Non au financement public de l’appel au meurtre des chrétiens!

 

 

A l’attention de Mme Marisol Touraine, ministre de la Santé

Et de M. Bertrand Delanoë, maire de Paris

 

 

Madame le Ministre, Monsieur le Maire,

 

C’est avec stupéfaction que nous avons pris connaissance, sur le site de l’association Act Up Paris, d’un communiqué appelant au meurtre des chrétiens. Plus exactement, appelant à préparer « les planches et les clous ». Ce qui peut s’entendre au moins de deux façons : soit préparer les futurs cercueils des chrétiens assassinés, soit préparer les croix pour crucifier les chrétiens qui n’ont pas l’heur de plaire à ce groupuscule déjà connu pour sa violente rhétorique et ses actions anti-chrétiennes.

Contrairement à ce peu recommandable groupuscule, nous ne sommes pas, pour notre part, des adversaires inconditionnels de la liberté d’expression. Il est clair que cet appel au meurtre constitue un acte punissable par la loi. Mais ce n’est pas à nous qu’il appartient d’en tirer les conséquences.

En revanche, il y a plus grave, et plus facilement réparable : Act Up doit l’essentiel de son existence aux larges subventions publiques reçues de votre ministère et de votre municipalité. Comme contribuables, surtout à une époque où les finances publiques sont particulièrement malmenées, il nous semble absolument indéfendables de financer ces appels au meurtre avec nos impôts.

C’est pourquoi nous vous prions, Madame le Ministre, Monsieur le Maire, de bien vouloir interrompre immédiatement le financement public d’Act Up. Si des particuliers ou des entreprises veulent financer ce type d’associations, grand bien leur fasse. Ils assumeront les risques judiciaires afférents à leur participation à une organisation appelant à assassiner des chrétiens. Mais il n’est pas tolérable que l’argent public serve à cette propagande nauséabonde et mortifère.

A défaut de décision rapide, nous comprendrons que l’argent public peut être utilisé pour encourager des attitudes délictueuses et nous en tirerons naturellement toutes les conséquences qui s’imposent.

Nous vous prions d’agréer, Madame le Ministre, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments distingués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>