a

Profanations : communiqué de Mgr Aillet

Download PDF

Communiqué de monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, suite à la profanation de l’église Saint-Vincent de la paroisse Notre-Dame de la Bidassoa d’Hendaye où, vendredi 24 avril 2015, le ciboire, contenant les hosties consacrées, ainsi que la lunule contenant l’hostie utilisée pour l’Adoration du Très Saint Sacrement, ont été volés, sans dégradation ni effraction.

« Rome, le mardi 28 avril 2015

Dans la journée du vendredi 24 avril 2015, une profanation a été commise dans l’église Saint-Vincent de la paroisse Notre-Dame de la Bidassoa d’Hendaye. Le ciboire, contenant les hosties consacrées, ainsi que la lunule contenant l’hostie utilisée pour l’Adoration du Très Saint Sacrement, ont été volés, sans dégradation ni effraction. [1]

Je m’associe à la peine de la communauté catholique d’Hendaye, blessée au cœur même de son être, et tiens à assurer le curé, monsieur l’abbé Jean-Marc Lavigne, les prêtres et les fidèles de cette paroisse de ma prière et mon soutien le plus fraternel. Je remercie aussi le maire d’Hendaye, monsieur Ecenarro, d’avoir eu le courage des mots pour exprimer son soutien aux catholiques de sa ville et dénoncer l’acte de profanation qui « touche la société en général ».

Quand le vol d’objets de culte, les dégradations d’églises ou de cimetières chrétiens, en hausse constante dans notre pays, atteignent durement nos consciences, combien plus la profanation de l’hostie consacrée, essence même de notre foi, heurte notre cœur ! Il ne s’agit plus de symboles, mais de la réalité même qui nous pousse à aller adorer Jésus-Christ en personne, à la messe ou à l’adoration eucharistique, sous l’apparence des hosties qui viennent précisément d’être volées. Comme l’exprimait l’abbé Jean-Marc Lavigne : « on touche au sacré, ce qui est grave, mais aussi à la vie intime de chacun ». Par son caractère gravissime, cet acte atteint directement la réalité la plus sacrée de notre culte et la communauté catholique tout entière à l’heure même où celle-ci est meurtrie par les persécutions de ses frères d’Afrique et d’Orient.

Au nom de toute notre communauté catholique, et en particulier d’Hendaye, je supplie le ou les auteurs de ce sacrilège de prendre la mesure de l’acte qu’ils ont commis[2] en dérobant ces objets sacrés et de rendre le plus rapidement possible les hosties présentes dans le ciboire et la lunule volés.

En communion avec le curé de la paroisse, monsieur l’abbé Jean-Marc Lavigne, qui m’a fait part très rapidement de cet acte de profanation qui l’a bouleversé, et auquel je réitère toute mon amitié et mon soutien dans cette épreuve qu’il n’a – en 31 ans de sacerdoce- jamais connu auparavant, j’invite les membres de notre communauté ecclésiale à entrer, à son initiative, dans la prière et le jeûne : « Il faut réagir sans peur, sans repli, avec calme et sérénité, en Christ, vainqueur du mal. ».

Je serai en union de prière depuis Rome, ce mercredi 29 avril prochain à 19 heures, avec la paroisse d’Hendaye à l’occasion de la messe de réparation qui sera célébrée dans l’église Saint-Vincent et qui sera suivie de l’adoration eucharistique jusqu’à 21h30. J’invite tous les fidèles qui le pourront à participer à cet acte de réparation.

+ Marc Aillet

[1] Vols à l’église d’Hendaye : « réagir sans peur », Sud-Ouest du mardi 28 avril 2015, http://www.sudouest.fr/2015/04/28/reagir-sans-peur-1905661-4018.php

[2] Code de Droit Canonique, 1367, http://www.intratext.com/IXT/FRA0037/_P4Z.HTM

14 comments

  1. rocheteau

    Merci Monseigneur pour cette magnifique lettre ! nous sommes tellement choqués par de tels sacrilèges et par le peu de réactions qu’ils suscitent chez certains de nos pasteurs et même chez certains de nos évêques….. sans être de votre diocèse nous nous unissons à votre prière d’adoration et de réparation du mercredi 29 !

    faites, Seigneur notre Dieu, que cessent ces offenses à votre sainte Eucharistie, don suprême de l’Amour du Cœur de Jésus

  2. J’en ai assez de lire des articles annonçant la profanation de nos églises (La dernière en date à ce jour [1] ! Assez d’apprendre que Jésus présent au tabernacle de celles-ci a été une nouvelle fois l’objet de sacrilèges ! Assez de lire les piteuses déconvenues des responsables de ces lieux, alors qu’ils sont en grande partie les responsables mêmes de ces attentats contre Jésus-Christ !

    En effet, le Code de droit canonique leur fait un devoir de conserver le Saint-Sacrement dans un tabernacle « inamovible, fait d’un matériau solide non transparent et fermé de telle sorte que soit évité au maximum tout risque de profanation. » (can. 938 §3). Mais qui se soucie encore de ce que demande le Code de Droit canonique ?! Une des toutes premières choses que j’ai toujours faites dans les églises dont j’ai été chargé a été de sceller un petit coffre-fort dans leur tabernacle. Qu’attendent donc nos curés pour faire la même chose et nos évêques pour le leur commander ?! Sont-ils excusables de continuer à conserver Jésus-Eucharistie dans des tabernacles que n’importe quel gamin est capable de forcer ?! Qui leur demandera des comptes pour leur négligence dans la conservation du « Trésor spirituel de l’Église » (CEC 1324), de notre Trésor ?!

    Je dirais encore à ce sujet que ces profanations ne m’étonnent nullement, tant elles sont prévisibles à la lumière de la Parole du Christ annonçant que le sel dénaturé est voué à être piétiné par les gens (Mt 5.13). En effet, tant que l’on continuera à donner la communion dans la main, et donc à prendre le risque de voir Jésus-Eucharistie, sous l’espèce d’une miette du pain consacré, tomber à terre et être piétiné par les fidèles eux-mêmes, il n’y a pas de raison qu’Il ne soit pas aussi piétiné par ceux qui ne Le connaissent pas ― si tant est que les autres Le connaissent encore ! Honte aux responsables de l’Église, ouvertement et obstinément désobéissants à ce que leur demande l’Église : « Que tout le monde se rappelle que la tradition séculaire est de recevoir l’Hostie dans la bouche. » (Congrégation pour le Culte divin, Notiae, mars 1999) ; « Il faut maintenir l’usage du plateau pour la communion des fidèles, afin d’éviter que la sainte Hostie, ou quelque fragment, ne tombe à terre. » (Redemptionis Sacramentum, n°93, 2004) ! Et que l’on ne vienne pas me dire que les prêtres sont tenus de donner la communion dans la main en vertu d’un droit que les fidèles auraient de la recevoir ainsi. Je me suis déjà exprimé à ce sujet et renvoie à cet article [2]. Ce n’est pas le monde païen qu’il faut accuser de ces sacrilèges, mais nous-mêmes ! Jusqu’à quand, hypocrites ! refuserons-nous de nous convertir tout en prétendant prêcher la conversion aux autres ?!

    http://www.islam-et-verite.com/blog/liturgie/assez.html

    • Yr

      Bien dit Mr l’Abbé, d’accord avec vos propos.
      Il faudrait aussi que les chrétiens qui croient ENCORE à la Présence réelle, écrivent à leur évêques leur demandant de prendre des mesures de sécurité pour que ne soient plus possible ces vols d’hosties dans les églises.
      En effet, pourquoi ne pas mettre à l’abri les hosties dans un coffre aménagé contre ces exactions ?
      On peut aussi installer des caméras à la porte de l’église ou dans l’église même, cela devient si courant dans nos villes que cela ne peut plus gêner les fidèles.
      Malheureusement, cela n’empêchera pas les satanistes ou autres malfaisants de voler l’hostie lors de la communion, la communion dans la main favorisant ce genre de sacrilège.

    • Courivaud

      Merci, cher monsieur l’abbé, de parler ainsi en évêque, gardien du Magistère infaillible.
      Il mériterait que vous transformiez ce message en lettre « officielle » que vous adresseriez tout de suite à Mgr Aillet, mais aussi et surtout à d’autres évêques qui sont assez indifférents à la question juridique – juridique, se fondant sur le Magistère, bien sûr – tels :
      – Mgr Vingt-Trois
      – Mgr Simon
      – Mgr Ricard,

      etc. (il y a du monde, parmi ces évêques indifférents !).

  3. Je suis tout à fait d’accord avec vous. De plus je rajouterez que les tabernacles sont relégué sur les coté dans les églises ils ne sont plus au milieux de nos lieux de culte. A ton honte de notre seigneur pour le cacher ? De plus quand on ne prie plus les anges de protéger nos lieux car ils sont aussi protecteur des églises, le démon prend plaisir à souiller. Mais faut il encore croire à leur force surnaturelle.

    • karr

      Entièrement du même avis,les Saintes-Espèces doivent être protégées et non cachées,réapprenons à faire nos visites au Saint-Sacrement,ne fermons pas nos églises,dans le Loir et Cher j’ai pu constater que les églises,souvent dans des paroisses desservies par des prêtres de la communauté St-Martin,restent ouvertes jusqu’à 18 ou 19 heure,des fidèles s’organisent afin qu’il y ait toujours une personne adorant le Seigneur.,comme feue l’oeuvre des gardes du tabernacle.
      Hélas il est tout de même à déplorer deux profanations dans la même église à Montrichard,soyons toujours vigilants car comme l’écrit St-Pierre: »Le diable est tel un lion cherchant sa proie,soyez forts et vigilants »,il s’agit bien entendu de nos âmes mais aussi du Seigneur qui se donne à nous dans la Sainte-Eucharistie,nous sommes responsables de ce don suprême d’un Dieu si grand qui se fait toujours si petit.
      Les profanations coïncident avec un renouveau de l’adoration Eucharistique,au XIX° et début XX° siècle on retrouvait des hosties consacrées qui cachetaient des enveloppes,ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres (lire la vie de Mère Yvonne-Aimée de Malestroit),dans les années 70-80 l’adoration survivait en de très rares endroits,comme le chapelet et les autres nobles dévotions,les prêtres refaisaient le monde avec des mouvements politisés et beaucoup de réunions,pas de temps pour ces »vieilleries ».Le diable pensait avoir gagné,pourquoi profaner des hosties puisque les prêtres leur portaient si peu d’importance et surtout de respect.Du coup les églises se sont vidées ,tout comme les séminaires et les couvents!

  4. Philon33

    Ouvrons les yeux, les profanateurs ont les mains libres car les responsables au plus haut niveau ferment les yeux quand ils ne sont pas les instigateurs. Nous n’avions encore jamais une telle horreur sacrilège en France mais il va falloir s’y habituer, les forces des ténèbres sont en marche portées par un soutien inégalé dans l’Histoire de notre pays par les élites qui se sont engagées à leur suite. Ce n’est pas contre la chair et le sang que nous avons à lutter nous adorateurs du Dieu Vivant mais contre les princes de ce monde des ténèbres, des puissances, des principautés et des esprits du mal dans les lieux célestes. C’est un combat terrible qui se prépare nous avons intérêt à en avoir conscience et nous avons besoin de pasteurs de choc comme Mgr Aillet pour mener le troupeau. Adoration, prière et confession de notre Foi.

  5. zézé

    Monsieur l’Abbé Pagès, merci, et j’ai eu les larmes aux yeux en vous lisant ! oui ! que de sacrilèges, que d’offenses notre Jésus reçoit. Je ne me permettrais pas de rajouter quoi que ce soit à votre commentaire, vous connaissant de par vos interventions, trop peu nombreuses à mon goût. Comme il serait bon de pouvoir avoir des prêtres tels que vous, partout dans toutes les églises de France et de Navarre…
    Recevoir Jésus-Hostie dans la bouche est un minimum ! Le recevoir à genoux serait tellement plus respectueux ! et bien sûr que le Prêtre ne se borne pas à dire : « Corps du Christ », mais ce que les Prêtres disaient avant : « Que le corps de notre Seigneur Jésus-Christ, garde votre Ame pour la vie éternelle. Amen ». En français (si le Prêtre ne connaît pas le latin) rappellerait aux communiants ce qu’ils reçoivent !!!!!!!

  6. rocheteau

    oui les églises doivent malgré tout rester ouvertes, les tabernacles étant aussi solides et protégés que le code de droit canonique le demande, scellés dans l’autel au centre de nos églises …. je m’insurge contre cette tendance actuelle de déplacer le tabernacle vers le côté ou même « la pièce à côté » sous prétexte de sécurité ou parce que c’est la mode (esthétique moderne !!!!)…. Notre Seigneur mérite la place centrale dans sa maison ! je ne supporte pas ces églises de Vendée devenues semblable au temple protestant où l’on doit chercher et pas toujours trouver la divine présence eucharistique …. on fera un léger « signe » de respect (pas de génuflexion) devant la table (à repasser) qui sert d’autel mais plus rien – c’est un comble – devant le tabernacle où l’on passe et repasse, sans s’en soucier, la tête haute, sans égards… on perd ainsi la foi en la présence du Christ…foi mise à mal par certaine anamnèses qui se terminent ainsi : Viens Seigneur Jésus ! alors que le pain est déjà devenu son Corps, le Vin, son Sang …. c’est son RETOUR DANS LA GLOIRE que nous attendons, lui est déjà là….

  7. rocheteau

    et la banalisation de la communion dans la main où tout le monde se présente, baptisés, ou non quelquefois….montre bien l’inconscience l’inconséquence des fidèles non enseignés ! que se lèvent de prêtres comme le curé d’Ars pour pleurer en nous montrant l’hostie et en disant « c’est Lui, Il est là, Il est là » ces prêtres existent mais sont encore trop peu nombreux et leurs propos sont étouffés par les prêtres modernes, qui pensent avoir tout compris de la religion d’après concile et n’ont en fait rien compris du tout intoxiqués par les relents de protestantisme et les doutes qui s’en suivent….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *