Robert-Sarah-0125

Le cardinal Sarah dénonce des évêques

Download PDF

Robert-Sarah-0125

Même Perepiscopus n’aurait pas osé employer ce terme à l’encontre d’évêques. Mais le cardinal Robert Sarah n’est pas n’importe qui. Ce cardinal guinéen, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements depuis 2014, poursuit actuellement une visite en France, à l’occasion de la parution d’un livre d’entretiens avec le journaliste Nicolas Diat. Depuis maintenant plus d’une semaine, il donne des conférences en France, préside des cérémonies, intervient sur les antennes (Europe 1, KTO, Public Sénat…). Certaines mauvaises langues diraient qu’il est en campagne. Ce n’est pas faux… mais tout dépend de quelle campagne il s’agit. L’ayant écouté, on a un peu l’impression qu’il mène une campagne pour réveiller la Fille aînée de l’Eglise, la rassurer face aux évènements, lui dire que l’Eglise a besoin d’elle, l’encourager, l’enseigner, lui rappeler que seul Dieu est nécessaire, Dieu seul suffit. Dieu ou rien… En conférence, le cardinal s’excuse publiquement de dire les choses de façon crue, sans pincettes. Mais parce qu’il estime nécessaire de réveiller notre foi endormie, sclérosée.

Il a donné ce jour un entretien au site Atlantico. J’y ai décelé des accents… ratzinguériens, avec une dénonciation de l’apostasie des chrétiens et de la façon dont le catéchisme est enseigné, ce qui n’est pas sans rappeler une célèbre conférence du cardinal Ratzinger du début des années 1980. Il y expose le but de son ouvrage et, je pense, de sa venue en France (plus de 10 jours déjà qu’il enseigne) :

« Ce que j’essaye de dire dans ce livre, c’est qu’il faut aider l’Europe à retrouver Dieu, l’aider à retrouver son identité. Il est absurde de nier que l’Europe a des racines chrétiennes. De la même manière, on ne peut pas fermer les yeux et dire qu’il n’y a pas de soleil ! Cette Europe qui refuse la vie, qui n’engendre pas la vie, qui vieillit, qui affirme aussi qu’un homme n’a pas de sexe et qu’il pourrait choisir, cette Europe là se met elle-même en position de faiblesse. […] Je veux rappeler aux Français qu’ils sont chrétiens, même s’ils ne veulent pas le savoir. Ils ont leur histoire, leur culture, leur musique, leurs œuvres d’art… Le rappeler en priant, en manifestant contre une interprétation irréaliste de la nature humaine, c’est-à-dire la théorie du genre… Le dire d’une manière respectueuse et ferme, c’est une œuvre de charité. Si vous laissez votre ami se détruire, vous ne l’aimez pas vraiment. Même s’ils n’aiment pas l’entendre, ils sont chrétiens. Pire, même chez ceux qui le sont, on n’ose pas se déclarer chrétien. J’ai une famille qui m’a adopté, j’ai trois sœurs adoptives en France, et quand je me présentais avec mon habit de prêtre, on me disait « enlève ça ». Mais c’est ma tenue. Quand un médecin va à l’hôpital, il n’est pas habillé n’importe comment. Mais il est vrai, et c’est Jean-Paul II qui le disait, que des chrétiens sont apostats. Ils ne le disent pas. Ils se prétendent encore chrétiens. Mais leur manière de vivre, leurs idées, font comme s’ils n’étaient pas chrétiens.

Est-ce parce qu’on a renoncé à la discipline de vie qui doit accompagner la foi ?

Pas seulement à la discipline. Mais à la doctrine. On a renoncé à un enseignement qui fait l’homme. Cet enseignement, bien sûr, engendre la discipline. Mais avant la discipline, il y a l’enseignement que l’on rejette, et le pire, c’est que même certains évêques – certes minoritaires – disent des choses abominables. »

Ce terme, très fort quand on le prend dans son sens biblique (« Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination » -Levitique 18/22), je n’aurai pas osé l’employer. Si le cardinal le fait, il a ses raisons. Et il déclare ensuite :

« Dans quelle mesure l’Eglise de France n’est-elle pas responsable de cette situation ? On a l’impression que le catéchisme est parfois devenu un atelier de coloriage…

On a renoncé à enseigner le catéchisme. On a créé quelque chose qui n’est pas un catéchisme, en n’intégrant pas par exemple certains éléments doctrinaux. Le refus d’enseigner le catéchisme, ou d’apprendre par cœur, fait que lorsque les enfants ont fini le catéchisme, ils ne savent rien du tout, ni les prières ni les évangiles. Je pense que notre responsabilité existe, car nous n’avons pas fait tout notre travail.

C’est d’autant plus vrai quand des évêques interprètent la parole de Dieu à leur manière. Je viens de relire la déclaration de l’évêque d’Oran sur le mariage [Dans son ouvrage « Tout amour véritable est indissoluble », Mgr Jean-Paul Vesco, affirme que l’Église peut changer la discipline sur les divorcés remariés sans remettre en cause la doctrine de l’indissolubilité du mariage. Mgr Vesco a été interrogé complaisamment par le quotidien La Croix il y a quelques jours]. Dans l’évangile de Saint-Marc, chapitre 10, Jésus dit : « Ce que dieu a uni, l’homme ne le sépare pas. » Si l’homme renvoi sa femme et en épouse une autre, il est adultère. La femme aussi. C’est très clair. Mais certains évêques disent « non, on peut se remarier ». »

Et le cardinal poursuit sa « campagne » contre les évêques qui osent proposer une doctrine affadie :

« Que répondez-vous à ceux qui disent que l’Eglise a perdu ses fidèles car elle ne serait plus en phase avec les préoccupations de la société actuelle, qu’elle devrait s’adapter plus aux sociétés européennes sur des sujets tels que la contraception ou le divorce ?

Un médecin qui a un malade, que fait-il ? S’adapte-t-il au malade ou bien essaye-t-il de lutter contre la maladie ? L’église ne peut pas dire « vous êtes malade, c’est très bien, je vais vous suivre comme cela ». Elle doit au contraire dire « je vais vous donner un idéal, une ligne de conduite ». L’Eglise n’invente rien, elle dit ce que Dieu lui a dit de dire. L’Eglise ferait du tort à l’humanité si elle abandonnait le message chrétien en s’adaptant. L’Eglise parait dure, mais quand je me fais opérer, j’ai besoin d’avoir mal pour qu’on m’enlève la maladie. »

Voilà qui a le mérite d’être clair et qui remet un bon nombre d’évêques à la place qu’ils n’auraient pas du quitter. Et pour couronner le tout, le cardinal Sarah a envoyé ce petit message sur le réseau Twitter :

Voilà qui nous change de Mgr Di Falco.

maximilienbernard@perepiscopus.org

23 comments

  1. MAKI de TANA

    Que Dieu et Notre Dame protègent le Cardinal.
    Que ce prélat continue à nous donner non seulement de l’espoir mais surtout à nous indiquer le chemin qui mène à Jésus en servant tous nos frères.
    Enfin une bouffée d’air frais.
    Deo gratias

  2. Babey

    Ce que nous attendons depuis si longtemps, le cardinal Sarah ose enfin le dire.
    Nous avons tant besoin de quelqu’un qui nous aide à marcher sur notre route
    Que ces mots nous réveillent et réveillent nos pasteurs.
    Merci

  3. La vie entière du cardinal est une sorte de miracle, une succession de moments qui semblent impossibles sans l’intervention du Ciel.
    Au fil d’un entretien exclusif, le cardinal, réputé pour sa liberté de parole, livre ses réflexions sur l’Eglise, les papes, Rome, le monde moderne, l’Afrique, l’Occident, la morale, la vérité, le mal, et Dieu, toujours.
    Dieu ou rien…en diffusion ur Livres en Famille (+ vidéo) : http://livresenfamille.fr/p10758-cardinal_robert_sarah_dieu_ou_rien.html

  4. Marc

    Cette pique à Mgr di Falco est mal venue, en effet, il soutenait LMPT mais a rappelé qu’il fallait lutter contre l’homophobie et a affirmé que les enfants n’auraient pas du y être présents… Pour la seconde je ne suis pas d’accord mais je respecte son avis…

  5. Courivaud

    Tant mieux, sans doute…. mais qu’il ne se dégonfle pas comme la dernière fois en s’absentant à la dernière minute de la messe de clôture du pélerinage « Summorum pontificum » l’an passé.

  6. mariani

    Enfin un cardinal qui ose dire que le catéchisme est devenu du coloriage. C’est la vérité et c’est la raison pour laquelle je me suis opposée aux nouveaux parcours proposés par certains évêques, parcours oil n’y a ni logique ni chronologie on mélange allègrement ancien et nouveau testament, oubliant que l’enfant veut pouvoir se repérer dans le temps et dans l’espace. Seuls des cadres fixes et immuables peuvent lui permettre de retenir. Heureusement l’évêque qui dirigeait la paroisse a compris mon point de vue et m’a autorisé la logique qui rend depuis toujours zend chaque enseignement accessible. Pour cela merci du fond du coeur et que Dieu vous bénisse

  7. Thierry

    Vive le cardinal Sarah !
    Eminence, sachez que beaucoup de Français sont de tout coeur avec vous !

    Il faut manifestement qu’un regard extérieur, comme celui du Persan de Montesquieu, soit jeté sur l’état lamentable de l’Eglise en Europe et tout particulièrement en France, afin que nous ouvrions les yeux et voyions vraiment ce à quoi l’habitude et la lâcheté nous ont rendus totalement aveugles.
    Quelle excellente métaphore empruntée à la médecine : » Un médecin qui a un malade, que fait-il ? S’adapte-t-il au malade ou bien essaye-t-il de lutter contre la maladie ? » ; « L’Eglise n’invente rien, elle dit ce que Dieu lui a dit de dire. L’Eglise ferait du tort à l’humanité si elle abandonnait le message chrétien en s’adaptant.  »
    Oui, oui, oui c’est exactement cela ! Quelles sottises ne nous fait-on pas avaler au nom de cette prétendue « adaptation » qui n’est que trahison.
    Voilà qui nous change en effet de Mgr Di Falco, de Mgr Vingt-trois, de Mgr Dubosc (horresco referens !) et de tous les autres qui ne sont plus les dignes successeurs des apôtres. Rappelons que le cardinal Sarahétait en mars 2013 un « papabile ».

    Monseigneur, nous vous respectons, nous vous aimons ! Courage ! Parlez ! La « Vérité rend libre » !

  8. Abbélinos

    C’est une joie d’entendre de telle propos sans langue de bois. Beaucoup d’évêques et de prêtres en Europe comme en Afrique sont des lourds dans la bergerie (l’Eglise) mais habillés en blanc. Que Dieu protège son Eglise

  9. GUIDA

    Il faudrait que beaucoup de cardinaux, évêques et prêtres relayent les propos du cardinal Sarah pour que les catholiques ressentent véritablement un réveil de l’Eglise de France et d’Europe avant que l’endormissement ne gagne définitivement la partie sous les coups de boutoirs de tous les ennemis du Christ.

  10. Paul

    Le Cardinal Sarah est un vrai prophète; il n’a pas d’engagement à des erreurs ou à quelqu’un et il censure leur collègues évêques s’il est nécessaire, et il a de l’engagement seulement avec le Seigneur Dieu et sa sainte doctrine.
    Il n’accepte pas un catholicisme moderniste et celui de l’eau fraîche!

  11. Desiderius

    On ne peut qu’approuver l’enseignement de Son Eminence le Cardinal Sarah et tant d’autres (le Cardinal Raymond Leo Burke, Monseigneur Schneider, etc….). Ce sont des phares où l’homme doit se réfugier. L’Eglise d’Europe, l’Eglise de france ne se relèvera que grâce à un petit nombre malgré les attaques perfides des ennemis du Christ qui sont en dehors ou dedans. Nous avons cette assurance que l’enfer ne prévaudra pas contre l’Eglise même si celle-çi est blessée. Elle se relèvera dans sa toute splendeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *