1020x765

Rennes : l’association Saint-Benoit-de-Nursie veut voir Mgr d’Ornellas

Download PDF

Retrouvez ci-dessous le discours prononcé par le président de l’association à la fin de la messe dimanche à Rennes :

« Chers tous,

Je prends aujourd’hui la parole en tant que président de l’association Saint-Benoit-de-Nursie.

Cette association a pour but d’encadrer la vie de la communauté. C’est elle qui gère tant le fonctionnement que les finances. C’est une association discrète mais efficace.

L’association existe depuis 1988 : c’est elle qui a installé la messe selon la forme extraordinaire du rite romain à Rennes.

Depuis 2002, l’évêché, par l’intermédiaire de Mgr Saint Macary mettait à notre disposition le chanoine Trézières de l’Institut du Christ Roi, puis Mgr d’Ornellas agréait le chanoine Cristofoli il y a maintenant huit ans.

Depuis cinq ans, la convention entre nous et l’évêché n’est renouvelée qu’annuellement, pour un délai d’un an, ce qui a pour conséquence de semer une grande inquiétude au sein de la communauté, puisque, comme vous le savez, nous n’étions jamais assuré de la pérennité de notre communauté d’une année à l’autre.

Nous venons d’apprendre que – après plusieurs rendez-vous avec Mgr Souchu, Mgr d’Ornellas refusant de recevoir le chanoine Cristofoli depuis quatre ans – la convention qui nous lit au diocèse ne serait pas reconduite à la rentrée.

En conséquence :

– le chanoine Cristofoli est congédié et se voit dans l’obligation de quitter la chapelle ; il a d’ailleurs déjà été remplacé dans ses fonctions d’archiviste à l’évêché ;

– il serait fait appel à plusieurs prêtres diocésains afin d’assurer un service dominical minimal à tour de rôle.

La pérennité de notre grande communauté est donc plus que jamais en danger : la décision n’est pas encore entérinée, mais devrait l’être dans les jours à venir.

Comme vous le comprenez cela signifie l’éclatement et la disparition totale de notre communauté à très court terme.

Nous pouvons mourir, mais nous ne voulons pas mourir.

Aussi y a-t-il urgence pour conserver notre unité et notre grande famille.

La première chose que nous devons faire est de prendre un rendez-vous avec l’évêque, et au plus vite.

J’appelle dès lundi matin.

Deuxièmement, le chanoine sera systématiquement accompagné par un membre du bureau de l’association lors de ses prochaines entrevues avec le diocèse.

Finalement pour le bien et la survie de la communauté, l’association se mettra systématiquement en première ligne.

Puisqu’il en va de la responsabilité de chacun et que nous sommes tous concerné, une réunion est organisée ici même à la chapelle le mercredi 22 juin à 20 h 30 afin de faire avec vous un état des lieux précis de la situation et de mettre en place toutes les actions qui seront nécessaires à notre survie à Rennes.

Je compte donc sur la présence de chacun. Unis nous seront plus forts !

L’association a besoin de chacun d’entre vous !

Restons unis dans la prière.

Bon dimanche ! »

Hubert des Minières, président

Reynald Secher, premier vice-président

Arnaud des Minières, deuxième vice-président

Hélène Davost, troisième vice-présidente

Emmanuel de Feydeau, secrétaire

Eric Bourges, trésorier

8 comments

  1. Lastern

    Ces messes constituent des, si on l’ose dire, des perles, des moments privilégies. Cela est une vraie joie de s’y rendre.
    La position de la hierarchie locale est incompréhensible. Ou trop, humainement, parlant.
    Merci, de tout coeur, au Chanoine pour la profondeur de son engagement. Et à cette assocition qui a permis cela.

  2. professeur Tournesol

    Je viens de regarder les horaires des églises du centre de Rennes. Parmi celle ci, St-Etienne est peu desservie, une messe le samedi soir, et rien le dimanche. Cette église pourrait servir utilement à la forme extraordinaire, si mgr n’a pas peur de laisser faire la loi de l’offre et de la demande en matière liturgique et le risque de voir déserter sa cathédrale. A moins qu’il ne préfère que les tradis s’en aillent à la messe de la FSSPX voire chez les sédévacantistes présents à Rennes.
    Un prêtre diocésain pourquoi pas, mais il faut quand même une certaine stabilité et éviter l’altenance entre plusieurs célébrants qui ne feraient que passer.

  3. jpm

    sur le salon beige :
    Les raisons d’une crise
    En 1975, l’historien protestant Pierre Chaunu avait ainsi analysé la crise de l’Église : « La médiocrité intellectuelle et spirituelle des cadres en place des églises occidentales au début des années 1970 est affligeante. Une importante partie du clergé de France constitue aujourd’hui un sous-prolétariat social, intellectuel, moral et spirituel ; de la tradition de l’Église cette fraction n’a souvent su garder que le cléricalisme, l’intolérance et le fanatisme. Ces hommes rejettent un héritage qui les écrase, parce qu’ils sont, intellectuellement, incapables de le comprendre et, spirituellement, incapables de le vivre » « De l’histoire à la prospective » (Robert Laffont-1975)
    On croyait ces temps révolus. Grossière erreur ![…]

    • Cribel

      Cher monsieur , vous apprendrez que dans les petits villages , les listes municipales sont sans etiquettes politiques ! Effectivement , Hubert des Minieres , père de famille nombreuse , chef d’entreprise , catholique pratiquant , investi dans de nombreuses associations pour la defense de valeurs religieuses et pro famille … s’est aussi investi dans la vie de sa commune de manière apolitique ! Pourquoi avoir honte de cela ?

  4. que Rome constate que d’Ornellas est ce que l’on appelait dans les années noires de la guerre civile sanglante de 1789 un « jureur » !…

    les catholiques cohérents constatent que c’est un « traitre », un Judas d’ aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *