calvaire

Rodez : la croix du calvaire sera conservée

Download PDF

Pascal Fournier, Délégué épiscopal à l’information du diocèse de Rodez, fait cette mise au point suite à l’abbattage de la croix du calvaire que Perepiscopus a évoqué ici :

Capture d’écran 2015-04-01 à 19.36.50« Les ruthénoises et les ruthénois, et plus largement les aveyronnais qui empruntent régulièrement l’avenue Victor Hugo à Rodez, voient évoluer chaque jour les travaux du futur évêché. Pour les besoins du chantier, la croix, érigée en 1877 sur la propriété privée des carmélites, pour marquer une mission prêchée à Rodez par des capucins de Toulouse, a été soigneusement retirée du socle calcaire qui la portait (lequel s’est avéré être endommagé et fragilisé par le temps). Elle a été placée en lieu sûr avant d’être restaurée et de pouvoir retrouver un nouvel emplacement.

Après un temps de recherche et de réflexion menée par le comité de pilotage du projet et le cabinet d’architectes, nous pouvons dire que la croix sera conservée, sur le site du futur évêché, dans une configuration équivalente, sur la propriété privée, visible et accessible depuis le domaine public. La croix prendra place dans le patio « Combarel » face à l’entrée de la chapelle. L’ouverture du patio sur la rue Combarel et l’aménagement paysager de cet espace jusqu’alors inconnu des passants mettront en valeur l’ensemble. Ce lieu de recueillement et de mémoire, visible et accessible depuis la rue Combarel, tissera une sorte de lien avec le nouveau quartier situé de l’autre côté de la rue. »

5 comments

  1. Féru Claude

    Comme quoi il est bon de secouer le cocotier de temps à autres. Sinon, nos bons religieux catholiques auraient de leur plein gré participé à la déchristianisation de la France ! Tiède, vous avez dit tiède ?

  2. Il a eu la peur de sa vie le pépère! L’opinion publique partout en France a manifesté son indignation et l’a contraint à reculer : il n’était pas question de mettre en valeur ce calvaire inauguré en 1877 par le père capucin Pierre Antoine ,saint prêtre qui connut la petite sainte Bernadette et organisa les pèlerinages du sud ouest vers Lourdes…Détails pour ces tristes sires et leurs laics incultes qui s’appliquent à vider les églises du Rouergue!

  3. mikael

    Pauvre église en Rouergue, tu as à ta tête un faux berger et si enfin il décide de conserver la croix, c’est par pression médiatique et par peur d’une forte diminution du denier du culte car il faudra financer le nouveau « palais » épiscopal .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *