6 comments

  1. gege

    Quand la communauté des chanoines réguliers avait fait part à l’évêque de son intention d’acquérir l’abbaye de Lagrasse l’évêque précédent s’y était opposé sous la pression des curés progressistes en diable majoritaire dans le diocèse.sous le fallacieux prétexte : trop traditionaliste!
    A cette époque un projet visant à transformer cette abbaye en lieu de plaisir, dancing, boite de nuit n’avait pas inquiété les autorités diocésaine. Le ciel en a décidé autrement alléluia!!!

  2. L'évêque de Carcassonne & Narbonne

    Je ne peux pas laisser calomnier mon prédécesseur. C’est Mgr DESPIERRE qui a accueilli la communauté des chanoines que j’ai trouvée à mon arrivée. Il n’avait jamais été question d’établir une boîte de nuit mais le Conseil général voulait acquérir les immeubles, il possède en effet une partie du bâtiment, pour, semble-t-il, y établir un lieu mémoriel du « catharisme » et de la croisade des Albigeois.
    Ma présence à cette ordination (j’ordonnerai moi-même deux diacres en septembre), celle de prêtres du diocèse, on peut reconnaître sur l’une des photos Monsieur le chanoine Vergnes, délégué épiscopal à la vie religieuse, montrent amplement que les chanoines sont accueillis dans le diocèse.
    Je me demande quel est l’intérêt de vouloir sans cesse tenter de créer le trouble et de vouloir faire croire à des tensions qui n’existent pas.
    + Alain PLANET

  3. karr

    Très heureux de constater que la Tradition ne fait plus peur à un bon nombre d’évêques,il y toujours des irréductibles mais en 30 ans que de changements!
    A présent il serait bon « d’utiliser » ces jeunes prêtres dans les diocèses,un chanoine n’est pas totalement cloîtré.

  4. galda

    vous vous trompez ; c’est grâce, entre autres, à l’évêque précédent que les chanoines sont arrivés à Lagrasse. mais c’est sûr que cela n’a pas fait palisir à tout le monde à l’époque

  5. gege

    Il y avait au départ plusieurs projets d’acquisition de l’abbaye dont celle du Conseil Général mais aussi d’autres dont un centre d’accueil touristique avec restauration, hôtellerie, détente et lieux de plaisirs. Cela n’a pas abouti et c’est tant mieux.
    Le projet d’installation des chanoines n’avait pas été, dans un premier temps, bien perçu par les autorités diocésaines, c’est le moins que l’on puisse dire et l’évêque ( sous la pression de certains prêtres dont le Vicaire général de l’époque) avait fait part aux chanoines que leur venue n’était pas souhaitable ni souhaitée. Devant l’indignation de certains catholiques, il était revenu sur sa position .
    Ensuite, il est vrai qu’il a accueilli les chanoines et qu’une pieuse union s’est instaurée entre l’évêché et la communauté de Lagrasse et c’est heureux. Cela n’a pas empêché nombre de prêtres de maugréer ouvertement contre cette implantation.
    Si aujourd’hui avec le temps les choses se sont arrangées nous ne pouvons que nous en réjouir.
    Cependant, le devoir de mémoire doit nous empêcher de gommer ces temps de crise qui ont fait tant de mal à l’Eglise et qui durent encore. Que cela plaise ou non, je témoignerai de ce que j’ai vu, entendu et connu. il y a eu trop de souffrances, trop de mépris pour ne pas dire trop de haines. Dans la crise actuelle qui est une des plus graves que l’Eglise est connue depuis l’origine, les clercs portent une lourde responsabilité. Le temps de la repentance devrait être arrivé au lieu de rester droit dans ses bottes et de pontifier comme si ne rien n’était.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *