rennes-tension-entre-le-diocese-et-les-catholiques-traditionnels

Sous pression, Mgr d’Ornellas rencontre les tradis

Download PDF

A Rennes, les fidèles traditionalistes n’ont pas l’intention de se laisser faire. Des affiches réclamant « la liberté religieuse » ont été collées sur des bâtiments sur les fenêtres de la maison de la communication du diocèse, rue du Père-Lebret, dans la nuit de samedi à dimanche, ainsi qu’à la maison diocésaine située à une centaine de mètres, rue de Brest. Sur un fond noir, on peut y lire : « Oui à la liberté religieuse » ; « Oui à la messe traditionnelle à Rennes » et « Non à la fermeture de la chapelle Saint-François ». Jelle Lemaitre, chargé de communication au diocèse, ne s’y attendait pas :

« Nous sommes surpris et même abasourdis par cette démarche. Il n’est pas question de supprimer la messe traditionnelle à la chapelle Saint-François ».

Aussi, dès lundi, Mgr d’Ornellas a rencontré ces catholiques pour les rassurer, ce que sa lettre lue dimanche n’est pas parvenue à réaliser. Durent 2 heures, l’archevêque a écouté au répondu aux membres du bureau de l’association Saint-Benoît-de-Nursie, qui gère la chapelle Saint-François. Néanmoins, suite à l’affichage sauvage, une double plainte contre X a été déposée par le diocèse. Pour sa part, le président de l’association « regrette » ces collages et reconnaît un « débordement ».

Sur le fond, si la messe à la chapelle Saint-François semble maintenue, rien n’est encore certain concernant le remplacement de l’abbé Cristofoli, membre de l’Institut du Christ-Roi souverain. Mgr d’Ornellas dit attendre d’avoir un échange avec le supérieur provincial de l’Institut pour prendre position. La messe sera-t-elle donc assurée par un ou plusieurs prêtres diocésains, comme cela a aussi été annoncé par ailleurs ? Une solution mixte ? L’association reste « inquiète et préoccupée »

16 comments

  1. lyc

    Il faut bien comprendre que les prêtres diocésains n’assureraient que les messes dominicales, et probablement en pointillés car le diocèse ne dispose pas du réservoir de prêtres nécessaire pour pallier aux absences. Or, l’ICRSP offre beaucoup plus aujourd’hui. La vie religieuse est loin de se limiter à la messe dominicale, et si nous les acceptions, les projets de Mgr d’Ornellas entraîneraient la destruction de cette vie religieuse.

    Voici où nous en sommes aujourd’hui :

    « Ce matin (20 juin 2016) l’association a rencontré Mgr d’Ornellas et des membres du diocèse.

    1 / Monseigneur d’Ornellas a tenu à nous rassurer sur le maintien de la messe sous la forme extraordinaire du rite romain à la Chapelle Saint François à Rennes.
    Cependant, il n’a pas abordé les questions des messes en semaine, des sacrements, de l’instruction religieuse assurés à ce jour, et depuis 14 ans, par l’Institut du Christ Roi souverain prêtre (ICRSP).

    2 / Il a confirmé qu’il avait imposé le départ de l’actuel desservant, départ qu’a dû accepter et acter l’ICRSP.

    3 / En conclusion de cette réunion, lorsque nous lui avons posé la question suivante : « Monseigneur, que prévoyez-vous pour notre communauté de Saint François et le Christ-Roi pour la rentrée ? »
    Il nous a répondu de manière claire : « Je ne sais pas ! »

    Nos interrogations sont donc toujours les mêmes et notre avenir toujours aussi incertain.
    Monseigneur d’Ornellas nous a assuré être en discussion avec Mgr Schmitz, provincial de France de l’ICRSP.
    Information prise auprès de l’ICRSP, Mgr Schmitz attend toujours une réponse de l’archidiocèse de Rennes aux propositions de nomination qu’il a formulées dans un courrier daté du 2 juin 2016.
    Enfin Mgr d’Ornellas a également formulé un certain nombre de demandes auxquelles nous répondrons des que possible. »

    Source : https://www.facebook.com/Pour-le-maintien-de-la-Chapelle-Saint-Fran%C3%A7ois-de-Rennes-1712093932378713

    Et pour ceux qui n’ont pas suivi, voici l’épisode précédent (19 juin 2016) :

    « Quelle est la stratégie de Mgr d’Ornellas ?

    L’envoyé de l’archevêché, le Père Lagneau a lu aux paroissiens de la chapelle Saint François au début de la messe dominicale un courrier officiel de Mgr d’Ornellas, signé de sa main, qui précise les points suivants :
    1°) Que Monseigneur d’Ornellas souhaite que les paroissiens de la chapelle Saint François puissent continuer à grandir dans la foi, l’espérance et la charité à la chapelle Saint François.
    2°) Qu’il n’a jamais pensé qu’il faille arrêter la célébration de cette Messe selon cette forme liturgique dans l’archidiocèse de Rennes.
    3°) Qu’il a toujours considéré avec attention les fidèles attachés à participer à la sainte Messe selon la forme extraordinaire du Rite romain.
    4°) Qu’il était en pourparlers avec Mgr Schmitz Provincial de France pour l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre, afin de trouver la meilleure solution pour la suite.

    Les problèmes sont les suivants.

    1°) À la même heure, au sein de l’église Saint Hélier, l’abbé Paul de La Morinère annonçait qu’il avait été nommé par Mgr d’Ornellas avec l’abbé Jean-Michel le Moal pour prendre la suite du chanoine Cristofoli pour célébrer la messe sous la forme extraordinaire à la chapelle Saint François. Un Je vous salue Marie a été alors chanté.

    2°) Renseignement pris auprès de l’Institut, il n’y a pas à ce jour de proposition de Mgr d’Ornellas pour poursuivre la convention entre l’Institut et le diocèse.

    En clair : quelle est la stratégie de Mgr d’Ornellas ? Pour le moment, il ne fait que mettre de l’huile sur le feu.

    Nous apprenons par des paroissiens que des prêtres du diocèse envisageaient de porter plainte contre les colleurs. Quelle stupeur si demain matin, la Une des journaux titrait : l’Église catholique de Rennes condamne sa jeunesse ! »

  2. Des gens en colère ? L’insécurité, l’arbitraire de la part des autorités publiques chargées de protéger les droits excusent bien des réactions chez les victimes. Le sentiment d’être exclu, l’angoisse de ne compter pour rien malgré ses légitimes droits à la liberté religieuse et à la liberté culturelle justifient certains modes de revendication.

  3. Germain BERTRAND

    Cette montée vers le spectaculaire n’augure rien de bon.

    La chapelle est sous le patronage de Saint François de Sales; l’évêque de Genève : Le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit.”

    [Celui qui honore l’évêque est honoré de Dieu ;
    celui qui fait quelque chose à l’insu de l’évêque sert le diable]

    Ignace d’Antioche, aux Smyrniotes, VIII, 2, XI, 2
    Ignace d’Antioche, Lettres, Cerf, Paris, 1969, 252 p., p. 141
    [collection Sources chrétiennes, traduction P. Th ; Camelot, o.p]
    N.B. J’ai le texte en grec mais le logiciel ne « prend » pas l’alphabet grec.

    Dieu vous garde

    • sygiranus

      Et gnan, gnan, gnan !
      Et que fait-on quand l’évêque démolit à plaisir le sensus fidei (pas besoin du texte en grec !) ?
      Le collage d’affiche ne peut pas être considéré comme une action grave envers un évêque qui fait la sourde oreille aux plaintes légitimes de ses ouailles !

      • yr

        Citer des phrases sorties de leur contexte pour servir une cause est parfois malhonnête. Les écritures ne s’appliquent pas forcément à toutes les époques ni à des cas particuliers.

        Le droit LEGITIME des fidèles traditionnels n’est pas respecté à Rennes. Il y a une volonté évidente de DETRUIRE cette communauté qui semble être une verrue dans le diocèse de cet évêque.
        Le souci de l’Eglise moderniste de Vatican II est de faire rentrer TOUS les fidèles dans le même moule et prêt à accepter une religion uniforme qui va de paire avec le « vivre ensemble » avec les musulmans.

    • D8

      Première erreur : la Chapelle Saint-François est sous le patronnage de Saint-François d’assises. ( cette Chapelle faisait partie de couvent des Franciscains !)

      Deuxième erreur : « celui qui honore …..  » Il s’agit d’honorer celui qui est l’Evêque et qui se comporte comme un Evêque.
      – un Eveque, lors de ses visites pastorales, visite TOUTES ses paroisses. Depuis qu’il est Eveque de Rennes, Mgr d’Ornellas n’a visité la Chapelle Saint-François qu’une, peut-être deux fois, et encore parce qu’il célébrait les Confirmations?. Cela ne s’appelle pas une visite pastorale
      – un Evêque, lorsqu’il a une décision a annoncer, même une décision difficile, ne le fait pas faire par quelqu’un d’autre, il le fait lui-même ! Le Chanoine Cristofoli a appris qu’il était ‘remercié’ et l’Institut avec, par Mgr Souchu. Il en a même profité pour lui annoncer que la Chapelle serait vendue. Quand on est un chef, un vrai, on a du courage !

      Dans le diocèse voisin de Luçon, il y a cette année QUATRE ordinations
      Dans un autre diocèse voisin, celui de Vannes, il y a SEPT ordinations
      Dans le diocèse de Mgr d’Ornellas, il y a cette année UNE ordination !
      Cela se passe de commentaire ?
      Oui, sauf que j’ajouterais quand-même que rien que pour la Chapelle Sait-François, il y a ussi UNE ordination. La Chapelle Saint-François à elle toute seule ‘fait’ autant que tout le diocèse de Mgr d’Ornellas.
      Le devoir d’un Eveque est-il d’apporter lui-même des prêtres à l’Eglise ou est-il de chasser de son diocèse un prêtre qui apporte des prêtres pour la même Eglise ?

      Non, je vous assure, sa cause est difficilement défendable !

      Mais le premier ‘problème’ de Mgr d’Ornellas est qu’il est un intégriste de la messe-de-Paul IV-transformée-à-la-sauce-France, et qu’il ne supporte pas la Messe en forme extraordinaire (il l’a dit lui-même un certain nombre de fois !!!)

  4. yr

    Le diocèse déposant plainte parce que des catholiques utilisent le collage d’affiche pour défendre la messe traditionnelle ????? C’est scandaleux, alors que les sacrilèges ou blasphèmes des chapelles sont à peine déplorés ! On aura tout vu dans ces années d’apostasie !
    Alors que l’église de France moderniste se plaint du manque de prêtres et rassemble souvent le reste des pratiquants en une seule et grande paroisse, pourquoi donc rejeter les prêtres de l’ICRSP pour les remplacer par des prêtres diocésains, bi-ritualistes ? Les prêtres de l’ICRSP sont trop traditionnels et trop catholiques sans doute ?

  5. Double plainte contre X !
    cela n’augure rien de bon pour les tradis.
    Ces plaintes « doubles » sont elles posées quand les églises sont taguées ou souillées ?
    Souvent des piques niques ou des dégradations ont eu lieu dans l’église paroissiale, jamais de plainte, on nettoie.

    • Vous avez bien raison, madame, de noter cela. Contre les tradi, on appelle la police. Contre les autres, c’est différent. Alors que les droits de tradis sont violés alors que lorsque les anarchiste taguent les églises, ils agissent contre les droits des fidèles.

  6. babacool

    c’est du grand n’importe quoi, on en a soupé de ces évêques qui ne sont plus catholiques et on ne veut pas de leur religion à l’eau tiède

  7. d’Ornellas est froid et déterminé. L’Institut est dans l’impasse… comme à chaque fois. Je les aime bien ,les chanoines,mais s’ils se font bouffer tout cru , ils ne pourront que dire « merci ».

  8. vendome

    Ramenons cela à ses justes proportions; l’Eglise Vatican 2, c’est le christianisme-Titanic.
    Votre sujet évêques-tradis, c’est une querelle dans un canot de sauvetage qui prend l’eau!

    La participation régulière à la messe dominicale concerne 3% des Français, les tradis en étant le dixième.

    Chaque année, des dizaines de jeunes prêtres ordonnés remplacent bien mal (quantitativement) des centaines de vieux prêtres retraités ou morts.

  9. MAELY

    Je crois que je suis schizo, je suis d’accord avec les acquis du Concile Vatican II (liberté de conscience…), je souhaite la démocratie, le respect des minorités, etc…
    Mais j’aèèèèème la messe selon le vieux rite, il est clair que les tradis préservent un des trésors de l’occident.

    Je ne comprends absolument pas les motifs de l’évêque pour les sabrer.
    Et aussi, c’est quand même théologiquement assez rigolo qu’un archevêque puisse supposer que la vie chrétienne se réduise à la messe du dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *