13174059_1148175071871370_6695139408311699532_n

Rouen : une église désacralisée pour Nuit Debout

Download PDF

A Rouen, l’église Saint Nicaise, située près des Jardins de l’Hôtel de ville, date du 15ème siècle. Brûlée en mars 1934, elle a été partiellement reconstruite et bénie en 1940. Depuis plus de 15 ans, aucune messe, aucun sacrement n’y a été célébré. L’archevêché a donc décidé en 2015 de désacraliser  ce lieu pour en rendre la totale responsabilité à la ville. La municipalité de Rouen cherchait une nouvelle vocation pour cette église, tout en estimant que les projets devront respecter les lieux, le quartier, le monument. On constate par ailleurs que l’ancien Archevêque, Mgr Descubes n’avait visiblement pas pris le soin de retirer tous les objets liturgiques au moment de sa désacralisation…

13133248_1148174745204736_6026442977477912117_n

Les gauchistes de Nuit Debout lui ont trouvé une utilité : ils l’occupent depuis quelques jours. Ils sont même en train d’y former une nouvelle ZAD en ville :

Appel de la Maison du Peuple Occupée au Monde Entier !
Occuper devient vital !

C’est le premier mai dernier à Rennes que l’occupation de la Maison du Peuple à commencé. Ce jour là, le cortège a envahi le Gaumont pour une assemblée. C’est là que la décision fût prise de rejoindre l’intersyndicale qui devait se tenir à la salle de la Cité (Maison du Peuple).
Pendant que le cortège s’y rendait avec une partie des syndicalistes (Sud Solidaires, SLB, CNT), le préfet paniqué demanda à l’intersyndicale de s’enfuir et d’annuler son assemblée. C’est de manière surprenante que nous avons pu atteindre le bâtiment, face à une police désorganisée. La menace de forcer les portes suffit à nous y faire entrer. Les syndicats ont été appelé à revenir. Victoire, l’occupation était lancée.
Mardi, la maison du peuple fût assiégée pendant près de 6 heures, barricades, présence sur les toits et dans la rue, banderoles de soutien déployées par les voisins, divers syndicats appelant à soutenir. Nous étions déterminés à nous défendre et à rester. En parralèle le conseil municipal fût chahuté pour rappeler à la Maire de Rennes sa responsabilité dans les violences policières des derniers mois.
Depuis nous avons obtenu un bail de sept jours, pile le temps de s’organiser pour la suite, de faire consister quelque chose dans ces lieux. Si nous convenons que l’occupation de la Maison du Peuple à Rennes a été rendue possible par un concours de circonstance pratique, nous devons cette victoire surtout pour une grande part à la conflictualité assumée largement dans les rues depuis deux mois, contre les volontés politiques d’étouffer le mouvement sous une pression policière, contre la volonté du préfet de nous interdire le centre ville.
Il était clair qu’il nous fallait un lieu pour le mouvement, un endroit duquel partir pour que toutes les forces politiques, que tout ceux qui prennent part à la lutte puissent se trouver en dehors des secteurs et des catégories : étudiants, lycéens, chômeurs, travailleurs, enfant des foyers, mère, fils, etc…
Dans cet endroit nous constituons une force, multiple, capable de prolonger la lutte engagée depuis deux mois et de maintenir le rapport de force.
Cela se matérialise dans l’organisation de blocage économique, d’action, de manifestations, de perturbations, de grèves…
Nous avons trouvé en cette occupation la possibilité de se rencontrer en dehors des rendez-vous des manifestations et des AG. Une vie commence a s’y installer. 50 à 100 personnes y dorment chaque soir, des textes y sont rédigés, une radio pirate a été mise en place, le ravitaillement quotidien s’organise, une cuisine collective se monte, les Ags du mouvement et des débats s’y tiennent. Ensemble nous apprenons à faire nous même, à nous organiser en dehors des rapports économiques existants.

Le mouvement a besoin de tels lieux, il a besoin de ce type de victoire : celle d’arracher des espaces comme il a fallu arracher la rue à chaque manifestation.

Pour que ce qui se passe à Rennes ne reste pas circonscrit à une exeption locale, pour que le mouvement s’épaississe, pour que les différentes forces puissent se rejoindre, nous invitons à répéter notre geste, à ce que naissent des occupations partout où les conditions sont réunies.
Nous appelons à ce que les forces qui ont pris la rue, les facs, les lycées, les lieux de travails, les places lancent des occupations communes là où ils se trouvent.

A Rennes cela fait deux mois que l’on nous confisque le centre ville, nous n’avons rien lâché, et nous avons reussi à nous y installer, nous faisons désormais partis de son paysage et on ne peut plus nous rater.

Nous avons vitalement besoin d’espaces.
Vive la Commune, Vive la grêve, Vive l’Occupation !

20 comments

  1. Cecile de la terre

    Antoine :  » de la petite vermine  » est à la fois provocateur et insultant.
    A l écrivain.e de ce court article : Nuit debout est un mouvement sans appartenance politique , tout le monde est le bienvenu, c’est une assemblée politique populaire qui respectent certaines valeurs d’humanité , de liberté , et de fraternité . Et Visiblement peu matérialiste .
    Vous avez oubliez vos bases : Dieu est partout , il est tout .

    • toto

      @Cécile de Gaïa
      Vous donnez la clé: « c’est une assemblée politique populaire qui respecte(faute corrigée, excusez-moi) certaines valeurs d’humanité , de liberté , et de fraternité ». Manipulés par qui? Devinez!
       » tout le monde est le bienvenu » C’est archi-faux, seuls les idiots utiles sont les bienvenus, ceux qui ont des convictions divergentes sont exclus.

    • Antoine de Lisbonne

      Très chère Cécile. Ne voyez pas le bien partout… Ce mouvement n’est pas ce que vous croyez qu’il est. Voyez la photographie qui accompagne le sujet.
      Que le Seigneur vous bénisse.

      • Cecile de la terre

        Je comprends , un jour j’ai vu un concert de musique électronique dans mon eglise préférée ça m’a fait un peu byzarre , une impression d’incompatibilité, d’interdit , mais du coup j’ai réfléchie en me disant qu’il y en a qui non pas d’église dutout , qui doivent cacher leur religion pour éviter d’amener des conflits alors finalement un concert de musique électronique c était pas si grave. Est ce une faute de garder le cœur ouvert à l’Autre ? non.

    • Bernard A.

      Donc c’est un mouvement quasi-anarchiste qui avance des valeurs vagues et franc-maçonnes. Non, merci ! Puis quand vous affirmez : « Dieu est partout, il est tout », c’est une vision quelque peu panthéiste, non ?

      • Cecile de la terre

        Qu’est-ce que vous entendez par des valeurs franc-maçonne ?
        C’est clair qu’ils ont tout d’une société secrète ah ah ah C’est peut être pour ça qu’ils sont aller se cacher dans une église ah ah ah. Les histoires de francmaçon c’est pas des légendes pour rendre les gens paranoïaque ou bien leur vendre le rêve d’une société sous la société ou au dessus ?
        Moi je connais rien au histoire d’historien de l’art alors j’imagine juste que tout ça à une grande valeur sentimentale et historique . Cela dit ça à l’air difficile déplaçable. On est plus en 1940 , donc a priori il suffit de demander de l’aide à nuit debout de Rouen . Visiblement vous devriez passer par quelqu’un qui se sent le ou la bienvenu.e peut être au PS ? C’était encore une note d’humour sincère .
        Je comprends qu’on s’attache à une église mais « Dieu est derrière la porte de cœur et si tu le laisse entrer il entrera  »
        Derrière la porte de ton cœur …
        J’insiste au cas où . …

        • Bernard A.

          Par là je ne veux évidemment pas dire que ces squatteurs sont des franc-maçons, mais que les valeurs dont vous parlez sont issues de la franc-maçonnerie — on remonte aux philosophes des Lumières et aux fameuses grandes loges de France. C’est une réalité qu’on ne peut nier, même si leur influence est aujourd’hui moins importante. Mais il faudrait avoir une meilleure idée de ce qui se cache derrière ces « valeurs » déconnectés de Dieu, Père de Jésus Christ — pour cela je vous donne un extrait d’un brillant évêque qui il y a plus de cent ans sur le sujet:
          «Jésus-Christ avait prêché l’égalité, mais une égalité procédant de l’humilité qu’il sut mettre dans le cœur des grands. « Les rois des nations dominent sur elles. Pour vous, ne faites pas ainsi ; mais que le plus grand parmi vous soit comme le dernier, et celui qui gouverne comme celui qui sert » (Luc 22, 25-26). A cette égalité de condescendance qui incline les grands vers les petits, la Franc-Maçonnerie substitue l’égalité d’orgueil qui dit aux petits qu’ils ont le droit de s’estimer au niveau des grands ou d’abaisser les grands jusqu’à eux.
          L’égalité orgueilleuse, prêchée par elle, dit aussi bien à la brute qu’à l’infortuné : « Vous êtes les égaux des plus hautes intelligences, des puissants et des riches et vous êtes le nombre ». Le mot « liberté » précisait cette signification : l’égalité parfaite ne doit se trouver que dans la liberté totale, dans l’indépendance de chacun, à l’égard de tous, après la rupture définitive des liens sociaux. Plus de maître, plus de magistrats, plus de pontifes ni de souverains; tous égaux sous le niveau maçonnique, et libres de suivre leurs instincts, — telle était la signification totale des mots : égalité, liberté.
          (Mgr Henri Delassus – La conjuration anti-chrétienne (1910) – p. 137)

          Puis Nuis Debout est une invention médiatique qui ne touche qu’une infime partie des français — je prévois que ce mouvement ne débouchera à rien de concret, même si on peut être à l’écoute de ce qu’il réclame. Je ne pourrais cautionner l’occupation d’une Eglise quelconque, par contre.

          Merci pour vos paroles bienveillantes mais vous prêchez à un convaincu (qui se bat et cherche bien entendu à demeurer convaincu tous les jours) — que Dieu vous bénisse et vous guide à Lui par son Fils, Notre Seigneur Jésus Christ. Bien à vous !

    • fg

      Nuit debout est un mouvement ouvertement de gauche, qui a expulsé A. Finkielkraut venu dialoguer.
      Les « valeurs » défendues par Nuit debout sont des valeurs matérialistes et relativistes à l’exact opposé des aspirations des chrétiens pour qui la fin de l’homme est surnaturelle: c’est dans ce but que Dieu nous a créés et il faudrait s’en souvenir quand on rentre dans une église, qui est la maison de notre créateur.
      Dieu n’est pas tout, il n’est pas le diable, mais il peut tout

      • Cecile de la terre

        Je ne vois pas dans nuits débouts un mouvement quasi anarchiste mais une assemblée politique populaire , qui s’installe là où les politiques et les médias sont absents .

  2. frannot

    Rouen, église désacralisée, ou Rennes, maison du peuple?
    En tout cas, manifeste bourré de fautes d’orthographe et de syntaxe; ils feraient mieux d’aller à l’école, les gauchos… quoique… vu le niveau de « l’école de la république « …

  3. chouans85

    Nuit debout sans appartenance politique. ça c’est de l’humour rouge ou noir. Demander à Alain Frinkelhault(pardon pour l’orthographe), ce qu’il en pense. Ce mouvement manipulé par l’extrême gauche s’éteindra avec l’été et les vacances ainsi que dès les premiers frimats.

    chouans85

  4. Cattin

    Dans une église désacralisée, il est permis de tout envisager, et les nouveaux occupants des lieux ont souvent des comportements farouchement iconoclastes. Ce qui est affligeant, c’est de laisser là des pierres d’autel, des retables, des tabernacles, alors qu’ils pourraient faire le bonheur de communautés Ecclesia Dei. Honte au clergé moderniste qui n’a plus aucun sens du sacré… même lors d’une désacralisation !

    • frannot

      Rappelez-vous que l’évêque d’alors vendait l’orfèvrerie diocésaine … et voulait vendre des reliques! (En infraction au droit canon… et au droit civil! )

      • toto

        @ frannot
        Vous faites bien de nous le rappeler. Et comme cet épiscopat et clergé iconoclaste n’a aucun sens des affaires, ils ont vendu pour une bouchée de pain des calices, ciboires, patènes, ostensoirs etc… à des antiquaires peu scrupuleux qui les revendent à prix d’or (c’est le cas de le dire). Ces soixante-huitards attardés n’ont aucun respect pour le sacré: ils préfèrent des « calices » en terre cuite, cela fait plus « peuple »
        @Cattin: oui, ils préféreraient crever plutôt que de donner ces objets sacrés à de vrais prêtres. Voyez l’affaire des cloches de Notre Dame…

    • Cecile de la terre

      A mon avis le Monseigneur du royaume vide depuis quinze ans n’avait pas assez de place sur son dos pour tout porter.

      Tout le monde est le bienvenu à nuit debout , mais tout le monde ne reçoit pas l’approbation des autres dans ses discours.

      Les églises et le droit d’asile qu’elle longue histoire …

  5. Coralie

    Comme c’est émouvant, le choeur de cette Eglise est magnifique ainsi que le tableau de le Sainte Vierge portant le petit Jesus, … et très triste le Tabernacle vide.
    Même désacralisée cette Eglise reste sacrée, si au moins ces gens « debout » pouvaient adorer le Saint Sacrement à genoux, leur vie en serait transformée. Triste humanité qui ne sait pas voir ni regarder et qui ne ressent rien.
    Que fait ce patin à roulette posé devant on dirait toujours qu’on a affaire avec des imbéciles.

  6. Kevin

    Merci Monsieur pour ces éclaircissements.
    En effet ce ne sont pas les tapettes médiatiques de gôches qui manquent en France et en Europe, il n’y a qu’à écouter les tapettes des médias à leur solde, çà tapette beaucoup, on peut même dire que ces tapettes font la pluie et le beau temps pas question de rester muettes pour les tapettes.
    Finalement ils auront pérennisé le mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *