o

Prier pour la France signifie s’inscrire dans une tradition chrétienne multiséculaire de charité

Download PDF

Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes, explique à La Croix :

C’est une tradition que de prier pour la France le 15 août. Cette année, dans un contexte particulièrement troublé, avec les évènements récents, il s’agit de demander la paix. Ce jour-là, les cloches sonneront. Cela aussi est une invitation à la prière…et à la confiance. Dieu est source de paix, seul lui peut la donner.

L’attentat de Nice a été pour moi un déclic. Ce drame m’a immédiatement évoqué la « guerre par morceaux » dont le pape François parle souvent. La France fait partie de ce conflit. Dans le diocèse de Laval se trouve le petit sanctuaire de Pontmain, où la Vierge Marie apparut à deux petits garçons en 1871. A cette époque, notre pays vivait la guerre. Au mois de janvier, les Prussiens, du Mans, progressaient vers l’Ouest. Son message aux petits voyants a été très simple : « Priez mes enfants ». Cette invitation a été réveillée en moi avec insistance et c’est ainsi que j’ai eu l’idée d’une neuvaine pour la paix qui s’achèverait le 15 août, pour toute la province de l’Ouest.

L’initiative de Mgr Pontier, à la suite de l’assassinat du P. Hamel, a répondu à cette intuition. Face à la situation actuelle de notre pays, notre arme, c’est la prière.

En 2012, le cardinal Vingt-Trois avait lui aussi demandé une prière pour la France, avec une intention particulière pour la famille, sur fond de débat sur le mariage pour tous, suscitant des incompréhensions…

Cette prière touchait effectivement un point très sensible de notre existence humaine, la filiation.

Plus largement, certains estiment que la prière pour la France a un côté trop classique. Que leur répondriez-vous ?

Quand je me rends dans des EHPAD, auprès des personnes âgées, cette prière est pour elle une évidence, au-delà des différences sociales et culturelles. Dans leur conception, prier pour la France, c’est prier pour leurs enfants et petits-enfants, pour qu’ils trouvent un travail, une stabilité, pour que leur famille reste unie, leur vie stable. Les interrogations soulevées ne doivent pas faire oublier que prier pour la France, c’est prier pour que tous les habitants de France soient heureux d’un vrai bonheur, c’est prier pour les personnes et non pour une idée. Personne ne peut être contre cela.

Aujourd’hui, quel sens prend cette prière ?

La situation économique de notre pays suscite des inquiétude. Prier pour la France implique aussi de prier pour les décideurs et pour les chefs d’entreprise. Le chômage est aujourd’hui une plaie très douloureuse.

Comment créer l’unité, alors que les visions de la France sont très différentes, y compris parmi les catholiques  ?

Prier pour la France signifie s’inscrire dans une tradition chrétienne multiséculaire de charité, pour que celle-ci continue d’irriguer les manières de relever de nouveaux défis. Aujourd’hui, il me semble que nous sommes invités à ouvrir de nouveaux chemins de charité envers les réfugiés.

3 comments

  1. yr

    « Quand je me rends dans des EHPAD, auprès des personnes âgées, cette prière est pour elles une évidence, au-delà des différences sociales et culturelles »…

    Pourquoi toujours faire remarquer qu’il y a des différences sociales parmi les personnes âgées ?
    On sait que le peuple de Dieu est composé de toutes sortes de gens : les riches les pauvres, les malades les bien portant, le lettré l’illettré, les adultes les enfants, etc… Il en est de même lorsqu’on parle des banlieues les taxant de populations « défavorisées » ! Mais est-que Jésus faisait cette distinction lorsqu’il s’adressait aux foules qui le suivaient ?

    Autre remarque : le 15 Août traditionnellement appartenait à la Sainte Vierge. Depuis les attentats, les pasteurs disposent de ces jours liturgiques pour honorer les victimes aussi bien le dimanche (Jour du Seigneur) ou autre jour solennisé ; prier pour la Paix peut se faire lors d’une neuvaine, de même prier pour la France. Le voeu de Louis XIII, dont on ne parle plus, est autrement plus avantageux à renouveler c’est vraiment notre fête nationale !
    Dieu ne doit-il pas être PREMIER SERVI et se souvenir que le 15 Août est réservé à la Sainte Vierge ?

    Messieurs les Pasteurs, ré évangélisez le Peuple de Dieu, rétablir les fêtes religieuses, réciter le Rosaire…réexaminez certains messages de Notre Dame et considérez ses nombreuses venues afin de comprendre ses avertissements que l’on a très souvent rejetés, consacrez lui encore le monde comme elle le souhaitait en 1917 à Fatima et vous verrez qu’Elle n’est pas sourde à nos prières !

    Voilà tout ce qui peut contribuer à instaurer la Paix et notre France ira mieux mais de grâce ne bouleversez pas la liturgie, elle ne vous appartient pas !

  2. Denis F

    Et allez, encore les réfugiés.
    Avant d’ouvrir de nouveaux chemins de charité, il faudrait peut-être déjà emprunter un peu plus ceux qui sont abandonnés…

  3. chris83

    Encore une fois Mgr d’Ornelas confond la politique et la religion. Il n’a pas compris que le grand problème aujourd’hui c’est la surpopulation musulmane en FRANCE, alors ou en est la position des évêques de France dans « l’assemblée des évêques de France » pour la dynamisation et le SOUTIEN aux chrétiens catholiques?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *