une pétition (mieux : une supplique car nous sommes au sein de l’Eglise catholique !) que nous adresserions à l’évêque intéressé et en copie à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

    Merci à Riposte Catholique d’avoir lancé cette première initiative qui a fait réagir cet évêque qui se croit féru de « com’ « , mais « bis repetita placet »… voire faire sept fois le tour des remparts de Jéricho pour que les murs s’effondrent enfin.

  45. Alex

    Ce monsieur Di Falco est un grossier personnage, se plaignant de « réactions venimeuses ».
    Quelle perversité !
    C’est lui qui injecte du poison dans les esprits et qui retourne le fait venimeux contre ceux qui réagissent au mal, qui s’en défendent, signe clinique de vitalité ! C’est trop gros ! Quel fourbe !

    Le pape Grégoire VII ne fait qu’affirmer à son copain musulman que les hommes ont une seule origine, et n’a jamais affirmé une même foi.
    De plus, il ne faut pas oublier les saintes croisades lancées par les autres papes contre les ennemis-mahométans déclarés de la Vérité , du Salut et des Pélerins.

    Quand on pense que ce Di Falco est ambassadeur du Christ, ya un gros problème, et il doit poursuivre sa thèse apostate par d’autres arguments que des reliques écrites complètement incomprises.
    Mais son autorité est largement remise en question, et Grégoire VII ne l’approuve pas non plus.

    Autre gros problème soulevé au sujet de l’Evangélisation, de la Mission:
    ce type de déclaration et comportement est complètement démissionaire.
    Et puis le principe d’autorité si fortement combattu depuis Vatican2 , continue de se retourner contre ceux qui devraient enseigner et propager le Salut.
    Non seulement, ce type d’évêque refuse sa mission mais en plus, m^me s’il se mettait au travail, leur autorité est déjà perdu donc plus personne ne les suit, c’est grave car l’Eglise devient nulle et vaine ici-bas.

    Finalement ce type d’évêque est plus préoccupé par son propre règne-carrière que le règne de Christ dont il se fout éperdument, ainsi que du royaume des cieux.
    Si l’Eglise ne peut point mourrir spirituellement, les individus si , et m^me les prélats et faux-curés.

    Je pensais que Di Falco avait perdu la tête comme d’autres, mais c’est bien plus grave pour lui.

  46. sygiranus

    L’expression de Mgr di Falco est indigne d’un évêque parce qu’au minimum, ambigüe. Mais celui qui a proféré « Qui suis-je pour juger (… l’homosexualité) ? » lui a donné l’exemple !

  47. Mario

    L`islam est surement une hérésie et une fausse religion comme le disait nos ancêtres mais la question principale n`est pas la.

    La question principale est la République française qui est responsable de la présence massive de l`lslam en France et cela nous renvoi a deux choses capitales. Le baptême de Clovis – le roi des Francs par St-Rémy Évêque et la rupture fondamentale de ce pacte par les élites française de 1789 et par une parti du peuple de France qui est la fondation de la République ( maçonnique et démocratique).

    La France avait par Clovis et St-Rémi signé un Pacte avec Dieu dans la Nouvelle Alliance pour l`Évangélisation des nations et la protection de l`Église catholique et du Pape. cet accord a été maintenu pendant des siècles par de nombreux Rois Chrétiens de France et par la noblesse chrétienne de France. La République française de 1789 a été le fait de renier ce pacte fondamental. Comme le montre l`Ancien Testament on ne renie pas sans conséquences sa signature et sa parole avec une Puissance comme celle de Dieu alors que la signature de Clovis engageait la France et son peuple pour l`éternité.

    La République française est une création de la franc-maçonnerie templière qui croit au Grand Architecte de l`Univers et qui est spécialement anticatholique (Mirabeau – l`illuministe et haut-grade franc-maçon – Robespierre le Rose-Croix, ect). Par contre cette contre église reçoit toutes les religions fausses et étrangères qui veulent coopérer et se soumettre aux principes maçonniques. La maçonnerie- République n`a pas de problème avec l`islam – voir les Shrinners ( maçonnerie) avec leur chapeau islamique – la République cherchent depuis 250 ans a faire disparaitre la foi catholique. Tant que cette République sera au pouvoir, elle continuera – elle est le parti de l`Étranger – la franc-maçonnerie est né en Écosse et en Angleterre, elle a participée a la mise a mort de la lignée catholique anglo-écossaise des Stuart et la révolte protestante, la franc-maçonnerie templière française et européenne coopère avec la franc-maçonnerie anglo-sioniste de Londres et de Tel-Aviv ( création des Rothschilds anglo-sioniste). Vous n`avez qu `a regarder qui gouverne pour comprendre – les Sakozy, Hollande, Valls, Kouchner, B.H.L. Attali, les mouvements dit antiracistes – de quelle religion sont-ils?

  48. jejomau

    Il existe un texte – toujours d’actualité – qui évoque parfaitement les problèmes auxquels sont confrontés nombre de pasteurs (et d’évêques donc) puisqu’il a été fait spécialement pour eux, le pape étant conscient alors du glissement opéré dans nombre d’esprits de ceux qui devraient guider les brebis. Extraits :

    « La présente Déclaration intervient dans cette recherche pour rappeler aux Évêques, aux théologiens et à tous les fidèles catholiques certains contenus doctrinaux essentiels, qui puissent aider la réflexion théologique à découvrir peu à peu des solutions conformes aux données de la foi et aptes à répondre aux défis de la culture contemporaine »

    …………………………………………..

    « L’obéissance de la foi comporte l’accueil de la vérité de la révélation du Christ, garantie par Dieu qui est la Vérité même:  » La foi est d’abord une adhésion personnelle de l’homme à Dieu; elle est en même temps, et inséparablement, l’assentiment libre à toute la vérité que Dieu a révélée « . La foi par conséquent,  » don de Dieu  » et  » vertu surnaturelle infuse par lui « , comporte une double adhésion: à Dieu qui révèle et à la vérité qu’il révèle, à cause de la confiance accordée à la personne qui affirme. C’est pour cela que  » nous ne devons croire en nul autre que Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit « .

    On doit donc tenir fermement la distinction entre la foi théologale et la croyance dans les autres religions. Alors que la foi est l’accueil dans la grâce de la vérité révélée, qui  » permet de pénétrer le mystère, dont elle favorise une compréhension cohérente « , la croyance dans les autres religions est cet ensemble d’expériences et de réflexions, trésors humains de sagesse et de religiosité, que l’homme dans sa recherche de la vérité a pensé et vécu, pour ses relations avec le Divin et l’Absolu.

    Cette distinction n’est pas toujours présente dans la réflexion actuelle, ce qui provoque souvent l’identification entre la foi théologale, qui est l’accueil de la vérité révélée par le Dieu Un et Trine, et la croyance dans les autres religions, qui est une expérience religieuse encore à la recherche de la vérité absolue, et encore privée de l’assentiment à Dieu qui se révèle. C’est là l’un des motifs qui tendent à réduire, voire même à annuler, les différences entre le christianisme et les autres religions. »

    On avance aussi l’hypothèse de l’inspiration des textes sacrés d’autres religions. Il faut certes reconnaître que certains éléments de ces textes sont de fait des instruments pour que des multitudes de personnes au cours du temps aient pu, aujourd’hui comme hier, alimenter et conserver leur rapport religieux avec Dieu. Ainsi donc, en considérant les manières de faire, les règles et les doctrines des autres religions, le Concile Vatican II ; comme on l’a rappelé supra, affirme que:  » Quoiqu’elles diffèrent en beaucoup de points de ce qu’elle-même [l’Église] tient et propose, cependant [elles] apportent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes  »

    Néanmoins, la tradition de l’Église réserve la qualification de textes inspirés aux livres canoniques de l’Ancien et du Nouveau Testament, en tant qu’inspirés par le Saint-Esprit. Recueillant cette tradition, la Constitution dogmatique sur la Révélation divine du Concile Vatican II enseigne:  » Notre sainte Mère l’Église, de par sa foi apostolique, juge sacrés et canoniques tous les livres tant de l’Ancien que du Nouveau Testament, avec toutes leurs parties, puisque, rédigés sous l’inspiration de l’Esprit-Saint (cf. Jn 20,31; 2 Tm 3,16; 2 Pt 1,19-21; 3,15-16), ils ont Dieu pour auteur et qu’ils ont été transmis comme tels à l’Église elle-même « . Ces livres  » enseignent fermement, fidèlement et sans erreur la vérité que Dieu pour notre salut a voulu voir consignée dans les Lettres Sacrées  »

    DÉCLARATION « DOMINUS JESUS » SUR L’UNICITÉ ET L’UNIVERSALITÉ SALVIFIQUE DE JÉSUS-CHRIST ET DE L’ÉGLISE

    http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=dominus_jesus

  49. NOILLAR

    On a tout à fait raison de faire le distinguo entre avoir le même dieu et croire au même dieu.
    Le premier syntagme est faux, le deuxième est vrai car tout dépend de la représentation que l’on a de son dieu par la connaissance que l’on en a.
    La vérité révélée est fondamentale.
    L’homme a TOUJOURS eu besoin de croire en une puissance surnaturelle, et ce dans toutes le civilisations.
    Nous ne devons pas rejeter les autres croyances mais nous devons nous estimer CHANCEUX d’appartenir à la religion catholique qui est la SEULE des religions qui soit aboutie car elle porte le témoignage de la vérité révélée, est universelle et accueille tout homme sans aucune distinction de condition.

    • BRUNIER

      BIS REPETITA PLACENT: Je suis choqué par l’affirmation de Mgr. Di Falco-Léandri ! Soit ce prélat méconnaît l’islam, soit il le fait à dessein pour que les chrétiens se laissent égorger sans mot dire par le boucher halal. Le Dieu de l’islam n’a RIEN à voir avec le Dieu des chrétiens, car l’islam professe l’unicité de Dieu. Donc, le Dieu des chrétiens comporte trois personnes : le Père, le Fils et le Saint Esprit et le principe trinitaire offense le mahométan. De plus, parler de Dieu en disant notre «Père », pour un musulman c’est un blasphème, d’ailleurs, islam veut dire soumission et le musulman est l’esclave de Dieu (cf. Abdallah). Le chrétien et le juif parlent d’alliance avec Dieu, ceci n’est pas acceptable pour le musulman et si les Évangiles ont été inspirées par Dieu, à travers les apôtres, le Coran lui, écrit par Dieu, est descendu directement sur terre. De plus, pour les musulmans, la Bible et le nouveau Testament ont été falsifiés par juifs et chrétiens et Jésus, qui aurait annoncé la venue de Mohamed, est juste un prophète comme les autres et n’a RIEN de divin ! Jésus est né de Marie, mais il n’est pas mort sur la Croix. Ce n’est pas le même Jésus. Monseigneur di Falco-Léandri voudrait, peut-être, un dialogue avec l’Islam mais dialoguer ne veut pas dire « être d’accord ». Nous sommes dans deux univers étrangers l’un à l’autre. En parcourant les hadiths et les deux versions du Coran (version médinoise et version mecquoise), nous remarquons que l’islam est, dès ses origines, violent, inégalitaire, met la femme au rebut et qu’il traite, selon l’humeur du calife, chrétiens et juifs en «dhimmis» (c’est-à-dire citoyens de seconde zone soumis à l’impôt, la « djizîa ») ou les élimine tout simplement. En fait, l’islam rejette et combat tout ce qui lui est étranger. C’est une doxa qui instrumentalise le Coran pour soumettre, soit par la conversion, soit par la violence, tous les non-croyants du monde. D’ailleurs « Islam », en arabe, veut dire soumission. Bien sûr les musulmans ne vont pas partager cette analyse, d’où ce qui suit, ayant pour objectif de vérifier, à l’aide du Coran, que l’islam est incompatible avec la religion chrétienne et les Droits de l’Homme. La lecture des versets du Coran incite au meurtre des chrétiens et des juifs. On voit déjà la façon dont les musulmans vont essayer de passer pour d’innocentes victimes en affirmant qu’ils doivent se défendre face aux attaques des mécréants. Pourtant il est patent que les musulmans ont conquis et pillés d’immenses territoires au nom d’Allah, non pour se défendre, mais pour satisfaire l’arrogant et agressif Mohamed, champion du «djihad» (devoir religieux prescrit par le Coran). Il faut aussi savoir que Mohamed, conformément au Coran, durant ses conquêtes, envoyait des missives aux rois ou aux chefs de tribus pour qu’ils se convertissent à l’islam sous peine d’être éliminés (cf. Verset de l’épée 9.29 : «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»). Donc, ne vous laissez pas enfumer quand les musulmans vous parlent d’un Coran tolérant tout en citant les versets qui les arrangent, car il est plus que certain que tel ou tel verset a été abrogé ou est devenu obsolète. De plus parler d’un islam tolérant et pacifique est aussi stupide que de parler de stalinisme pacifique et tolérant !

  50. Comme l’a dit un jour publiquement François FILLON, alors Premier ministre, toutes les civilisations ne se valent pas, eh bien toutes les religions non plus ne se valent pas!!!!
    À chacun la sienne (sauf pour les agnostiques ou les athées) mais Allah est né au VI siècle sur deux religions monothéistes antérieures. Il s’agit là d’une imposture afin de servir le califat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *