PORT-MARLY78b

Des travaux dans l’église Saint-Louis du Port-Marly : heureuse décision ou machination ?

Download PDF

Cela fait plus de 20 ans que l’on nous parle des indispensables travaux à réaliser pour rénover l’église Saint-Louis, desservie par l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre pour la forme extraordinaire du rite romain.

Mais voilà que sans le dire franchement se profilent à un très proche horizon la mise en œuvre de travaux dont on ne sait ni le moment où ils commenceront, ni leur durée, ni les conséquences qu’ils auront sur la vie de la Chapellenie…

Si l’on se souvient du passé, chaque fois que la question des travaux a été abordée cela fut pour tenter une nouvelle destruction de notre communauté. Nous ne pouvons qu’être extrêmement inquiets !

Il semble donc impératif qu’avant que ces éventuels travaux ne débutent des réponses claires et franches aient été apportées aux fidèles sur les points essentiels suivant : 

  • Quelle sera la nature réelle de ces travaux ?
  • Le caractère sacré de l’église sera-t-il sauvegardé ?
  • Combien de temps dureront ces travaux ? Un mois ? 6 mois ? Un an ? Ou même deux ans comme l’affirmait l’ancien architecte des monuments de France qui s’était penché sur ce dossier en 2002 ?

Et encore et surtout :

  • Les offices continueront-ils dans l’église pendant les travaux ?

Si ce n’était pas le cas, où seraient célébrées les messes dominicales qui réunissent chaque dimanche près de 1500 fidèles ? En sachant que l’on ne pourrait faire éclater les célébrations dans 4 ou 5 églises et que l’expérience ayant déjà été tentée (et les leçons tirées) il faut exclure absolument un éventuel transfert vers l’église Saint Thibaut de Marly le Roi qui n’est en rien adaptée à la célébration de la messe traditionnelle.

Si l’on se souvient par ailleurs que malgré toutes les demandes faites par les fidèles de Saint-Germain en Laye pour pouvoir bénéficier d’une célébration dans leur ville ont été refusées du fait qu’il n’y avait pas d’église disponible, ni à Saint-Germain, ni dans le doyenné,… il y a tout lieu de croire que ce renouveau du dossier des travaux ne soit qu’une nouvelle machination, une nouvelle tentative de chasser notre communauté de son centre historique !

Certains diront que nous nous inquiétons pour rien ou un peu vite… A ceux-là nous rappellerons qu’il y a à peine quelques mois l’actuel curé de Marly n’a pas hésité à confier à Madame le Maire de Port-Marly que la chapellenie aurait refusé des obsèques à un Marly-Portain ; ce qui est un vrai mensonge ! Ce qui a eu pour conséquence que de permettre à Madame le Maire de Port-Marly de reprendre  la vielle antienne « Que l’église revienne aux Marly-Portain ! ». Hors, nous le rappelons : cette information  répétée aux bons moments aux autorités de tutelle est un mensonge, pire une calomnie particulièrement opportune ! Que le curé  de Marly-Port-Marly l’ait fait sciemment – ce que nous ne croyons pas – ou qu’il l’ait fait en toute bonne foi ne change rien ; il est surtout symptomatique des méthodes (d’où sont absentes bienveillance, charité et loyauté) que nous espérions disparues car il faut coûte-que-coûte continuer à diaboliser la chapellenie…

Chers amis, soyons très vigilants car comme nous le chantons à l’office de complies « Circuit leo rugiens querem qui devoret ».

Alors soit tout est clair, net, honnête et loyal et toutes ces questions doivent recevoir des réponses franches et claires connues de tous, soit comme nous le craignons tout cela est une nouvelle machination qui au nom du bien (des travaux dans l’église) ne vise qu’à nous exclure encore un peu plus dans des ghettos dispersés et invisibles et cela nous ne l’accepteront pas !

Les Amis  de Port-Marly.

6 comments

  1. Germain BERTRAND

    C’est « quasi leo rugiens cicuit quaerens quem devoret » les gars !

    D’une épître de saint Pierre (1 Pierre, 5, 8)

    Dieu vous garde

    Garmon

  2. Merci au lanceur d’alerte, auteur de cet article courageux et loyal aux institutions chères aux Marlyportains. Quel dommage qu’une horrible faute d’accord ternisse ce bel article :
    « Il semble donc impératif qu’avant que ces éventuels travaux ne débutent des réponses claires et franches aient été apportées aux fidèles sur les points essentiels suivant :  »
    En effet, suivant est ici un participe présent qui ne déroge pas à la règle de l’accord des adjectifs. Voulez-vous en savoir plus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *