k

Un spécialiste de l’islam devant les évêques ?

Download PDF

Gilles Kepel, politologue français, considéré comme un spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporainn professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po) et membre de l’Institut universitaire de France, a été invité par les évêques de France réunis à Lourdes à s’exprimer sur l’islam. Il semblerait en effet que le dialogue interreligieux n’ait plus la cote dans les diocèses, suite aux évènements tragiques du Moyen-Orient et le départ de centaines de Français musulmans auprès des terroristes.

Mgr Pontier a ainsi annoncé :

« Ces événements ne sont pas sans affecter chez nous les relations avec les musulmans. Un certain nombre d’entre-eux souffrent profondément de l’image de l’islam que donnent les exactions commises par Daech. Ils les ont dénoncées. Nous accueillons positivement leurs propos tout en espérant que les autorités musulmanes les plus hautes dans le monde le fassent avec autant de clarté. Les musulmans en ont besoin et nous aussi. Nous sommes choqués, interloqués, interrogés en voyant ces trop nombreuses personnes partir rejoindre les rangs de cette armée insensée. Au-delà de notre étonnement, nous comprenons bien qu’il nous faut en analyser les raisons, et tout spécialement celles qui peuvent venir de nos sociétés occidentales qui n’ont peut-être pas su encore leur faire une place apaisante et respectueuse. A notre niveau et dans notre pays, nous voulons poursuivre dans un esprit de responsabilité, de dialogue, de respect, nos relations avec nos compatriotes musulmans. C’est la seule voie qui nous soit offerte pour une vie ensemble souhaitée par le plus grand nombre. Nous avons fait appel à M. Gilles Kepel, politologue français, spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporain, pour nous partager le fruit de son travail, de ses recherches, et de ses réflexions. Dans un instant il s’exprimera devant nous. Cette intervention s’inscrit dans notre désir de discerner le juste chemin entre ceux que dessinent parfois la peur ou la naïveté. Nous y sommes également aidés bien sûr par la rencontre et l’écoute des patriarches orientaux, des responsables de l’œuvre d’Orient ou d’autres associations, et aussi par l’engagement du Saint-Siège en ce domaine, comme il vient de s’exprimer au cours du récent consistoire consacré à cette question. »

Mais Gilles Kepel est-il vraiment le plus apte pour parler de l’islam en France ?

Il faut en effet rappeler qu’en mars 2012, lors des terribles assassinats commis par Mohamed Merah, il s’était répandu dans les médias pour indiquer, le 21 mars, sur France info, à 12h48, que les soldats tués (ou blessé) à Montauban étaient tous musulmans… Repris par le journaliste qui lui a dit que ce n’était pas le cas de tous, il a concédé qu’il y avait un Antillais parmi eux. Mais pour réaffirmer aussitôt que les autres soldats étaient musulmans.

Voilà qui démontre une méconnaissance parfaite des faits, car à cette heure là même, le caporal Abel Chennouf était honoré dans la cathédrale de Montauban.

Gilles Kepel considère-t-il que le port de tout patronyme arabe ou maghrébin (même avec un prénom qui ne l’est pas) signifie « de religion musulmane ».  Une attitude implicitement racialiste, voire une véritable négation de l’existence des chrétiens d’Orient ou de Kabylie.

maximilienbernard@perepiscopus.org

32 comments

  1. Jean-Pierre Delmau

    Inviter des spécialistes en la matière à s’exprimer devant les évêques est certes une bonne idée, mais il est étonnant qu’on ne se soit pas auparavant assuré de son honnêteté intellectuelle.
    On se serait plutôt attendu au choix du Père Edouard-Marie Gallez qui, outre une expérience vécue et une rare érudition, aurait donné de meilleures garanties d’objectivité.
    Il serait cependant intéressant de connaître la teneur de l’intervention de Monsieur Kepel.

  2. ALPHA ... OMEGA .

     » … il semblerait que l’interreligieux n’ait plus la côte dans les diocèses , suite aux évènements tragiques du Moyen-Orient et le départ de centaines de Français musulmans auprès des terroristes . »

    Et pourtant des historiens tels : Henri Pirenne , Arnold Toynbee , Will Durant , et bien d’autres encore avaient écrit sur l’islam . Et pourtant aussi le roi du Maroc Hassan II avait prévenu que ses Sujets ne s’intégreraient jamais chez leurs hôtes européens .

    Contenu du Coran :
    http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/01/17/fatrasies-coraniques

    Le Coran expliqué aux mécréants ,
    par le docteur en médecine Sami Hossam ,
    http://www.youtube.com/watch?v=jr_DjEdkFFA

  3. É. Piquoihencor

    Aldo Sterone (originaire du Maghreb) a publié de nombreuses vidéos sur ces sujets.
    Par exemple celle-ci qui contient des éléments très intéressant sur la psychologie des tueurs
    (« l’islam permet de tuer au nom de la religion »).
    Et aussi la réponse à l’objection :
    « Ce ne sont pas des musulmans ».
    Comment se fait-il que le sunnisme produise autant de « non-musulmans » qui pratiquent aussi systématiquement des tortures innommables et des assassinats.
    https://www.youtube.com/watch?v=QAkh6VHYISM

  4. Jean-Louis

    « Au-delà de notre étonnement, nous comprenons bien qu’il nous faut en analyser les raisons »… Mgr Pontier ne veut pas comprendre ou bien il ne veut pas dire ce qu’il pense vraiment, j’aimerai qu’il parle franchement.
    Une analyse de Dounia Bouzar dans le Figaro Madame me paraît intéressante où elle parle des adolescentes recrutées par l’état islamique : « La plupart d’entre elles ne sont pas d’origine maghrébine et n’ont rien à voir avec l’islam. Beaucoup viennent de familles athées.  »
    Si on pousse l’analyse un peu plus loin, on comprend vite que la laïcité est le problème car elle crée le vide spirituel.
    On a tous besoin du Ciel mais la laïcité de la société française crée une famine spirituelle. Ainsi donc, ces enfants issus de famille athée se tourne vers la première main tendue qui est malheureusement l’islam.
    Il n’y a pas que les républicains qui soient responsables de cette famine spirituelle. Les dirigeants catholiques sont aussi responsables car ils ont eu tendance à l’enfouissement.
    La France doit redevenir catholique pour sauver ses enfants.

    • Cassianus

      Les jeunes ont besoin surtout de faire la guerre. Avant la mode de l’islamisme, on allait rejoindre des guérillas marxistes. Ce n’était pas pour le Ciel. Ce n’était donc pas pour combler un vide religieux créé par le laïcisme. La motivation théorique de l’islamisme est, il me semble, une chose secondaire dans l’esprit de nos jeunes djihadistes français. Ils sont jeunes, ils débordent d’énergie physique et ils ont besoin de vrais combats, pas seulement de sport et de jeux de video. La guerre fictive est un exutoire, mais dans aucun domaine l’imaginaire ne parvient à remplacer durablement le réel. Le besoin de vraie guerre est inscrit dans la nature animale de l’homme. Il ne s’éteint qu’avec le déclin de sa vitalité. Hier, c’était le marxisme. Aujourd’hui, l’islamisme. Demain ce sera autre chose. Toujours il y aura des jeunes qui ne supporteront pas la domestication de la vie « en société » et s’en iront chercher des aventures belliqueuses là où l’on aura besoin de combattants. Si nous voulions avoir ces jeunes pour notre société chrétienne, il nous faudrait réhabiliter les croisades. A propos, n’est-il pas significatif que le catholicisme d’extrême-droite, qui ne cache pas sa nostalgie de la chevalerie médiévale, attire beaucoup plus facilement les jeunes que le catholicisme standard qui est, comme chacun sait, invariablement pacifiste et gnangnan ?

    • Shimon

      Entièrement d’accord Jean-Louis : la France doit redevenir catholique pour sauver ses enfants.
      La radicalisation islamique, quelle que soit l’origine des radicaux, se fait contre une société laïque libertaire qui détruit la famille, tue l’enfant et le vieillard impotent.
      Les islamistes radicaux confondent christianisme et laïcisme exacerbé; mais il faut dire que la culture de aplatissement, de l’abdication consensuelle, d’un grand nombre d’évêques devant la culture ambiante les y encourage.
      Il appartient aux catholiques « de base » de prendre clairement position contre toute compromission lâche pour contraindre les évêques à réagir.

    • Michel en Lys

      Si on pousse l’analyse un peu plus loin, on comprend vite que la laïcité est le problème car elle crée le vide spirituel.

      C’est la cause première!

      • Michel en Lys

        Dixit: la laïcité est le problème car elle crée le vide spirituel.

        Ce n’est pas tant la laïcité mais que c’est dernière a développé l’athéisme au détriment du respect de la foi!

    • Lemaire

      La laïcité n’est pas le problème , mais la solution. Face à l’islam conquérant l’Eglise actuelle a choisi non la résistance, mais la collaboration . Seuls certains ‘laïcs’ résistent . (cf riposte laïque ou résistance républicaine…)Certes je suis bien d’accord que le Christ est celui qui peut le plus et le mieux donner sens à notre vie, mais je préfère un athée qui croit à certaines valeurs (dont la liberté) à un mahométan qui nous imposerait sa diabolique ‘religion’.

  5. Philomène

    Mgr Dubost, évêque d’Evry et responsable du dialogue interreligieux, semble toujours aussi mollasson et « naïf »; il s’en prend à ses prêtres, estimant qu’ils n’évangélisent pas assez, que les églises ne sont pas assez remplies, sans se poser la question de savoir si son militantisme pour soutenir les sans-papiers et ses complaisances envers les musulmans ne sont pas responsables de la désaffection des églises par les fidèles.

    • Shimon

      Tout n’est pas à rejeter dans l’islam. Même s’il est clair et indiscutable que tuer fait partie des impératifs inscrits en toutes lettres dans le saint coran, l’islam monothéiste respecte et défend un certain nombre de valeurs proches du catholicisme traditionnel qui ne s’est pas affadi par la compromission démagogique.

      • Le Coran n’est qu’une compilation rabbinique comme le dit Chateaubriand dans le génie du christianisme avec quelques belles prières issues de la chrétienté, lire aussi ce que dit B. Pascal sur le coran et Mahomet, ce n’est pour moi qu’une idéologie en rien comparable au judaïsme et au Christianisme. L’islam est incompatible avec notre Foi, nos moeurs, notre culture !

  6. hector

    « Si on demande à un évêque de France s’il faut essayer de convertir les musulmans, qu’ils soient de France, ou qu’ils soient ailleurs, de convertir les animistes, les bouddhistes…Ah mais non! Il ne faut pas les convertir. Au contraire, il faut les affermir dans leur religion, leur faire comprendre les beauté de leur religion. C’est invraisemblable, mais c’est cependant la réalité. » (Mgr Lefebvre, C’est moi l’accusé qui devrait vous juger, Clovis, 1997) »
    (…)
    http://lebloglaquestion.wordpress.com/2014/09/25/le-coran-provoque-a-la-haine-et-a-la-violence/

  7. Cassianus

    Un évêque, en France, n’a pas vraiment le choix son opinion sur l’Islam. Il est tenu de respecter les consignes pastorales (c’est-à-dire politiques) du Vatican, qui ne veut pas, mais pas du tout, faire la guerre à l’idéologie démocratique, dont le credo est indifférentiste. L’Islam est une religion ; or un citoyen a le droit de choisir sa religion ; donc l’Islam a les mêmes droits que l’Eglise catholique : voilà le raisonnement de la démocratie laïciste qui est dans son essence, rappelons-le, jacobine et anti-catholique. L’Eglise sait bien qu’elle traite avec un ennemi. Mais elle espère regagner du terrain par des concessions provisoires à l’envahisseur. En d’autres termes, elle joue la carte de la collaboration. Cette carte, elle a un prix moral, c’est indéniable : il faut toujours céder un peu au Diable pour temporiser avec lui. C’est ça ou le massacre des Chrétiens, comme pendant le triomphe des Nazis. Alors, bien sûr, on pourrait dire : « Le massacre des Chrétiens? Pas de problème, les martyrs s’en vont au Ciel ». Et cet argument, en toute logique spirituelle, est imparable. Mieux vaut la mort que le péché. Mais il y a une autre question aussi à poser. Et c’est (excusez-moi de sa rudesse) : Est-on évêque pour se faire martyriser ?

    Les accommodements de l’Eglise avec le monde (en l’occurrence, une bienveillance totalement imméritée envers l’Islam, pour plaire à la République) ont leur première source d

  8. Cassianus

    (suite du précédent)
    …ont leur première source dans la duplicité inévitable de l’imperfection des hommes d’Eglise. On ne peut pas leur faire grief de leur prudence mondaine à moins de se croire soi-même décidé à affronter Satan coûte que coûte. Chez un homme d’Eglise, malgré l’estime qu’il peut avoir pour la sainteté, il y a habituellement un poids d’humanité normale et ordinaire qui le fait se réjouir d’échapper à la croix et de craindre beaucoup de s’y exposer. Il faut faire avec ou bien aller prêcher l’Evangile dans une mosquée.

  9. Gérard

     » ……. nos sociétés occidentales, qui n’ont peut-être pas su leur faire une place apaisante et respectueuse  »
    Il est inouï de lire une pareille déclaration !
    Monseigneur payez vous des impôts ?
    N’avez vous pas entendu parler des français saignés aux quatre veines qui payent des impôts pour accueillir les immigrés ?
    N’avez vous pas entendu parler des lois qui interdisent de s’en plaindre
    N’avez vous pas entendu dire que ces immigrés se plaignent quand même qu’ils ne sont pas reçus dignement ?
    Et de tous les malheurs qu’ils apportent à la France depuis 3 générations et qui nous ruinent … y compris sous prétexte de charité chrétienne … je ne vais pas refaire une liste après des centaines d’autres !
    Je vis au milieu d’eux. (depuis 1830 … Oui !) Je les connais mieux que quiconque.
    Je ne me prive pas de dénoncer tous les massacres que leurs frères perpétuent de par le monde. Je ne me prive pas de dénoncer les préceptes de l’Islam qui autorisent le meurtre.
    Et … parce que je suis respecté … on ne me répond pas !
    Je peux vous affirmer que mes amis musulmans ne sont jamais une seule fois sensibles au moindre argument qui est avancé pour plaindre leurs victimes.
    Quand ils veulent bien écouter … ils se contentent de ne pas répondre … ou de rigoler !
    Mais, pas une seule fois ils n’accuseront l’Islam d’être responsable de quoi que ce soit.
    Au contraire ! « C’est de votre faute … parce que c’est vous qui fabriquez des lois qui permettre d’en profiter ».
    Monseigneur, continuez le dialogue avec les musulmans, dans cet état d’esprit de culpabilité … au lieu de vous faire respecter … et je vous fais le pari que l’Église catholique va disparaitre purement et simplement à plus ou moins long terme.
    Les plus grandes erreurs de nos représentants politiques et religieux dans leurs relations avec le musulman, proviennent de la méconnaissance totale de la mentalité musulmane ou … de croire que encore que Le Croissant et la Croix peuvent se rejoindre … que la Bible et le Coran ont le même message … que Dieu et Allah ne font qu’un !
    Je suis un chrétien parmi les musulmans … et toujours vivant !. Mais je ne donnerai pas cher de votre peau dans le même contexte !
    Oui … je suis chrétien … mais heureusement que je ne vous écoute pas !

  10. Bourgeois

    Excusez ma question, mais je n’ai pas trouvé la réponse ailleurs.

    Ce monsieur a-t-il une religion, et si oui, laquelle ?

    Ou bien Est-ce un a-religieux spécialiste des religions comme ceux du Monde des Religions ?
    Il est vrai que moins on a la foi, mieux on peut en parler.

    On est là en plein monde franc-maçon. ça vous surprend de Mgr Pontier ?

    Pauvre Eglise de France; saura-t-elle un jour s’en relever ?
    Le Sacré Cœur de Jésus la guérira; mais à quel prix ?

  11. philippe 01

    Mgr Pontier: « Nous accueillons positivement leurs propos tout en espérant que les plus hautes autorités de l’islam dans le monde le fassent avec autant de clarté…et plus loin « cette intervention (de Gilles Kepel) s’inscrit dans notre désir de discerner le juste chemin entre ceux que dessinent la peur ou la naïveté….
    IL est heureux que l’Eglise de France revienne enfin de sa grande naïveté à l’égard de l’islam et qu’elle se rende compte enfin des ravages produits dans la société française par un prosélytisme dont elle n’a voulu voir que l’aspect religieux en fermant les yeux sur ses aspects totalitaires, discriminatoires, ségrégationistes et mortifères pour le vivre ensemble et la cohésion nationale.
    Si l’on en juge d’après les récents propos très ambigüs du recteur Boubakeur (Mosquée de Paris) sur le voile islamique et les bonnes relations qu’il entend maintenir avec l’UOIF (Frères musulmans) – cf. son interview d’il y a quelques jours par Yves Thréard du Figaro – il ne faut pas s’attendre à des prises de position claires et nettes du coté des instances officielles de l’islam. Ne nous faisons aucune illusion, Il y a toutes les chances pour que les docteurs de la loi islamique restent dans une ambiguité et un double jeu qui leur permet de gagner sur tous les tableaux, celui de l’islamisme soft en Occident et celui de l’islamisme radical en Orient. Gilles Kepel ne manquera de rappeler à nos grands clercs que la takkyia (la dissimulation) est un élément essentiel de leur stratégie pour circonvenir leurs interlocuteurs et avancer patiemment mais sûrement leurs pions sur l’échiquier. Qu’ils veuillent bien écouter et faire confiance d’abord aux musulmans qui ont abandonné l’islam et qui sont beaucoup plus nombreux qu’on ne le croit en Europe, en Afrique et même en Orient. L’islam vit une crise existentielle dans sa contradiction ingérable avec la modernité, dont il ne peut sortir que par la violence et la guerre et qui le conduit inexorablement à l’implosion à moyen terme…2047 a prophétisé l’ermite libanais St Charbel.

  12. Dmitriévitch

    L’exposé un peu long d’Aldo Stérone est beaucoup plus clair et plus convaincant que les supputations de Mgr Pontier. Il faut le répéter : les assassins djihadistes viennent de l’islam ; ils assassinent au nom de l’islam ; ils sont un produit de l’islam.
    Comme l’a dit en substance je ne sais plus quel père jésuite orientaliste : Les hommes peuvent être modérés, l’islam ne l’est pas !.

  13. Shimon

    Si l’on veut dialoguer avec d’autres monothéismes, il faut commencer par être très clair sur les fondements de notre religion, pour nous même et pour notre interlocuteur.
    Il faut pouvoir montrer, jusqu’à en faire rêver, la valeur et la fécondité d’un Dieu qui parce qu’il est trinitaire est en lui-même et de toute éternité relation et amour, dans un engendrement perpétuel.
    Il faut pouvoir montrer, jusqu’à en faire rêver, la valeur et la fécondité d’un Dieu qui parce qu’il est amour crée l’homme libre à son image; et lorsque celui-ci s’est détourné de Lui, se fait homme pour venir rechercher l’égaré et le remettre sur la voie du bonheur.
    Alors, si en permanence on reste bien conscient de cela, alors seulement on pourra avoir un réel dialogue.

    • Bourgeois

      Son blog porte le nom incongru de « Islam et Vérité ».
      Qui peut encore intéresser la Vérité ? seul l’Islam compte.
      La lumière éblouit et révèle trop les choses; les ténèbres sont bien plus propices aux rapprochements, même douteux.
      La nuit, tous les chats sont gris; qui s’en plaint ? Foutez-nous la paix avec votre extrémisme.

  14. Je peux vous dire que Gilles Kepel joue le même rôle pour l’Islam que ces « idiots utiles » qui ont servi et répandu le marxisme en Occident entre 1920 et 1989; la seule différence est qu’il n’est pas idiot mais très conscient de ce qu’il fait!
    Il sait très bien que le vide spirituel de l’Occident matérialiste ne résistera pas face à une brise de spiritualité, fût-elle accompagné d’une odeur de souffre qu’il s’efforce de cacher pour l’Islam.
    Ce n’est pas un spécialiste mais un cheval de Troie.

  15. C

    Et pourtant il y en a des vrais spécialistes de l’islam mais comme d’habitude la CEF a choisi le politiquement correct. Toute personne qui pense d’une manière un peu plus vigoureuse est un intégriste catholique bien sûr.

    • ALPHA ... OMEGA .

      Juste .
      Il y avait Anne-Marie Delcambre ou il y avait aussi Abdelwahab Meddeb qui vient de décéder ce jeudi 6 novembre .
      Mais leur étude sans concession de l’islam n’aurait pas fait l’affaire des évêques .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *