17 novembre 1793: Carrier inaugure les noyades de Nantes

carrier

On nous prie d’annoncer la commémoration, par le Souvenir chouan de Bretagne, des premières exterminations de masse par Jean-Baptiste Carrier, le 17 novembre prochain. Une belle occasion de prier les martyrs de la Révolution pour la restauration de la France chrétienne. Voici le communiqué du Souvenir chouan de Bretagne:

 

Un crime organisé, une Shoah avant l’heure, ne touchant que des catholiques ou des personnes refusant les « bienfaits » de la révolution, une organisation volontaire de la destruction de personnes telle qu’elle ne s’était jamais vue dans l’Histoire de la France !
Il est bien de dénoncer les crimes commis contre les Chrétiens de Syrie, d’Egypte, du Viêt-Nam, de Chine, etc… Mais quel système politique a donné l’exemple ?
Baptisé le lendemain de sa naissance dans sa ville de Yolet (proche d’Aurillac) Jean-Baptiste Carrier va inaugurer dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 novembre 1793 un mode d’extermination moderne: Les Noyades. Il n’en est pas l’inventeur car des expériences ont déjà eu lieu aux Ponts de Cé dans le Maine et Loire. Les premières victimes, dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 novembre 1793, sont des prêtres dont l’âge va de 29 à 81 ans.
D’autres Noyades vont suivre et  se poursuivre après le départ de Carrier en février 1794. Elles toucheront des personnes différentes, hommes, femmes, enfants et s’accélèreront après la débâcle de Savenay (23 décembre 1793).
Jamais un procédé aussi ignoble n’avait été inventé pour se « débarrasser » en masse d’opposants ET MAJORITAIREMENT NON COMBATTANTS. On parle des Noyades comme d’un crime réel mais de façon intemporelle. A-t-on imaginé l’angoisse et la souffrance de ceux qui en ont été les victimes ? L’obscurité, l’eau qui monte dans les embarcations, la révolte, l’angoisse, l’eau qui envahit les bouches, les corps, les poumons ? La mort enfin avec toute ses souffrances ? Et l’ultime question : Mais qu’est-ce que j’ai fait pour être ainsi traité ?
Le Souvenir Chouan de Bretagne rendra hommage à ces innocentes victimes Dimanche 17 novembre 2013.
-   9 H 30 messe traditionnelle en l’église Saint Clément de Nantes,
- 11 H 30, messe ordinaire en l’église Sainte Croix.
- 12 H 30 Eglise Sainte Croix, exposé devant la chaire de laquelle Carrier annonça la première noyade.
- Vers 13H 15 Jeté de gerbe en Loire depuis le pont Anne de Bretagne.
- Déjeuner au restaurant « La Taverne du Château » (entre le château et la gare): 24 € ; 20 ans et moins: 15€
- 15 H 30 Conférence par le Professeur Thierry Piel de l’Université de Nantes.
Pour la seule conférence, participation de 2€, frais du conférencier et indemnisation de la paroisse pour la salle chauffée.
Cidre de l’amitié offert par le SCB en fin de conférence.
Ensuite, pour ceux qui en auront le temps, visite du site de l’ancien Entrepôt des Cafés, le Dachau nantais.

12 comments

  1. Flichy Anne (de Penfentenyo)

    Je me joindrai à vous par la pensée et surtout la prière , en pensant que toutes ces victimes martyres de la Révolution ,( en fait , martyres de la Foi ), pourraient , du Haut du Ciel , implorer le Bon Dieu pour sauver la France.

  2. gérard

    En pensée avec vous lors de la messe ce Dimanche.Dans ma famille les anciens en parlait ,et comme tout ce qui se construis dans le mensonge et le sang est vouée a la ruine et mourir ,vue ce qui se passe en ce moment cette triste république n’est elle pas a son agonie?Dieu protège la FRANCE.

  3. gaudet

    J’affirme ici que Carrier constitue un des plus sinistres personnages qu’a connu notre histoire de France, et nous pouvons éprouver du soulagement , en sachant que ce salaud professionnel, a en fait payé l’ensemble de ses crimes , sous le couperet de la guillotine !

    L’ignoble Carrier a payé de sa vie ses crimes abominables suite à une condamnation formulée par les mêmes dirigeants lucifériens qui l’avait commanditer par le passé. Et sa mort lamentable sur l’échafaud, ne fut que le début des peines éternelles que lui a probablement infligées notre Seigneur , en raison de la sa qualité de profond ennemi de la France et de la sainte Eglise.

    Maudit à jamais soit le nom infâme de Carrier et tous ceux qui lui ressemblent . J’irai même jusqu’à affirmer que si de par naissance j’avais du porter un nom semblable, j’aurais à ma majorité, déployé les plus grands efforts pour en changer au profit d’un nom beaucoup acceptable comme Charrette ou Jacquelin.

  4. BAILLY

    Je suis de tout cœur avec mes Frères, dans l’Evangile du Christ, de Bretagne pour m’associer à vos prières en compassion à ces méfaits fanatiques .

    Bon dimanche à tous.

    Christian BAILLY

  5. Claude Bartolone, Président très socialiste de l’Assemblée Nationale disait, il y a peu : « Il y a la loi, mais il y a aussi des valeurs avec lesquelles la gauche ne saurait transiger. Sous peine de perdre son âme. ».L’idéologie des « valeurs » révolutionnaires forcément de gauche (lesquelles ?…celles des rillettes, de la météo, du CAC 40…?) sont tellement plus morales que les autres… (Celles de l’Islam par exemple ?) Ainsi, lors de la promotion de son bouquin «La révolution
    française n’est pas terminée » Peillon déclarait en substance ceci : « […] On ne pourra jamais construire un
    pays de liberté avec le Catholicisme. Il faut instaurer par
    une nouvelle religion républicaine […] La Révolution française a échoué parce qu’on ne peut pas faire la révolution uniquement dans la matière, il faut la faire dans les esprits. Or on a fait la révolution essentiellement politique, mais pas la révolution morale et spirituelle […]» Alors, exit le devoir de mémoire de l’holocauste vendéen. Exit les horribles massacres perpétrés par les très républicaines colonnes infernales du général Turreau, exit aussi les « noyades », ces exécutions de masses perpétrées par l’infâme Carrier avec prêtres en tête ! Oui effaçons de la mémoire collective ces horreurs et concentrons-nous sur ce « grand remplacement » que tous les néo-staliniens, grands admirateurs de Bertold Brecht (« […] Si le peuple ne vous convient pas, changez le peuple […] »), appellent de leurs vœux. Oui, laissons-nous laminer par ces pseudos-laïcards socialos-communistes. Laissons les extirper de France ses dernières racines chrétiennes. Laissons rentrer, sans résistance, les barbares et en finir avec notre civilisation…
    Malheur aux vaincus !

  6. patrick de La Rode

    union de prières avec les vendéens & bretons fidèles

    Patrick Esclafer de La Rode
    secrétaire général du conseil & chet de la Maison civile de Mgr le duc d’Anjou & de Ségovie +, ainé des capétiens

  7. Michel Cliche

    17 novembre 1793: Carrier inaugure les noyades de Nantes
    Croisé un jour, croisé toujours!
    Dans toutes les guerres et les révolutions, il y a toujours eu malheureusement des débordements. J’ai toujours trouvé la Révolution française comme une histoire triste pour le peuple et l’Église malgré les apparences. Bossuet avait raison de se méfier des penseurs de son temps. Peu de temps après son époque, la révolution et les décapitations. Puis, c’est l’usurpateur qui est venu s’asseoir sur le siège de France. Aujourd’hui, la sagesse virevolte et s’envole!

  8. Melmiesse

    on peut ajouter à ceci ce que les martyrs ont du entendre des quais: des ricanements, des réflexions vulgaires et grasses, de la haine; Ils mériteraient d’avoir une rue à leur nom à Nantes. Cette période fut appelée « la terreur » bien nommée

  9. louis

    que peut-on dire dans des cas pareils!!Je crois que c’étaient des mi-hommes,mi-démons.
    C’est la seule explication plausible parce que je crois qu’un homme normalement constitué ne pouvait aire une chose aussi horrible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>