m

13% des séminaristes français sont à la communauté St Martin

Download PDF

Je me permets de relayer ce message de « Candidus », paru sur l’excellent Forum catholique :

« En février 2014, la Communauté St Martin réunissait plus de 13% de la totalité des séminaristes français (85 séminaristes martiniens pour un total de 650 séminaristes au niveau national et ce chiffre est en augmentation constante).

Quand nos évêques comprendront-ils où sont les solutions à la crise de l’Eglise de France ? Si la pastorale qu’ont incarné ou incarnent NN. SS. Rouet et Dagens portait des fruits, ça se saurait, non ? 

Poitiers, Angoulème, combien de vocations ? Y a-t-il même encore un séminaire ? »

Calculé réel et cruel pour notre Eglise qui est en France.

14 comments

  1. de la Croix Guy

    Il ne faut pas poser laquestion de  »quand  »comprendront ils… ils ont très bien constaté tout cela mais ils sont malades du CONCILE … et trop tièdes poiur réagir… attendons qu’ils s’en aillent…

    • Philomène

      D’accord avec vous, sauf avec « attendons qu’ils s’en aillent »: ils ont des successeurs moins âgés et très actifs comme Mgr Dubost, des prêtres en pleine force de l’âge ainsi que beaucoup de laïcs responsables et tous les catholiques de gauche derrière eux; çà fait du monde…L’église est traversée par des courants politiques et, à chaque fois qu’elle s’est associée à l’un deux, elle s’est détruite.

    • toto

      Vous avez raison, comme tous les idéologues, ils préfèrent crever plutôt que d’admettre qu’ils se sont trompés. Mais est-ce que leur but n’était justement pas de faire crever l’Eglise? Et qu’ils n’ont toujours pas renoncé à ce but?

  2. Shimon

    Toute célébration liturgique doit ouvrir au sacré.
    C’est ce sens du sacré, très présent dans les rites orientaux, qui fait défaut dans certaines célébrations catholiques occidentales qui courent derrière les liturgies réformées.
    Adorez Dieu dans vos habits de lumière.

  3. rocheteau

    grand merci à la communauté Saint Martin ! si Dieu le veut, par elle reviendra le retour aux normes catholiques du clergé français. notre prière accompagne tous ces jeunes prêtres, ces séminaristes, qui portent notre espérance

  4. Ils ne sont pas malades du Concile, ils sont malades de leurs désobéissances multiples au Pape et à l’enseignement del’Eglise. Catéchisme bâclé , offices happening, manque de respect au Saint Sacrement par la communion dans la main, autels retournés vers le peuple ( ce que n’a pas demandé le Concile).
    Toute la messe en langue vernaculaire, ce que n’a pas demandé le Concile, et qui a aboutit à des inventions très éloignées du texte latin ou des suppressions pures et simples. Ex l’Agnus Dei remplacé par la Paix du Christ chanté sur un air de valse
    Bref des messes « festives », des messes où on ne prie plus, des églises mal entretenues ( quand vous entrez dans une église, vous savez immédiatement si elle est de la tradition ou non )….
    L’essentiel leur manque : ils ne croient plus que la messe sauve le monde.
    L’ancien adage : La messe c’est l’Eglise et l’Eglise c’est la messe a été oublié .
    Là où on y croit encore, il y a des fidèles et des vocations, ainsi que des conversions.
    L’abbé C.P. Chanut , dans sa paroisse de Saulx les Chartreux, avait chaque année une fille ou un garçon qui avait une vocation religieuse, sans compter les conversions.
    Le secret : il faisait lui même l’enseignement religieux, il y passait tout son mercredi, et il soignait ses offices.

  5. Attention à l’interpretation faite dans cet article ! La CSM connaît un succès grandissant, grâce aux choix intelligents de leurs responsables, au travail acharné de leurs prêtres dans les paroisses, et aux valeurs de la communauté voulues par l’Abbé Guerin. Mais il me semble que ce mode de formation n’est pas transposable à l’identique dans les séminaires diocésains. Les jeunes qui entrent à Candé/Evron choisissent une vie de communauté avec des offices en grégorien, un habit qui ne passe pas dans tous les milieux, une mobilité permanente…. Il me semble que si les séminaires diocésains se mettaient à faire « du Saint-Martin » ils se videraient ! Il faut des prêtres en col romain et d’autres en soutane, il faut des messes en latin et des messes en français, il faut des messes en forme ordinaire et d’autres en forme extra (ce que ne fait pas la CSM par exemple)
    C’est cette diversité qui fait la richesse de l’Eglise. Rendons grâce à Dieu pour les nombreuses vocations, et prions pour qu’il y en ait encore partout !

  6. zézé

    Et je rajouterai : ils ne veulent pas en démordre, car cela leur apporte du confort, plus besoin d’être en soutane, leur Messe sont bâclées la plupart du temps ; et puis on va à la plage comme tout le monde, mais le risque est qu’ils ne sont pas à l’abri du manque de respect. Alors s’étonner, réagir ? non pour eux ils rejettent la faute sur les autres (mais lesquels à part eux ?) . Et puis effectivement, ils ne se posent même pas la question.
    Les séminaristes actuellement recherchent certainement une certaine spiritualité dans la façon de dire la Messe et peut-être qu’eux n’ont pas honte de montrer qu’ils sont prêtres.

  7. Jehan

    Les martinistes donnent un formatage qui rassurent ces jeunes, sans fantaisies quoi.

    Ca c’est une première chose.

    Ensuite, sorti du cocon, la part de séminaristes qui iront au bout du recrutement ne tiendront pas la longueur, m^me avec des prières .

    ces communautés nouvelles triomphent toujours en annonces, au top départ, mais ensuite dans le concret et la durée, plus aucun écho… ça rejoint l’enfouissement d’enterrement général. Le réel, c’est ça.
    le reste, c’est du rêve insensé.

    • franc

      Vous avez sûrement raison ; prêtre de la cté st Martin depuis 22 ans et séminariste avant pendant sept ans, je suis bien d’accord avec vous : aucune fantaisie de notre part (même si on rigole bien !) et un nombre de prêtres qui ne tiennent pas la longueur ( pour ceux qui ne tiennent pas, c’est très malheureux, ce sont mes frères prêtres, mais proportionnellement, nous sommes plutôt dans la moyenne basse)
      cher Jehan, je ne sais d’où vient votre hargne ; je la respecte mais faîtes attention qu’elle ne vous fasse pas dire de bêtise : vous risqueriez de devenir ridicule
      fraternellement

  8. Gaudete

    Selon Jehan, ils seraient formatés, et pourquoi pas embrigadés? On croit rêver en lisant de tels propos. Je ne sais d’où vous sortez ces foutaises, mais pour n’en citer qu’un, Mgr Aillet, il a tout à fait l’air bien dans ses basquet et nous serions très nombreux à être heureux d’avoir un tel évêque!

  9. Maxime Lyon

    Bonjour,

    Il peut y avoir d’autres interrogations : il ne faut pas pêcher contre l’Esprit !
    S’il y a moins de vocations, peut-être est-ce un signe des temps ? Une volonté de Notre Seigneur ?
    Quand on voit une formation coûteuse de 7 ans de séminaire et que des jeunes (et moins jeunes) sont ordonnés sans s’être réellement confronté au monde dans lequel ils vont vivre leur sacerdoce… La Communauté Saint Martin est en avant garde à ce sujet : peu de maturité humaine avec une grande compétence liturgique… Quand la liturgie devient étranger au Peuple de Dieu, il y a là un indice d’incohérence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *